Crédits photo : Jean-Paul Barbier

Ma question écrite sur l’EPR de Flamanville

dans Mathilde Panot, Nos parlementaires

Retrouvez ma question écrite adressée au Ministre de la Transition écologique et solidaire au sujet de l’EPR de Flamanville : 

Mme Mathilde Panot alerte M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur l’échec patent et les problèmes lourds rencontrés par le projet d’EPR à Flamanville. Mme la députée rappelle à M. le ministre que l’EPR devait entrer en service en 2012, et que cette mise en route est, du fait de nouvelles failles dans le projet, reporter à 2020. De report en report, l’EPR n’est de toute évidence pas prêt à entrer en fonction. Le surcoût du projet est faramineux. Une augmentation de plus de 200 % du budget initial signale une incapacité totale de la part d’EDF à prévoir le coût de l’EPR : près de 11 milliards d’euros y ont été investis, contre les 3 prévus initialement. À ce rythme, l’EPR semble pouvoir longtemps continuer à coûter cher sans produire d’électricité. 

Après les fissures du radier, les systèmes de contrôle et de commande, le mur endommagé de la piscine, la cuve et le couvercle défectueux, c’est désormais le circuit secondaire principal qui est atteint. 150 soudures y présentent des défauts, ce qui rallonge encore le chantier d’un an ou davantage, avant le prochain problème. Ce surcoût pourrait encore être pardonné si l’EPR était un projet d’avenir. Il n’en est rien. C’est un projet inutile et absurde, qui est dépassé. Les retards dans le chantier nous donnent en réalité une occasion formidable, celle d’abandonner le mirage de l’EPR et, plus généralement, d’en finir avec l’illusion nucléaire. 

Mme la députée s’interroge sur la pertinence de s’obstiner dans la voie nucléaire. L’EPR de Flamanville est l’exemple même qu’elle coûte très cher et présente des risques considérables. Une fois l’EPR mis en route, EDF compte en ouvrir un second. Cette logique est une véritable fuite en avant qui ne garantit en rien la transition énergétique, le nucléaire constituant en France un frein puissant pour le développement des énergies renouvelables. Elle lui demande de demander à EDF de fournir des explications circonstanciées sur l’accumulation de défaillances dans le chantier. Elle lui demande s’il compte abandonner ce projet inutile, coûteux, et qui couvre l’État qui s’y obstine de ridicule. 

Elle s’interroge également sur les éléments qui circulent relativement à la nationalisation de la filière nucléaire d’EDF, et à la privatisation de la filière énergies renouvelables. Ces dernières devenant de plus en plus rentables, elle lui demande s’il approuve cette logique dommageable pour l’intérêt général de socialisation des pertes et de privatisation des profits.