Nomination de Cédric O secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, une fuite en avant

Article rédigé par le livret « numérique » de La France insoumise.

L’architecte de l’application peu utilisée, coûteuse et liberticide StopCovid devient fossoyeur du moratoire demandé par la Convention Citoyenne pour le Climat en lançant bientôt les enchères de la #5G. Cédric O, c’est une conception numérique du siècle dernier : libérale, mercantile, où la donnée et les identités numériques se marchandent, où les « GAFAM européens » sont la réponse inefficace à des GAFAM américains et des BATX chinois tout aussi dangereux. Rien de neuf donc pour une personne passée par le grand groupe industriel et technologique Safran. 

Cédric O, c’est aussi le Health Data Hub où les données de santé sont offertes à l’encombrante Microsoft Azure soumise au Cloud Act contre lequel le livret numérique s’est battu au côté du Collectif Inter Hop avec les député·es Anne-Sophie Pelletier, Ugo Bernalicis et Emmanuel Maurel. Cedric O, c’est aussi le défenseur de la liberticide et ratée loi Avia contre laquelle le livret s’est aussi mobilisé.

Face à un numérique en proie aux cadres issus de l’ENS, d’HEC, il est temps que la France se dote de secrétaires, ministres et commissaires au numérique issus des rangs des techniciens, ingénieurs, militant·es d’ONG défenseuses d’un Internet libre, ouvert, neutre, sobre, inclusif et solidaire. Un autre numérique est possible au travers des SCIC et SCOP numériques, au travers des start-up d’État, des collectifs, associations, ONG, des TPE/PME qui portent et défendent les valeurs fondamentales de l’Internet au cœur de leur ADN.