Stop aux violations des droits humains à nos frontières !

dans Actualités, Communiqués de presse, Le groupe parlementaire à l'Assemblée nationale

Communiqué du groupe parlementaire de La France insoumise.

Aujourd’hui, les député∙es insoumis∙es lancent l’action #37314morts, pour porter à l’attention du plus grand nombre les mauvais traitements que subissent les personnes qui cherchent refuge dans notre pays, afin que ces pratiques cessent. 

37314, c’est le nombre de personnes qui ont péri aux frontières européennes depuis 1993.

Depuis des années, personnes migrantes, ONG, collectif de citoyen·nes, élu∙es… alertent sur des dysfonctionnements graves aux frontières françaises qui violent des droits élémentaires, bafouent nos engagements internationaux et mettent en danger l’intégrité physique et psychique des nombreuses personnes qui en sont victimes, dont des enfants.

Récemment, plusieurs parlementaires se sont vu refuser l’entrée dans des postes de police aux frontières, en violation de leur droit de visiter les lieux de privation de liberté.

Mobilisé depuis le début du mandat pour s’opposer à la répression des migrant·es et proposer une politique alternative, humaine et solidaire, le groupe parlementaire de la France insoumise a lancé depuis le mois d’octobre plusieurs initiatives “Pour un accueil digne”, à retrouver sur cette page.

L’action d’aujourd’hui :

  • les député∙es Danièle Obono, Mathilde Panot, Ugo Bernalicis, Loïc Prudhomme, Eric Coquerel, Clémentine Autain et Sabine Rubin effectuent des missions d’observation aux frontières de Calais, Menton  et de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle ; à l’arrivée des bus venant d’Espagne à Bordeaux ; au CRA de Vincennes ;
  • des comptes rendus de ces visites sont publiées au fur et à mesure sur les réseaux sociaux ;
  • des vidéos thématiques sont mises en ligne à 7h, 12h, 19h, avec le #37314morts ;
  • en complément, le groupe La France insoumise dépose une demande de commission d’enquête sur la violation des droits humains aux frontières, et notamment des enfants.

Il faut en finir avec la violence systématique et permanente faite aux migrant·es, qui ne produit que toujours plus de désordre social et de souffrances ! Il en va de la dignité et de la vie de milliers de personnes, dont des enfants. Mais aussi du respect de nos valeurs, de nos principes et de nous-mêmes.