Climat : Macron frime, l’inaction criminelle continue

Communiqué de presse du groupe parlementaire LFI à l’Assemblée nationale. Le jour du vote sur la loi énergie climat à l’Assemblée nationale qui proclame l’Etat d’urgence écologique et climatique mais continue à laisser Total et Suez mener la politique énergétique de notre pays, nous apprenons que les négociations sur le Mercosur ont abouti. Les parlementaires de la France … Lire plus

Retour sur les AMFiS 2019 !

Les AMFiS 2019 se tiendront du 22 au 25 août 2019 à Toulouse. Grande première, c’est donc la ville rose qui accueillera cette 3ème édition après deux années passées à Marseille. Un changement de lieu qui fait écho à la volonté de La France insoumise de faire tourner la responsabilité de l’organisation de cet événement dans les différentes villes … Lire plus

Question écrite sur la privatisation en cours de l’office national des forêts et des forêts publiques

Mme Mathilde Panot alerte M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur les réflexions en cours concernant l’avenir de l’Office national des forêts (ONF) et la privatisation des forêts publiques. En effet, Mme la députée s’interroge sur le contenu préoccupant du rapport interministériel à paraître sur l’ONF. Elle espère que ses préconisations répondront aux enjeux cruciaux auxquels sont confrontées les forêts publiques : accessibilité des forêts aux citoyens en recul, conditions de travail des forestiers alarmantes, recherche permanente du profit et de la productivité, altération croissante de la biodiversité, dérèglement climatique. Elle espère également que la publication tardive de ce rapport - qui devait être transmis au Gouvernement le 28 février 2019 - n’a pas pour objectif de masquer aux yeux du pays que les forêts seront laissées aux mains des actionnaires. Aujourd’hui, les faits sont inquiétants. 

Alors que l’ONF est en charge du contrôle et de la gestion d’environ 25 % du domaine forestier français, il est frappant de voir que le Gouvernement auquel appartient M. le ministre d’État lui diminue ses subventions. De même, il est choquant de voir que le Gouvernement ne prend pas la mesure de la situation dramatique vécue par les forestiers depuis plusieurs décennies maintenant. M. le ministre d’État n’est pas responsable de la suppression d’un emploi sur deux en 50 ans réalisée au prétexte de l’austérité. Mais cette situation intenable s’impose à M. le ministre d’État, le pouvoir étant à ce jour entre ses mains. En revanche, il est responsable de l’arrêt du recrutement de forestiers fonctionnaires privilégiant dans le même temps les contrats de droit privé, au prétexte de l’austérité. Et à l’heure où l’on devrait déclarer l’état d’urgence écologique et climatique, M. le ministre d’État fait fausse route. Ces derniers personnels ne sont pas assermentés pour exercer pleinement le rôle d’un forestier fonctionnaire, seul à même d’exercer avec constance une mission d’intérêt général, comprenant notamment la protection de l’écosystème forestier. En définitive, le bilan de cette politique libérale est sans appel. Depuis 2002, ce sont près de 50 forestiers qui ont franchi le pas terrible du suicide. Pour mettre un terme à cet état des choses gravissime, il faut absolument franchir le pas de l’action écologique, sociale et démocratique. 

D’autre part, Mme la députée s’interroge sur les questions environnementales dont traite un projet de décret en cours ayant pour objet la simplification des autorisations administratives. Il laisse entendre que l’avis consultatif émis par l’ONF sur les projets de défrichement pourrait être supprimé. L’environnement ne saurait être une variable d’ajustement des projets de coupe forestière, autant que l’argument du gain d’efficacité ne saurait être recevable. En effet, l’ONF ayant à sa charge les forêts les plus anciennes et les plus riches dont les services écologiques ne sont plus à démontrer, il serait impensable de se priver de son expertise sur de tels projets. Par ailleurs, si le Congrès national des communes forestières réuni les 6 et 7 juin 2019 a justement rappelé le besoin de conserver un service public national de la forêt, Mme la députée enjoint M. le ministre d’État à ne pas séparer la gestion des forêts de leur contrôle pour ouvrir cette première à la concurrence. Cette proposition qui émane de la Fédération nationale des communes forestières engagerait une rupture de l’égalité républicaine ; quoique comptant plus de la moitié des communes forestières parmi ses adhérents, cette association réunit avant tout des communes riches ayant les dispositions financières conséquentes pour obtenir les services de prestataires privés. On ne pourrait mettre fin au système actuel de péréquation sans mettre à mal les communes les plus démunies, et du même coup les forêts dont elles auraient la charge. Peut-être serait-il alors juste de suivre les revendications du manifeste de Tronçais, signé par douze ONG environnementales et l’intersyndicale de l’ONF, visant à faire de la forêt un espace sanctuarisé. 

En définitive, la solidarité nationale doit continuer à s’exercer au nom de la préservation du patrimoine commun forestier. Enfin, l’exploitation de la forêt ne saurait être soumise à des logiques budgétaires et aux intérêts financiers. L’essoufflement du modèle productiviste en témoigne. En 50 ans, s’il y a certes eu une augmentation de 35 % des récoltes de bois, elle s’est néanmoins accompagnée d’une diminution de 30 % des recettes liées à ces coupes. La baisse des cours du bois en est en grande partie responsable. Il convient donc de protéger l’ONF ainsi que les forêts des aléas du marché. Et pour y répondre, rien ne sert de faire des économies sur le dos des travailleurs : on le voit, les conséquences sont dramatiques. Ce n’est pas à l’État de laisser l’ONF se sauver lui-même - qui plus est de manière hasardeuse - mais à l’État de sauver l’ONF. Elle lui demande s’il poursuivra la privatisation engagée de l’ONF ainsi que des forêts publiques au détriment d’une politique forestière à la hauteur de l’urgence écologique et climatique.

Pour la librairie indépendante et les libraires

À l’occasion des rencontres nationales de la librairie organisées par le syndicat de la librairie française, du 30 juin au 1er juillet, l’équipe culture de la France insoumise rappelle le rôle essentiel que jouent les librairies indépendantes dans le domaine de la médiation culturelle et de son maillage sur tout le territoire.  Rarement le besoin … Lire plus

NON à l’accord de libre-échange avec le Mercosur !

Communiqué de presse de la délégation de La France insoumise au Parlement européen. La délégation France insoumise au Parlement européen dénonce l’accord commercial conclu ce vendredi entre l’Union européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay), négocié durant vingt ans dans l’opacité la plus totale, dans le dos des citoyennes et des citoyens, au … Lire plus

#RDLS94 : Belfort, Alstom, Pollution, Croisières, Mers et Océans

Dans ce 94e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon revient sur son déplacement à Belfort pour soutenir les salariés de General Electric (ex-Alstom). Il revient sur l’histoire de cette entreprise et sur la manière dont les pouvoirs publics l’ont petit à petit abandonnée alors qu’elle est cruciale pour faire la transition écologique.  Jean-Luc Mélenchon … Lire plus

Communiqué | Le Conseil de l’ordre des journalistes : une idée des années 30 ?

Ce mardi 25 juin, Cédric O a annoncé sa volonté de créer un « conseil de l’ordre des journalistes » qui serait piloté par l’État dans le cas où la profession ne souhaiterait pas le mettre en place par ses propres moyens. Bien qu’il ait rétropédalé face à la polémique naissante, cette proposition du secrétaire d’Etat au Numérique constitue … Lire plus

#RDLS94 : Belfort, Alstom, Pollution, Croisières, Mers et Océans

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Dans ce 94e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon revient sur son déplacement à Belfort pour soutenir les salariés de General Electric (ex-Alstom). Il revient sur l’histoire de cette entreprise et sur la manière dont les pouvoirs publics l’ont petit à petit abandonnée alors qu’elle est cruciale pour faire la transition écologique.

Jean-Luc Mélenchon parle ensuite de deux sujets. D’abord de la pollution de l’air résultant de l’utilisation de bateaux de croisière, notamment à Marseille. Ensuite du rapport intitulé « Mers et océans : quelle stratégie pour la France ?» qu’il a réalisé avec le député Joachim Son-Forget.

***S’ABONNER AUX PODCASTS***
– Spotify 
– iTunes 
– Deezer

***LES LIENS***
- General Electric supprime 12 000 emplois à travers le monde
- Alstom : bénéfice net en hausse de 87%
- Vente d’Alstom Energie validée par Macron : un député évoque un « pacte de corruption »
- Rapport « Mers et océans : quelle stratégie pour la France ?»

Canicule : face à l’urgence écologique, le gouvernement cale toujours, les insoumis·es agissent

La France connaît actuellement une canicule exceptionnelle et particulièrement intense sur la quasi-intégralité de son territoire. Cette vague de chaleur donne à voir un nouvel exemple des phénomènes climatiques extrêmes qui risquent de se répéter dans les années à venir. D’autant plus si de véritables actions pour faire face à l’urgence écologique ne sont pas engagées rapidement.  Et … Lire plus

Les médias doivent se mettre au service de la démocratie !

Alors que des heures et des heures d’antenne ont été consacrées au Grand Débat voulu par le Président Emmanuel Macron, depuis l’ouverture de la plateforme permettant de recueillir les signatures de nos concitoyens demandant un référendum sur la privatisation d’ADP, aucun débat n’a été retransmis en direct sur les chaînes d’information. Pourquoi un traitement différent … Lire plus

Référendum ADP : Castaner dissimule le nombre de soutiens, les insoumis·es mènent la bataille

Le 8 mars 2018, le gouvernement a annoncé la privatisation des Aéroports de Paris. Depuis cette date, la vente de Paris-Orly, Paris-Charles-de-Gaulle et Paris-Le Bourget est en marche. Pourtant, céder ces aéroports priverait l’État de plusieurs centaines de millions d’euros chaque année et porterait une nouvelle atteinte à notre souveraineté. La France insoumise se bat donc depuis plus … Lire plus

VIDÉO - Enrayer le chômage, ce n’est pas rayer des chômeurs ! | Adrien Quatennens

Le 26 juin 2019, Adrien Quatennens était l’invité de Caroline Roux sur #France2 pour les 4 vérités. #Les4V#TéléMatin ***RETROUVEZ ADRIEN QUATENNENS SUR***  Youtube : https://​www​.youtube​.com/​c​/​A​d​r​i​e​n​Q​u​ate… Instagram : https://​www​.instagram​.com/​a​d​r​i​e​n​_​q​uat… Son Site Internet : https://​www​.adrienquatennens​.fr Twitter : https://​twitter​.com/​A​Q​u​a​t​e​n​n​ens Facebook : https://​www​.facebook​.com/​A​Q​u​a​t​e​n​n​e​ns/ Telegram : https://t.me/AQuatennens

Il faut sauver Soir 3 !

Communique de presse du groupe parlementaire LFI. Soir 3 est une émission d’information de qualité, assurée par le service public, raison pour laquelle elle est sans doute abhorrée par les macronistes et leurs affidés. Les moyens de tournage et de reportage seront diminués dans le cadre du plan prévu aujourd’hui. La décision doit être prise cette … Lire plus

Agence Nationale du Sport : le déclin du Ministère des Sports

En commission Culture de l’Assemblée Nationale, Michel LARIVE a auditionné M. Castex, président de l’Agence Nationale du Sport :

 » La volonté de la ministre des sports de créer une « Agence nationale du sport », approuvée par l’arrêté du 20 avril 2019, a fait naître en quelques semaines un conflit ouvert avec les conseillers techniques sportifs (CTS), sur fond d’inquiétude pour la continuité du service public du sport. 

Ces événements sont révélateurs. Rappelons que c’est le « Comité Action publique 2022 », une instance technocratique dont le seul objectif est la baisse des dépenses publiques, qui était à l’initiative de cette Agence. La vision qu’a le gouvernement pour le sport et les associations est claire : ce sont des variables d’ajustement budgétaire.

Ensuite, cette Agence annonce le déclin du Ministère des Sports. Il s’agit de mettre fin au rôle prépondérant des pouvoirs publics dans l’organisation et le financement du sport français, au profit d’un partenariat public-privé. Cela consacre la disparition d’une certaine idée du sport : on passe du « sport pour tous »,vecteur de cohésion nationale, au « sport pour certains ».

En effet, au sein de ce « Groupe d’Intérêt Public » des entreprises ainsi que le mouvement sportif en charge du sport du haut niveau seront en charge de certaines prérogatives du ministère.

On voit mal la convergence vers « l’intérêt public » quand les priorités de ces acteurs sont le développement du marché du sport et de l’innovation, la haute performance sportive et le haut niveau, ainsi que les grands évènements sportifs.

Dans le même temps, les craintes des clubs amateurs du monde associatif et sportif vis-à-vis de leur existence même sont ignorées.

Alors que même l’Inspection Générale des Finances, dans son rapport de septembre 2012, s’inquiétait de la prolifération des agences et d’un État qui « est allé trop loin dans son démembrement », pour quelles raisons faudrait-il croire qu’une « Agence Nationale du Sport » pourrait-elle mieux répondre que le Ministère consacré aux enjeux de politique sportive publique ? »

Le Comité contre la répression et pour les Libertés Publiques s’élève contre l’acharnement à l’encontre des syndicalistes !

Voici l’appel issu de la dernière réunion du Comité contre la répression et pour les Libertés Publiques qu’a initié le groupe parlementaire LFI en mars dernier : « Le Comité contre la répression et pour les Libertés Publiques et contre la répression composé de plus de 40 organisations syndicales, associatives et politiques dénonce l’acharnement contre les militantes … Lire plus

VIDÉO - Macron veut « simplifier » les retraites ! C’est-à-dire ?| Adrien Quatennens