Le gouvernement abandonne l’industrie à la finance !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

 

Retrouvez le texte de la question ci-dessous :

 

Monsieur le ministre,

il n’y a pas longtemps la France était encore une grande nation industrielle. Elle pouvait décider de son avenir. Mais les ingénieurs ont été remplacés par les financiers : résultat ? Spéculation et dividendes pour les actionnaires , délocalisations et chômage pour les ouvriers. La moitié des emplois industriels a disparu en trente ans. Les savoir-faire avec.

Sous Hollande, Emmanuel Macron a abandonné les ouvriers d’Arcelor. Il a vendu l’aéroport de Toulouse à un escroc qui est parti avec la caisse. Il a confié les centrales nucléaires aux Américains. Et maintenant General Electric annonce 500 suppressions de postes alors qu’ils devaient en créer 1000 en achetant Alstom. Que des échecs !  Bien sûr, il n’ y a que vos amis banquiers pour décider de la politique industrielle. On ne demande jamais leur avis aux femmes et aux hommes qui savent faire tourner les usines. D’ailleurs Carlos Ghosn est enfin en prison et les usines tournent toujours mais vous vous ne savez toujous pas quoi dire sur l’avenir de l’auto en France.

Aujourd’hui, les salariés d’Arjo Wiggins vont perdre leur boulot et le gouvernement lui perd du temps.  A chaque question, c’est toujours la même réponse : la privatisation ! Aéroport de Paris ! la Française des jeux ! la SNCF ! Gaz de France etc…

Bientôt Airbus et Areva vont se faire racketter par les Etasuniens. Ils l’ont déjà fait pour Alstom, Technip, Total, la Société générale, Alcatel :  Et vous, vous ne bougez pas ! Soumission aux Etats-Unis !

Monsieur le ministre : est-ce qu’on aura un jour une politique industrielle sérieuse dans ce pays ? Vous n’avez pas d’idées ? Je vous en donne.   organiser les filières ; financer la R&D : priorité à l’écologie !

Dites à Bruxelles que l’Etat subventionnera à nouveau ses propres industries ; mettez au pas les actionnaires : conditionnez les droits de vote à l’investissement à long terme. Interdisez les licenciements boursiers et plafonnez les salaires des dirigeants. Arrêtez d’être naïfs avec nos soi-disant alliés et bloquez les prises de contrôle étrangères.

Protégez le marché intérieur et faites en sorte qu’à nouveau la France  passe commande à la France. Mais surtout bougez-vous !