Assemblée représentative 2020 : bilan des évolutions de la plateforme et de ses outils

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

La plateforme et ses outils occupent une place centrale dans le mouvement depuis sa création. Elle est le lieu où s’organise son action et où les nouveaux insoumis⋅es peuvent trouver comment participer. Elle est à ce titre la porte d’entrée du mouvement : est insoumis⋅e toute personne qui la rejoint.

Le développement et la maintenance de la plateforme sont entièrement pris en charge par l’espace opérationnel. Cela permet de l’adapter aux besoins exacts du mouvement et des insoumis⋅es. Cela assure aussi l’indépendance technique de la France insoumise et la sécurité des données des inscrit⋅es sur la plateforme. En contrepartie de cela, chaque nouvelle fonctionnalité nécessite du temps pour être développée, et implique du temps de maintenance supplémentaire par la suite. Le pôle a ainsi du corriger cette année plus de 300 bugs sur des fonctionnalités déjà existantes.

Au sein de l’espace opérationnel, la plateforme est développée particulièrement par le pôle outils numériques. Le pôle outils numériques est animé par deux personnes salariées, et travaille en lien étroit avec le pôle des groupes d’action. Le pôle outils numériques s’attache à répondre en premier lieu au besoin des insoumis⋅es. Dès 2017, des consultations ont donc été organisées à plusieurs occasions, notamment lors des AMFis d’été.

L’Assemblée représentative de 2019 représentait à ce titre un nouveau jalon. Le texte La France insoumise, un mouvement évolutif liste les demandes des insoumis⋅es quant aux nouvelles fonctionnalités de la plateforme. La synthèse des travaux de l’Assemblée des groupes d’action de novembre 2019 liste aussi des évolutions possibles de la plateforme. Enfin, au cours de l’année 2019-2020, le comité de pilotage des élections municipales a demandé plusieurs nouvelles fonctionnalités au pôle outils numériques. Le pôle a donc répondu à l’ensemble de ces demandes, dans la limite de ses moyens, tout en assurant les tâches nécessaires à la tenu des campagnes du mouvement.

Les améliorations sur le financement des groupes d’action

Une première demande portait sur le financement des groupes d’action et les dons fléchés : il est désormais possible de flécher tout ou partie d’un don automatique mensuel vers un ou plusieurs groupes d’action, ce qui permet aux groupes d’action de trouver des moyens financiers plus réguliers. Par ailleurs, la procédure de demande de dépense qui avait été introduite l’année précédente a été étendue pour permettre de gérer les remboursements des sommes déjà engagées par les insoumis⋅es grâce à l’enveloppe de dons fléchés vers les groupes d’action.

L’Assemblée des groupes d’action avait fait la requête de simplifier les formulaires de dépenses et les pages de dons, pour permettre notamment aux groupes de pouvoir partager plus facilement. C’est chose faite, avec l’apparition du bouton « Financer les actions du groupe » et le bouton permettant de partager cette page, permettant ainsi aux insoumis⋅es de faire financer leurs actions sur les réseaux sociaux.

Amélioration des outils de communication et de gestion des groupes d’action

L’assemblée représentative avait souligné la difficulté de suivre les actualités locales ou les évolutions de la plateforme. Conformément à la demande formulée, le pôle outils numériques a développé un système de notifications sur la plateforme, qui permet une meilleure information des insoumis⋅es sur les initiatives autour de chez eux, sans surcharger les boites mails.

Le pôle outils numériques avait aussi pour mission de « simplifier et développer la page de gestion des groupes d’action afin de la rendre plus accessible aux gestionnaires et animateurs·rices. » Il devait notamment ajouter « la possibilité de demander plus facilement un changement du binôme d’animation partiaire ou de supprimer d’un groupe des personnes ayant souhaité l’être ». C’est désormais chose faite, avec la mise en place des demandes de suppression du groupe, de modification de ses membres et ou de ses animateur⋅ices.

Comme prévu, « des documents ressources » y ont aussi été ajoutés, comme l’attestation d’assurance responsabilité civile de l’année en cours. Le pôle doit encore travailler sur d’autres demandes de l’assemblée représentative, comme la possibilité de cumuler les codes promos, ou de permettre une co-animation plus facile entre plusieurs groupes d’un même événement.

Création d’outils pour les élections municipales

Le pôle outils numériques a été directement impliqué pendant les élections municipales, à plusieurs titres. Le pôle a ainsi mis en place les pages Communes, générées automatiquement à partir des données fournies par le comité électoral, et permettant à des milliers d’internautes de trouver quel était le ou la candidate soutenue dans leur commune. Ces pages communes ont aussi permis de mettre en contact des personnes souhaitant participer à la campagne, de mettre en avant les réseaux sociaux de chaque campagne municipale, ainsi que de lister toutes les actions et les groupes d’action organisés sur le territoire de chaque commune. Ces pages étaient modifiables par les chef⋅es de files. Elles pouvaient aussi servir à mettre en contact des personnes souhaitant donner procurations et des personnes pouvant les prendre.

En plus de cela, le pôle a créé un outil d’envoi d’e-mail à disposition des chef⋅fes de file, leur permettant d’envoyer des mails à l’ensemble des personnes inscrites sur la plateforme dans leur commune. Cela nécessitait une organisation précise du calendrier d’envois de mail, une question complexe pour un émetteur aussi gros que la France insoumise.

Le pôle a aussi développé un autre outil de communication : il a aidé le comité de pilotage a maintenir le contact avec les chef⋅fes de file en synchronisant automatiquement les listes de messagerie instantanée avec les binômes validés par le comité électoral.

Pour terminer, le pôle a développé un outil peu visible par la plupart des insoumis⋅es, mais très utile, permettant au réseau des élu⋅es de recenser les élu⋅es insoumis⋅es directement sur la plateforme, afin de pouvoir utiliser les outils de la plateforme pour s’organiser.

Les outils spécifiques au COVID-19

Durant la période du confinement, le pôle outil numérique a concentré sur son travail sur la mise à disposition d’outils de travail collaboratif aux insoumis⋅es. L’équipe a ainsi amélioré les capacités de l’outil de visio-conférence, ou des documents collaboratifs. Avec les autres espaces du mouvement, ont été aussi mises en place les cogitations en ligne.

Cette mobilisation depuis le début de la crise entre dans le cadre plus général de la forte implication du pôle sur les événements. Celle-ci a toujours été constante, avec notamment, lors des AMFis 2019, d’importantes améliorations apportées aux outils de billetterie.

Contribution au logiciel libre

Ce dernier sujet n’est pas directement d’intérêt pour la plupart des insoumis⋅es lorsqu’ils ou elles utilisent la plateforme, mais il garde son importance. Le pôle outil numérique se situe dans la droite ligne de l’Avenir en commun en priorisant toujours l’utilisation de logiciels libres. Mais il va aussi au delà, en rendant public et en mettant à disposition l’ensemble des outils qu’il produit.

Si certains sont difficilement réutilisables, comme le site de la plateforme elle-même, d’autres le sont beaucoup plus facilement. L’outil d’automatisation des sauvegardes de ses serveurs, rendu public il y a un an, a ainsi été téléchargé plus de 4190 fois !

Le pôle outils numérique a à cœur de poursuivre l’amélioration de la plateforme en répondant au besoin du mouvement. Tout en poursuivant la mise en place des améliorations déjà programmées, notamment pour répondre aux demandes de l’Assemblée des groupes d’action, il sera donc attentif aux propositions qui émergeront de l’Assemblée représentative. Bien que cela nécessite d’importantes compétences technique, le pôle reste par ailleurs ouvert à toute personne souhaitant aider à l’ajout d’une des nouvelles fonctionnalités prévues.