Procès des lasagnes Spanghero au Bœuf-Cheval : le pire est toujours certain

dans Communiqués de presse, Le groupe parlementaire à l'Assemblée nationale, Nos parlementaires

Communiqué du groupe parlementaire La France insoumise.

Les anciens dirigeants de la société Spanghero ont aujourd’hui à répondre de leur tromperie. C’est tout le système qui organise la course au moins-disant dans l’agro-alimentaire qui devrait être sur le banc des accusés. En matière de sûreté alimentaire, l’affaire Lactalis ou le scandale des oeufs au fipronil, pour ne citer que les plus récents, sont là pour nous le rappeler.

Dans cette affaire les responsabilités politiques doivent être dégagées. Et d’abord celles qui permettent à ces scandales de prospérer dans la plus grande opacité : la législation européenne n’oblige pas les autorités à rendre les informations publiques en cas de fraudes alimentaires, les consommateurs n’ont droit à aucune information alors même que ces industriels enfreignent la loi au détriment de notre santé !

Alors qu’il est de la responsabilité des pouvoirs publics d’assurer la sûreté alimentaire de tous les citoyens, la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes), est peu à peu privée de toute capacité de contrôle. Elle a ainsi effectué 37% d’inspections sanitaires en moins entre 2013 et 2017 et perdra 90 agents d’ici 2019.

La commission d’enquête sur la malbouffe a montré l’importance du renforcement des contrôles sanitaires par la puissance publique. La politique du gouvernement encourage la course au toujours moins cher en criant « compétitivité! » : à l’arrivée c’est toujours le pire qui est certain.