GRÈVE DANS LES RAFFINERIES : NON À LA RÉPRESSION !

Communiqué du groupe parlementaire La France insoumise-NUPES

Depuis plusieurs semaines, les salariés des entreprises pétrolières sont en grève pour demander des augmentations de salaire, d’autant plus légitimes au vu des résultats extraordinaires réalisés par ces entreprises ces derniers mois.

Jusqu’à dimanche dernier, la direction de Total refusait toute négociation avant le 15 novembre. Pourtant, le PDG de Total n’a pas attendu si longtemps pour augmenter sa propre rémunération de 52%.

La conséquence de cette situation est simple : partout dans le pays, nos concitoyens sont frappés par des difficultés d’approvisionnement.
Les seules responsables sont les grandes entreprises pétrolières qui refusent, avec le consentement du gouvernement, un juste partage des profits réalisés.

Ce jour, la Première ministre vient d’annoncer la réquisition des salariés : pour elle, c’est donc le bouclier pour les superprofits des pétroliers et la matraque pour les grévistes.

Nous dénonçons une décision inacceptable, qui plonge encore davantage le pays dans la crise, remet en cause le droit de grève garanti par la Constitution et prend une fois de plus position contre l’intérêt des travailleurs de notre pays.

Nous affirmons notre totale solidarité avec les grévistes et appuyons leurs revendications.

Nous serons à leurs côtés sur les piquets de grève pour empêcher toute mesure de répression et nous donnons rendez-vous à tous les Français ce dimanche 16 octobre pour une grande marche contre la politique gouvernementale !