Pass sanitaire : bienvenue dans la société de contrôle !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Dans dix jours, les Français devront présenter un pass sanitaire à peu près partout et tout le temps, si bien que bientôt, vous aurez le choix entre deux doses de vaccin, un test PCR à 50 euros, ou 135 euros d’amende. 

Ceux qui hésitent à se faire vacciner, qui sont méfiants, ceux dont la vaccination est incomplète seront donc assignés à résidence et priés de laisser les personnes vaccinées tranquillement entre elles. Mieux, certains d’entre eux pourront même être licenciés au bout de 2 mois.

Emmanuel Macron découpe la République en deux, rend la vie impossible à une catégorie de Français sur la base d’une donnée de santé… et s’en lave les mains.

La couverture vaccinale est la plus faible pour les plus précaires, les 

inégalités sociales de santé disloquent notre pays, à peine 37% de la jeunesse a reçu deux doses de vaccin… Oui, mais le Président s’en lave les mains.

L’Organisation mondiale de la santé nous dit qu’il faut convaincre, plutôt que contraindre. Mais le Président s’en lave les mains. 

Le Président s’en lave les mains, il a tonné, l’intendance suivra. La réalité se pliera à ses mots, et surtout à ses contradictions.