Le mercredi 10 avril 2019, Jean-Luc Mélenchon, Manon Aubry, François Ruffin et Evelyne Becker étaient en meeting commun à Amiens.

Evelyne Becker a expliqué comment son expérience avec la fermeture de Goodyear l’avait conduite à s’engager en politique et à rejoindre la liste de la France insoumise aux élections européennes.

François Ruffin a dénoncé les traités européens, responsables des délocalisations. Il a expliqué que le 26 mai, s’abstenir revenait à voter Macron. Il a appelé à utiliser le bulletin « France insoumise » pour dire « Ma-NON à Macron ».

Manon Aubry a, quant à elle, dénoncé les trois lames du rasoir libéral qui détruit tout : le libre-échange, austérité et concurrence. Elle a appelé à mettre en place le protectionnisme solidaire.

Jean-Luc Mélenchon a expliqué que face à l’urgence écologique, il fallait changer en profondeur nos modes de production et de consommation. Il a dénoncé les mensonges de LREM sur le glyphosate, le SMIC européen ou encore le travail détaché. Le président du groupe « La France insoumise » à l’Assemblée nationale a également dénoncé le coût de la contribution nette de notre pays au budget de l’Union européenne.

Ce meeting était un rendez-vous particulièrement attendu puisqu’il réunissait sur scène 4 personnes marquées par des parcours militants hétéroclites et réunies derrière un même programme : L’Avenir en commun.

Évelyne Becker s’est révélée nationalement à travers sa lutte syndicale à l’usine Goodyear à Amiens. Membre du comité central d’entreprise au sein de l’usine, elle remporte alors plusieurs batailles contre la direction en faveur des salarié·e·s et se bat ensuite contre la fermeture du site en 2014. Un combat pour le maintien des emplois qui était aussi « un combat pour défendre la dignité des 1 200 salarié·e·s éprouvé·e·s par des années d’humiliation ».  Elle a été rejointe durant ce meeting par l’autre intervenant local : François Ruffin. Le député, membre du groupe LFI à l’Assemblée, mais aussi réalisateur et journaliste poursuit son engagement de longue date dans la presse mais aussi au cinéma avec, par exemple, le film « J’veux du soleil » sur les Gilets jaunes. 

Il et elle étaient accompagné·e·s de Manon Aubry, tête de liste France insoumise pour les élections européennes, directement issue du monde associatif et longuement engagée dans une ONG pour lutter contre les injustices et la pauvreté. Puis de Jean-Luc Mélenchon, président du groupe parlementaire LFI, qui porte politiquement le programme de la France insoumise depuis 2016

Ce même programme qui aura donc réussi à réunir derrière lui des militant·e·s en provenance de divers secteurs : presse, associations, syndicats, politique… Mais aussi tous les citoyen·ne·s qui se retrouvent derrière ce projet au service de l’avenir en commun.