« Lawfare - Le cas Mélenchon » :
kit organisation pour la projection du documentaire

Le film documentaire « Lawfare - Le cas Mélenchon » sera disponible en avant-première dès le 16 octobre. À cette occasion de nombreuses projections sont prévues sur l’ensemble du territoire.

Pour programmer vous aussi une projection de ce documentaire en avant-première, retrouvez ci-dessous un kit pratique d’organisation

La salle de projection

La salle :

La maison de quartier, un cinéma ami, un amphi de fac, une association locale… en fonction du nombre de spectateur·rices envisagé·es.

Penser à :
- un écran pour la projection du film (ou un grand mur blanc)
- une obscurité suffisante ;
- la disposition des chaises : faire en sorte que tous les spectateur·rices puissent voir et entendre correctement ;
- un amplificateur de son (si possible).

Matériel pour la projection
- Le film sera accessible dès lors que vous avez créé l’événement de la projection sur la plateforme ;
- Un ordinateur ;
- Un vidéo projecteur ;
- Un câble HDMI ou VGA (en fonction du vidéo projecteur) ;
- Des enceintes avec un câble pour brancher au vidéo projecteur : si c’est un câble HDMI, le câble son sera branché au projecteur, si c’est un câble VGA, le câble son sera branché à l’ordinateur ;
- Un mur blanc, un écran ou un drap blanc, en fonction de la salle.

IMPORTANT : Faites des tests en amont !
Testez l’ordinateur ou le matériel de projection et la qualité sonore.

Communiquer avant l’événement

Sur le site de La France insoumise :
- Créer un événement projection-débat afin que les signataires de la plateforme des alentours soient informés de l’événement et pour vous donner accès au documentaire.

Sur les réseaux sociaux :
- Créer un événement sur Facebook
- Diffuser l’invitation à vos contacts personnels (collègues, ami·es, famille, voisin·es)

Sur le terrain :
- Distribuer une invitation (tract)
- Envoyer un communiqué de presse aux médias locaux et n’hésitez pas à inviter les journalistes.

Les +
- Annoncer la venue d’un·e intervenant·e (un·e député·e de La France insoumise ou un·e des protagonistes présent·es dans le documentaire) pour un débat à l’issue de la projection ;
- Inviter des personnalités locales : syndicalistes, acteur·rices économiques, politiques (autres sensibilités), et sociaux. Ce sont de bons relais d’information ;
- Demander à des associations ciblées d’annoncer la projection. Les campus de fac sont des bons terrains de mobilisation également.

Le débat

Le lawfare cible des syndicalistes, des décrocheur·ses de portraits de Macron, des Gilets jaunes, des lanceur·ses d’alerte. Il n’y a pas un « cas Mélenchon » isolé mais une dérive qui touche les opposant·es.

Invitez des personnalités à témoigner de leurs expériences et faites connaitre le site internet lawfare​.fr ainsi que la pétition sur change​.org : « Le temps des procès politiques doit cesser ».

Mettre en place un partenariat avec une librairie locale

Jean-Luc Mélenchon a publié un livre « Et Ainsi de suite » qui présente sous forme de chronique les arguments précis, notamment sur la dérive autoritaire et le corpus législatif qui permet le lawfare.
Le livre peut être vendu sur place par une librairie afin que les ventes soient comptabilisées.

Télécharger le matériel du documentaire

Fiche argumentaire pour les débats

Les détracteur·rices de Jean-Luc Mélenchon et de La France insoumise, notamment les journalistes, partagent des éléments de langage pour discréditer tout travail provenant des insoumis·es. Voici à quoi s’attendre et quoi répondre !

« C’est un documentaire qui n’est pas objectif, c’est un plaidoyer en faveur de JLM, c’est un travail militant ou de propagande… »

Ce documentaire évoque des faits, dont la réalité n’est pas contestée. Les auteurs ont soigneusement veillé à ne retenir que les éléments incontestables.

Le documentaire s’appuie sur une définition académique du lawfare : celle de John Comaroff, professeur à Harvard. C’est cette définition qui sert de cadre pour démontrer que l’opération menée contre Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise est un lawfare :

- Des accusations lancées par des personnes peu fiables ;
- Des procureur·es et des juges engagé·es politiquement auprès du pouvoir ;
- L’absence de preuves venant confirmer les accusations ;
- Des campagnes médiatiques de dénigrement incessantes ;
- La violation des droits des personnes accusées (abus de pouvoir, fuites, non accès au dossier, calendrier instrumentalisé…).

Le documentaire démontre chacun des aspects constitutifs d’un lawfare selon cette définition : par exemple, le Procureur Molins qui a orchestré les perquisitions a participé à la rédaction du programme Justice d’Emmanuel Macron, il a classé sans suite les signalements sur le compte de campagne de Macron, et sur l’entourage de Macron mis en cause dans l’affaire Benalla, il a obtenu une promotion en novembre 2018 en étant nommé au plus haut grade de Procureur près de la Cour de cassation.

« Qui finance ce documentaire ? »

Ce documentaire est produit par la société de Sophia Chikirou, L’Internationale (production audiovisuelle). Son financement n’est pas encore bouclé. L’Internationale discute avec des partenaires et recherchent des diffuseurs. Elle sollicitera aussi des aides publiques pour boucler le budget.

« Il s’agit d’une opération de communication de La France insoumise et de Jean-Luc Mélenchon »

La volonté de faire ce documentaire date de fin 2018, le travail a commencé en juin 2019 (documentation, sélection des intervenant·es), s’est déroulé en juillet 2019 (tournage, script), et a été monté en septembre et octobre 2019.

Il a pour objet de documenter un événement en l’absence d’un travail sérieux fait par les médias sur ce qui s’est passé en octobre 2018 contre Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise.

Ce documentaire s’inscrit dans la même logique que celle du documentaire sur les Gilets jaunes de François Ruffin et Gilles Perret ou encore de Street Press qui a réalisé un documentaire sur les violences policières commises depuis un an. Il raconte une réalité et démontre des faits.

Plus qu’une oeuvre de communication, il espère réunir les éléments qui documentent la réalité du lawfare.

« Jean-Luc Mélenchon se compare à des situations à l’étranger et à Lula. La France n’est pas le Brésil, etc… »

Le lawfare est une tactique, qui comporte des caractéristiques que le Professeur Comaroff a identifiées. Ces caractéristiques se retrouvent toutes, sans exception, dans l’opération menée contre Jean-Luc Mélenchon. Ce documentaire en fait la démonstration.

De plus, Jean-Luc Mélenchon dit très clairement en interview, que son cas est un parmi d’autres. Il parle des lanceur·ses d’alerte, des syndicalistes, des Gilets jaunes et autres opposant·es au pouvoir qui en France subissent le même procédé.

Lula lui-même estime que Jean-Luc Mélenchon est pris dans l’engrenage du lawfare. Une initiative internationale pour s’organiser contre le lawfare et venir en aide à ceux qui le subissent est en train d’être élaborée.

Comme Lula, Jean-Luc Mélenchon se bat pour démontrer qu’il est innocent et que c’est une opération politique, avec instrumentalisation de la justice, qui l’a mené à être accusé par les médias.

Action Populaire

Le réseau social d'action de la France insoumise

Impliquez-vous dans les actions près de chez vous et faites gagner Jean-Luc Mélenchon en 2022 !

En savoir plus sur Action Populaire