Question sur la protection des interprètes afghans

dans Clémentine Autain, Nos parlementaires

Mme Clémentine Autain alerte Mme la ministre des armées sur la situation des personnels civils afghans de recrutement local de l’armée française. Nombre d’entre eux, interprètes, cuisiniers ou ouvriers se retrouvent aujourd’hui abandonnés par la France, qu’ils ont servie, car on leur refuse désormais le visa et le droit de venir s’installer dans le pays. En Afghanistan ou sur la route de l’exil, ils peuvent être considérés comme des collaborateurs d’une ancienne d’armée d’occupation, et se retrouvent de ce fait dans une situation de péril permanent. Mme la députée souhaite d’ailleurs rappeler la décision du Conseil d’État qui a établi sur ce sujet « la carence des autorités publiques françaises », ainsi que l’expression du Président Emmanuel Macron qui a, quant à lui, évoqué dans sa campagne une « trahison » de la France. Elle l’alerte donc sur une nécessaire modification du cadre législatif existant, susceptible de protéger dans la loi les auxiliaires de l’armée française en zones de conflits.