? CHACUN A DROIT AU RESPECT DE SA VIE PRIVÉE

dans Muriel Ressiguier, Nos parlementaires

Amendement n°50, Article 7, PDL données personnelles                                                                     

Monsieur Le Président, Monsieur Le Ministre, Madame La rapporteure, Chers collègues,

« Chacun a droit au respect de sa vie privée » mais l’irruption d’Internet dans notre quotidien bouleverse la donne car nos renseignements personnels valent de l’or !

Notre identité, notre adresse ip, notre âge, notre lieu de naissance, notre numéro de téléphone, notre numéro de sécurité sociale, notre adresse postale, nos adresses mail, notre numéro de carte bancaire, nos heures de connexions, nos goûts, nos centres d’intérêts, nos tendances politiques, nos convictions religieuses, nos relations, nos achats, nos horaires, nos modes de transport, notre historique de navigation et de recherche, nos données biométriques, nos photos… La quantité de données personnelles renseignées sur Internet dépasse l’imagination et donne le vertige !

Cette création de richesse, qui se fait à l’insu des utilisateurs, alimente d’énormes bases de données qui font le bonheur des entreprises par le profilage et la publicité.

On nous endort avec l’argument du sacro-saint « équilibre » qu’il faudrait trouver entre nos droits fondamentaux et le business.

Or, cette rhétorique de « l’équilibre » est fallacieuse, car c’est bien le profit qui prend le pas sur nos libertés fondamentales.

Notre responsabilité est grande car le profilage devient permanent et la question de la régulation devrait être au cœur des débats.

En tant que législateur il nous incombe de créer un cadre protecteur qui incitera les acteurs du numérique français et plus largement européens, à investir dans des modèles d’avantage vertueux.

Voilà pourquoi il est urgent d’interdire le profilage privé à des fins lucratives.

Je vous remercie.