CARAVANES DE L’UNION POPULAIRE - Jour 1 - Étape du Havre

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Lundi 25 octobre, pour la première étape de la caravane de l’Union Populaire des vacances de la Toussaint, les caravanier·es de l’Union Populaire s’arrête au Havre, dans le quartier de Caucriauville.

Dès l’arrivée de la caravane, une habitante, Ulonda, vient à notre rencontre. De sa fenêtre, elle a immédiatement remarqué l’arrivée des militant·es havrais·es venu·es en nombre. Dans la discussion, Ulonda nous parle de son ancien métier, auxiliaire de vie, qu’elle a dû quitter à cause des difficultés rencontrées lors du premier confinement. « C’était trop dur, je n’ai pas de voiture. Je me déplaçais toute la journée en transport en commun, je n’avais même plus le temps de m’occuper de ma fille… Tout ça pour un SMIC à 1200 € ». Ces métiers essentiels, qui ont assuré la vie collective lors de la pandémie, sont les plus pénibles, et pourtant les plus mal payés ! Nous proposons la revalorisation des salaires et notamment du SMIC à 1400 € net par mois. Convaincue, elle reviendra échanger plus longuement lors de l’apéro citoyen et s’est portée volontaire pour devenir correspondante d’immeuble pour la campagne de Jean-Luc Mélechon !

En porte-à-porte, nous rencontrons Fatiah. Elle explique que le quartier a été construit dans les années 1960 par des immigré·es : « C’est eux qui ont fait la France ! Maintenant on s’enferme dans des débats sur l’identité, alors que près d’un Français sur trois à un grand-parent né à l’étranger ! » Fatiah n’en peut plus : elle veut qu’on parle des problèmes concrets de la vie des gens et qu’on les lâche avec leur prénom : tout le monde veut vivre bien et tranquillement.

Dans le même immeuble, quelques étages plus hauts, Freddy, un agent d’entretien de 40 ans, nous raconte qu’il croule sous les factures. « Entre le loyer, l’électricité et le gaz, les abonnements divers… à la fin, il me reste quoi pour moi ? Rien ». Comme une majorité des Français·es, la première préoccupation de Freddy, c’est le pouvoir d’achat ! À la fin de la discussion, Freddy qui n’était pas inscrit sur les listes électorales remplit le cerfa qui lui permettra de voter le 10 avril prochain !

Mardi 26 octobre, la caravane fera étape à Rouen dans le quartier de la Grand-Mare !

➡️ Rendez-vous sur la page des caravanes de l’Union populaire pour retrouver les étapes près de chez vous