En rejoignant Macron, Jérémy Decerle trahit une fois encore les agriculteurs !

dans A la Une - Européennes 2019, Laurence Lyonnais, Laurent Thérond, Nathalie Bourras, Romain Dureau

Communiqué de Nathalie Bourras, Romain Dureau, Laurence Lyonnais et Laurent Therond, candidat·e·s de La France insoumise aux élections européennes 2019.

Le président des Jeunes Agriculteurs, Jérémy Decerle figurera sur la liste LREM aux élections européennes de 2019.

En rejoignant Macron, Jérémy Decerle démontre que décidément la condition des agriculteurs et l’écologie ne sont pas son problème. Pourtant, il prétendait défendre en 2016, « une agriculture de fermes et non de firmes »,  et en 2017 il dénonçait l’accord CETA avec le Canada, comme « portant un coup à l’agriculture française ». Il appelait même la France à ne pas le ratifier. Et le voilà 4e sur la liste de Macron qui fait de la ratification du CETA par la France une de ses promesses de campagne lors de l’élection présidentielle et qui a commencé à préparer sa mise en œuvre. Rappelons que la France insoumise avait déposé à l’Assemblée nationale une résolution pour demander un référendum sur le CETA… Évidemment refusée !

Jérémy Decerle, ancien porte-parole des Jeunes Agriculteurs, se rallie ainsi aux pires politiques libérales qui ont sacrifié les paysans sur l’autel de la sacro-sainte concurrence !

Les agriculteurs et les éleveurs font depuis trop longtemps les frais d’un système alimentaire libéral et d’une agriculture productiviste à bout de souffle. Il est plus que temps, au nom de la souffrance du monde agricole, de cesser les doubles discours de ceux qui participent au désastre en prétendant protéger notre agriculture !

Il est temps de changer la PAC pour changer l’agriculture. Il est temps de réguler et protéger les marchés agricoles face à des prix mondiaux qui ne rémunèrent plus les producteurs. Il est temps de redonner aux paysans la maîtrise de leur métier et d’émanciper l’agriculture des pesticides en déployant les fonds PAC vers la transition agricole. Il est temps de relocaliser les filières au plus proche des lieux de consommation, pour garantir aux mangeurs une alimentation saine et de qualité.

C’est cette exigence sociale et écologique que nous portons avec La France insoumise pour les élections européennes du 26 mai 2019.