Synthèse Assemblée des groupes d’action - 19 septembre 2020

Samedi 19 septembre 2020 s’est tenue la deuxième Assemblée des groupes d’action de La France insoumise. Quatre insoumis·es, à parité de genre, par ancienne région de France, ont été tiré·es au sort parmi l’ensemble des animatrices et animateurs de groupes d’action certifiés, en veillant à la représentation de tous les départements. Elles et ils avaient pour mandat de porter la parole des membres des groupes précédemment consultés. Ils et elles se sont réuni·es en assemblée, en présence de l’espace opérationnel, avec pour objectif :

  • de partager les bonnes pratiques
  • de proposer des améliorations pour la gestion des groupes d’action
  • de remonter les difficultés rencontrées dans l’action
  • de participer à l’élaboration des campagnes de La France insoumise

Résumé de la journée

La journée a débuté par une introduction politique d’Alexis Corbière et de Mathilde Panot.

Une présentation de l’espace opérationnel et des évolutions de la plateforme depuis la dernière Assemblée des groupes d’action a ensuite été faite, suivie d’un temps d’échange entre l’espace opérationnel et les participant·es.

Cette séquence a été suivie d’un temps de travail sur le fonctionnement des groupes d’actions : partage des bonnes pratiques des groupes d’action, besoins pour aider à l’amélioration du fonctionnement et de la gestion des groupes d’action et difficultés rencontrées.

En fin de matinée, Adrien Quatennens est intervenu pour présenter le calendrier de La France insoumise jusqu’à la Convention 2020 ainsi que nos objectifs jusqu’à 2022.

Les participant·es ont alors eu un temps d’échange sur les perspectives du mouvement pour 2022.

Un accord complet s’est dessiné en faveur d’une candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle de 2022. Dans le cas où il ne serait pas candidat, la prochaine Convention de La France insoumise devra décider d’un processus de désignation d’une autre candidature.

Après la pause déjeuner, Paul Vannier a présenté le nouvel Espace élections ainsi que le calendrier pour les élections départementales et régionales 2021 et a répondu aux questions des participant·es.

Un temps de travaux a ensuite été consacré aux campagnes à venir du mouvement. Les participant·es ont participé à la réflexion sur l’élaboration de la Consultation populaire et d’une campagne d’audit citoyen sur l’abstention.

Sarah Legrain est venue présenter l’Agora, un lieu de débat et de réflexion ouvert à toutes et tous autour de grandes questions stratégiques. Pour sa session de juin-novembre 2020,  les insoumis·es sont invités à réfléchir au rôle et à la place pour l’État face à l’urgence écologique.

La journée s’est conclue sur une intervention de Jean-Luc Mélenchon, précédée par une présentation aux participant·es d’un texte résumant les travaux de la journée et écrit par les quatre tiré·es aux sort pour participer à la réunion de coordination des espaces du mouvement du 28 septembre.

Synthèses des travaux de la journée

Ces synthèses contiennent un certain nombre de réponses aux questions posées et mentionnent des évolutions en cours de réalisation.

Nous remercions l’ensemble des insoumis·es qui se sont déplacé·es (parfois de très loin) pour participer à cette deuxième Assemblée des groupes d’action.

Nous tenons à souligner l’implication de tou·tes les participant·es qui ont pris très au sérieux leur travail de communication et de synthèse des remontées des membres des groupes d’action.

Séquence 1 — Fonctionnement des groupes d’action

1- Partage des bonnes pratiques

Durant les travaux en tables, les participant·es à l’Assemblée des groupes d’action ont d’abord échanger sur les bonnes pratiques qu’ils et elles mettaient en place dans leur groupes.

Sur les types d’action, les insoumis·es ont souligné l’importance :

  • De soutenir et de développer des liens avec les associations locales, les syndicats, les gilets jaunes et les acteur·rices des luttes locales en participants aux manifestations et aux actions locales. Notamment, la participation à des collectes solidaires et à des distributions alimentaires en lien avec les associations a été très apprécié. De plus, comme pour la Consultation populaire, cela permet l’élaboration de propositions programmatiques.
  • D’organiser des événements festifs et des actions conviviales, parfois avec d’autres groupes d’action d’un même territoire, comme des fêtes des insoumis·es du département, des repas partagés, des apéros citoyens, des projection-débat, des piques-niques. La convivialité facilite les échanges politiques, notamment avec les citoyen·nes qui ne sont pas forcément intéressé·es par des réunions politiques classiques ou n’osent pas y assister.
  • De faire régulièrement des actions visibles dans la rue en utilisant les méthodes de l’éducation populaire car elles interpellent et rendent les habitant·es acteurs du message que nous portons comme avec les porteur de parole… Certain·es participant·es ont exprimé leur enthousiasme quant aux actions de votation citoyenne (sur le nucléaire, ADP…)
  • De continuer le porte-à-porte et les actions de terrain, notamment dans les quartiers populaires, hors période d’élections.
  • D’organiser des actions d’auto-organisation pour démontrer que les citoyen·nes peuvent avoir le pouvoir. Exemple : lutte contre des acscenseurs en panne auprès du bailleur, faire des bibliothèques de rue, organiser un atelier des arts…

Entre groupes d’action, de nombreux·ses participant·es ont indiqué :

  • Mutualiser les achats de matériel. Exemple : colle pour de grands collages communs, barnum, sono…
  • Faire des réunions à l’échelle du département pour rencontrer les différents groupe et échanger sur les actions à venir.
  • Créer des listes d’échange d’informations et d’actions à l’échelle de la ville, du canton ou du département pour informer et se tenir informé des événements des autres groupes d’action.
  • Organiser des réunions publiques avec intervenant·es. Certain·es ont indiqué qu’on pouvait parfois inviter des écrivain·es, des sociologues, etc., pas forcément insoumis·es, mais proches, qui permettent d’élargir le cercle des personnes intéressées par la réunion.

Au sein des groupes d’action, beaucoup de participant·es ont donné les conseils suivants :

  • Faire des réunions de groupe d’action régulièrement, à date fixe et avec un ordre du jour annoncé et un compte-rendu envoyé. En plus des points d’actualités politiques, les réunions doivent toujours fixer un calendrier des actions à venir.
  • En réunion, certain·es animateurs·rices ont mis en place la limitation du temps de parole par intervention, l’alternenance de la parole entre les femmes et les hommes, ainsi qu’entre les nouveaux et ancien·nes militant·es afin de mieux intégrer chacun·e et de donner la parole au plus de monde possible.
  • Faire des newsletters régulières (une fois par mois) à destination des personnes rencontrées lors des actions et des membres des groupes d’action.
  • Faire des campagnes de rappel des membres du groupe d’action : appel téléphonique, SMS, e-mails…
  • Durant le confinement, les animateurs·rices ont dit qu’il était important de faire des réunions en visioconférence en utilisant les outils collaboratifs de la France insoumise, car cela a permis de maintenir le lien et d’échanger politiquement sur la période.
  • Rendre visible les actions du groupe d’action sur les réseaux sociaux et sur la plateforme d’action… et aussi dans la réalité avec des campagnes d’affichage régulière, des points fixes réguliers dans un quartier ou entrée de supermarché, en participant aux manifestations avec les drapeaux.

2- Propositions d’amélioration

Après un temps d’échanges et de partage sur les bonnes pratiques mises en place dans les groupes, les participant·es à l’Assemblée des groupes d’action ont ensuite discuté des propositions d’amélioration pour faciliter la gestion des groupes d’action.

Le Pôle des groupes d’action a bien noté toutes les améliorations suggérées par les animateurs·rices présent·es.

Depuis l’Assemblée des groupes d’action, un certain nombre de ces propositions sont en cours de réalisation par le pôle des outils numériques et seront prêtes d’ici quelques mois.

Améliorations proposées qui sont déjà possible sur la plateforme :

  • Modifier les animateur·rice d’un groupe d’action. Pour demander le changement d’un·e animateur·rice, rendez-vous sur la page de gestion de votre groupe d’action, onglet « animation », et cliquer sur le bouton « changer l’animation du groupe », ensuite, remplir le formulaire en indiquant le nom du groupe d’action et les noms, prénoms et e-mails des nouveaux et nouvelles animateur·rices du groupe.
  • Mettre à jour les membres de son groupe d’action. Pour demander d’ajouter ou de retirer des membres dans votre groupe d’action, vous pouvez nous envoyer un e-mail à mettre à groupesaction@lafranceinsoumise.fr en indiquant le nom de votre de groupe d’action et la liste des personnes (noms et adresses e-mails) concernées.
  • Avoir la possibilité de co-organiser des événements à plusieurs groupes. Il est possible de la faire et la procédure va être simplifiée. Pour l’instant, il faut que différentes personnes de plusieurs groupes d’action rejoignent un événement. Puis, l’organisateur·rice de l’événement doit modifier l’événement en ajoutant ces personnes à l’organisation de l’événement. Les personnes nouvellement ajoutées peuvent alors modifier l’événement en y ajoutant le nom de leur groupe d’action.
  • Inviter tou·tes les insoumis·es d’une ville ou d’un département à une action ou une réunion publique. Pour cela, vous pouvez envoyer un e-mail à groupesaction@lafranceinsoumise.fr avec le texte de l’invitation, le lien de l’événement que vous avez créé au préalable sur la plateforme et éventuellement un visuel de l’événement et le lien de l’événement sur Facebook. Pour que nous puissions envoyer un mail d’invitation à tou·tes les insoumis·es de votre ville ou de votre département, nous devons recevoir votre demande au moins 7 jours avant l’événement.
  • Inviter un orateur·rice nationale ou un·e député·e à une réunion publique. Pour cela, vous pouvez envoyer un e-mail avec votre demande à intervenants@lafranceinsoumise.fr en indiquant la date, le lieu et le thème de votre événement.
  • La création d’espace des luttes par département afin de centraliser les luttes dans chaque département. Vous pouvez créer des groupes thématiques par département, ces groupes peuvent être sur les luttes locales (mobilisations syndicales, écologiques…) ou les thèmes des livrets (santé, éducation…).

Améliorations proposées qui ont été mises en place depuis l’assemblée des groupes d’action :

  • La prolongation du code promo pour les commandes de matériel, pour les groupes d’action certifiés. Vous pouvez dès maintenant utiliser et cumuler deux codes promos pour commander du matériel : le code promo du mois en cours et celui du mois précédent si celui-ci n’a pas été utilisé, soit une réduction de 60 euros sur le matériel commandé. Pour cela, lors de votre commande, il vous suffit de valider le premier code puis le second.
  • La mise en place d’un « flash-info » qui indiquerait les nouveautés réalisées sur la plateforme. Vous serez désormais informé·es des nouvelles fonctionnalités par une notification qui s’affichera sur votre tableau de bord lors de votre connexion à la plateforme.

Améliorations proposées qui sont en cours de réalisation :

  • La suppression des groupes d’action non actifs ou la transformation de certains groupes, notamment celle des comités d’appui en groupes d’action dont l’échelle ne semble plus pertinente. Nous sommes actuellement en train de mettre à jour de la carte des groupes d’action. Ce travail prend du temps, afin de nous aider, n’hésitez pas à nous faire remonter les noms des groupes d’action fantômes à groupesaction@lafranceinsoumise.fr
  • Simplifier le formulaire de création d’un événement.
  • Modifier la carte des groupes d’action afin de trouver plus facilement la liste des groupes d’action par ville ou par département. Nous travaillons en ce moment sur la refonte de cette carte.
  • Modifier la manière dont les insoumis·es rejoignent les groupes d’action ; en s’inscrivant à un groupe d’action, les insoumis·es pourraient indiquer des informations sur ce qu’ils ou elles souhaitent faire et les actions militantes auxquelles ils ou elles souhaitent participer (réunions, collage, actions de terrain, être simplement informée sur les actions de La France insoumise…), et communiquer leur numéro de téléphone si elles le souhaitent. Cette proposition est actuellement en cours de réflexion, il est intéressant de mieux cibler les attentes des insoumis·es qui rejoignent un groupe d’action, mais il ne faudrait pas rendre trop complexe l’adhésion à un groupe, ce qui pourrait constituer un frein à l’adhésion à un groupe d’action.
  • Sur la page publique du groupe d’action, pouvoir afficher le lien vers le compte Facebook, Twitter (et autres réseaux sociaux) et/ou celui du site internet du groupe d’action.
  • Sur la page de gestion de groupe d’action, dans l’onglet « Financement », avoir accès à l’historique des demandes de dépenses.
  • La rédaction d’un livret de l’animateur·rice de groupe d’action qui regroupent les bonnes pratiques et les informations utiles pour gérer son groupe et utiliser au mieux la plateforme d’action.
  • Le besoin de formations plus poussées. S’il existe des fiches pratiques pour agir, la publication de petites vidéos pourraient aussi être utiles. Des formations départementales ou régionales organisées par l’espace opérationnel pourrait également être une bonne idée (se former à l’utilisation de la plateforme, aux relations presse, aux réseaux sociaux…).
  • L’édition de nouveaux matériels, comme des gros badges France insoumise, pratiques pour être identifié·e lors des distributions de tracts.

Améliorations proposées auxquelles nous ne pouvons pas donner suite :

  • Avoir accès au fichier des insoumis·es inscrit·es sur le site de La France insoumise d’une ville. Pour des raisons légales, nous ne pouvons pas vous communiquer les coordonnées des personnes inscrites sur le site de La France insoumise car celles-ci ne nous en ont pas donné l’autorisation. Cependant, le pôle des groupes d’action peut envoyer un mail d’invitation à un événement par exemple à l’ensemble des insoumis·es de votre ville ou de votre département (voir procédure ci-dessus).
  • Sur la page publique des groupes d’action, pouvoir indiquer le contact e-mail des deux animateurs·rices. Nous vous conseillons de créer une adresse e-mail spécifique pour votre groupe d’action (lafranceinsoumise.ville@mail.fr par exemple).

De nombreuses questions financières ont été posées. Une FAQ des questions financières pourrait être prochainement rédigée afin de répondre aux questions courantes. Exemples : où trouver l’attestation de responsabilité civile, comment financer un local par les dons fléchés, pourquoi il ne faut pas créer d’association insoumise locale…

Le Pôle des groupes d’action rappelle :

  • Une permanence téléphonique d’aide opérationnelle à destination des animatrices et animateurs de groupes d’action été mise en place. Nous sommes disponibles pour répondre à vos appels les mardis de 11h à 13h et les jeudis de 17h à 19h.
  • Il est possible de proposer un article sur une grande action menée par votre groupe en nous l’envoyant rédigé et avec des photos à groupesaction@lafranceinsoumise.fr. À l’issue de l’Assemblée des groupes d’action, les insoumis·es du Lot-et-Garonne nous ont, par exemple, rédigé cet article sur leur fête des insoumis·es de l’été.
  • Un groupe d’appel des groupes d’action existe et ne demande qu’à s’élargir à d’éventuel·les candidat·es qui souhaiteraient appeler, sur leur temps militant, les animateur·rices des groupes d’action. Pour candidater, n’hésitez pas à nous contacter à groupesaction@lafranceinsoumise.fr
  • Un budget participatif a été mise en place et permet de proposer des actions à financer.
  • Les différents groupes d’action d’une même ville ou d’un même territoire peuvent travailler ensemble et organiser des actions communes, tant que cela respecte la charte des groupes d’action et ne tend pas à supprimer le fonctionnement par quartier qui permet de réaliser des actions et de créer des liens avec les citoyen·nes plus facilement.

Séquence 2 — Les campagnes de La France insoumise

1- La consultation populaire

La discussion autour de la consultation populaire a été un moment d’échange fructueux. La première partie de la discussion se fondait sur une proposition de grille de restitution des entretiens de la consultation populaire. La majorité des tables ont exprimé une adhésion à cette proposition ou n’a pas fait de remarque.

D’autres ont remonté des propositions de reformulations diverses. Certaines ont suggéré des ajouts : autres champs pour indiquer des réseaux sociaux à la fin, ajout de la tranche d’âge, etc. Une table a indiqué que le questionnaire pourrait être simplifié.

La discussion sur la forme de la restitution a suscité assez peu de discussion sur les tables. C’est la dernière partie des travaux, consacrée aux idées de personnes à rencontrer qui a suscité le plus d’émulations.

Certaines tables ont été jusqu’à indiquer d’ores et déjà des idées de noms de personnes à auditionner. D’autres ont indiqué des noms d’associations, collectifs, entreprises et syndicats de leurs régions à rencontrer. Les majorités des tables a listé des thématiques, plus ont moins larges, qu’elle souhaiterait traiter.

Parmi les thématiques les plus citées, la rencontre des plus touchés par la crise du Covid-19 et ses suites ressort particulièrement. Le monde de la santé tout d’abord : infirmiers, maternités, pharmaciens, aides-soignantes sont des termes qui ressortent. Les victimes des conséquences sociales de la périodes sont également citées de multiples fois : chômeurs, associations d’aides aux précaires, services sociaux, intérimaires, etc.

D’autres propositions concernent des initiatives vertueuses : entreprises innovantes, clubs de sports, collectifs de quartiers, associations locales, etc. Un grand nombre de proposition concerne la thématique de la planification écologique, avec des propositions relatives à la sortie du nucléaire, l’agriculture paysante, l’eau, les transports en communs, etc.

De quoi espérer un grand succès pour la consultation populaire partout en France !

2- L’audit citoyen sur l’abstention

Les groupes d’action de Marseille et Châteauroux sont allés à la rencontre des citoyen·nes pour connaitre les raisons qui les ont amenées à s’abstenir aux dernières élections. Ces groupes d’action ont été sollicité par d’autres GA pour partager leur expérience afin de reproduire cette action chez eux.

Au vu de l’enthousiasme suscité par cette initiative, La France insoumise souhaite proposer une campagne nationale sur l’abstention : l’audit citoyen sur l’abstention.

Cette campagne a pour objectif d’aller à la rencontre des abstentionnistes pour connaitre les raisons de leur abstention, demander quelles mesures de l’Avenir en Commun les feraient revenir aux votes et mener une campagne d’inscription sur les listes électorales.

Les insoumis·es ont travaillé sur le questionnaire en direction des citoyen·nes auditionné·es sur l’abstention et sur les slogans pour cette campagne. Plusieurs propositions des participant·es à l’assemblée des groupes d’action ont été retenues, la campagne d’audit citoyen sur l’abstention vous sera présentée très prochainement.

Pour aller plus loin…

Liste des personnes tirées au sort pour participer à la réunion de coordination des espaces du mouvement du 28 septembre 2020

Au cours de la journée, ont été tiré·es au sort, sur la base du volontariat, quatre représentant·es, à parité, qui ont participé à la réunion de coordination des espaces du mouvement du lundi 28 septembre.
 
Les personnes tirées au sort sont Virginie Diebold (Moselle), Alexis David (Jura), Bernadette Saivet (Bouches-du-Rhône) et Thomas Luquet (Paris).
 
À l’issue des travaux de l’Assemblée, un texte présenté aux participant·es et rédigé par ces quatre tiré·es au sort a été publié.

Les suites de l’Assemblée des groupes d’action du 12 octobre 2019

Synthèse de la boîte à idées

Une boîte à idées était mise à disposition des participant·es afin de faire remonter à l’espace opérationnel les éléments qu’elles et ils avaient apprécié dans l’organisation et le déroulé de la journée et proposer des améliorations pour la prochaine assemblée des groupes d’action. Les participant·es ont largement souligné le bon accueil, l’organisation et l’ambiance conviviale de l’Assemblée. La présence et la disponibilité des député·es et des membres de l’espace opérationnel ont beaucoup été appréciées. Proposition : organiser la prochaine assemblée des groupes d’action dans une autre région.

Prochaine Assemblée

Au vu du contexte sanitaire, nous ne savons pas si nous pourrons tenir une prochaine Assemblée des groupes d’action, en présence physique, au premier trimestre 2021 (même si nous l’espérons !).

La date et un calendrier précis seront communiqués ultérieurement.