Consultation sur les thèmes de campagne de la France insoumise

dans Convention 2017

Suite à la synthèse de la boîte à idées « Quelles campagnes et quels thèmes d’action pour le mouvement », nous lançons une deuxième phase de consultation.

Sur la base des contributions, une première liste de thèmes vous est donc proposée.

Un vote en ligne des insoumis·e·s sera lancé le mardi 7 novembre. Il permettra de sélectionner les campagnes à mettre en œuvre prioritairement par le mouvement dans les prochains mois.

D’ici là, il est possible de proposer des thèmes supplémentaires de campagne à ajouter à cette première liste. Cette page est donc ouverte aux commentaires de chacun dans la limite d’une proposition par personne : seules les contributions indiquant un thème de campagne bref, précis et le plus concret possible, associé à une mesure du programme (ou un ensemble de mesures) seront prises en compte.

Cette consultation est ouverte jusqu’au lundi 6 novembre à 12h00. L’équipe en charge de la synthèse de la boîte à idées « Quelles campagnes et quels thèmes d’action pour le mouvement » proposera ensuite une liste de campagnes sur laquelle s’effectuera le choix des insoumis·e·s.

Proposition de campagnes et thèmes d’action de la France Insoumise

Pour la planification écologique et un nouveau modèle agricole

• S’engager pour la sortie du nucléaire et la promotion d’énergies écologiques alternatives
• S’associer aux luttes contre les grands projets inutiles ou éco-incompatibles (Notre-Dame des Landes, Bure, Europacity, etc.)
• Lutter contre la délégation des services publics de l’eau
• S’engager pour le 100% bio dans les cantines scolaires et la restauration collective
• Agir pour une plus grande convergence entre le monde agricole et les consommateurs, en soutenant les initiatives de type Amap
• Mener une campagne sur la protection des forêts

Pour la répartition des richesses et le progrès humain

• Mettre en lumière l’impact concret sur le terrain de la suppression des contrats aidés, en recensant par exemple les effets sur les associations
• Mettre en lumière les conséquences des baisses des subventions aux associations (ex : prendre en exemple les associations sportives à l’heure des JO2022)
• Promouvoir les formes alternatives d’organisation du travail pour une entreprise « insoumise » (ex : SCOP)
• Lutter pour l’augmentation des salaires et des minimas sociaux et contre la pauvreté sous toutes ses formes (précarité, mal logement, accès aux soins, surendettement)
• Se mobiliser contre les expulsions de logements avant le début de la trêve hivernale
• Développer des outils concrets pour les luttes féministes (violences conjugales, harcèlement, inégalités salariales, etc.)

Pour la 6ème république et la défense des services publics

• Promouvoir le passage à la 6ème République (ex : via une émission Décryptage, des travaux préparatoires à la constituante)
• Défendre notre modèle de sécurité sociale et notre système de santé
• Dénoncer les inégalités dans l’aménagement du territoire et l’accès aux services publics (ex : actions contre la fermeture des bureaux de poste et des maternités)
• Parler du système pénitentiaire et plus globalement dénoncer les conséquences de la dérive sécuritaire.

Pour la solidarité internationale

• Renforcer la dénonciation du CETA et autres accords de libre-échange, en soulignant par exemple les effets sur l’alimentation
• Mener des actions concrètes de soutien aux réfugiés et soutenir les lanceurs d’alertes tels que Cédric Herrou

317 réponses à “Consultation sur les thèmes de campagne de la France insoumise

  1. Dénoncer les carences en matière d’accompagnement et de prise en charge des personnes jeunes ou adultes en situation de grand handicap, notamment psychique, qui laissent tant d’individus et de familles en grande souffrance morale et financière, sans compter le regard stigmatisant de notre société.
    Trop de personnes malades mentales emprisonnées ou dans la rue ou laissées à la charge de familles démunies. La psychiatrie mal connue et pas valorisée ni soutenue, voire laminée.
    C’est une indignité pour un pays de notre niveau qui aurait les moyens d’être en pointe dans ce domaine (recherche, accompagnement…) .
    Donner la parole et faire témoigner des personnes concernées (photo, slogan, rencontre) pour aider à les faire pleinement être acceptées socialement dans la dignité et relayer leurs besoins.

  2. Repenser les programmes scolaires à partir de la vocation de « l’école » : former des citoyens libres, en intégrant une véritable formation à la citoyenneté (pourquoi et comment voter, militer, agir pour être acteur de la société), et des enseignements pratiques (du ménage à l’entretien des véhicules, savoir coudre un bouton, ravauder une chaussette (et ne pas penser les vêtements comme des produits jetables), déclarer ses impôts, lire les formulaires administratifs… Formation à la conduite automobile durant toute la scolarité, le permis de conduire devenant un diplôme scolaire à acquérir avant la fin de sa formation. Enfin, intégrer le service citoyen dans le cursus scolaire.

  3. Pour la 6ème république et la défense des services publics :
    . Obligation de transparence, avec mise à disposition de tous les documents officiels sur simple demande et sans délais, à tous les élus (majoritaires et opposition) y compris dans les petites communes de moins de 3500 habitants.
    Un élu quel qu’il soit doit pouvoir réellement exercer son mandat et veiller sur les deniers publics.

  4. Pour la 6ème république et la défense des services publics

    • défendre l’intérêt général et une réelle démocratie dans les instances de la République telles que les Communautés de Communes et les Agglomération avec des élections directes.

  5. Proposition de campagnes et thèmes d’action de la France Insoumise revus et corrigés
    (les passages entre [ ] sont des propositions d’additifs et 4 notes de bas de page, à la fin du document indiquent quelques intentions de l’auteur)

    Pour la planification écologique et un nouveau modèle agricole
    • S’engager pour la sortie du nucléaire et la promotion d’énergies écologiques alternatives
    • [Initier et] S’associer aux luttes contre les grands projets inutiles ou éco-incompatibles (Notre-Dame des Landes, Bure, Europacity, etc.)
    • Lutter contre la délégation des services publics de l’eau
    [• Lutter contre les PPP]
    • S’engager pour le 100% bio dans les cantines scolaires et la restauration collective
    [• Aider à la création de magasins de producteurs]
    • Agir pour une plus grande convergence entre le monde agricole et les consommateurs, en soutenant les initiatives de type Amap
    • Mener une campagne sur la protection des forêts

    Pour la répartition des richesses et le progrès humain
    • Mettre en lumière l’impact concret sur le terrain de la suppression des contrats aidés, en recensant par exemple les effets sur les associations
    • Mettre en lumière les conséquences des baisses des subventions aux associations (ex : prendre en exemple les associations sportives à l’heure des JO2022)
    • Promouvoir les formes alternatives d’organisation du travail pour une entreprise « insoumise » (ex : SCOP)
    • Lutter pour l’augmentation des salaires et des minimas sociaux et contre la pauvreté sous toutes ses formes (précarité, mal logement, accès aux soins, surendettement)
    • Se mobiliser contre les expulsions de logements avant le début de la trêve hivernale
    • Développer des outils concrets pour les luttes féministes (violences conjugales, harcèlement, inégalités salariales, etc.)

    Pour la 6ème république et la défense des services publics
    • Promouvoir le passage à la 6ème République (ex : via une émission Décryptage, des travaux préparatoires à la constituante)
    • Défendre notre modèle de sécurité sociale et notre système de santé
    [• Lutter pour la création d’un pôle public du médicament
    • Lutter pour la création d’un pôle public de l’énergie]
    • Dénoncer les inégalités dans l’aménagement du territoire et l’accès aux services publics (ex : actions contre la fermeture des bureaux de poste et des maternités)
    • Parler du système pénitentiaire et plus globalement dénoncer les conséquences de la dérive sécuritaire.

    Pour la solidarité internationale
    • Renforcer la dénonciation du CETA et autres accords de libre-échange, en soulignant par exemple les effets sur l’alimentation
    • Mener des actions concrètes de soutien aux réfugiés et soutenir les lanceurs d’alertes tels que Cédric Herrou.

  6. Il me semble important, même nécessaire d’aborder le thème de la pauvreté et de faire campagne dessus, nous avons les chiffres au niveau national, mais dans nos quartiers, nos village que savons nous ? notre groupe va prendre contacte avec le secours populaire de notre secteur afin de mesurer l’ampleur, nous aimerions aussi créer un débat sur la solidarité avec comme introduction la film la sociale, nous espérons mener a bien ce projet, qui pourrait devenir un projet commun avec le secours populaire

  7. • S’engager pour le 100% bio dans les cantines scolaires et la restauration collective + alternative végétarienne systématique
    • Mener une campagne sur la protection des forêts + des océans + nettoyage des océans (mers de plastique : qui en est responsable ? les état doivent agir maintenant)
    • Promouvoir les formes alternatives d’organisation du travail pour une entreprise « insoumise » (ex : SCOP) + les ESS

    Pour la solidarité internationale
    • Soutenir de façon concrète les combats des victimes exploitées par les multinationales ou entreprises, implantées en France ou vendant leurs produits/services en France, car nous sommes (indirectement) responsables de leur situation et que, par nos actes, nous pouvons faire bouger les lignes : se rendre sur place pour combattre avec eux et leur donner de la visibilité, appels officiels à boycotter ces entreprises/produits/services…

  8. Un des thèmes important et pas assez abordé est la lutte contre la pauvreté.
    Il n’est pas normal que des gens aient faim, il n’est pas normal que des gens dorment dans la rue, il n’est pas normal de ne pas avoir accès à l’eau à l’énergie, il n’est pas normal de ne pas pouvoir se soigner, et enfin tout le monde doit avoir accès à l’éducation. Vaste programme que tout cela, mais c’est possible, nous devons y arriver.
    - tout le monde doit pourvoir se loger, il faudra donc commencer par réquisitionner des logements, il en existe de nombreux qui sont vide 10 mois sur 12, en particulier dans les zones de vacance mais pas seulement. Ensuite il faudra en construire, et la meilleur façon de faire est de faire construire les maisons par les gens eux même. Après la guerre de nombreuses associations de type Castors on vu le jour, et nous devons suivre cet exemple. Cela permet de créer des collectifs de bâtisseurs et de s’entre aider et d’apprendre les uns des autres. Aujourd’hui les techniques de construction sont nombreuses et en particulier pour l’habitat écologique et peu groument en énergie. L’aide de l’Etat pourrait venir sous la forme de fourniture des matériaux et des outils et machines, ainsi qu’une expertise et des conseils, et un pays nouveau et plus solidaire pourra émerger de cette forme de pauvreté et de précarité. Cela développera aussi des vocations et des savoir faire, et donc du travail et des emplois et cela ne coûtera pas cher et n’ira pas enrichir les multinationales du bétonnage qui se gavent un peu partout et qui font de la merde !
    - Je développerai d’autres aspects de cette lutte contre la pauvreté plus tard, il faut construire pierre après pierre…

  9. « Promouvoir le passage à la sixième République » c’est pour moi une urgence qui signifie : « réinventer la démocratie ». Or le mot « démocratie » est singulièrement absent. Le réhabiliter est une nécessité. Celà implique un débat -qui ne saurait être bâclé- pour répondre à la question clé : « QUI DECIDE ? »

  10. 1° Nous avons besoin d’une changement radical en matière de justice. Il faut impérativement que le programme ou le kit soit prêt dans cette matière, à la limite qu’il soit applicable le premier jour d’arrivée au pouvoir sans avoir à bégayer.
    Aujourd’hui, il s’agit en gros d’une justice pour des juges pour les juges qui finassent avec le citoyen, la procédure est quasiment une justice parallèle qui nie le fait judiciaire lui-même.
    2° Les relations ont nettement changé dans les sociétés occidentales.
    On peut éradiquer tout un pan de la violence, de la délinquance et surtout régler la question des délais par un système de proximité de règlement des conflits « inhérents » à l’individu.
    On doit introduire, un ratio d’intermédiaires « éclairés » dans les groupes urbains, 1 à 2 pour 1000 habitants ou groupement d’habitations.
    Et puis.…et puis, on oublie les DOM dans tout ça !
    Cordialement

  11. Regrouper à l’échelon européen toutes les composantes politiques pour une ALTER EUROPE sociale, anticapitaliste de manière pédagogique pour faire adhérer les électeurs qui avaient voté majoritairement contre l’Europe sinon nous laisserons en 2019 le champ libre à une Europe libérale que nous avions refusé.
    Une Europe écologique antidumping social, , préservant les acquis sociaux, le droit du travail .…

  12. Une filière d’apprentissage de développement personnel et ou collective, afin de personnaliser une autonomie Personnelle et Professionnelle de recherche et d’activité. S’adressant à des jeunes inventifs, désirant innover découvrir, performer ou simplement se réaliser dans un parcours professionnel sécurisé socialement mais plus indépendant. Beaucoup de bricoleurs simples, ouvriers ont souvent réalisés de belles et utiles inventions. D’autres avec un bagage intellectuel ou professionnel, pourraient également donner libre cours à des recherches nouvelles et innovantes pour un progrès commun.

  13. La question du service public de la justice est tres peu abordee ( une seule contribution sur le notariat, et deux sur les prisons).
    C’est regrettable dans la mesure ou, il ne sert a rien de faire des lois si nous ne pouvons en assurer le respect. Il y a le droit penal, celui de la consommation, du travail, de l’urbanisme, du commerce, de l’environnement.…etc…
    Force est de constater que nombre de ces droits sont virtuels : non respect pas sanctionne ou sanctionne tres tardivement.
    L’appareil judiciaire et administratif en charge des controles ( police, gendarmerie, administrations diverses ( inspection du travail, ex DGCCRF pour la consommation, services en charge de l’environnement) sont exangues manquant cruellement de moyens humains et materiels.Les procedures parvenant chez les magistrats sont trop souvent classees sans suite, ou bien jugees bien tardivement faute de magistrats et personnels en nombre suffisant. On pourrait aussi evoquer les conditions materielles lamentables de certains palais dits de justice.
    Faire des lois c’est bien mais si le respect de leur applucation n’est pas assure, cela ne sert a rien.
    Cela fait des dizaines d’annees que cette situation est regulierement evoquee.… que des plans de recrutement de personnels (magistrats, greffiers, administratifs), d’investissements sont votes.… sans effet tangible car soit trop timides, soit non respectes.…

  14. Commençons par le commencement : l’instruction publique, laïque, gratuite !
    La même école pour tous. Oui, une campagne de laïcisation et de « moralisation » des finances publiques !
    Dans un département comme la Vendée, soixante-six communes n’ont pas d’école publique, et l’on signe un nouveau « concordat ».

    Une convention de partenariat a été signée, jeudi 14 septembre 2017, par le Président du Conseil départemental de Vendée, Yves AUVINET, et par le Directeur de l’enseignement catholique, Christophe GEFFARD.
    Soyons clairs. Si l’on admet que toute religion n’engage et ne doit engager que ses croyants, n’est-il pas illégal et inique de détourner les deniers publics de notre République laïque au profit d’intérêts privés ?

    L’offensive cléricale et le reniement de la République
    Selon le directeur diocésain, cette convention contribuera, entre les deux réseaux scolaires existants, à « une liberté de choix des familles dans l’équité ».
    D’après le dictionnaire, « est équitable ce qui ne lèse personne ». Or, le Diocèse de Vendée prêche et agit pour que les Vendéens deviennent « […] d’ardents missionnaires de la Nouvelle Evangélisation. » Loin de promouvoir des connaissances et des principes universels, loin de rechercher une morale commune, l’école catholique enseigne sa croyance et ses dogmes.
    Ainsi, sont lésés et blessés tous ceux qui n’adhèrent pas au « caractère propre » catholique, tous les fidèles au service public, laïque, de la République, et en droit d’exiger, – c’est le cas à Talmont-Saint-Hilaire – de nouveaux collèges en Vendée.

    L’oubli de la loi de 1905 et de la Constitution de1958
    La laïcité, dont le but premier est la concorde, repose sur la disjonction, la « déliaison », entre le pouvoir politique et une religion.
    Indifférente à la discrimination qu’elle crée, la « fille aînée de l’Église » – « enfant gâtée de la République »– demande davantage de privilèges, jusque dans la gestion du calendrier scolaire. La parité du financement qu’elle obtient pudiquement, sans publiquement le demander, ne renvoie nullement à la parité des obligations. Cette inégalité confirme donc l’iniquité d’une convention qui finance un communautarisme, et se fond dans le « denier de Saint-Pierre ».
    Après la loi Falloux de 1850, il y aura la loi de 1905, et notre Constitution de 1958 qu’il est encore bon de relire et d’appliquer.

    De l’hypocrisie et de l’injustice à la moralisation de la vie publique
    À l’évidence, il n’y a pas « équivalence » entre un établissement public et un établissement privé. Mais un rapprochement est utile quand il « rend service » financièrement.
    Un tel financement contrevient au devoir de neutralité confessionnelle de la puissance publique envers les Églises. Il n’empêche que, pour l’une d’elles, les vertus de pauvreté et d’humilité s’accommodent d’un insolent favoritisme.
    Le « serment de Vincennes » du 19 juin 1960, après l’adoption de la loi DEBRÉ du 31 décembre 1959, est clair : « […] l’effort scolaire de la République [doit être] uniquement réservé à l’École de la Nation, espoir de notre jeunesse. »
    Des mesures de moralisation et de laïcisation s’imposent pour servir la paix scolaire. Les lois anti-laïques sont à défaire. « École privée-fonds privés ». La justice républicaine veille à ce que les deniers publics ne soient pas détournés de l’intérêt général. Elle est étrangère au cléricalisme comme au clientélisme.

  15. Un thème sur l’école manque je pense à l’heure où Jean-Michel Blanquer prépare la sélection à l’université et le BAC en contrôle continu, c’est-à-dire une remise en cause générale du principe d’égalité cher à l’Éducation Nationale française.

    Thème proposé : défendre une école pour le plus grand nombre du secondaire au supérieur face aux attaques actuelles et futures du gouvernement. Défendre une école qui forme des hommes et des femmes, des personnalités, avant de former de la chair à travail.

  16. FI pourrait anticiper sur l’impact du numérique et du développement de l’intelligence artificielle sur les bassins d’emploi. nous avons pour référence les conséquences de l’informatique sur le tissu industriel et sur celui des services .
    Permettre aux employés et aussi à la maitrise de bien prendre ce « virage » par des mesures par exemple :
    -Rendre obligatoire pour les grandes entreprises des centres de formation interne pour former leurs collaborateurs aux métiers actuels et futurs
    - réformer en conséquence la formation universitaire en allongeant la formation dite de base ou tronc commun et ouvrir des écoles pour des formations professionnalisant es
    - favoriser la formation pour combler les lacunes actuelles dans certains domaines ( santé, éducation, justice , contrôle administratif.…)
    _ revaloriser les métiers dits manuels et de service à la personne
    _ obligation pour les entreprises de planifier les reconversions sur les nouveaux métiers
    _prévoir un plan d’aide pour les PME et TPE pour leurs projets d’évolutions ( investissement , formation, etc)
    - Favoriser la formation de d’entreprise à organisation collective ( type SCOP) en remplacement de la notion d’auto entrepreneur
    - etc.…

  17. Bonjour citoyens !
    Dans cette société de surconsommation et du « chacun pour soi », le « peuple », a besoin de retrouver des croyances et de « communier » autour de thèmes rassembleurs. (On l’a vu au moment des attentats). Il y a un thème qui est toujours passé sous silence dans les médiats, qui est presque devenu tabou. Ce thème central de campagne devrait être de glorifier le travail réel et le travailleur, seul producteur de valeurs matérielles et humaines. Il est commun à tous et chacun doit pouvoir apporter des témoignages de sa vie de travailleur.
    La campagne pourrait débuter par une devinette à tiroirs. Un tiroir nouveau s’ouvre chaque semaine sur des panneaux publicitaires disposés sur les trajets très fréquentés des travailleurs de France. Cette stratégie de communication par devinettes alimenterait les conversations de tous les travailleurs sur leur lieu de travail. Vous aurez compris que le premier mot à trouver serait : le travail et dans la seconde campagne : le travailleur. Cette stratégie de com. pourrait ensuite continuer pour d’autres thèmes. La FI ne signerait pas ses affiches devinettes, il faudra que les citoyens devinent également l’origine de ce plan de com.
    Pour des raisons de coût d’affichage, le réseau de panneaux « publicitaires » pourrait se déployer sur les propriétés d’insoumis situées à proximité des axes routiers très fréquentés.
    Bien cordialement ! Respects citoyens !

  18. Deux éléments peuvent à mon sens être rajoutés :
    le 1er porte sur l’absence de perspectives pour la Culture (moyens, développement, démocratisation…)
    le 2ème évoque la défense de la laïcité, contre une infiltration sournoise des religions et en réaffirmant la Loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat (suppression des subventions et contrôles de la nature de l’enseignement des Etablissements privés confessionnels)

  19. D’une manière récurrente, je souhaiterai que le principal problème qui préoccupe les français selon tous les sondages depuis plusieurs dizaines d’années, avoir une activité et un revenu, soit traité en amont, et comme moyens de résoudre les autres points ;
    Si on s’accorde sur le fait que les coûts et manques à gagner liés au chômage, les évasions fiscales permettent largement de financer l’ensemble des emplois manquants voire une réduction du temps de travail (travaux sur ces coûts possibles à actualiser), Si on s’accorde sur la définition d’un travail qui serait une activité de l’homme pour répondre à ses besoins, reprendre le travail de l’identification des nombreux besoins auxquels la main invisible du marché répond mal, peu ou pas, repérer et proposer à des militants ayant travaillé et publié sur des thèmes comme l’éducation, l’agriculture, la politique énergétique, la santé, la protection sociale, la politique monétaire, la politique personnes âgées, petite enfance, nouveaux modes de démocratie,…, de s’ engager à un travail commun qui parte d’une description de l’existant, des étapes nécessaires pour un changement et des moyens à mettre en œuvre, voilà qui pourrait relancer une dynamique chez les Insoumis et permettre de préparer un projet de société versus « nouveaux jours heureux » et donner envie aux septiques de nous rejoindre. C’est de mon point de vue le thème insuffisamment abordé comme permettant la transformation de notre société dans la dernière campagne présidentielle.

  20. La règle verte !
    et l’expliciter. La façon expéditive dont elle est exposée ne permet pas de prendre la mesure des changements que cela implique.

    Par exemple :
    Tendre à l’application de la règle verte à l’échelle des bassins d’emploi, afin de relocaliser les activités et d’entamer enfin la prise de conscience de la nécessaire réduction de la voilure en terme de production/consommation.
    Donc pas de relance (ou alors juste à court terme, le temps que l’idée fasse son chemin, mais il ne devrait pas être besoin de rappeler l’urgence écologique et anthropologique dans laquelle nous nous sommes placés. Par conséquent, pas certain que nous puissions prendre le temps pour ce « court terme »).
    À la place, un meilleur partage de l’activité.
    Bien sûr un certain nombre d’activités industrielles ne peuvent entrer dans ce schéma, mais c’est aussi l’occasion de se poser la question de l’utilité sociale de ces activités et productions (faire des voitures ? autant ? comme ça?).

    Je reconnais que le thème de la décroisance (car même si je mets des pincettes, c’est de ça qu’il s’agit) risque d’être difficile à faire accepter (y compris dans nos rangs. Un certain nombre des plus en vue d’entre nous s’affichaient productivistes -de gauche, mais productivistes - il n’y a pas si longtemps… Ou continuent de tomber à l’occasion dans ces travers), mais on n’a pas le choix : soit on s’empare de la question et on peut arriver à proposer une décroissance qui soit solidaire et humaniste - on ne part pas de rien : d’autres ont déjà réfléchi sur le sujet depuis au moins 40 ans -, soit on se prend une décroissance subie, violente et barbare.

  21. thème de la transition écologique et gestion de l’énergie
    Quelle position de la FI sur les compteurs Linky et ses diverses conséquences pour le consommateur ? Un futur gaspillage et une atteinte au service public de la distribution d’électricité

    c’est un sujet très concret à la fois national et local : plusieurs « STOP LINKY » se sont créés dans les communes et nous pouvons les accompagner

  22. Que les femmes qui le désirent puissent travailler à mi-temps ou à 80% sans perte de salaires afin de pouvoir participer pleinement de leurs enfants et de leur vie de famille, et ainsi pouvoir s’adonner à des activités.. Car quelques fois le travail à temps complet pour les femmes c’est un épuisement et cela est souvent lié à des questions pécuniaires. Car en calculant les frais de cantine et de garderie, rester un peu en famille serai l’idéale.

  23. Comment faire en sorte que les rapports de la Cour des Comptes puissent avoir force de loi sans que cela n’entraine la politisation de cette institution ? Comment obliger le juge administratif à se saisir d’un rapport de la Cour des Comptes de façon à sanctionner les abus constatés par la Cour ?
    Je pense qu’il faudrait instaurer le droit pour le juge administratif de se saisir d’un rapport de la Cour des comptes sous l’impulsion de pétitions de citoyens, ou de 60 députés ou 60 sénateurs (ou tout autre dispositif de ce type).

  24. Le programme de la France Insoumise est muet concernant le système politico-administratif. Que faire d’une 6ème République si le pouvoir des grands corps de l’Etat reste inchangé ? Que faire d’élus révocables, de fonctions politiques tournantes ou tirées au sort si ce sont les hauts fonctionnaires qui tiennent la plume ?
    Je pense qu’il faut entamer un débat sur la question des élites administratives.
    Soit on supprime l’ENA et on repense de fond en comble tout le système, mais on se heurte alors à de grands levers de boucliers.
    Soit on instaure encore plus de dispositions permettant de démocratiser l’accès à la haute fonction publique et rendre son fonctionnement plus transparent. On pourrait par exemple autoriser de droit l’accès à l’ENA aux titulaires du doctorat en science politique.

  25. Je pense que la prochaine campagne électorale doit clairement expliquer au peuple comment la norme se construit au niveau européen, de façon à ce qu’il prenne conscience que ce sont les grands groupes multinationaux qui font la norme avec la Commission européenne, au mépris de l’intérêt des Etats et du plus grand nombre. (lire à ce propos l’ouvrage du sociologue Sylvain Laurens, Les courtiers du capitalisme, 2015)
    Il faut clairement dire que la France insoumise est attachée au projet européen, mais pas sous sa forme actuelle. Nombre de sympathisants à nos idées se sont finalement détournés de voter JLM parce qu’il a une position « anti » européenne. Il faut clairement dire que nous ne sommes pas souverainistes mais que nous souhaitons une autre Europe. (sur ce point c’est Hamon qui est en train de nous piquer des voix)

  26. J’ai oublié … défendre notre démocratie, c’est aussi, retirer l’état d’urgence permanent du droit commun.

  27. Lutter pour que notre pays reste une terre de démocratie :
    - conserver la liberté de défendre son travail dans le lieu où on l’exerce et dans les manifestations sans se mettre en danger,
    - recommencer à être une terre d’accueil pour les migrants qui fuient des pays en guerre.

  28. Défendre une agriculture biologique pour protéger la terre et notre santé va de paire avec la promotion d’une médecine naturelle, comme le fait déjà, par exemple l’Institut pour la santé naturelle.
    Protéger notre santé, c’est aussi : lutter contre les abus de l’Etat quand il oblige les parents à vacciner leurs enfants avec 11 vaccins contenant de l’aluminium, adjuvant responsable d’effets secondaires désastreux.
    Enfin, c’est lutter pour que l’air de nos maisons et nos lieux de vie en général ne nous rende plus malade et donc pour que nous puissions les construire et les meubler avec des matériaux sains.

  29. La notion de « progrès humain » est terriblement imprécise. Sur quels critères par exenple ? ceux du PIB ? La campagne décrite parle de « Solidarité » en fait notamment à l’égard des plus démunis. La campagne pourriat s’appeler « Nouvelle répartition des richesses et solidarités »

  30. L’éducation, l’éducation, l’éducation ! Comment sauver la planète, et donc l’humanité, si les générations qui arrivent sont ignares ? Ce qui se passe dans la société pour le harcèlement devrait se passer pour l’inculture ! La compréhension du monde, des sciences et de l’être humain par chaque adulte en devenir résoudra spontanément tant de problèmes ! Et la SUPPRESSION de l’écriture inclusive!!!! (déclaration de l’Académie Française du 26/10/2017)

  31. Promouvoir l’éducation à la santé (nécessité d’avoir des connaissances de bases pour comprendre le fonctionnement des antibio, des vaccins etc. ; limiter le gaspillage en améliorant l’observance ; améliorer l’état de santé par la compréhension du traitement et mesures hygiéno-diététiques indispensables associées etc.) à partir de connaissances scientifiques.
    Promouvoir l’éducation sexuelle pour lutter contre discrimination, inégalités liées au genre etc.

  32. Un thème important à mon sens : nourrir et nourrir mieux :
    Pour faire le lien entre d’une part augmentation du SMIC, relever le seuil de pauvreté, la promotion d’une agriculture biologique et raisonné et une amélioration de la condition animale. Un moyen commode de liée de nombreux sujets du programme (eau, agriculture, santé, écologie, biodiversité, etc …)

  33. --> Campagne pour la fin de l’élevage intensif et la transition végétale de notre modèle agricole

    --> Cette campagne pourrait permettre d’aborder un large spectre de thèmes de L’Avenir en commun, comme l’alimentation, l’agriculture, les circuits courts, le climat, la condition animale, les conditions de travail, l’eau, l’écologie, l’économie, l’éducation, l’ESS, l’éthique, les lobbies, la nutrition, la ruralité, la santé, etc.

    --> Cette campagne est directement liée aux mesures 46 : « Stopper les fermes-usines », 43 : « Réduire la part des protéines carnées dans l’alimentation au profit des protéines végétales » et 45 : « Éradiquer la maltraitance envers les animaux » (trio de mesure rencontrant un écho grandissant dans la société). D’autres mesures peuvent également y être rattachées.

    --> Un groupe thématique de La France insoumise sur Toulouse traite de ce sujet et est à la disposition du mouvement pour mettre en place des campagnes et formations spécifiques ou inclusives sur ce thème, dont les mesures du programme LAEC, des livrets thématiques et des réponses aux associations (mesures dont nous avons établies un recueil à section) font de LFI le premier mouvement politique en la matière.

  34. Pour ce qui est de la planification écologique, nous avons besoin d’une campagne de clarification politique sur le thème de l’éco-socialisme. Cette campagne doit mettre l’accent sur l’incompatibilité entre le le capitalisme et une société écocentrique. Il faut dire clairement que le mode de croissance capitaliste (accumulation, croissance exponentielle sans fin et appropriation privée de la survaleur) nous mène droit dans le mur. L’écosocilaisme doit donc être notre objectif et la planification écologique un des moyens d’y parvenir. Cette clarification nous permettra le lancer des thèmes de campagne spécifiques à la planification écologique comme par exemple :
    1. La propriété sociale des moyens de production et d’échanges dans le cadre de la société éco-centrique. Le renplacement de la concurrence par la coopération.
    2. Le passage de la croissance capitaliste à un mode de développement équilibré des territoires
    3. La démocratie économique avec des objectifs écocentriques et l’autogestion des collectifs de travail en remplacement des entreprises.
    4. La gestion démocratique des institutions de financement de la planification écologique

  35. Prendre la mesure et développer les mesures du programme « L’Avenir en commun », en référence à :
    1- La planification écologique de la Règle verte : « Réduire la part des protéines carnées dans l’alimentation au profit des protéines végétales ».
    2- Chapitres 45 et 46 du programme : « Éradiquer la maltraitance envers les animaux. »,« Stopper les fermes-usines »

    - Sortir de l’élevage intensif et réduire les protéines carnées :
    L’élevage intensif et la consommation de protéines carnés est responsable de désastres écologiques, économiques, humains, sociétaux et éthiques : 2ème cause des gaz à effet de serre ; déforestation ; gaspillage exponentiel d’eau potable ; pollution des sols ; algues vertes ; emploi de 70% des terres cultivables de la planète ; culture OGM des aliments végétaux pour l’alimentation du bétail ; surpêche ; destruction de l’éco-système ; disparition d’espèces animales, appauvrissement de populations les plus pauvres au profit des populations occidentales se nourissant de viande ; problèmes de santé (cardio vasculaire, cancer, diabète.…), précarité des éleveurs (avec fort taux de suicide), TMS et problèmes psys développés au travail par les employés d’abattoirs, souffrance animale, exploitation d’espèces pour le profit de lobbies…

    Il y a urgence à
    - interdire l’élevage intensif, les fermes des mille vaches/veaux
    - interdire les pratiques génératrices de couffrance inutile (chasse, corrida, fourrure, foie gras..)
    - développer des méthodes substitutives aux tests sur les animaux…

    La condition animale est centrale et politique. 80% des Français jugent la cause animale importante, selon un sondage IFOP de 2017. L’Avenir en Commun parle d’éradiquer la souffrance animale. c’est historique. Ne laissons pas ceci n’être que des mots. Ne laissons pas un autre parti ou mouvement politique nous reprendre ces sujets qui ont améné tellement de militants au sein des groupes d’appuis, qui se sont reconnus pour la 1ère fois dans un mouvement qui englobait enfin les espèces dans leur globalité.

  36. Pour la planification écologique et un nouveau modèle agricole :
    « une campagne contre l’élevage intensif, source de souffrances » (avec rappel de la requête avenir en commun « Introduction de l’éducation au respect des animaux, qu’ils soient dits « domestiques » ou non, dans l’enseignement »
    + sur l importance de la reconnaissance de l’alimentation végétale par le ministère de la Santé National Nutrition Santé (PNNS), pyramide alimentaire officielle pour aider à sortir de l’obligation actuelle des protéines carnées (source http://www.francesoir.fr/societe-sante/tribune-alimentation-vegane-est-saine-et-viable-tous-les-ages-de-la-vie-defendent-des-professionnels-sant%C3%A9-dieteticien-nutritionniste-docteur-medecin-protection-animaux )

  37. - campagne d’alerte sur les conditions de travail : mettre en lumière les conséquences de la suppression des CHSCT en rapport avec l’augmentation des risques professionnels : morts au travail, accidents et maladies professionnelles, souffrance au travail, burn out, suicide etc…
    - défense de l’hôpital et dénonciation du fonctionnement de la santé accès sur la rentabilité
    - culture : sensibiliser autour des questions culturelles, de la nécessité de promouvoir la créativité notamment dans les quartiers qui regorgent de talents qui n’ont aucune visibilité

  38. Un thème qu’il est important d’aborder : la condition animale car il fait partie intégrante de nombreux sujets du programme (eau, agriculture, santé, écologie, biodiversité)
    Nous savons que l’élevage intensif a des incidences directes sur notre environnement et notre santé (utilisation abusive de l’eau, culture du soja OGM pour le bétail qui génère à la fois des problèmes sociaux et environnementaux comme la déforestation et l’appauvrissement des sols, maltraitance des animaux mais également du personnel qui travaille en abattoirs à cause de cadences effrénées, utilisation des hormones et des antibiotiques dans l’élevage, ce qui entraîne un phénomène de résistance chez l’humain, puissance des lobbies de la viande et des produits laitiers…)
    Il y a beaucoup à dire, et de nombreuses solutions à apporter, aussi, abordons vite le sujet de la condition animale, il y a urgence !

  39. Campagne contre l’élevage intensif, les fermes-usines et autres pratiques injustifiables, tant sur le plan de la préservation de l’environnement (pollution, GES, gaspillage de l’eau, déforestation…), de l’éthique (conditions de vie et de mort honteuses pour les animaux), que de la santé (la promiscuité induite par ce type d’élevage est un facteur majeur de risques de pandémies et joue un grand rôle dans le développement de la résistance bactérienne observée partout dans le monde.).
    Cf chap. 46 : « Stopper les fermes-usines » et chap. 45 « Éradiquer la maltraitance envers les animaux.

  40. Chômage :
    Résorber le chômage est probablement le défi le plus important à résoudre.
    Les personnes, qui en sont victimes, hiérarchisent bien naturellement les autres sujets. Les préoccupations écologiques ou politiques passent au second plan lorsqu’on a du mal à terminer le mois.
    Le chômage est le résultat de trois facteurs majeurs (tous liés au progrès des sciences, et en ce sens recevables); l’explosion démographique, les productions sans opérateurs humains (automatismes et réseaux au sens large), la mise en concurrence directe des pays.
    Au lieu d’être traité avec bon sens, le chômage est « savamment » entretenu au plus grand profit d’une minorité sur le dos du plus grand nombre. Tout est permis au nom de ce fléau : démolition en règle des protections sociales, blocage des salaires, déversements obscènes de l’argent public dans le CICE ou autres aubaines pour les entreprises tel que le plan apprentissage à venir… etc.
    Vis-à-vis des 3 facteurs énoncés, sources du chômage (ici et partout dans le monde à très court terme), les réponses de bon sens sont : Avant toute chose une réduction drastique du temps de travail. Une révision des relations internationales en commençant par l’UE où l’agrégation cynique de pays ayant des niveaux de vie trop différents, conduit à des mises en concurrence en lieu et place de coopérations. La cessation progressive de toute politique familiale visant à inciter les familles à avoir un 3e enfant. Cette suggestion est pratiquement inaudible pour la plupart des gens. Mais au moins que l’on ne vente plus les mérites d’une natalité prospère. Cela est obscène compte tenu des impacts écologiques qu’induit le niveau atteint par la démographie mondiale.
    Enfin je pense que la proposition que je vois poindre parfois dans les contributions, de mettre en place un revenu universel, est un ferment de divisions à venir pour la FI.
    Ce revenu universel, soutenu par de vibrants libéraux serait une institutionnalisation d’une société à deux vitesses. Ceux qui « ne foutent rien », vs ceux qui les « abondent ».
    Personne n’a jamais démontré que le travail n’était pas (pour le plus grand nombre) un facteur social d’équilibre. Il faut partager le travail résiduel. Ne plus avoir, d’un côté, ceux qui se suicident du fait de surbooking, et de l’autre ceux qui meurent dans la rue du fait du chômage et de l’enchaînement des déclassements qu’il induit.

  41. Campagne d’information et d’explication sur le thème de l’Europe, Plan A et Plan B
    Ce thème est largement évoqué dans notre programme “l’Avenir en Commun” mais il mérite une campagne spécifique et renouvelable d’année en année car il impacte largement la vie quotidienne dans notre pays comme des autres membres de l’UE à cause de l’influence des actes et décisions de la Commission Européenne et de la BCE en particulier.
    Ces influences sont à souligner par leurs conséquences sur le dumping social qui régit en fait actuellement le monde du travail. Elles pèsent aussi en maintenant maintiennent entre les pays la concurrence fiscale dont un fin connaisseur est l’actuel président de la Commission ( ?!?).
    Cette campagne serait donc un moyen de mieux faire comprendre ces fonctionnements qui sont tout, sauf solidaires et d’exposer en réponse les moyens d’y remédier, par l’harmonisation sociale, l’harmonisation fiscale, une nouvelle politique agricole, etc…
    Ce serait ainsi l’occasion de démontrer un véritable souci d’une Europe des peuples juste et solidaire et d’infirmer l’image tendancieuse et fallacieuse d’un souverainisme qui est l’apanage des vieilles droites radicales ou non.

  42. Campagne de solidarité aux luttes contre les dominations, pour l’indépendance et libération nationales : Palestine, Kurdistan, … Libération de Salah Hamouri.

  43. - Une véritable campagne pour lutter contre la domination masculine et pour abolir le patriarcat : lutter contre les stéréotypes de genre et mettre fin (enfin !) aux inégalités salariales et d’accès à l’emploi et aux responsabilités.

    - Une campagne pour une Europe Insoumise en synergie avec les mouvements qui partagent nos valeurs dans les autres pays.

    - Une campagne sur la défense de la ruralité dans le cadre de la réforme territoriale : défendre les services publics et la démocratie communale, poser les questions des transports, de l’accès aux soins, aux commerces et services de proximité, de la concentration de l’activité économique dans les zones urbaines. Dénoncer les SCOT (Schémas de Cohérence Territoriale) et PLU (Plans Locaux d’Urbanisme) qui organisent la ségrégation ville-campagne et la compétition des territoires entre eux…

  44. A propos des associations, est écrit « Mettre en lumière les conséquences des baisses des subventions aux associations (ex : prendre en exemple les associations sportives à l’heure des JO2022) »
    Il convient à mon avis d’élargir aux associations de solidarité, d’éducation populaire, sans oublier les sportives, bien-sûr !
    Le Collectif des associations citoyennes et le syndicat SUD Asso tentent de monter une « journée noire » au cours de laquelle toutes les assos de France se mettraient en arrêt d’activité. Ils ont du mal… Les Insoumis pourraient permettre d’y arriver !?
    Bref il y a une lutte pour le maintien des contrats aidés et le retour aux subventions publiques. La FI doit en être !

  45. Rajout d’actualité LA LUTTE CONTRE LA FRAUDE FISCALE ET LES CADEAUX AUX RICHES
    MACRON PRESIDENT DES RICHES
    Il faudrait que cette habillage lui colle à la peau définitivement comme le pardessus de NESSUS
    ( Nessus personnage de la myhologie)

  46. Développer l’agriculture urbaine et les jardins partagés en ville.
    Cela permet de joindre l’utilité d’une production locale avec des circuits très courts, le développement du lien social et de la convivialité si malmenés et l’appropriation de l’espace public par les gens.

  47. Redonner à tous la capacité à agir en citoyen par la restauration du débat politique.

    Pour y parvenir,
    il faudrait
    a) que la FI propose une loi qui protège l’engagement
    - avec un droit à la formation « politique » pour tous ( comme le droit à la formation pro)
    - une refonte de la loi sur le financement de l’engagement
    b) que notre action place le citoyen lambda au coeur de notre stratégie
    - avec des actions d’éducation populaire
    - l’expérimentation de modalités démocratiques de prise de décision

  48. Tenir plus que jamais à ce qui fait le « cœur » de « l’avenir en commun » la solidarité nationale et internationale

    * J’ai personnellement découvert la France Insoumise par l’intermédiaire du CCFD Terre Solidaire qui, avec Oxfam et d’autres ONG, a analysé les programmes des candidat-e-s aux dernières élections sur la base de « 15 propositions pour une France solidaire »

    * Sur le site http://​www​.solidarite2017​.org, figurent les engagements de Jean-Luc Mélenchon pour l’élection présidentielle et ceux d’une centaine de candidats de la France Insoumise aux élections législatives (sur 600 réponses reçues au total !)

    Merci de poursuivre cette réflexion avec des partenaires de la solidarité tant au niveau national qu’international

    Voici pour information les 15 propositions regroupées en 3 axes (bien en cohérence avec les orientations de la FI…) :
    A - Partager justement les richesses pour mettre fin à la pauvreté et aux inégalités :
    1 - défendre le juste paiement des impôts et lutter contre l’évasion fiscale 2 - soutenir la justice fiscale en France 3 - financer la solidarité internationale 4 - réguler la finance 5 - garantir une Agence Française de développement au service de la lutte contre la pauvreté
    B - Promouvoir la justice climatique et la souveraineté alimentaire : 6 - assurer une vraie transition énergétique et sortir des énergies fossiles 7 - mettre fin au soutien de la France aux agro-carburants 8 - financer l’adaptation des plus pauvres aux changements climatiques 9 - garantir une approche commune sécurité alimentaire/changements climatiques
    10 - soutenir l’agro-écologie paysanne et non l’agrobusiness
    C - Faire respecter les droits humains en France comme dans les pays du Sud :
    11 - respecter un devoir de solidarité à l’égard des migrants 12 - mettre fin à l’externalisation des politiques migratoires 13 - réguler les multinationales 14 - défendre des conditions de travail de qualité et un salaire minimum vital pour tous
    15 - garantir le respect et la mise en œuvre des droits des femmes

  49. 1 ) Promouvoir les formes alternatives d’organisation du travail pour une entreprise « insoumise »
    2) S’engager pour le 100% bio dans les cantines scolaires et la restauration collective
    3) Dénoncer les inégalités dans l’aménagement du territoire et l’accès aux services publics (ex : actions contre la fermeture des bureaux de poste et des maternités)
    4) Renforcer la dénonciation du CETA et autres accords de libre-échange, en soulignant par exemple les effets sur l’alimentation

  50. Dans l’urgence :

    Construire un front syndical, associatif et politique élargi présentant des propositions alternatives à la politique de Macron . Ce front est nécessaire aussi pour répondre à la prochaine crise financière pour laquelle ni l’UE ni Macron n’ont de solutions évidemment. Et nous devons urgemment nous préparer à prendre la relève.

    Pour le progrès humain :

    Continuer à défendre la loi sur la laïcité de 1905.

    Faire campagne pour mettre fin aux sanctions dans le monde car celles-ci empêchent des relations bénéfiques entre les peuples en plus de les affamer, de les tuer ou de préparer des guerres favorisant la course aux armements et les destructions illégales et inacceptables de pays .

    Favoriser toujours l’autodétermination des peuples et dénoncer l’ingérence étrangère de groupes d’intérêts privés, égoïstes et prédateurs.

    Encourager plus de rencontres publiques et d’échanges avec les progressistes du monde entier qui ont les mêmes préoccupations et orientations que la FI et commencer à créer des réseaux élargis.

    Lutter pour une politique humaine dans le traitement des réfugiés et dénoncer l’illégalité des peines judiciaires contre ceux qui les accueillent ou les protègent humainement.

    Faire plus de campagne pour intégrer les sans-papiers et nous battre pour accorder plus de droits à une nouvelle classe de travailleurs errants, conséquence de la mondialisation et de la prédation des transnationales.

    Favoriser les luttes pour un processus pacifique aboutissant à la destruction des armes nucléaires car l’effet dissuasion a ses limites aujourd’hui, vu le grand nombre de pays qui en ont.

  51. Organiser des formations internes à la FI sur les questions relatives à l’UE. Que chacun(e) puisse maîtriser Plan A et Plan B, de manière à pouvoir développer nos arguments en discutant avec les gens.
    Montrer notamment l’impact des décisions de Bruxelles dans tous les domaines de la vie quotidienne.
    Si on ne prépare pas les gens à ces changements nécessaires, le programme de la FI n’a aucune chance d’advenir. Or, la prochaine échéance électorale est européenne !

  52. Pour une éducation émancipatrice, que ce soit celle des enfants par un renouveau profond des écoles maternelles, primaires et secondaires, en s’appuyant sur les pédagogies dites alternatives, et celles des adultes par la promotion de l’éducation populaire.

  53. Pour la répartition des richesses et le progrès humain

    • Mettre en lumière l’impact concret sur le terrain de la suppression des contrats aidés, en recensant par exemple les effets sur les associations, c’est très bien mais il faut proposer une alternative, requalification en CDI par exemple, car ce sont des contrats précaires malgré tout !

    Encourager les initiatives citoyennes aussi (pardon, ça fait deux propositions, mais bon la 1ère n’est qu’une amélioration!)

  54. Petite rectification de frappe sur le 2ème thème SECURITE SOCIALE. Il faut lire « le film de Gilles Perret peut tout à fait démontrer cela (et non démonter ! ).
    Merci

  55. EDUCATION :
    - Création de filières générales, technologiques et professionnelles relatives à l’ensemble des nouvelles technologies, techniques du développement durable, à l’ingénierie de ces nouveaux modes de vies (construction, alimentation, recyclage.…) du lycée à l’université. Il faut bien entendu prévoir les structures éducatives et physiques pour permettre cette mise en oeuvre ;
    - Handicap et éducation : Accueil de toutes les différence au sein des classes dès l’école maternelle ce qui suppose plus de personnel, formé et qualifié, et l’éducation des adultes devenus parents. Accepter la différence qui est une richesse. Les enfants sont l’avenir et comprennent indiscutablement mieux la différence lorsque les adultes sont convaincus.

    SANTE :
    - SAUVER et Reconstruire l’Assistance Publique : Stopper le sabotage de l’Assistance Publique par ces politiques de rentabilité. Faire entrer à nouveau l’humanité au sein des structures soignantes ; Recruter des personnels soignants (aide-soignant.e.s, infirmier.e.s, médecins…) mais aussi que les personnels d’entretien des hôpitaux redeviennent des agents publics.
    - SECURITE SOCIALE : CONSERVER ce système de solidarité UNIQUE au monde. Le film de Gilles PERRET est tout à fait pédagogique et unique à démonter cela. Le système de santé est ce qui reste de notre solidarité. A sauver, à tout prix.

    HISTOIRE DE CHACUN.E, HISTOIRE COLLECTIVE : bâtir un socle commun de notre histoire avec LES histoires particulières de chacun.e en écrivant ces vies des habitants des quartiers populaires et des zones rurales. DEFENDRE la mémoire et le vécu de tous ces habitants pour construire, améliorer les LOIS pour l’intérêt général grâce à ces tranches de vies.

  56. Une campagne sur la criminalisation de la pauvreté (ex. décisions de justice pour vol d’une orange / fraude fiscale ; mettre côte à côte les montants de la fraude aux aides sociales et la fraude des entreprises pour le paiement des cotisations sociales…)

  57. La finance, la concentration des richesses et des moyens de production, l’évasion fiscale sont nos ennemies et la source de tous les maux de notre société.!
    Le capitalisme financier est un fléau avec ses puissants lobbys. Les ordonnances travail, la loi de finance et ses cadeaux fiscaux, la stagnation d’une quelconque démarche écologique et de transition énergétique, les traités de libre échange, demain la réforme de l’assurance chômage, de l’assurance maladie, des retraites, la paupérisation avant le dépeçage des services publics, la dette et la plupart des conflits mondiaux sont quelques exemples du cynisme de ses promoteurs. Ils sont les loups, les prédateurs des richesses et du bonheur des autres. Macron fait bien évidement parti de cette meute .Alors si il devait n’y avoir qu’une campagne se devait être celle contre la finance et ses suppôts zélés.

  58. « Les PROTÉINES VÉGÉTALES, une urgence écologique /ou Pourquoi et Comment sortir des protéines animales ? »

    En référence à :
    1- La planification écologique de la Règle verte : « Réduire la part des protéines carnées dans l’alimentation au profit des protéines végétales ».
    2- Chapitres 45 et 46 du programme : « Éradiquer la maltraitance envers les animaux. »,« Stopper les fermes-usines ».

    Les impacts négatifs engendrés par l’alimentation issue de l’exploitation des animaux attestent effectivement qu’en être consommateur.trice est une habitude nutritionnelle formidablement polluante et destructrice jusqu’à mettre en péril le présent et l’avenir proche de l’Humanité elle-même : 2ème cause des GES (14,5% en côte basse) soit plus que les GES causés par les transports ; déforestation ; gaspillage exponentiel d’eau potable ; pollution des sols ; algues vertes ; emploie de 70% des terres cultivables de la planète ; culture OGM des aliments végétaux pour l’alimentation du bétail ; surpêche ; destruction de l’éco-système ; disparition d’espèces animales…. Qui plus est, il s’agit là d’habitudes alimentaires de pays riches qui ont pour impact direct et immédiat de priver nos semblables humain.e.s de part et d’autre de la planète du simple accès aux ressources nécessaires à la survie, telles que l’eau et les terres cultivables propices à la cultures de végétaux. Reste par ailleurs l’impact négatif causé plus particulièrement aux animaux eux-même qui rien qu’en France sont 3 millions à être tués par jour pour la consommation, hors ceux marins. Et enfin, le savoir concernant les bénéfices exceptionnels des protéines végétales pour une meilleure hygiène de santé devrait être à la disposition de tou.te.s les citoyen.ne.s. (Voici à titre indicatif, une conférence sur le sujet donnée par le Pr Massimo Nespolo :https://​youtu​.be/​K​B​j​B​K​i​N​l​_Ms)

    L’ASSIETTE EST UN ESPACE POLITIQUE : Faire éducation populaire par le biais d’une vaste campagne en faveur de la végétalisation de l’alimentation est une action politique qui répond concrètement à l’urgence écologique, à l’injustice alimentaire planétaire et à la volonté d’une meilleure hygiène de santé pour tou.te.s. Cette campagne permettant au plus grand nombre de comprendre « Pourquoi et comment ? » il est urgent de sortir du dogme des protéines animales, les citoyen.ne.s pourront ainsi mettre à profit l’acquisition de ces connaissances et s’emparer des solutions nutritionnelles concrètes existantes : la valeur des protéines végétales et sa gastronomie en pleine expansion.

    ( N.B : Je me suis permise de vous envoyer cette seconde contribution, car mon premier commentaire posté vendredi 3 novembre à 18h29 est toujours en attente de modération)

  59. > Pour la planification écologique et un nouveau modèle agricole
    Des points à mon avis indispensables :
    - Militer pour une réorientation de la PAC pour un changement de paradigme à long terme. (AEC 46)
    - Promouvoir de nouvelle forme d’alimentation, moins transformé et avec moins de protéine carne. (AEC 43)
    - Promouvoir les circuits courts pour tous les types de bien (pénaliser les transports sur longue distance), et développer le FRET pour le transport de marchandise (AEC 41/42) -> cela peut être aussi l’objet d’action locale
    - Réclamer des mesures pour une France « 0 » déchet (AEC 44)

    D’autres points peut-être un peu trop précis pour une consultation
    - Promouvoir et développer les transports en commun y compris en campagne et lutter contre la voiture (AEC 41) -> cela peut être aussi l’objet d’action locale
    - Réclamer forme urbanisme pour le bien être au quotidien et lutter contre la gentrification
    - Militer pour une meilleure information des consommateurs sur la qualité et la provenance des produits alimentaires (réglementation sur l’étiquetage)
    - Appliquer plus drastiquement le principe de précaution vis-à-vis des polluants (pesticide, perturbateur endocrinien, matériaux de synthèse dans la construction etc…).
    - Militer pour l’application systématique du principe de pollueurs payeurs.

    > Pour la répartition des richesses et le progrès humain
    Ici il manque des points cruciaux !!
    - Communiquer sur nos propositions contre l’évasion fiscale et faire la révolution fiscale (e.g. 14 tranches d’impôt, AEC 36/37) -> jusqu’au parlement !
    - Limiter les écarts de salaire de 1 à 20 dans les entreprises (AEC 57)
    - Réclamer la suppression des « cadeaux » fiscaux CICE, et crédit impôt recherche.
    - Appliquer un protectionnisme solidaire et écologique (AEC 17)
    - Réduire le temps de travail, travailler moins pour travailler tous (AEC 56)
    - Parler au grand public des indicateurs de développement humain alternatifs, et de ce qu’il nous dise sur notre pays, ie. Espérance de vie en bonne santé, illettrisme (AEC 65/66/76)

    > Pour la 6ème république et la défense des services publics
    - Militer pour l’inscription dans la constitution de la règle verte et du droit à disposer de son corps (AEC 27/38) -> Je pense que c’est un moyen efficace pour communiquer facilement sur nos valeurs.

    > Pour la solidarité internationale
    - Militer pour un BREXIT strict mais sans esprit de vengeance (AEC 50)
    - Défendre ardemment le projet politique du plan A pour l’Europe, en collaboration avec d’autres forces politiques Européennes et les autres peuples Européens (AEC 51/53) -> En préparation des élections prochaines !

  60. - Créer, accompagner, impulser la création de JARDINS POTAGERS ECOLOGIQUES qui permettront à chacun d’avoir des espaces de sensibilisation, d’information et d’action en faveur de la biodiversité, d’avoir des productions de fruits et légumes produits en utilisant des techniques respectueuses de la terre, du vivant, des humains.
    Ces espaces pourront s’inscrire au local en l’ouvrant aux habitants des quartiers, des écoles,…

    - Mettre en lien les actions et les projets menés par différentes structures (associations,…) afin de leur donner plus de cohérence, d’échos auprès des différents publics (ceux qui sont habituellement visés mais aussi et surtout ceux qui le sont moins)

    - Soutenir des actions et projets exemplaires (en facilitant les appuis techniques, les rencontres, financièrement aussi,…) et en faire des exemples sur lesquels s’appuyer pour sensibiliser, informer et former en créeant des outils, des formations,… diffusés de manière le plus large possible.

  61. Pour la solidarité internationale et la paix
    Notre programme L’Avenir en commun prévoit la rédaction d’un nouveau Livre blanc de la Défense pour redéfinir ce que doit être la politique de la France pour garantir la sécurité du pays et assurer la défense de ses intérêts dans le monde. Dans ce cadre la stratégie de dissuasion nucléaire doit être questionnée. A l’heure où la menace nucléaire est agitée tant par le président des EU que par le dirigeant de la Corée du Nord, où les tensions géopolitiques ne cessent de se multiplier entre des acteurs dont certains ont l’ambition plus ou moins avouée de se doter de l’arme nucléaire (Iran, Arabie Saoudite par exemple), où notre pays s’apprête à se lancer dans un couteux programme de mise à niveau de sa force nucléaire, où 122 pays à l’ONU ont adopté un traité interdisant les armes nucléaires, il est temps que la France Insoumise affirme sa position humaniste et lance une grande campagne sur le thème de la paix et du désarmement nucléaire.
    Il ne s’agit pas de proposer naïvement un désarmement immédiat et unilatéral mais de faire de la question de l’interdiction des armements nucléaires un axe de notre internationalisme dans sa volonté de « proposer une nouvelle alliance altermondialiste pour changer le cours du monde ». Soutenir le traité d’interdiction des armes nucléaires c’est être cohérent avec notre programme qui veut « renforcer et réinvestir l’ONU pour faire vivre un monde ordonné ». C’est refuser de permettre au « club des grandes puissances » (les puissances nucléaires) de régenter le reste du monde.
    Par ailleurs, militer pour la sortie du nucléaire civil en mettant en avant, à juste titre, les dangers qu’il représente et ne pas porter au même niveau l’interdiction des armes nucléaires est incohérent car nucléaire civil et nucléaire militaire sont intimement liés. Il ne peut pas y avoir de sortie du nucléaire en conservant sa composante militaire.
    Je propose donc que la France Insoumise anime cette campagne :
    . face aux multiples dangers de la situation internationale
    . soutenir l’initiative de l’ONU du traité d’interdiction des armes nucléaire

  62. Revoir la prise en charge de nos aînés : créer des accueils PUBLICS polyvalents( accueil des personnes âgées/ handicapées / jeunes enfants / école) intégrés à la vie sociale de la ville
    augmenter le réseau d’aide PUBLIC aux personnes fragiles et favoriser ainsi le maintien à domicile
    organiser un service PUBLIC de transport pour personne âgée

  63. Actions pour la Paix, l’amitié entre les peuples et le désarmement. Particulièrement pour la reconnaissance de l’Etat Palestinien et les droits des palestiniens. Pour le respect des conventions des Nations Unies, contre la colonisation Israélienne et l’annexion des territoires occupés illégalement, le commerce des produits issus colonies, pour la libération des prisonniers palestiniens dont les enfants incarcérés arbitrairement sans jugement.
    Dénoncer la complaisance et le soutien de la France et de l’Union Européenne à la Politique Israélienne et leur refus de faire respecter le droit International.

  64. N’oublions pas de signaler l’OIN de la plaine du Var, grand projet éco-nuisible d’Estrosi, qui menace les dernières terres maraichères niçoises. Moins médiatisé que N-D. des Landes, ce projet méconnu de la population menace des terres fertiles (3 récoltes/an) grace aux alluvions du Var et la sécurité des habitants (bétonnages=inondations).

  65. Avec les progrès fulgurants des Intelligences Artificielles, quelle école et quels métiers demain ?
    Les conséquences du numérique dans nôtre société sont un enjeu politique majeur.
    Il me semble indispensable que LFI engage la réflexion, l’éveil du peuple et soit à la pointe du sujet avec des propositions concrètes.

  66. Dans une des propositions Patrick FERRENQ a indiqué dans une contribution l’intérêt des SCIC : 4 novembre 2017 à 11 h 39 min En matière d’organisations alternatives du travail, plutôt axer sur les SCIC (Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif) que sur les SCOOP. ».

    Je souscrit totalement à cette idée , comme au développement de ces formes de coopération car elles mettent au cœur des dispositifs alternatifs que nous proposons (cf.les 4 urgences du programme) l’impérieuse nécessité d’établir de nouveaux rapports entre élu-e-s des collectivités locales , citoyen-ne-s et acteurs sociaux concernés par le changement .
    La crise de la politique profonde que nous traversons est venue percuter de plein fouet toutes les structures du champ politique qu’il en soit des partis ou des systèmes de la représentation dont les élu-e-s locaux , départementaux, régionaux.
    Les liens que ces derniers tissent avec les partis politiques sont en crise .
    Nous pouvons donc , au travers des campagnes nationales qui vont être menées par la FI articuler localement les aspirations à expérimenter de nouvelles formes de rapports entre Elu-e-s , Citoyen-ne-s, Acteurs et donc expérimenter de nouveaux contrats d’engagement autour de projets innovant .
    L’interpellation sur la place et le rôle des collectivités locales , comme l’affirmation qu’elles sont des outils et des espaces d’émancipation comme leviers du changement n’est pas suffisamment soulignée à mon sens .
    Quelques soit demain le thème d’une campagne nationale choisie avec ses développement sur les différents territoires des groupes d’appui (je préfère à groupe d’action) les questions soulevées mettront d’une manière ou d’une autre les collectivités locales au cœur des enjeux à traiter .
    Il nous faut donc sur cette question centrale proposer des cadres nouveaux d’expérimentation invitant les citoyen-ne-s à modifier les rapports d’exclusion démocratique .
    Le support des SCIC est dans ce cadre une variable qui mérite toute notre attention .

  67. - Pour l’éducation populaire sur la consommation responsable (buycott): réparation, achat locaux &/ou respectueux de l’environnement et d’un pacte social (en particulier sur la nourriture bio &/ou locale)
    - Pour les structures associatives, l’autogestion et la promotion des initiatives locales de production & distribution de nos biens & services de tous les jours.
    - Contre les GAFAMS, contre toute entreprise en situation de monopole, ou en état d’industrialisation trop massive au détriment d’humains ou d’animaux (Apple, Monsanto, fermes usines, médias mainstream, industrie pharmaceutiques (tests sur les animaux, pas contre la vaccination qui doit être large par définition mais contre les vaccins peu testés & certains composants (rotavirus, gardasil, adjuvants dans l’hexavaccin))
    - Contre les clouds dominants (Amazon, Google)

    - Pour l’égalité des salaires et l’encadrement des écarts de la rémunération (1 à 20 c’est cependant bien trop !) et de la redistribution des richesses (augmenter le nombre de tranches d’imposition et imposer plus, les + riches)
    - Contre les licenciements et toute forme de précarité (travail, logement)
    - Contre le revenu universel, MAIS pour une solution à chacun d’avoir un salaire pas basé uniquement sur la « valeur travail » (qui devient caduque & rare de toute manière) et surtout de quoi vivre décemment peut importe son âge et si on est en situation d’handicap.

    - L’éducation publique pour tous, y compris en situation d’handicap, mais pas de manière uniforme : adaptée à chaque individu, permettre l’accession pour tous à plusieurs méthodes d’enseignement (Générale, pro, Montessori, Freinet, Bretonne, etc) afin de lutter contre l’échec scolaire, puis social.
    - Contre l’imposition des directions pédagogiques basées uniquement sur les résultats (t’es pas bon, tu vas en formation pro, ou t’iras pas à la Fac).

    - Pour la défense des biens communs & en particulier de notre régime de santé. Celui-çi doit rester égalitaire, gratuit & complet (pas de prévoyance, pas de mutuelle): tous selon nos moyens, chacun selon ses besoins.
    - Contre la privatisation de nos systèmes de santé & des hôpitaux

    - Pour la 6eme République
    - Contre les entités (en particulier publicitaires & l’État) surveillantes, exploitantes, violentes & policières.
    - Pour la liberté & la défense de nos vies personnelles en particulier dans le numérique : le Libre pour les logiciels & la création en général, la neutralité du net, la crypto pour défendre notre intimité, le droit à l’oubli. Sortie de l’état d’urgence permanent & de la loi anti-terroriste inutile & liberticide.

    - Pour le ferroutage, & le (re-)développement de nos transports en commun & la gratuité de ceux ci.
    - Contre les transports individuels et l’Import/Export aveugle du coût écologique
    - Contre toute exploitation animale, ou des ressources fossiles, dangereuses et/ou polluantes, y compris & surtout contre le nucléaire & les GPII ; en particulier - NDDL -

  68. développer les modes de transport écologiques dans les villes (vélos, auto lib, vélo électriques, bus électriques, plateforme pour le partage de véhicules, branchement électrique dans les ports pour les paquebots de croisière qui font tourner leurs moteurs au fuel lourd …)

    développer l’agriculture bio par des formations et faciliter l’installation des paysans bio, ne pas les faire payer leur droit à cultiver bio et leur verser une subvention qui serait payer par les agriculteurs pollueurs.

    favoriser l’émergence de marchés de producteurs qui ne devraient pas avoir à payer leur emplacement