« La France insoumise, un mouvement évolutif »

dans Actualités du mouvement

Voici la version proposée à l’ensemble des insoumis⋅es du texte « La France insoumise, un mouvement évolutif ». Une première version de ce texte avait été enrichie préalablement à l’Assemblée représentative par les contributions des insoumis⋅es sur la plateforme. Transmise à l’Assemblée représentative, celle-ci en a produit une troisième version à l’issue des travaux sur table, puis la version actuelle après les interventions en plénière des participant⋅es.

Les mots et phrases en italique et soulignés sont les éléments qui ont été modifiés par l’Assemblée représentative respectivement lors des travaux sur table et lors des interventions en plénière.

A l’heure de la révolution citoyenne, la France insoumise doit être un outil au service de l’auto-organisation du peuple. Notre mouvement doit donc consacrer son énergie à la transformation de la société et à la construction du pouvoir d’agir des citoyens. C’est pourquoi, nous ne souhaitons pas construire un parti politique mais bien un mouvement ouvert, inclusif, dont la forme, bien qu’imparfaite, est plus adaptée aux tâches qu’il nous faut accomplir.

Cette volonté se traduit dans les principes adoptés à plus de 95% des insoumis⋅es lors de notre convention de Clermont-Ferrand. Conscient de l’ampleur de ce défi, notre mouvement s’est caractérisé depuis sa fondation par des évolutions successives et régulières pour inventer des formes d’organisation nouvelle, en rupture avec les logiques des partis politiques traditionnels.

Aujourd’hui, suite aux décisions de notre convention de Bordeaux, aux imperfections rencontrées, et à la lumière des multiples contributions des insoumis⋅es, notre mouvement évolue de nouveau. Il met en place immédiatement :

  • Une assemblée des groupes d’action. Chaque trimestre, 4 insoumis⋅es, à parité, par ancienne région de France (22) en veillant à la représentation de tous les territoires, seront tiré⋅es au sort parmi l’ensemble des animateurs et animatrices de groupes d’action certifiés avec pour mandat de porter la parole des membres desdits groupes. Ils et elles se réuniront en assemblée, en présence de l’espace opérationnel, avec pour objectif :
    • de remonter les problèmes rencontrés dans l’action,
    • de partager les bonnes pratiques,
    • de proposer des actions déployables à l’échelle du mouvement.

Les travaux de cette assemblée doivent être transparents, un compte rendu doit être publié à l’issue de chaque rencontre sur la plateforme.

Cette assemblée désigne en son sein quatre représentant⋅es, à parité, qui participent à la réunion suivante de coordination des espaces du mouvement. A cet effet, l’Assemblée doit apparaitre dans l’organigramme général du mouvement.

  • Un budget national participatif pour les actions d’auto-organisation et de solidarité concrètes organisées par les groupes d’action certifiés. Ces projets seront sélectionnés par tou·te·s les insoumis.es par un soutien exprimé sur la plateforme. Pour la mise en œuvre des actions financées, une attention doit être apportée au lien avec les associations et syndicats, ainsi qu’à la répartition géographique des actions sélectionnées.
  • Une coordination des espaces du mouvement qui réunit, sur une base régulière, des représentant⋅es de chacun d’entre eux, désignés en leur sein. Sa composition actuelle est précisée en annexe. Ses membres actuels sont en charge d’un processus de refondation des espaces du mouvement, qui vise notamment à définir une organisation transparente de chaque espace, ainsi que les modalités de l’implication de l’ensemble des insoumis⋅es volontaires en leur sein. Ils doivent préparer la consultation des insoumis·es pour d’éventuels nouveaux mandats limités dans le temps.
  • Des votes réguliers sur la plate-forme numérique. Les objets de ces votes doivent être débattus entre les insoumis·es. La mise en œuvre des décisions prises par ces votes doit faire l’objet d’un suivi consultable par toutes et tous.
  • Une agora de la France insoumise qui sera un lieu de débat et de réflexion ouvert à toutes et tous autour de grandes questions stratégiques. Les thèmes des débats seront soumis à contributions. Des chantiers seront ouverts régulièrement par une séance inaugurale réunissant des insoumis⋅es, des intellectuel⋅les, des militantes et militants associatifs ou syndicaux et donneront lieu à des actes publiées sur la plate-forme. Les agoras seront organisées sur tous les territoires à l’initiative des groupes d’action pour contribuer à cette réflexion. Des agoras pourront utiliser des outils numériques.
  • Un comité de respect des principes et de la charte des groupes d’action composé de représentant⋅es des différents espaces du mouvement et d’insoumis⋅es tiré⋅es au sort parmi des volontaires issus des groupes d’action certifiés.

Le comité d’amélioration a pour charge d’évaluer la réussite et l’opportunité de pérenniser et de développer ces structures et outils.

Par ailleurs, suite aux difficultés signalées par les groupes d’action, l’espace opérationnel mettra en œuvre dans les prochaines semaines les améliorations suivantes :

  • Une permanence téléphonique d’aide opérationnelle aux animateurs et animatrices des groupes d’action certifiés.
  • Une séance de formation annuelle à l’utilisation de la plate-forme numérique dans chaque région de France.
  • Une amélioration des modalités de financement des groupes d’action (mise en place d’une possibilité de dons automatiques mensuels fléchés vers les groupes d’action, remboursement des sommes engagés par les insoumis⋅es dans la limite des sommes disponibles dans leurs groupes d’action).
  • Un système de notifications sur la plate-forme permettant une meilleure information des insoumis⋅es sur les initiatives autour de chez eux.

Enfin, notre mouvement confirme sa volonté d’amélioration continue par la mise en place d’un comité d’amélioration de son organisation composée à moitié de représentant⋅es des différents espaces du mouvement et à moitié d’insoumis⋅es tiré⋅es au sort parmi des volontaires issus des groupes d’action certifiés. Les débats qui s’y tiennent doivent être transparents et faire l’objet de compte rendus publiés sur la plateforme.

Ce comité sera chargé d’apprécier les évolutions du mouvement et de synthétiser de nouvelles propositions et pourra les soumettre à la discussion de la coordination des espaces ou de notre prochaine assemblée représentative. Ce comité a pour responsabilité de se saisir des débats et propositions qui ont été faites à l’occasion de la réunion de cette assemblée représentative (en plénière et sur la plateforme).

Les débats ont globalement souligné le besoin de transparence de ces évolutions et de précision des modalités et des calendriers de leur mise en œuvre.

Les participant·e·s de cette assemblée représentative ont très largement approuvé la proposition et la mise en œuvre des mesures caractérisant le chantier de refondation de notre mouvement.