Synthèse de la cogitation « Quelles évolutions de la plate-forme nationale ? »

Nous publions ici une première synthèse du travail de la convention autour des évolutions de la plate-forme nationale. A partir de ce document et de toutes les réflexions collectives du processus de la convention, le pôle en charge de la plate-forme nationale poursuit son travail d’amélioration de cet outil décisif pour le mouvement. De nouvelles fonctionnalités ont notamment été mises en œuvre il y’a quelques jours.

 

A travers cette cogitation, les insoumis-es ont fait de nombreuses propositions dépassant parfois le cadre de la plate-forme elle-même. Les propositions touchant au financement, à la formation et à l’assemblée représentative du mouvement ont été traitées dans les synthèses correspondantes. Pour le reste, nous avons cherché à organiser la synthèse en fonction des différents enjeux émanant des propositions des insoumis-es.

 

Le périmètre de la plate-forme nationale

Certains comptes-rendus proposent d’élargir le périmètre de la plate-forme pour rassembler les différents outils numériques du mouvement : le Discord insoumis, le blog de Jean-Luc Mélenchon, les sites internet des député-e-s…

Ces propositions illustrent une question posée par certains insoumis-es : la plateforme doit-elle rester un outil au service des membres du mouvement ou devenir un outil de communication à destination du grand public ? Deux « extensions » possibles de la plateforme sont également citées régulièrement : un système de co-voiturage et un autre d’hébergement militant.

 

Renforcer les liens avec l’équipe opérationnelle et les espaces du mouvement

Un nombre important de comptes-rendus insiste sur le rôle de la plate-forme nationale pour renforcer les interactions entre les groupes d’action avec l’équipe opérationnelle et les différentes espaces (principalement les parlementaires et les livrets thématiques).

Dans cet objectif, des insoumis-es proposent que la plateforme permette de communiquer directement avec les différents responsables du mouvement et également qu’une « boite à idées permanente » assure un espace d’expression supplémentaire.

Avec une perspective inverse mais complémentaire, un nombre important de propositions concerne les outils et le contenu politique que les espaces pourraient mettre à disposition des groupes d’action à travers la plateforme : vidéos, fiches pratiques, tracts et affiches modifiables…

Dans un sens ou dans un autre, le rôle de la plate-forme pour simplifier et fluidifier ces échanges est souvent mis en avant dans les comptes-rendus.

 

Développer les interactions entre groupes d’action

Faire évolue la plate-forme pour renforcer l’interaction entre les groupes d’action est une proposition assez largement partagée par les insoumis-es. L’ampleur et la définition de cette interaction est en revanche un sujet de débat.

Certains insoumis-es proposent la création de compte-rendu d’action et d’un agenda par groupe d’action pour favoriser l’interaction entre militant-e-s. D’autres évoquent le rôle de la carte interactive pour identifier non seulement les groupes d’action mais aussi les compétences que les insoumis-es sont prêt-e-s à mettre à la disposition du reste du mouvement.

Certaines cogitations proposent d’ouvrir la plate-forme à des formes d’échange direct entre insoumis-es à l’échelle d’un territoire, autour d’une thématique ou d’une action. Certaines propositions vont jusqu’à définir ce qui serait un réseau social ou un wiki insoumis avec un objectif d’améliorer l’échange de bonnes pratiques et la coordination des insoumis​.es pour une plus grande efficacité dans l’action.

 

L’autonomie des groupes d’action

Plusieurs propositions issues des cogitations proposent de renforcer les outils mis à disposition des groupes d’action par la plateforme. Il peut s’agir de « droits » supplémentaires pour les animateurs-trices (changement d’animateur-trices, modification des adresses électroniques, division des groupes d’action, etc.).

D’autre comptes-rendus suggèrent d’ajouter sur la plate-forme des outils permettant de faciliter l’activité des groupes d’actions : espace pour le partage de fichiers, outil pour la gestion des agendas, possibilité de mise en ligne d’article sur la page des groupes d’action, lien vers les réseaux sociaux, …)

La façon de contacter les insoumis-es non-inscrit sur les groupes d’Action revient également régulièrement. Les propositions sont variées : rappeler périodiquement aux insoumis-es les groupes d’action à proximité de chez eux, développer un système de notifications pour signaler des évènements (le système doit permettre de paramétrer les critères de notification : à proximité, sur un sujet qui intéresse l’insoumis-es, etc.).

 

Simplifier la plate-forme et améliorer son accessibilité

La qualité de la plate-forme et le travail fourni pour son amélioration sont régulièrement soulignés dans les compte-rendus. Plusieurs insoumis évoquent le besoin d’améliorer encore la navigation sur le site (en simplifiant son arborescence) et le mode de connexion. La question de l’accessibilité de la plate-forme a également été soulevée pour les insoumis-es ne maitrisant pas parfaitement les outils numérique (un tutoriel vidéo a été proposé ainsi qu’une Foire Aux Questions).

Reste enfin la question des insoumis-es sans accès à internet pour lesquels est proposée dans certaines contributions la mise en place d’un système de suivi par un insoumis disposant d’un accès internet.