C’est avec douleur et émotion que nous venons d’apprendre le décès de Thomas Laslandes, avocat en droit du travail et militant de la France insoumise.

Thomas Laslandes nous a quitté à 33 ans. C’est bien trop tôt pour mourir.

Notre camarade et ami était un infatigable militant du pôle Atelier des lois de la France insoumise depuis ses débuts. Excellent juriste et animateur des ateliers à ses heures, il a participé à des dizaines et des dizaines d’ateliers des lois, des directives et des délibérations consacrant ses soirées, ses nuits, ses week-ends, ses vacances parfois. 

Thomas était un militant pleinement investi pour notre cause. Adepte des outils de l’éducation populaire, il parcourait la France, ses villes et ses villages pour défendre la démocratie, pour que les citoyennes et les citoyens se réapproprient la décision politique et l’instrument du droit.

Fort de son expertise, il a activement contribué à la rédaction des trois directives européennes issues des ateliers et promues par la France insoumise durant la campagne pour les élections européennes, afin d’éradiquer l’évasion fiscale, pour instaurer le protectionnisme solidaire et pour sauver le climat et préserver la biodiversité. Dévoué à son action militante, il a aussi écrit avec nous la proposition de loi pour la sortie du nucléaire et le développement des énergies renouvelables et travaillait à d’autres propositions de loi sur les questions d’emploi en lien avec les député·es de la France insoumise.

Thomas était un avocat défenseur des droits des travailleurs. Il menait le combat auprès des salariés, des syndicalistes en lien étroit avec le pôle Luttes sociales de la France insoumise. Il luttait contre l’ubérisation de la société, il luttait contre la précarisation du travail, il luttait pour un avenir meilleur.

Membre du MRAP, il était engagé contre le racisme et contre toutes les formes de discrimination.

Faisant partie des personnalités signataires de la tribune contre le « lawfare », Thomas était aussi une personne engagée pour le respect de l’État de droit.

Enfin, Thomas était un ami très cher à nos cœurs et un confident pour nombre d’entre nous. Il savait écouter, il savait conseiller, il savait accueillir, il savait rendre service. C’était un homme généreux, profondément gentil, loyal et attentionné, il avait le sens de la solidarité et n’hésitait pas à donner de son temps pour autrui.

Thomas était un homme d’une simplicité, d’une sincérité qui forçaient le respect de tou·tes celles et ceux qui ont eu la chance de croiser son chemin. Son sourire, sa gaieté communicative et son humour ont égayé nos vies.

Tu nous manques déjà Thomas.

Nous adressons nos sincères et chaleureuses condoléances à la famille et aux proches de Thomas.

Pour la France insoumise, le pôle Atelier des lois