#RDLS131​ : Darmanin-Le Pen, islamogauchisme, Vidal et l’université

Dans ce 131e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon revient sur deux franchissements de seuil inquiétants dans la vie politique et médiatique de notre pays : le non-débat Darmanin-Le Pen sur France 2 d’une part et les déclarations de la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal sur l’islamogauchisme à l’université.

Sur le premier point, Jean-Luc Mélenchon explique comment le service public de la télévision s’est fait l’agent de communication du gouvernement en mettant en scène un prétendu débat sur l’islam entre Darmanin et Le Pen. Un « débat » dont l’unique objectif était de faire parler de ce sujet alors qu’était étudié à l’Assemblée nationale le projet de loi sur les principes républicains. Et un « débat » dans lequel Gérald Darmanin a pu donner ses points d’accord avec Marine Le Pen et dire qu’elle était plus « molle » que lui sur ce sujet.

Sur le second point, Jean-Luc Mélenchon explique pourquoi les propos de la ministre de l’Enseignement Vidal sur la recherche et l’islamogauchisme sont un franchissement de seuil et une volonté de contrôler la recherche jamais vue auparavant en France. Il explique ce que sont les études de sciences sociales et les quelques points qui suscitent du questionnement ou de la curiosité. Il appelle les universitaires à s’opposer à cette volonté de la macronie de tout contrôler, jusqu’à la recherche elle-même.

Les liens :

#RDLS130 : Facebook censure, Covid et vaccins, laïques hypocrites

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Dans ce 130e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon revient d’abord sur la volonté de Facebook de diminuer l’impact des publications politiques. Il appelle à s’abonner à sa chaîne YouTube et au réseau social « Action populaire » pour s’assurer de recevoir les informations importantes.

Jean-Luc Mélenchon revient ensuite sur la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, et en particulier sur la question des vaccins. Il explique que le gouvernement n’a écouté aucune des alertes qui avaient été lancées par les insoumis depuis le début de cette crise sur le déconfinement, la 2e vague, le vaccin et enfin les 3e et 4e vagues.

Le député insoumis parle ensuite sur les débats en cours à l’Assemblée sur le projet de loi visant à « renforcer les principes républicains ». Il analyse les incohérences de ceux qui accusent les insoumis un jour d’être les amis des religions et le lendemain d’être des « bouffeurs de curés ». Il défend un point de vue d’équilibre et présente sa vision des choses : protéger la liberté du culte, ne stigmatiser personne pour sa religion, rétablir l’indifférence de l’État vis-à-vis des religions. Il dénonce, aussi, la pente prise par certains d’une stigmatisation permanente des musulmans dans les débats.

Enfin, le député insoumis analyse la situation en Amérique latine où le candidat progressiste pourrait l’emporter au premier tour en Equateur. Il explique que cela permettrait de reconstituer un arc de forces progressiste en Amérique latine.

LES LIENS

S’ABONNER AUX PODCASTS

Vous stigmatisez les musulmans avec une loi inutile et dangereuse

Intervention de Jean-Luc Mélenchon à l’Assemblée nationale le 1er février 2021 contre le projet de loi dit de renforcement « des principes républicains ». Le président du groupe « La France insoumise a dénoncé une loi inutile et dangereuse qui va semer de la division dans le peuple français en stigmatisant les musulmans.

Après avoir rappelé que le gouvernement a réussi à mettre d’accord contre cette loi tous les cultes, le député insoumis a interpellé la majorité sur les défis qui sont devant nous. La pandémie, le dérèglement climatique, les 800 plans sociaux, les 10 millions de pauvres, l’augmentation du gaz, des péages, de l’électricité, les millions de personnes à l’aide alimentaire… Alors que le Parlement va discuter pendant deux semaines du voile, de la polygamie, des certificats de virginité, du contenu des cantines scolaires ou de la mixité dans les horaires des piscines.

Jean-Luc Mélenchon a dénoncé ensuite l’hypocrisie du gouvernement. Il a parlé des différents séparatismes qui existent bel et bien dans notre pays dont il n’est pourtant pas question dans cette loi : le séparatisme social des riches, le séparatisme religieux du Concordat, le séparatisme institutionnel de l’Union européenne.

Le Président du groupe La France insoumise a rappelé que l’État est indifférent aux religions et que c’est le gage de notre liberté. Puis il a dénoncé l’amalgame insupportable entre islam et islamisme. Il a pris à partie l’Assemblée en demandant aux députés quand les musulmans avaient manqué à l’appel de la patrie.

Jean-Luc Mélenchon a conclu son discours en disant que la France est grande parce qu’elle fait France de tout bois et que l’amour de la République, comme tout amour, ne vaut rien sous la menace.

Maltraitance des animaux : stop à la barbarie

Ce mardi 26 janvier 2021 commence l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi de lutte contre la maltraitance animale. Un projet de loi qui, dans une totale hypocrisie, n’aborde jamais les questions liées à l’élevage intensif. C’est précisément ce que dénonce Jean-Luc Mélenchon dans cette vidéo où il énumère les amendements déposés par la France insoumise et jugés irrecevables ou refusés en commission.

Le député insoumis explique ainsi qu’à l’heure où se pose la question des zoonoses, ces maladies qui passent des humains aux animaux et des animaux aux humains, il faut se poser la question des élevages concentrationnaires d’animaux. Il détaille les objets de maltraitance que fait subir ce mode d’élevage : transport dans des conditions atroce, élevage en batterie avec des zones de vie minuscules pour les poules, broyage vivant des poussins, castration à vif des porcelets, électronarcose (électrocution des poulets)…

Jean-Luc Mélenchon explique pourquoi la maltraitance que nous faisons subir aux animaux pose une question morale compte tenu du fait que notre humanité doit nous amener à un principe de responsabilité. Puisque la biodiversité est une et indivisible et que nous sommes en mesure de comprendre que les animaux sont des êtres sensibles et doués de conscience, alors nous devons questionner les raisons qui font que nous leur faisons subir une telle maltraitance. Et interroger, par exemple, notre consommation de viande.

#RDLS129 : Désarmement nucléaire / Vivre avec la pandémie

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Dans ce 129e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon revient sur l’entrée en vigueur du traité TIAN pour interdire les armes nucléaires et sur la demande de Joe Biden de prolonger l’accord New Start sur la limitation des armes nucléaires entre la Russie et les USA.

Le député insoumis explique pourquoi ces deux évènements marquent peut-être le début d’un nouveau temps dans la lutte contre l’armement nucléaire alors que Trump était sorti d’un accord limitant le déploiement des missiles de moyenne portée. Il critique aussi vertement le discours de Macron sur l’extension à l’Union européenne du parapluie militaire français. 

Jean-Luc Mélenchon explique ensuite pourquoi notre société doit apprendre à vivre avec la pandémie du Covid-19 et avec les pandémies en général pour sortir d’une société des confinements-déconfinements et mettre en place une société de roulement. 

La censure privée menace la liberté d’informer – Vœux de J.-L. Mélenchon à la presse

Le jeudi 14 janvier 2021, Jean-Luc Mélenchon présentait ses voeux à la presse. Il a insisté sur les dangers qui pèsent sur la liberté d’informer et a placé son discours sous le parrainage de Julian Assange et Loujain Al-Hathloul. Le député insoumis a en particulier pointé les dangers qui planent sur la liberté de la presse et a mis l’accent sur l’importance du pluralisme et sur la situation sociale des journalistes. Il a aussi évoqué la question de la concentration des réseaux sociaux dans les mains d’une poignée d’entreprises privées, à l’heure où les GAFAM se sont arrogés un droit de censure en coupant l’accès de Trump à ses différents comptes.

Jean-Luc Mélenchon a ensuite centré son discours sur la question sociale. Il a ainsi expliqué qu’elle était au centre de la question écologique et que la déforestation ou l’utilisation massive des pesticides était des conséquences du modèle capitaliste. Il a aussi rappelé que la pandémie du coronavirus avait à la fois des origines sociales et qu’elle frappait plus durement les populations les plus pauvres. Le président du groupe « La France insoumise » à l’Assemblée nationale a, sur ce point, parlé de la situation dramatique des petits commerçants, notamment dans le secteur de la restauration. Il a appelé le gouvernement à centraliser les dettes dans une même caisse afin de desserrer l’étau de la dette qui pèse sur ces petits commerçants.

Enfin, le candidat à l’élection présidentielle a expliqué que 2022 était « la dernière station avant le désert » et qu’il fallait prendre maintenant les décisions nécessaires pour engager la bifurcation écologique et mettre en place une société de l’entraide. Il a appelé les citoyens à faire leurs choix en fonction des programmes et non des personnes et a rappelé que le programme « L’Avenir en commun » était sur la table et en débat pour toutes celles et ceux qui voudraient participer à son élaboration et le faire gagner.

Cliquez ici pour accéder à la version sourds et malentendants.

Vaccin : l’effondrement de l’État rend la France impuissante

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Le dimanche 10 janvier 2021, Jean-Luc Mélenchon était l’invité d’Amélie Carrouër pour En Toute Franchise. Le député des Bouches-du-Rhône était d’abord interrogé sur la situation sanitaire à Marseille et a appelé le gouvernement à écouter les demandes du maire Benoît Payan.

Concernant la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé le chaos des consignes. Il a aussi critiqué l’incapacité du pouvoir en place à organiser une campagne de vaccination efficace. Sur ce point, il a aussi appelé à ce que les Français puissent avoir le choix entre le vaccin Pfizer à l’ARN messager et d’autres vaccins employant d’autres techniques.

Plus largement, Jean-Luc Mélenchon a fait état d’une forme de déclassement de la France avec l’effondrement de l’État. Il s’est interrogé sur la raison pour laquelle la France était la seule grande puissance à ne pas avoir développé de vaccin, ou encore sur la raison pour laquelle c’était LVMH qui avait fourni 5 millions d’euros à l’institut Pasteur de Lille pour des recherches sur un traitement contre le Covid 19 plutôt que l’État. Il a appelé à construire un pôle public du médicament.

Sur un tout autre sujet, le député insoumis a dénoncé le comportement de Michelin qui touche le CICE mais va supprimer des emplois dans notre pays. Il a plus largement expliqué que le comportement égoïste des riches était intolérable dans une période aussi importante que celle que nous traversons avec la crise sanitaire.

Jean-Luc Mélenchon était également interrogé sur la tentative de putsch aux États-Unis avec la prise du Capitole par des militants pro-Trump. Il a expliqué qu’en dépit de son opposition à Trump, il n’était pas d’accord avec le fait que des entreprises privées comme Facebook et Twitter s’occupent de le censurer et a rappelé que la loi Avia avait autorisé cela en France. Jean-Luc Mélenchon a aussi alerté sur le danger que constitue l’extrême droite dans ce pays comme dans d’autres et a demandé de nouveau la dissolution des groupes d’extrême droite les plus dangereux. Il a aussi dénoncé l’ambiguité des macronistes qui n’ont pas voulu nommer le danger en citant l’extrême droite. Il a rappelé les ambiguïtés du président Macron qui, dans une interview, faisait des oeillades à l’extrême droite en citant Pétain et Maurras.

Enfin, le député insoumis était interrogé sur la présence de Macron à Jarnac pour l’anniversaire de la mort de Mitterrand. Il a expliqué que les Français ne confondraient pas l’homme qui a mis en place l’ISF avec celui qui l’a supprimé et qu’ils ne confondraient pas l’homme de la retraite à 60 ans avec celui qui veut la mettre à 63 ans.

#RDLS128 : Spéciale USA : Trump et l’attaque du Capitole

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Ce 128e numéro de la revue de la semaine est consacré à l’attaque du Capitole par des putschistes pro-Trump. Jean-Luc Mélenchon revient sur cet évènement exceptionnel où l’on a vu se déchaîner l’extrême droite américaine pour tenter de s’emparer du Congrès américain. Il explique comment la société américaine a lentement glissé vers cet évènement et pourquoi il n’est que la surface immergée de quelque chose de plus profond alors que Donald Trump est le président sortant qui a recueilli le plus de voix au cours d’une élection présidentielle.

Jean-Luc Mélenchon explique aussi que cet évènement peut être annonciateur d’autres de même nature dans les pays les plus liés, notamment économiquement, aux États-Unis d’Amérique. Il appelle à nommer clairement l’extrême droite qui est à l’origine de cette tentative de putsch et signale le silence des macronistes ou, pire, leurs attaques contre les insoumis dans un moment où il faudrait au contraire faire preuve de clarté politique.

Les liens

S’abonner aux podcasts

Vous ciblez ENCORE l’islam : hypocrites de la laïcité !

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Intervention de Jean-Luc Mélenchon à l’Assemblée nationale le 3 décembre 2020.

Président, ministre, collègues.

S’il y avait le moindre doute sur ce qui est visé par ce texte qui en reste à quelques généralités redondantes et inutiles, les interventions que nous avons entendues nous auront suffisamment éclairées. Vous visez l’Islam et vous le faites sans discernement en ne tenant pas compte de ce qu’est l’Histoire profonde de la France, à qui les guerres de religion n’ont jamais rien valu de bon.

Que faisons-nous à cette heure ? Nous combattons le djihadisme politique terroriste. Voilà ce que nous faisons. Alors si nous le combattons, il faut s’en donner les moyens. Et le premier de ces moyens c’est de ne pas lui donner la victoire en lui attribuant une capacité à représenter les musulmans de France, qu’il n’a pas. Et en acceptant de nous diviser entre Français, selon notre religion, voilà les deux points qu’il faut refuser au djihadisme et c’est ce que j’ai l’intention de faire à cette tribune en commençant par dire que je partage la souffrance des musulmans de Brétigny qui ont été agressé hier par une voiture bélier contre leur mosquée. Comme je m’étais associé à l’unique protestation qui se fit dans ce pays après les attentats à la mosquée de Bayonne avec la manifestation du 10 novembre.

Votre texte invite l’eau chaude. Il répète que la Constitution s’applique à tous, la belle découverte. Décrétez pendant que vous y êtes, que tous ceux qui cessent de respirer sont condamnés à mort et vous aurez fait la même avancée, ça n’a pas de sens. Le moment est venu de se rappeler que 80% des victimes du djihadisme sont des musulmans. Dans le monde entier et y compris sur notre territoire lorsque par exemple le premier attentat abominable à Nice a fait des victimes de toutes religions, nous le savons tous très bien. Il ne faut pas donner le point à nos ennemis. À cet instant, j’ai le cœur serré en pensant à ceux de mes camarades assassinés en Algérie par l’islamisme politique. J’ai le cœur serré en pensant à mes camarades Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, assassinés en Tunisie parce qu’ils étaient des dirigeants du front populaire qui voulaient proclamer le caractère laïque de la République tunisienne. Ne les confondons pas, ne les oublions pas, ne les méprisons pas. Ces musulmans, dans une tradition qui commence avec Averroès, qui se retrouvent dans le mutazilisme, se sont toujours opposés à ce que la loi religieuse s’impose sur la loi de la cité. Et dans le Coran, si vous voulez le savoir, cela est écrit en toutes lettres.

Après, vous pouvez toujours dire que 74% des jeunes musulmans pensent que la loi de Dieu est au-dessus de la loi civile. Mais 100% des croyants pensent que la loi de Dieu est aussi de toutes lois, et s’ils ne le croient pas alors ce sont des hérétiques ou des mécréants. Mais bien sûr, tous respectent. On peut accepter la loi de Dieu et ensuite accepter la loi civile et c’est ce que font les croyants qui par exemple ne veulent pas de l’avortement mais respectent la liberté de l’avortement, ils ne se l’appliqueront pas à eux. Et ça n’a empêché d’aucun chrétien qui croit au premier des articles du Décalogue : « tu ne tueras point », de faire son devoir au service de la patrie, quand bien même cela signifiait qu’il fallait tuer beaucoup hélas, hélas, hélas, et entre chrétiens comme entre français et allemands.

La guerre de religion ne vaudra jamais rien à la France. 3 siècles de guerres entre catholiques et protestants après 1000 ans de mauvais traitements à l’égard des juifs. Où tout cela nous a mené ? Nulle part. Jusqu’à la grande loi de 1905 qui dit la seule chose qui vaille : l’État ne reconnaît aucune religion.

Votre texte est d’une hypocrisie absolue. Avez-vous l’intention de dissoudre les partis identitaire et suprématiste blanc qui existent en France : non. Avez-vous l’intention de dissoudre la ligue de défense juive, qui a grossièrement insulté les parlementaires de la France insoumise et les a obligé à quitter, sous la protection de la police, une manifestation. Une organisation qui est déclarée terroriste en Israël et aux États-Unis d’Amérique, non plus. Avez-vous l’intention de cesser les relations avec les régimes islamiques qui chaque année condamne des dizaines de personnes à la peine de mort ou à la lapidation : non plus.

Nous sommes en train de perdre notre temps et de donner à la France une image lamentable : non il n’y a pas de guerre en France contre les musulmans. Il y a la laïcité, la loi implacable qui s’applique à tous de la même manière, et c’est seulement cela, collègues, députés de la Corse, qui vous donne raison. La République français est indivisible en ce sens que la loi décidée par tous s’applique à tous. La seule communauté qui soit admise en France est la communauté légale. Je reviendrai dans mes amendements sur ce qui me reste à dire sur le reste. Rappelez-vous de ça : pas de guerre de religion en France.

Meeting pour les libertés publiques en réalité augmentée de Jean-Luc Mélenchon

Le samedi 28 novembre 2020, Jean-Luc Mélenchon était en meeting en réalité augmentée pour les libertés publiques. Il a expliqué qu’il fallait dès maintenant commencer à débattre sérieusement des questions programmatiques pour affronter la situation au moment de la prise du pouvoir en 2022. Il a parlé du pays dévasté par la crise sociale et sanitaire et des problèmes repoussés par Macron à l’après-élection comme les prêts garantis par l’État, l’interdiction du glyphosate ou encore la sortie du nucléaire.

Après une journée de manifestations pour les libertés publiques dans tout le pays, le président du groupe « La France insoumise » à l’Assemblée nationale est aussi revenu sur la question des violences policières. Il a appelé à refonder la police en dissolvant les brigades de voltigeurs, de la BAC et de l’IGPN. Il a demandé que soient expulsés de la police les violents, les racistes et les homophobes afin de retrouver une police républicaine de gardiens de la paix.

Jean-Luc Mélenchon est également revenu sur la dérive autoritaire qui mine nos institutions. Il a pointé la remplacement inquiétant du gouvernement et du parlement par le Conseil des défense ainsi que la crise politique ouverte par Jean Castex suite à sa volonté de passer outre le parlement sur la proposition de loi sécurité globale. Autant d’occasions pour lui d’appeler à la convocation d’une Assemblée constituante pour passer à la 6ème République.

Enfin, le candidat à l’élection présidentielle de 2022 a abordé le sujet de l’unité du peuple français, menacé par la volonté de le diviser sur des questions religieuses. Il a appelé à défendre la paix civile par un retour à la laïcité républicaine. Face aux grands défis et notamment climatique, la division du peuple n’est pas une option.

Pour soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon, signez sur le site Nous Sommes Pour. Retrouvez également ce meeting dans une version accessible aux sourds et malentendants.

#RDLS126 : Autoritarisme macronien, Chine VS USA, université menacée

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Dans ce 126e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon parle d’un sujet passé sous les radars médiatiques : le plus grand accord de libre-échange du monde signé entre la Chine et 14 autres pays de la zone Asie-Pacifique. Il explique comment cet accord vient contrebalancer la puissance américaine et sa monnaie, le dollar. Et comment cette situation nouvelle peut provoquer une augmentation des tensions, particulièrement au moment où les démocrates reviennent au pouvoir après les 4 ans de présidence de Donald Trump.

Jean-Luc Mélenchon revient ensuite sur la dérive autoritaire du régime macroniste. Il explique pourquoi la loi « sécurité globale » et la loi « programmation recherche » posent de graves problèmes en matière de libertés publiques en interdisant de filmer les policiers ou en criminalisant l’engagement des étudiants (3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende pour une occupation de fac). Plus largement, il détaille comment les macronistes, par la loi et par les mots, tentent de criminaliser sans cesse l’opposition au régime et comment le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin participe de cette stratégie.

***LES LIENS***

- Nous sommes pour !
- La Chine signe le plus vaste accord de libre-échange au monde !
- Les dessous de la « méga bombe » américaine larguée en Afghanistan
- Macron à la dérive autoritaire

***S’ABONNER AUX PODCASTS***

- Spotify
- iTunes
- Deezer

#RDLS125 : Présidentielle 2022, élections aux USA, solidarité marseillaise

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Dans cette 125e Revue de la Semaine, Jean-Luc Mélenchon revient sur sa proposition de candidature à l’élection présidentielle avec la plateforme https://​noussommespour​.fr. Il explique d’où vient le nombre de 150 000 parrainages citoyens pour une investiture populaire et rappelle qu’il a déposé une proposition de loi à ce sujet. Il répond aux questions formulées sur la plateforme depuis son lancement (nombre de signatures, validité, poursuite de la collecte après les 150 000, etc) et sur la stratégie dans laquelle celle-ci s’inscrit.

Jean-Luc Mélenchon revient également sur le résultat des élections américaines alors que Donald Trump refuse pour l’instant de reconnaître la victoire de Joe Biden. Le député insoumis explique que si on peut se réjouir du fait que le président-élu des Etats-Unis a annoncé sa volonté de rejoindre l’accord de Paris sur le climat, il ne faut pas pour autant perdre de vue l’objectif d’indépendance de la France. Il rappelle donc en quelques mots sa politique en matière de relations internationales, ainsi que sa proposition de sortir de l’OTAN.

Jean-Luc Mélenchon parle enfin d’une action de solidarité réalisée à Marseille. Il s’agit d’une collecte de denrées alimentaires, de produits d’hygiène et de masques pour les remettre aux plus pauvres grâce à l’aide du Secours populaire. Le député insoumis appelle à mettre en place partout de telles actions de solidarité.

***SOMMAIRE***

00:00 : Introduction
00:12 : Lancement de la plateforme « Nous sommes pour »
19:00 : Une action de solidarité à Marseille à imiter
22:31 : Elections américaines et indépendance de la France 

***LES LIENS***

- La plateforme « Nous sommes pour ! »
- Le 20h de TF1
- Le direct sur 6 réseaux sociaux
- Présidentielle 2022 : pour une investiture populaire de 150 000 parrainages citoyens
- Une action de solidarité organisée à Marseille ce samedi

« Nous sommes pour ! », comment ça marche ?

Ce dimanche 8 novembre sur TF1, Jean-Luc Mélenchon a proposé sa candidature à l’élection présidentielle de 2022. Mais cette proposition est assortie d’une condition : obtenir une investiture populaire de 150 000 parrainages citoyens. Un site est lancé pour recueillir les signatures : noussommespour​.fr. Pourquoi 150 000 signatures ? Comment ça marche ? Explications. Pourquoi 150 000 signatures ? Le nombre de 150 … Lire plus

Présidentielle 2022 : « Je propose ma candidature »

« Oui, je suis prêt : je propose ma candidature ». C’est par ces mots que Jean-Luc Mélenchon a annoncé sa décision concernant l’élection présidentielle de 2022 au journal télévisé de 20h de TF1, ce dimanche 8 novembre 2020.

Une investiture populaire

Il a immédiatement assorti cette proposition de candidature d’une « condition » : celle de réunir une « investiture populaire ». Il s’agit, comme il l’a expliqué, de recueillir 150 000 parrainages citoyens. Le Président du groupe parlementaire La France Insoumise avait récemment déposé une proposition de loi à l’Assemblée nationale pour ouvrir à 150 000 personnes inscrites sur les listes électorales la possibilité de sélectionner les candidats à l’élection présidentielle, un droit réservé pour l’instant à 500 élus.

Une proposition que Jean-Luc Mélenchon a donc décidé de s’appliquer à lui même. Un site internet, « https://​noussommespour​.fr » a été ouvert pour permettre cette collecte de signatures. Sur TF1, l’insoumis a appelé ses soutiens à s’y rendre pour remplir le formulaire de parrainage.

Un programme de gouvernement

L’autre atout sur lequel Jean-Luc Mélenchon dit vouloir s’appuyer, c’est son programme. Une nouvelle version de l’Avenir en Commun a été mise en ligne sur le site « noussommespour​.fr ». Elle est ouverte aux contributions individuelles. Il est vrai que ce document avait déjà réunit 7 millions de voix dans la précédente élection présidentielle de 2017.

Depuis, il a aussi été le fil conducteur pour les 17 députés insoumis à l’Assemblée nationale et les 6 députés européens. Au cours de l’actuel quinquennat, l’Avenir en Commun a été décliné en 80 propositions de loi, 4 contre-budgets et plusieurs milliers d’amendements. De quoi conforter son statut de solide programme de gouvernement.

Se projeter sur l’avenir

Le leader insoumis a clairement donné un ton d’optimisme à sa campagne qui débute. S’il est apparu très conscient des graves problèmes traversés par le pays, comme l’épidémie de coronavirus, il a aussi déclaré vouloir aider les français à « se projeter sur l’avenir ». Pas question de peindre noir sur noir, Jean-Luc Mélenchon veut « déconfiner les esprits » et montrer « qu’il peut y avoir un bout au tunnel en vue », à l’aide de ses propositions phares comme la 6ème République ou la planification écologique. Lui qui, selon les sondages, est le mieux placé pour perturber le duo Macron/Le Pen a fustigé les deux comme des « variantes d’une vision autoritaires de l’Etat et de la société ».

Après son intervention sur TF1, Jean-Luc Mélenchon a prévu d’apparaitre dans un échange avec le public sur les réseaux sociaux (Twitch, Facebook, Youtube, Twitter, Instagram, TikTok).

Après le 20h de TF1, Jean-Luc Mélenchon répond à vos questions - #JLMDirect

Le dimanche 8 novembre 2020 après sa participation au 20H de TF1 où il a proposé sa candidature à l’élection présidentielle de 2022, Jean-Luc Mélenchon était en direct sur 6 réseaux sociaux (YouTube, Twitch, TikTok, Instagram, Twitter et Facebook) pour répondre aux questions des internautes.

Pendant 1h15, celui qui a lancé la plateforme « Nous sommes pour ! » pour obtenir l’investiture populaire de 150 000 parrainages citoyens a traité de nombreux sujets liés à son programme « L’Avenir en commun » : 6e République, sortie du nucléaire, fin de l’agriculture chimique, retraite à 60 ans, égalité salariale entre les femmes et les hommes, revalorisation du métier d’enseignant…

Jean-Luc Mélenchon est également revenu sur des sujets d’actualité : gestion de la crise sanitaire du coronavirus, dérive autoritaire de la macronie, place du conseil de défense dans la décision politique, réponses sur le lancement de la plateforme « Nous sommes pour ! »…

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des questions et le minutage des réponses de Jean-Luc Mélenchon.

SOMMAIRE :
00:00:00 : Introduction
00:00:57 : Candidature élection présidentielle TF1
00:03:40 : Est-ce que l’Avenir en Commun évoluera sur de nombreux points ? Lesquelles ? Si oui quand ?
00:12:22 : Si vous devenez président est-ce que vous instaurerez la 6ème République ?
00:17:55 : Pourquoi une investiture populaire ?
00:21:19 : Que peut-on faire pour convaincre les gens qui ne votent pas ?
00:24:17 : Pour ou contre la retraite à 60 ans ?
00:25:47 : J’aimerais savoir si vous êtes d’accord avec la loi interdisant la publication des vidéos des violences policières ?
00:28:27 : Qu’allez-vous faire pour le personnel soignant ? Augmentation des salaires et des moyens ?
00:33:58 : Est-vous d’accord avec certaines mesures du Président Macron depuis le début de son mandat ?
00:35:13 : Est-ce que vous allez proposer l’égalité salariale homme-femme ?
00:35:54 : Pourriez-vous convaincre les partenaires de gauches PS/ Verts de se rallier à vous ?
00:40:56 : Comment appliquer une véritable politique écologique quand l’Union européenne finance l’agriculture intensive ?
00:45:08 : Pourquoi vouloir arrêter le nucléaire ?
00:47:25 : Les enseignants français ont été particulièrement malmenés sous le mandat de Macron et les précédents ? Sauvez l’école et revalorisez le métier.
00:50:46 : C’est quoi le Conseil de défense ?
00:53:02 : Que comptez-vous faire contre le terrorisme ?
00:55:03 : Que pensez-vous de la loi sur le séparatisme ?
00:57:42 : Déconfiner les esprits : est-ce que vous pouvez expliquer ce que vous voulez dire par cette métaphore ?
00:59:27 : Comment comptez-vous vous adapter à la situation de crise sanitaire ?
01:00:42 : La campagne de 2022 va être violente ?
01:05:12 : Allez-vous faire un ministère pour la défense des animaux ?
01:05:20 : Est-ce que vous allez refaire le catogan ?
01:05:52 : Que pensez de la vente d’Alstom à General Electric ?
01:06:24 : Jean-Luc êtes-vous patriote ?
01:06:55 : Vous pensez quoi des LGBT ?
01:07:15 : Que pensez-vous des protocoles sanitaires dans les collèges et les lycées ?
01:07:45 : Je vous ai entendu parler des réductions du temps de travail horaire décalé pour tenter de réguler cette situation difficile. Serait-ce une nouvelle proposition pour le programme 2022 ?
01:10:54 : Comment pouvons-nous proposer des ajouts de propositions pour l’AEC ?
01:11:12 : Est-il possible de détailler la mesure sur le service citoyen obligatoire ?
01:12:48 : Conclusion

#RDLS124 - Confinement, état d’urgence : le régime autoritaire

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Dans cette 124e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon se concentre sur un seul thème : la mise en place progressive d’un régime autoritaire dans lequel les libertés collectives et individuelles sont peu à peu réduites.

Le président du groupe « La France insoumise » parle d’abord de la remise en place du confinement et explique pourquoi cette mesure n’est pas tenable dans la durée. Il prend le cas des petits commerçants contraints de choisir entre prendre des amendes ou mettre la clef sous la porte compte tenu des difficultés financières qu’occasionnent le nouveau confinement. Il propose également de mettre en place des alternatives au confinement et donne des exemples de ce qui pourrait être fait.

Jean-Luc Mélenchon revient ensuite sur la prorogation de l’état d’urgence sanitaire et explique que se met en place un régime autoritaire dont la pente est totalitaire. Il invite à consulter le document d’analyse « Macron à la dérive autoritaire » qui récapitule les privations de liberté depuis le début du quinquennat.

Enfin, le député insoumis fait le point sur le lancement de l’application « L’insoumission » et sur les abonnements à « L’insoumission Hebdo » et « Le journal de l’insoumission ».

***LES LIENS***

- Le document « Macron à la dérive autoritaire »
- Abonnez-vous aux journaux de L’insoumission
- Téléchargez l’application de L’insoumission sur Google Play
- Téléchargez l’application de L’insoumission sur l’Apple Store 

***S’ABONNER AUX PODCASTS***

- Spotify
- iTunes
- Deezer

Il faut des alternatives au confinement général

Pour vous abonner à la chaîne de Jean-Luc Mélenchon, cliquez ici :

Le 3 novembre 2020, Jean-Luc Mélenchon intervenait à l’Assemblée nationale pour s’opposer à la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. Il a dénoncé une situation où la pandémie est « hors de contrôle » et où les consignes sanitaires ne sont pas pleinement obéies du fait de l’absence de consentement de la population aux mesures prises. Il a aussi expliqué que la multiplication des situations d’état d’urgence passant ensuite dans le droit commun posait un problème démocratique. Une position également défendue dans un document rendu public ce même jour sur la « dérive autoritaire de Macron ».

Le président du groupe parlementaire « La France insoumise » a appelé à créer les conditions du consentement aux mesures sanitaires en trouvant des alternatives au confinement général. Il a notamment proposé de réouvrir les commerces de proximité et à faire un roulement dans les classes d’école.

Enfin, Jean-Luc Mélenchon a de nouveau expliqué que la prise de décisions par le Conseil de défense posait un grave problème démocratique.

Macronistes : vous limitez les libertés individuelles et collectives

Intervention de Jean-Luc Mélenchon à l’Assemblée Nationale le 4 novembre 2020 pour expliquer le vote du groupe parlementaire « La France insoumise » lors du vote de prorogation de l’état d’urgence sanitaire.

Jean-Luc Mélenchon est revenu sur la dérive autoritaire du gouvernement et de la majorité parlementaire. Il a aussi dénoncé le problème constitutionnel que pose le Conseil de Défense, ce groupe tenu au secret-défense auquel est confié la mission spéciale de gérer la crise sanitaire alors que cela ne fait partie de ses attributions légales.

Le groupe parlementaire « La France insoumise » a rendu public à cette occasion un document choc sur la dégradation de nos libertés individuelles et collectives depuis le début du quinquennat Macron, consultable en suivant ce lien.