Merkel à vie !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email
angela-merkel-melenchon

Et à part préparer la guerre, que veut l’Union européenne ? « Muttie ! Muttie über alles ! » La Merkelmania est de retour ! La cause de ce retour du disque rayé ? La victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle états-unienne. Les belles personnes qui croient à leur propagande gesticulent d’émotion. Trump ce serait trop pour elles. Merkel est donc la bouée à laquelle les libéraux de tous bords se raccrochent après la déroute de leur championne Hillary Clinton. C’est dans ce contexte  porteur qu’Angela Merkel  annonce sa candidature à un quatrième mandat de chancelière pour les élections de septembre 2017 en Allemagne.

Je m’en amuse. Voyez comme les médiacrâtes qui aboient en exigeant « des nouvelles têtes » s’apprêtent à s’enthousiasmer pour que Merkel reste chancelière pendant 16 ans ! Que n’ont-ils pas dit sur la « présidence à vie » de Chavez quand il postulait pour la troisième fois après six ans de mandat ! Je m’en amuse d’autant plus que ce contexte est une aubaine pour moi. L’édition de poche de mon livre Le Hareng de Bismarck est sortie ce jeudi en librairie ! L’antidote ressort au moment du retour en grâce du poison Merkel. Il s’est vendu 41 000 exemplaires de l’édition initiale de mon livre. L’édition de poche comporte une préface inédite. J’y présente comment les faits ont validé toute la thèse de mon livre depuis sa sortie au printemps 2015. Et comment nous abordons l’année 2017 sur la question européenne. Et comme le calendrier a été bien préparé, ce weekend a eu lieu le troisième sommet du Plan B à Copenhague. Face à Trump et Merkel, le rempart, c’est nous ! Cependant, il est intéressant d’analyser les mots et les arguments mis en avant pour faire la nouvelle apologie du « modèle allemand »

Voilà donc Angela Merkel propulsée « dernier défenseur des valeurs humanistes de l’Occident » face à Trump par le New York Times. Elle serait désormais « le dernier rempart devant Trump » selon les Échos.  Rempart face à quoi ? À quel genre de danger ? Sûrement pas le sexisme ni même le racisme ! Juste le danger du protectionnisme et de la fin du libre échangisme. Muttie Merkel sait que son pays dépend pour 19% de son économie de l’industrie des automobiles à exporter ! Sans compter le reste d’un modèle bâti sur le « tout export » ! Muttie Merkel est donc devenue la « leader du monde libre » par un historien britannique repris par l’Agence France Presse et Le Parisien !  Rien de moins ! Mais « le monde libre » vraiment ?  Lisez plutôt, c’est ce que dit l’historien britannique Timothy Garton Ash, professeur à Oxford, dans The Guardian : « L’expression ‘‘leader du monde libre’’ est habituellement appliquée au président des États-Unis, rarement du reste sans ironie. Je suis tenté de dire que le leader du monde libre est désormais Angela Merkel ».

Barack Obama lui-même a intronisé Angela Merkel pour lui succéder sur le trône papal de « l’occident » ! Il a achevé sa dernière tournée européenne par deux jours à Berlin. Il a vanté Angela Merkel comme la « partenaire internationale probablement la plus proche de ces huit dernières années ». Il s’est même immiscé dans la politique intérieure allemande d’une manière tout à fait stupéfiante. Barack Obama, président des États-Unis encore en exercice a ainsi déclaré « si j’étais Allemand et si elle était candidate, je voterais pour elle » rapporte Direct matin. Le PS allemand a dû être content ! C’était bien la peine pour lui de faire du zèle obamanomaniaque pendant toutes ces années ! À la place d’Angela Merkel je me méfierai de ce cadeau empoisonné de la part de quelqu’un pour qui l’avant-dernier « rempart face à Trump » était Hillary Clinton ! Avec le succès que l’on sait !

L’aveuglement des atlantistes, eurocrates et libéraux est sans limite. On se demande bien quel « monde libre » défend Merkel à part les traités européens et l’ordolibéralisme allemand qui ont écrasé la Grèce et sa démocratie en juillet 2015. Obama et tous ces éditorialistes qui dénoncent le « populisme-du-Brexit-et-de-Trump » n’ont-ils rien vu ? L’histoire retiendra que c’est sous le directoire d’Angela Merkel en Europe que les Grecs ont voté contre le mémorandum, les Hollandais contre l’alliance avec l’Ukraine, les Français contre les traités et les Britanniques pour le Brexit ? Beau bilan non ? C’est sans doute ce qu’ils appellent une victoire du « rempart » contre ce qu’ils nomment le « populisme » !

Mme Merkel est tout sauf un rempart contre Trump et ses disciples européens. Au contraire, elle est leur meilleur argument de campagne. La caste sait-elle que l’extrême-droite nationaliste progresse fortement outre-Rhin grâce à la politique de Mme Merkel ? L’extrême-droite court encore plus vite en Allemagne qu’en France. Le parti « Alternativ für Deutschland » (AFD) est donné à plus de 10% aux élections fédérales de l’an prochain en Allemagne, alors qu’il n’existait même pas lors du précédent scrutin il y a quatre ans seulement ! Et le « rempart » Merkel a déjà prouvé sa totale inefficacité. Lors des élections régionales de septembre, l’AFD (l’extrême droite) a obtenu 21% dans le land d’élection de sa majesté Merkel, le Mecklembourg-Poméranie. L’extrême-droite est même arrivée devant son parti, la CDU ! Face à l’extrême-droite, Merkel est un rempart aussi inefficace que François Hollande ou Manuel Valls face à Mme Le Pen : c’est une passoire ! Ou plutôt un carburant !

Mais c’est que la vérité est ailleurs. Le quotidien allemand Die Tageszeit a vendu la mèche. Il écrit « l’importance de la chancelière va croître, elle doit maintenir la cohésion de l’UE, faire face à Poutine et Erdogan et contrôler Donald Trump ». On a vu ce qu’il en est de la cohésion de l’UE sous Merkel avec la Grèce et le Brexit notamment. Quant à Erdogan, Angela Merkel l’a cajolé tous ces derniers mois tordant le bras de ses « partenaires européens » pour imposer un accord inique sur les migrants. Reste donc Poutine et la Russie. C’est le seul souci des atlantistes. D’ailleurs, de ce point de vue, l’ancien roi du monde Obama et sa successeuse Merkel ont déjà rassuré tout le monde. Réunis à Berlin ce vendredi, ils ont confirmé la poursuite des sanctions économiques européennes contre la Russie avec l’accord de gré ou de force de François Hollande, et des Premiers ministres italien Matteo Renzi, espagnol Mariano Rajoy et britannique Theresa May.

Et Angela Merkel a aussi cotisé lourdement pour rassurer l’oligarchie euro-atlantiste. Elle a promis de continuer à défendre le projet de traité TAFTA de libre-échange entre l’UE et les États-Unis quoi qu’en pensent les Français, les Européens, et même le futur président états-unien ! Bien sûr, Angela Merkel a dû reconnaître que « les négociations ne peuvent être conclues maintenant », avant la fin du mandat de Barack Obama comme elle l’espérait. Mais elle n’a renoncé à rien. Elle a ainsi déclaré « Je me suis toujours beaucoup investie pour la conclusion d’un accord de libre-échange avec les États-Unis, nous avons bien avancé dans les négociations ». Elle s’est même dite « sûre qu’un jour on pourra y revenir ».  Nous voilà tous prévenus ! Si Merkel gouverne encore l’Allemagne après 2017, le TAFTA sera toujours sur la table. Mais si je suis élu, le traité servira à caler les meubles bancals du gouvernement allemand et pas davantage !

Le choix des Français en 2017 sera donc décisif. Pour l’avenir de l’Europe, pour l’indépendance française avec une diplomatie débarrassée des obéissances aux États-Unis et des provocations contre la Russie, et donc aussi pour les traités de libre-échange. D’ailleurs le traité CETA de libre-échange avec le Canada devrait être soumis à ratification en France après la présidentielle si les eurolâtres continuent à gouverner. Sans oublier qu’un projet de nouveau traité budgétaire sera sur la table avec un « livre blanc » de propositions de la Commission européenne promis pour le printemps 2017. L’année 2017 est donc une année charnière en Europe.

C’est ce que j’explique dans la préface de l’édition de poche du Hareng de Bismarck. Je rappelle aussi notre stratégie d’un Plan B pour rester libres de nos décisions en toute hypothèse face à l’Union européenne et à la droite allemande. Ce Plan B, nous le travaillons avec le troisième sommet en moins d’un an, ces 19-20 novembre à Copenhague au Danemark. Pour revenir au Hareng, quand la première édition a été publiée, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble déclarait tout juste qu’il fallait « forcer le parlement » français. C’était avant l’usage du 49-3 pour imposer la loi Macron puis la loi El Khomri sans vote. C’était aussi quelques semaines avant le coup d’État financier contre la Grèce. Cet événement a montré combien Le Hareng de Bismarck avait raison de dénoncer « l’annexion » et la « méthode du choc » du capital allemand en Europe. La nouvelle édition n’en retire pas une ligne. Nous sommes prêts pour la grande explication démocratique et diplomatique en Europe en 2017. La France insoumise ou la Merkelmania, chacun choisira !