Gestion des tests sur la mutation de la Covid-19 : la France n’est, de nouveau, pas prête !

Les 14 et 18 décembre dernier, les exécutifs d’Angleterre et d’Afrique du Sud ont déclaré avoir observé une mutation du virus, cause première d’un rebond pandémique. En Angleterre, cette identification a été permise grâce au Consortium COG-UK mis en place dès avril 2020 dans le cadre de la pandémie Covid-19 pour analyser et séquencer de façon aléatoire des échantillons positifs de Covid-19 dans tout le Royaume-Uni.


Mais outre-manche, que fait la France ?
Une simple note de méthode du 31 décembre précise la conduite à tenir pour détecter et prendre en charge les personnes infectées par le fameux variant VOC 202012/01 UK afin de ralentir sa diffusion sur le territoire national.

L’Angleterre a mis les moyens pour suivre l’évolution du virus dès avril 2020 quand la France s’est contentée d’une note à la veille de 2021…Notre pays n’est pas préparé à affronter cette crise sanitaire. Le gouvernement s’entête et c’est dramatique !

J’ai interpellé le Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran sur la capacité opérationnelle de la France à pratiquer les séquençages nécessaires à l’identification des variants connus de la COVID 19 :


« Afin d’adopter rapidement les mesures pour endiguer la propagation de ces variants au fur et à mesure qu’ils sont détectés, il semble adapté de connaître parfaitement les capacités d’analyses réelles et les besoins en matériel, en réactif, en personnel pour doter le pays des moyens pour y faire face. Depuis que le variant anglais est connu, on dénombre environ 40 cas en France. Madame Fiat demande à monsieur le ministre de lui indiquer sur combien de tests ce nombre est-il le résultat. Aussi madame Fiat demande que soit communiqué les implantations départementales des laboratoires en capacité de pratiquer ces séquençages, le nombre de tests journaliers qu’ils peuvent effectuer et la transparence sur la chaîne logistique nécessaire à la réalisation de ces tests ainsi que la transparence sur l’état de stock de réactifs disponibles pour les faire. »


Mais les questions des parlementaires restent mystérieusement sans réponse depuis de nombreux mois.

Les chiffres sur le nombre de variants détectés en France n’ont de sens que s’ils sont rapportés aux nombres des personnes testées. Or, le gouvernement a, à plusieurs reprises, communiqué ces chiffres comme s’il s’agissait du nombre total de personnes infectées par le variant en France. Ce type de raccourcis est particulièrement regrettable en période pandémique !

Il est indispensable que le gouvernement se reprenne en main et qu’il gagne en clarté. Il est temps qu’il actionne l’ensemble des leviers dont il dispose pour pratiquer des séquençages et suivre la propagation de ces virus mutants. Il est temps que le gouvernement se montre enfin à la hauteur des responsabilités qu’il doit endosser !

Caroline FIAT, Députée de Meurthe et Moselle