🌍ACCORD UE-VIETNAM : LE LEURRE DU “PACTE VERT” EUROPÉEN DÉMASQUÉ

Le vote, aujourd’hui, par une majorité du Parlement européen (dont les écologistes de marché de la Macronie), en faveur de l’accord de libre échange UE-Vietnam et des projets d’énergies fossiles démontre le leurre du capitalisme vert promu par le “Green Deal” de la nouvelle Commission européenne et par la Macronie. La réponse du commissaire européen à l’environnement à l’interpellation de Danièle Obono sur le sujet, lors de son audition devant la commission des Affaires européennes de l’Assemblée nationale, est particulièrement édifiante !

Nous, LFI, défendons, a contrario, l’urgence et la nécessité de conclure, au niveau national, européen et international, un nouveau “Pacte des jours heureux”, un véritable Green New Deal, en faveur d’une bifurcation écologique radicale, sociale et démocratique, qui transforme en profondeur le système économique et ses modes de production, d’échange et de consommation.

Audition niche parlementaire 2020 | Bifurcation écologique | Pavlina Tcherneva

Audition menée par Mathilde Panot et Danièle Obono, députées de La France insoumise, dans le cadre de la proposition de résolution pour une bifurcation écologique.

Avec :

  • Pavlina Tcherneva, économiste américaine, professeure associée et directrice du programme d’économie au Bard College. Auteure et spécialiste mondiale sur les questions de la garantie à l’emploi.

Audition niche parlementaire 2020 | Bifurcation écologique | Razmig Keucheyan, Cédric Durand

Audition menée par Mathilde Panot, députée et vice-présidente du groupe parlementaire de La France insoumise, dans le cadre de la proposition de résolution pour une bifurcation écologique.

Avec :

  • Razmig Keucheyan, Docteur en sociologie et professeur de sociologie à l’université de Bordeaux
  • Cédric Durand, Économiste. Maître de Conférences à l’Université Paris 13

Situation à l’ONF : le service public forestier sacrifié

une forêt

Communiqué de presse de la Commission d’enquête citoyenne « Forêts biens communs ». Selon un document révélé par Reporterre, dans une déclaration aux personnels de l’ONF, le nouveau directeur général de l’ONF, Bertrand Munch, ouvre la porte à la contractualisation massive dans l’établissement : les fonctionnaires assermentés seront remplacés par des salariés de droit privé y compris pour les missions … Lire plus

Pesticides : la start-up nation de Macron pulvérise les records !

Pesticide

Communiqué du groupe parlementaire de La France insoumise à l’Assemblée nationale. Le gouvernement avait promis une baisse des pesticides de 25% d’ici 2020. Au lieu de cela, c’est une augmentation de 24% en 2018. Des pesticides en augmentation des champs à l’assiette. Ce n’est plus un gouvernement, ce sont les Tontons Flingueurs : « ils atomisent, ils dispersent ils … Lire plus

Le « Green Deal » européen ne règle rien. Pour un pacte des jours heureux.

Communiqué : Manon Aubry, Manuel Bompard, Danièle Obono et Mathilde Panot appellent à la mise en œuvre d’un véritable Green New Deal social et écologique en France comme en Europe. Avec le soutien du groupe parlementaire de la France insoumise à l’Assemblée nationale et de la délégation de la France Insoumise au Parlement européen. Alors qu’un rapport de … Lire plus

Un budget 2020 injuste et climaticide

Communiqué de presse du groupe parlementaire de La France insoumise. Le troisième budget de l’ère Macron enfonce le clou : irresponsabilité écologique et discrimination sociale aggravée. Irresponsabilité écologique : le ministère de la Transition écologique perdra 1073 postes l’année prochaine. Loin des beaux discours onusiens, les industries polluantes et les énergies fossiles restent sous perfusion d’argent public. … Lire plus

Pas de transition écologique avec la LOM

Après des mois de travail en commissions et deux semaines de débats à l’Assemblée, la loi d’orientation sur les mobilités (LOM) a été votée ce mardi 19 juin.

Cette loi est présentée par la majorité comme permettant « plus de justice sociale et territoriale, pour engager résolument la transition écologique des mobilités ».

Dans les faits, cette loi ne permet absolument pas de répondre à l’urgence climatique. Elle ne permet aucun aménagement écologique et social du territoire et n’introduit aucune réforme significative pour mieux se déplacer, pour préserver le climat, notre santé et les emplois.

Les député·e·s de la France insoumise ont au contraire proposé un projet cohérent et revendiquent la mise en œuvre de transports écologiques et populaires au service de l’intérêt général écologique :

  • Droit au transport pour tous ;
  • Planification de l’aménagement territorial pour permettre aux collectivités d’avoir les moyens d’organiser la gestion des transports collectifs ;
  • Donner les moyens aux individus de changer leurs pratiques : mesures d’accompagnement, transports alternatifs, tarifs solidaires.. tout cela financé par de vraies taxes pollueurs-payeurs.

Contre le free floating 

Le député Loic Prud’homme s’est positionné sur le développement des nouvelles mobilités en « free floating » (trottinettes et engins en libre-service). Leur utilisation, source d’accidents et d’occupation anarchique de l’espace public, doit être régulée. C’est pour cette raison que la France insoumise a proposé que les municipalités les gèrent directement.

Par ailleurs, la trottinette est aussi le symbole du fourvoiement environnemental de la majorité. Ces engins ne répondent ni à l’impératif écologique (vie moyenne de 28 à 30 jours) ni à l’impératif social car les travailleur·se·s du free-floating sont en grande situation de précarité.

Contre l’ubérisation 

Le député Eric Cocquerel a défendu un amendement visant à requalifier les faux travailleur·se·s indépendant·e·s ( chaffeur·e·s de VTC, coursiers, travailleur·se·s pour des plateformes) en travailleur·se·s salarié·e·s pour qu’ils bénéficient enfin d’une vraie protection sociale qui correspond au lien de subordination économique auquel ils sont sujets avec les plateformes.

Texte de l’amendement ici

Justice environnementale

Le député Loic Prud’homme a défendu la position de la France insoumise concernant notamment les nouvelles Zones à Faibles Emissions instaurées par la LOM. Nous partageons la nécessité de lutter contre la pollution de l’air dans les grandes agglomérations et de réduire les impacts sanitaires et les injustices liées à la pollution de l’air. En effet, fin du monde et fin du mois sont un même combat et ont les mêmes responsables. D’où notre attachement à lier le volet écologique et le volet populaire au sens d’accessibles tant en coûts, qu’en fréquences ou en dessertes. C’est pourquoi les amendements liés aux articles 27 et 28 ont pour objectif de dénoncer le risque d’une mesure davantage anti-pauvres qu’écologique. En effet, les ZFE pourraient se réduire à interdire la circulation des voitures les plus anciennes, principalement possédées par les plus pauvres et donc les priver d’accès aux centres-villes au titre de la lutte contre la pollution de l’air alors qu’ils en subissent en premier les effets, le tout sans leur offrir d’alternatives et en refusant (comme c’est le cas de la part du gouvernement) de taxer et contraindre les vrais pollueurs. Dans ce cas, il s’agirait d’une triple peine pour les plus pauvres qui doivent au contraire être accompagné·e·s dans une transition indispensable.

Texte de l’amendement ici

La député Mathilde Panot est restée dans l’hémicycle la nuit du vendredi 14 juin pour la fin de l’examen du projet de loi. Elle a défendu, entre autres, le réseau de petites lignes ferroviaires menacées de fermeture et le développement indispensable des trains de nuit et du fret ferroviaire. Mais également la nécessité, face à l’urgence écologique, d’envisager l’interdiction des liaisons aériennes raisonnablement substituables par le train.

Ouverture à la concurrence de la RATP

En réponse à l’injonction du règlement européen de 2007 qui impose la privatisation de ces lignes, la LOM autorise l’ouverture à la concurrence pour les lignes de bus actuellement exploitées par la RATP. Il s’agit avant tout de permettre à des investisseurs privés de faire des profits, et à la région Île-de-France et à l’État de faire des économies au détriment des travailleur·se·s des transports urbains et de la qualité du service pour les usagers.

Elle prévoit aussi le transfert obligatoire des personnels de la RATP en vue de l’ouverture à la concurrence du réseau de bus en Ile-de-France mais ce transfert s’accompagne de la perte du statut et en cas de refus, d’une rupture du contrat de travail.

Jean Luc Mélenchon a protesté contre cette mesure à la fois contre productive (la privatisation coûte plus chère et n’assure en aucun cas une meilleure gestion) et anti-sociale.

Pour en savoir plus, vous trouverez ici un article qui synthétise notre analyse critique de ce projet de loi et notre vision de l’aménagement du territoire ici

Il faut déclarer l’état d’urgence climatique

Le 21 mai, Bastien Lachaud a interpellé le premier ministre sur la hausse des océans et les conséquences mondiales que ce phénomène aura. La France ne fait rien pour enrayer le dérèglement climatique, et ne respecte même pas ses engagements dans l’accord de Paris.

Le gouvernement fait des phrases, et promet que l’Union européenne fera ce qu’ils ont refusé de faire. Face à cela, la France insoumise propose d’instaurer la règle verte, et de faire advenir l’écologie populaire : nous avons besoin de sortir des traités pour mettre en place le protectionnisme solidaire et empêcher le grand déménagement du monde.

Voir le texte intégral :

Monsieur le Président, Mes chers collègues,

Ma question s’adresse à Monsieur le Premier Ministre.

100 multinationales sont responsables de plus de 70 % des gaz
à effet de serre. Les 0,5 % d’ultra riches produisent 13 % des émissions
de C02, mais c’est eux que vous protégez, plutôt que le climat.

Conséquence : d’ici à 2100, les océans pourraient monter
de près de 2 mètres. Les eaux vont s’acidifier. Les évènements climatiques
extrêmes se multiplier. En 20 ans, le rythme de fonte des glaces de l’Antarctique
a été multiplié par 6.

En France, 850 000 personnes vont devoir déménager. La moitié
de la Camargue va être inondée. La centrale nucléaire du Blayais est menacée.

Dans le monde, 1,8 million de km² de terres disparaitront,
provoquant des famines, des guerres et le déplacement de 187 millions de
personnes. L’urgence écologique est aussi une urgence pour la paix.

Les animaux disparaissent : un million d’espèces est
menacée de disparition. La 6e extinction de masse est entamée. Les
oiseaux meurent, le plastique remplace les poissons.

Vous avez refusé de taxer le kérosène, signé les accords de
libre-échange climaticides comme le CETA, trahi sur le glyphosate et le
chloredécone, favorisé la déforestation importée, et l’artificialisation des
sols.

Mais Madame Loiseau promet de faire en Europe ce que vous
refusez de faire en France. Mensonges !

Il faut sortir des traités pour planifier la transition
écologique et mettre en place le protectionnisme solidaire. La règle
verte : ne pas prélever plus de ressources que la nature est capable d’en
reconstituer.

L’heure est à l’avènement d’une écologie populaire contre
celle des actionnaires.

Quand la France respectera-t-elle les accords de Paris, quand
engagerons-nous la transition écologique, quand enfin allez-vous déclarer
l’état d’urgence climatique ?

Vidéo - L’écologie en marche, c’est l’écologie de marché ! Vite, la règle verte !

« L’écologie en marche, c’est l’écologie de marché ! Votre projeeet en matière écologique s’avère aussi creux que vos coups de com permanents. À l’écologie de l’argent, nous opposons l’écologie des gens. Non à la règle d’or budgétaire, oui à la règle verte ! »

Intervention de Danièle Obono suite à la déclaration du gouvernement relative au grand débat national à l’Assemblée nationale.

Pour une transition écologique populaire

J’étais, en ce début du mois d’avril, à l’Assemblée Nationale pour défendre un autre modèle de transports, en phase avec la planification écologique. En effet, une politique de transports doit répondre aux besoins de l’ensemble de la population et ce , dans tous les territoires urbains, périurbains et ruraux. Elle doit également correspondre à des critères écologiques afin … Lire plus

PROPOSITION DE LOI visant à interdire de prélever davantage dans une nappe d’eau que ce qu’elle peut reconstituer naturellement

Proposition de loi pour la gratuité des premiers m3 d’eau Lire la question écrite sur la nappe de Vittel Livret Eau Bien commun de la France insoumise Les députés du groupe de la France insoumise déposent, dans le cadre de la journée mondiale de l’eau dépose une proposition de loi pour décliner la règle verte … Lire plus