La publicité, c’est le viol !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

La publicité, c’est le viol ! Pourrait-on dire pour paraphraser Proudhon. Qu’on le veuille ou non, nous recevons entre 1 200 et 2 200 messages publicitaires par jour. Le matin à la radio, sur Internet, dans les transports, dans la rue, à la télévision, et jusqu’aux toilettes.

Vecteur d’un modèle de consommation débridée qui nuit à notre santé physique comme psychique, et rouage d’un productivisme toxique pour l’environnement, elle est aussi coûteuse en ressources énergétiques (un panneau numérique de 2㎡ a la même consommation annuelle qu’un foyer avec enfant) et financières (plus de 30 milliards chaque année qui ne servent pas à l’investissement).

Avec la proposition de loi que j’ai défendue ce matin en commission, la France Insoumise propose de s’attaquer à ces nuisances, de mettre un terme à l’agression lumineuse, aux réclames pour des produits polluants, à l’incitation à la malbouffe qui empoisonne nos enfants.

Toutes les informations sur la proposition de loi pour limiter les impacts négatifs de la publicité.