CARAVANES DE L’UNION POPULAIRE - Jour 2 - Étape d’Aulnay-sous-Bois

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Dimanche 19 décembre, les caravanier·es de l’Union Populaire se sont rendu·es à la Cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis.

Plusieurs voitures passent et nous klaxonnent au cri de « Vive Mélenchon ! ». L’accueil est chaleureux. Un enfant s’approche de nous en vélo et nous demande des tracts pour sa mère. « Elle adore Mélenchon ! » Beaucoup d’habitant·es viennent à notre rencontre pour discuter et remplir des formulaires d’inscription sur les listes électorales. Dans ce quartier très populaire, l’abstention et la non-inscription sur les listes électorales est massive. Pourtant, ses habitant·es font partie des premières personnes touchées par les politiques anti-sociales de Macron et de ses prédécesseurs.

Au stand, un groupe de jeunes vient nous parler du chômage. « À la télé, ils disent qu’on ne veut pas travailler. C’est pas vrai, nous on veut avoir du travail et faire notre vie, mais Pôle emploi n’a rien à nous proposer. Même les formations, ils n’en ont pas assez ». Face au chômage de masse, Jean-Luc Mélenchon propose notamment un plan de 200 milliards d’euros d’investissement qui permet d’engager la bifurcation écologique et qui créerait plus d’un million et demi d’emplois. Une mesure concrète et utile pour l’avenir !

En porte-à-porte, nous rencontrons Catheline qui souhaite devenir correspondante d’immeuble. Elle a écouté le discours de Jean-Luc Mélenchon en Martinique — département d’où sa famille est originaire. Elle nous parle de la situation sociale et sanitaire inquiétante aux Antilles. « Depuis des années, ils maltraitent les Outre-mer, comme ils maltraitent l’hôpital, les soignants, l’école. Avant, le service public, c’était notre fierté. Maintenant, ils ont tout cassé et, avec le COVID, ils créent la division entre vaccinés et non-vaccinés avec cette histoire de pass sanitaire… Mais la vraie question, c’est pourquoi ils continuent à fermer des lits ! Ça suffit. »

Cette colère est partagée par de nombreux habitant·es. Beaucoup sont inquiets de la banalisation des idées de l’extrême droite dans les média. « Il ne reste plus que Mélenchon pour nous défendre, nous dit Sarah qui signe sur melenchon2022​.fr. On en a marre de Macron. Il nous insulte en permanence. Je ne peux même plus l’écouter. » Sarah décide de se rapprocher du groupe d’action local. Elle parlera à tous ses proches de nos propositions.

Lundi 20 décembre, la caravane fera étape à Créteil, dans le Val-de-Marne.

Rendez-vous sur la page des caravanes de l’Union populaire pour retrouver les étapes près de chez vous