Synthèse de la boîte à idées « Quels outils pour faciliter la mise en mouvement ? »

dans Convention

La France insoumise s’est d’abord constituée sur la plateforme jlm2017.fr (puis lafranceinsoumise.fr), au travers des divers outils qu’elle a proposés. Les groupes d’appui, les événements locaux organisés par les insoumis⋅es, la commande en ligne de matériel ou encore le transport par cars ont permis la mise en mouvement de dizaines de milliers de personnes. Le Fiphone, les outils de gestion des procurations, l’outil de dons en ligne ont permis des formes extrêmement diverses de participation à la campagne, faisant de la France insoumise le mouvement sans bord qu’elle est aujourd’hui.

Cette boîte à idées doit donc nous permettre de continuer à innover, à chercher de nouveaux outils numériques, et améliorer l’existant. La mise en commun de la discussion autour des outils a déjà commencé aux AmFis d’été, où un atelier sur la plateforme était organisé par l’équipe de développeurs. Beaucoup des propositions relevées alors se retrouvent dans cette boîte. Cela dénote une forte cohérence du mouvement dans l’analyse de ses besoins.

L’équipe de synthèse était constituée de 8 personnes à parité de genre, représentatives de la diversité du mouvement.

A la question « Quels outils pour faciliter la mise en mouvement ? », la boîte à idées a reçu 543 contributions.

Lors d’une première lecture de l’ensemble, nous avons redirigé les idées qui concernaient une autre boite. Cela concernait principalement des propositions qui portaient sur les méthodes d’actions et sur l’organisation du mouvement.

La lecture de l’ensemble des contributions a été répartie entre les différent⋅e⋅s membres de l’équipe de synthèse.

Les contributions insuffisamment claires ou incomplètes (par exemple « améliorer tel outil existant » sans préciser quelles améliorations apporter) n’ont pu être traitées.
La plupart des propositions de nouveaux outils ou améliorations ont donné lieu à des réponses ou à des reprises. Pour préserver la lisibilité, les contributions isolées ont été prises en compte, mais n’ont pas été intégrées à la synthèse, sauf quand elles venaient directement enrichir des propositions existantes. Toutes les contributions restent publiques sur la page de la boîte à idées.

Enfin, les contributions restantes ont été regroupées en quatre grands thèmes.

Des outils d’organisation et de communication pour les GA pour améliorer la visibilité de leurs événements

  • Créer des outils permettant le contact entre groupes d’appui voisins.
  • Permettre l’organisation conjointe d’événements par plusieurs GA (avec la création d’un agenda partagé pour les GA, la mise à disposition d’outils de communication internes aux groupes comme des listes de diffusion, des forums, des outils d’organisation et la création d’emails de rappel automatiques pour les événements).
  • permettre la création de GA thématiques à l’assise géographique plus large.
  • permettre aux GA de mettre en avant publiquement sur le site leurs événements passés et à venir.
  • En créant des mails automatiques personnalisés qui listent les événements locaux aux alentours.
  • En proposant une vision chronologique des événements (sous forme d’agenda) permettant aussi de les rattacher à des thèmes spécifiques.

Une communication plus rapide avec l’équipe opérationnelle et entre insoumis

  • Mettre en place un système de gestion des demandes par ticket.
  • Permettre de contacter directement des référents thématiques.
  • Faciliter la recherche de compétences sur le site en s’inspirant du fonctionnement des réseaux sociaux (profils publics, possibilités de contact direct, mention des thématiques d’intérêt), sous la forme d’un annuaire de compétences ou d’appels à compétence spécifique, et en prévoyant un espace où déclarer ses disponibilités pour du volontariat.
  • En mettant en place des outils spécifiques, pour du covoiturage ou de l’hébergement par exemple.

Une meilleure diffusion de nos idées par la formation et la mise à disposition de ressources

De nombreuses contributions soulignent la nécessité de mettre nos outils au service de la diffusion de nos idées. Ces propositions ont pour particularité de ne pas seulement nécessiter des avancées techniques pour être mises en place, mais surtout des bonnes volontés pour la production du contenu.

  • Avec des formations en ligne ou localement avec des intervenants, notamment :
    • au programme
    • théoriques, par exemple
      • histoire
      • sciences sociales, économiques et politiques
      • institutions politiques
    • pratiques, par exemple
      • comment prendre la parole en réunion
      • utilisation politique des réseaux sociaux
  • Relancer des émissions comme les universités populaires.
  • Produire des ressources sur différents supports, sous une forme indexée et recherchable :
    • vidéos notamment de décryptage ou d’explications
    • infographies
    • bibliographies
    • tutoriels
    • foire aux questions
    • une base de données de visuels utilisables
  • Traduire le programme en plusieurs langues. Dans le même esprit, sous-titrer dans différentes langues les vidéos des député⋅e⋅s du groupe France insoumise.

Concernant la diffusion de nos idées à la fois en interne et en externe, la question de la création d’un média indépendant France Insoumise est revenue plusieurs fois, sous forme de journal, de radio, de télé etc. Nous nous interrogeons sur la pertinence de la création d’un média directement par la France insoumise, alors même que de nombreuses initiatives indépendantes existent déjà pour proposer des médias proches de nos idées : L’Heure du peuple, Le Journal de l’insoumission, Fakir, la Radio insoumise, le Média…

L’équipe rappelle aussi que les chaînes Youtube et le site proposent déjà de nombreux contenus, continueront à le faire et les amélioreront comme décrit plus haut.

Une plateforme de financement des actions des GA

  • Cette suggestion, revenue à de nombreuses reprises, nous a paru particulièrement importante. Toutefois, peu de propositions concrètes sur la forme que pourrait prendre cette plateforme de financement ont été formulées.
  • Par ailleurs, cette proposition ne concerne pas uniquement les outils numériques de la France insoumise. Compte tenu du lien étroit entre la question du financement et celle de l’organisation de la France insoumise, les éléments liés à cette suggestion ont été communiqués à l’équipe chargée de la synthèse de la boîte à outils “Quelle organisation pour le mouvement”.

Ces différents axes ressortent donc de cette boîte à idée, et serviront de ligne directrice à l’équipe opérationnelle dans les prochaines semaines et mois. L’équipe en charge des outils numériques prépare une réponse détaillée dans les prochains jours.

Certaines propositions sont revenues très souvent, et concernent des outils qui étaient déjà en place, ou ont été mis en place durant la période d’ouverture de la boîte à idée.

C’est ainsi le cas de l’utilisation des logiciels libres, ou des nouveaux outils de contact de l’équipe opérationnelle. Cela nous paraît démontrer le besoin d’une meilleure communication de la part de l’équipe opérationnelle dans l’information des insoumis·es sur l’évolution de la plateforme.

 

Flore Cathala, co-coordinatrice du pôle vidéos
Arthur Cheysson, responsable des outils numériques de la France insoumise
Corinne Lhermite-Groussac, responsable de la mobilisation pour la marche du 23 septembre
Hélène Magdo, membre de l’équipe de campagne des élections législatives
David Pellicer, membre de l’espace politique
Guillaume Royer, responsable des outils numériques de la France insoumise
Muriel Rozenfeld, coordinatrice du pôle en charge du siège de la France insoumise
Simon Veissière, membre du groupe de rappel des groupes d’appui

Retrouvez aussi le récit de la lecture de la boîte à idées par les développeurs de la France insoumise sur au43.fr.