Communiqué du groupe parlementaire LFI-NUPES

Dans un communiqué le mercredi 12 juillet, la Préfecture de Mayotte a annoncé une intensification des coupures d’eau. Dès lundi 17 juillet, les communes de Mamoudzou, Koungou, Pamandzi et Dzaoudzi subiront sept coupures « nocturnes » par semaine, de 16h à 8h du matin. Treize autres villes du département devront faire face à « trois tours d’eau » de 24 heures par semaine.

Apres l’échec de l’opération sécuritaire et anti-pauvres « Wuambushu », le gouvernement s’enlise dans l’indifférence vis-à-vis de nos concitoyens de Mayotte, qui subissent de plein fouet son inaction.

Depuis plusieurs années nous alertons et avons déposé une proposition de loi, balayée par la Macronie, afin de garantir la gratuité de 50 litres d’eau par jour et par personne, ce qui correspond au minimum vital préconisé par l’OMS.

À Mayotte, un tiers des familles n’a pas d’accès à l’eau courante. Les taux de connexion au réseau d’assainissement sont très faibles : alors que 37 % de la population vit dans des zones desservies par le réseau, 18 % seulement des ménages y sont connectés.

L’État ne peut pas priver une partie de la population d’un accès à l’eau. Nous demandons « un plan d’urgence Eau » pour Mayotte et sa discussion à l’Assemblée nationale.

pARTAGEZ

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram
LinkedIn

Dernières actualités