HÉBERGEMENT D’URGENCE : L’ÉTAT MET DES GENS À LA RUE

dans Clémentine Autain, Droit au logement, Nos parlementaires
Question écrite de la députée Clémentine Autain au Ministre de la cohésion des territoires sur la réduction du BOP 177 en Île-de-France.

Le 20 mars 2018, l’État a annoncé la baisse de 9 % du budget… 2018, alloué à « l’hébergement, parcours vers le logement et insertion des personnes vulnérables » (BOP 177). Cette décision injuste et indigne est un coup de tonnerre, équivalant à une coupe sèche d’environ 80 millions d’euros sur l’ensemble de la région, dont 11 millions pour la Seine-Saint-Denis.

Pourtant, pour la majorité des associations de Seine-Saint-Denis, comme Interlogement 93, de telles mesures sont d’ores et déjà impossibles à mettre en place, tant elles ont déjà atteint l’os en matière de réductions budgétaires. Nombreuses sont celles qui envisagent déjà de supprimer purement et simplement des prestations pourtant vitales pour certaines familles.

L’État fait le choix odieux de favoriser la misère, en punissant les citoyens les plus pauvres et en multipliant les cadeaux fiscaux pour une minorité de français les plus riches. En Seine-Saint-Denis, 27,8 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, 12 points au-dessus de la moyenne régionale. Le territoire ne supportera pas un nouveau choc austéritaire, sauf à en faire plus que jamais des citoyens de seconde zone.

Avoir un logement ne doit pas devenir un luxe réservé à certains. Il est urgent de construire une société où chacun et chacune ait accès à un logement décent et abordable. Inscrire le droit au logement dans la Constitution est plus que jamais une nécessité pour le pays.

Clémentine Autain demande au Ministre de la Cohésion des territoires de revenir sur cette décision et de maintenir les crédits dédiés au BOP 177.