Question écrite | Ecoles et bilinguisme

M. Michel Larive attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur un dispositif de bilinguisme qui sera instauré dans des villes du département de l’Essonne dès la rentrée 2018-2019.

Dans un article du journal « Le Parisien » paru le 11 juin 2018, un dispositif qui se revendique novateur est détaillé. À partir du 3 septembre 2018, les élèves de grande section de maternelle, de CE1 et de CM1 vont suivre une partie de leurs enseignements généraux en anglais. Au total, une quinzaine d’écoles seront concernées dans les villes d’Evry, Courcouronnes, Palaiseau, Massy, Orsay et Gif-sur-Yvette. La direction académique des services de l’éducation nationale (DASEN) de l’Essonne souhaite ainsi faire labelliser ces écoles bilingues pour qu’elles profitent d’une reconnaissance à l’international d’ici deux ans. Développer les compétences linguistiques des élèves français.es est essentiel, à condition que cela soit fait de la bonne manière. L’apprentissage d’une langue étrangère est un plus pour les élèves français.es, cependant, substituer la langue française par la langue anglaise pour des enseignements généraux ne semble pas opportun. Il est capital d’assurer dans cette période de consolidation linguistique l’ensemble des cours en français. Une étude réalisée en 2015 par votre ministère et dévoilée en novembre 2016 s’était penchée sur les fautes d’orthographe des élèves de primaire. Sur une même dictée de 67 mots, il y avait 10,7 fautes en 1987 et 17,8 en 2015. Afin de remédier à ce problème, il est préférable que la langue française demeure la langue principale des enfants de la république.

Considérant ces éléments, il vous demande de justifier la mise en place de ce dispositif, à l’heure où la France assiste au déclin du niveau de sa langue dans l’école de la république.