Au Proche Orient, la France ne doit pas s’aligner sur la négation des droits humains

dans Actualités, Communiqués de presse, Le groupe parlementaire à l'Assemblée nationale

Communiqué de presse du groupe parlementaire de La France insoumise.

Le plan proposé cette semaine par Donald Trump sur le conflit israélo-palestinien n’est pas un plan de paix, mais un plan d’annexion par B. Netanyahou de territoires palestiniens, une entreprise de liquidation du processus de Paix enclenché par les accords d’Oslo signés en 1993 par Yasser Arafat et Yitzhak Rabin.

Il s’agit donc d’un plan de guerre au peuple palestinien dont les droits élémentaires sont niés, à commencer par celui d’avoir un État viable sur la base des frontières de 1967, c’est-à-dire celles reconnues par le droit international et Jérusalem pour capitale partagée.

Cette provocation supplémentaire ne pourra qu’aggraver la crise qui touche tout le Proche Orient. La France doit condamner immédiatement ce plan indéfendable. C’est malheureusement l’inverse qui paraît engagé.

Ce reniement, via le fait du prince et sans aucun débat, de décennies de positions diplomatiques de la France qui, bien que de plus en plus timidement défendues, restaient sur le principe ancrées dans le droit international, est inacceptable. Soutenir l’insoutenable, c’est choisir le fracas qui en résultera. Le Proche-Orient a besoin d’ordre légal, pas d’un environnement darwinien où le plus fort écrase le plus faible au mépris des droits humains et de toute règle de sécurité collective. Elle soutient en ce sens la pétition ouverte par l’Association France Palestine Solidarité.