Quels outils pour faciliter la mise en mouvement ?

dans Actualités, Convention 2017

La boîte à idée est maintenant fermée.

Ceci est une page de contribution pour la Convention Nationale de la FI d’octobre 2017, sur le thème : Quels outils pour faciliter la mise en mouvement ?

Vous pouvez laisser votre contribution sous forme de commentaire en bas de cette page. Si vous voulez poster une contribution sur un autre thème, rendez-vous sur la page de présentation de la boîte à idées.

Un certain nombre d’outils ont été mise en place pendant la campagne présidentielle : plate-forme internet, site matériel, appel aux dons, newsletter. Il s’agit ici de suggérer des améliorations des outils existants et/ou de proposer de nouveaux outils afin de renforcer nos capacités d’actions collectives ou de faciliter la mutualisation des bonnes pratiques.

535 réponses à “Quels outils pour faciliter la mise en mouvement ?

  1. Les cibles à atteindre, ce sont les abstentionnistes.

    Si ils ne font plus confiance aux débats/médias/personnalités politiques institutionnalisés, les abstentionistes ont encore des « références », et parfois des « référents », qui inspirent leurs choix de vie, leurs opinions, leurs indignations : des références qu’ils croisent via leurs loisirs, leurs hobbies, leurs activités culturelles et/ou sportives, leurs jardins secrets (ou pas), leurs voyages et visites, etc.

    Alors en plus des nouveaux outils testés depuis 2016 qui visaient principalement les réseaux sociaux généralistes (YouTube, FB etc.) et dans une moindre mesure le terrain de l’éducation populaire (avec les « caravanes », les mini-conférences organisées par certains GA), la FI gagnerait à développer des outils de conscientisation politique destinés/adaptés/formatés pour ces secteurs listés ci-dessus et considérés (à tord) comme non-politiques (loisirs, hobbies, sport, tourisme etc.).

  2. Coordination et aide aux groupes d’appui : Mettre en place une plate forme pour que les GA puissent échanger les expériences, savoir faire, idées ; avoir des référents nationaux que l’on puisse joindre assez facilement en cas de questions diverses concernant les GA et leurs actions.

  3. Contribution au nom du groupe d’appui de Lagny-Thorigny :

    Que tout outil utilise des logiciels non propriétaires et des codes « open source ».
    Quelque soit les outils, que la gestion des données personnelles transmises par tous les militants soit transparente.

    Création d’un pôle de formation aux techniques d’éducation populaire, car très positif lors de nos deux campagnes nationales.
    Le pôle devra être accessible à tout groupe d’appui/militants.

  4. Pour faciliter l’implication des gens qui veulent agir, il faudrait un accès aux sites locaux (par secteur, département) où on retrouverait les contacts, les agendas, et les possibilités pour s’impliquer concrètement, où on retrouverait en tout cas les basiques :
    Les GA, porteur de paroles-caravane, collage, tractage, relay réseaux, et actions de solidarité, actions d’alternatives citoyennes, les permanences et un moyen facile de rentrer en contact.
    Importance de maintenir un contact humain directe réactif pour chaque truc, puis de penser le remplacement, la rotation des responsabilités.

  5. Bravo pour les outils existants !
    Et super l’amphi sur le numérique !
    - avoir conscience que des gens sont pauvres et en ont honte. On est pas tous militants retraités, aisés : la pauvreté fait que je ne suis pas capable de payer un car ou des autocollants… Et je n’ai pas eu le courage de cliquer à votre super proposition de demande d’aide…
    Un insoumis à commandé et payé le voyage bordeaux Paris le 23 septembre dernier. D’où ma pancarte « contre les ordonnances et la pauvreté /là grâce à Paul »!! Tout le monde n’a pas un Paul…
    - avoir une feuille de présence à chaque réunion ?
    - avoir un questionnaire/satisfaction après réunion, action, manif ?
    - avoir une synthèse, des idées et chiffres pour chaque action : exemple, à la caravane nationale, pour informer sur la loi travail 2 Daoud avait des copies à distribuer, un super résumé, en double page. À diffuser pour la cohérence LFI !
    Qui va traiter tout ça ?!
    Résistance.

  6. Il faut poursuivre tout ce qui a été mis en place sur la plate forme La France insoumise et dans les circonscriptions avec diffusion sur les réseaux sociaux, mailings. Favoriser davantage les échanges entre les GA et l’équipe dirigeante. Avoir des contacts plus faciles avec l’équipe dirigeante (comment est-elle désignée?qui la compose ?). Continuer ce travail d’éducation populaire que nous avons commencé durant les deux campagnes électorales et notamment avec les caravanes. Reprendre les différents argumentaires et données développées par JLM et les député.e.s sous forme de tracts, de gazettes à distribuer au plus grand nombre dans la rue, dans les quartiers, dans les marchés. Se pose alors le problème du financement de ces parutions qui doivent avoir une certaine régularité.
    Le fait de ne plus avoir de local, tel que nous en avions pendant les législatives, nous rend moins visibles auprès du public. Se pose là aussi le problème du financement.

  7. Aujourd’hui la France Insoumise commence à avoir une véritable implantation au niveau local. Ceux qui annonçaient notre disparition à l’issue des élections en sont pour leurs frais. Ces élections nationales impliquaient une campagne nationale. Et la centralisation de la production de l’ensemble du matériel était alors légitime. Aujourd’hui, si nous devons continuer à mener des campagnes nationales, bien évidemment, pour renforcer notre assise locale, nous allons devoir nous inscrire dans des luttes au plus près de la réalité que vivent les habitants. Ça peut être une lutte contre l’insalubrité dans les logements, pour les transports gratuits, pour l’ouverture d’une classe… Tout dépend du contexte. Nous aurons alors besoin de financement pour financer le matériel nécessaire à ces campagnes. Se pose donc la constitution d’une réserve financière au niveau local. Une campagne nationale de financement des groupes d’appui pourrait éventuellement permettre de pallier à ce manque. lors de nos rencontres avec les habitants, nous pourrions leur demander une petite participation en soutien à nos actions. Pour certains qui sont bien loin d’une implication sur le terrain au quotidien, quelle qu’en soit la raison, c’est un acte d’engagement vis-à-vis de la France Insoumise. Et cela permettrait aussi une autonomie financière de notre mouvement. Notre capacité à auto-financer nos campagnes sera aussi le reflet de notre popularité au sein de la population et le garant de notre indépendance d’action !

  8. Aller à la rencontre des publics, sur leurs lieux de vie (marchés, porte-à-porte).
    Travailler l’acessibilité de nos supports (tracts, mails…) pour marquer notre différence avec les autres partis/mouvements.
    Si l’on veut s’adresser aux citoyens, il faut s’en donner les moyens.
    Attention à ne pas être seulement présents pendant les campagnes politiques, la population n’est pas dupe 😉

  9. Il faut poursuivre tout ce qui a été mis en place sur la plate forme La France insoumise et dans les circonscriptions avec diffusion sur les réseaux sociaux, mailings. Favoriser davantage les échanges entre les GA et l’équipe dirigeante. Avoir des contacts plus faciles avec l’équipe dirigeante (comment est-elle désignée?qui la compose ?). Continuer ce travail d’éducation populaire que nous avons commencé durant les deux campagnes électorales et notamment avec les caravanes. Reprendre les différents argumentaires et données développées par JLM et les député.e.s sous forme de tracts, de gazettes à distribuer au plus grand nombre dans la rue, dans les quartiers, dans les marchés. Se pose alors le problème du financement de ces parutions qui doivent avoir une certaine régularité.
    Le fait de ne plus avoir de local, tel que nous en avions pendant les législatives, nous rend moins visibles auprès du public. Se pose là aussi le problème du financement.

  10. Quels outils pour faciliter la mise en mouvement ?
    Il faudrait un outil de vote qui permettent aux adhérant de mettre aux voix chacune des propositions de la France insoumises, ainsi que celle des cahiers et les futures.

  11. Un outil formidable à la portée des excellentes équipes de la FI :
    montrer concrètement, avec images et sons, clips, vidéos, films…, ce que va changer l’avènement d’un programme comme l’Avenir en Commun.
    Comme notre programme n’est pas un rafistolage, mais le changement en profondeur qu’il faut impérativement mettre en oeuvre pour avoir un avenir en commun, montrons, et montrons encore, et encore , dans des tas de clips et videos, scènes concrètes, que l’on peut changer l’évolution du monde dans le bon sens et que cela touche tous les domaines.
    faisons des simulations en images, dans tous les domaines, montrons que c’est possible, concret. Le clip de la campagne présidentielle était un excellent début.

  12. Il y a la gestion des GA à revoir, on doit pouvoir quand on anime un groupe connaitre les mails de ses membres pour pouvoir les informer de nos réunions, passer la main, modifier le texte de présentation du GA. On doit pouvoir accueillir chaque nouveau membre et l’informer de nos réunions.

    Il faut que l’on construise du transversal inter groupe et pour cela il nous faut des outils permettant de communiquer entre nous. Un forum insoumis serait vraiment nécessaire que ce soit pour échanger sur nos pratiques, mettre en commun le travail et permettre aussi de s’inscrire dans des actions proposées par un GA proche géographiquement. Au delà de la participation au sein d’un GA, il faut encourager des GA thématiques ponctuels autour d’une action précise.
    Le forum insoumis pourrait permettre cela et permettre que des insoumis travaillent sur des sujets qui leur tiennent à cœur en rapport avec l’avenir en commun.
    Le forum pourrait avoir une partie visible et une partie plus stratégique réservée uniquement aux GA.

    Il faudrait aussi permettre que la plateforme nationale soit aussi un site internet où chaque GA aurait son espace propre pour y mettre ses actions, cela donnerait de la visibilité au mouvement et permettrait que le site de la FI soit plus consulté et utilisé. On pourrait mieux nous retrouver, car même s’il existe une carte des GA, des événements, cela reste insuffisant et un peu contraignant.

    On doit pourvoir être consulté régulièrement sur les enjeux stratégiques de la FI, sur des choix de thème pour les prochaines luttes (tout en gardant la souplesse sur les modalités d’actions) sur la plateforme nationale et mettre à contribution les nombreux talents des insoumis qui pourraient proposer des textes, des visuels au national pour aider à construire nos actions. Construire du bas vers le haut pour casser une verticalité uniquement descendante.

    On doit pouvoir faire aussi des retours sur des actions nationales pour les améliorer ou les redéfinir.

  13. *La création d’un forum interne pour tous les insoumis​.es
    *La création de listes de diffusion comme framalistes pour envoyer des mails groupés aux groupe d’appui
    *créer une base de donnée visible par les insoumis regroupant les mails et noms des animateurs de groupe d’appui par région, ou la possibilité d’envoyer un message à une liste de diffusion des GA pour améliorer l’interaction entre GA
    *La création de page de présentation des groupes d’appui avec toutes leurs infos et liens (facebook YouTube. .) Mail et liste de diffusion pour communiquer ensembles et rentre plus humain et direct la rencontre de nouveau insoumis​.es avec éventuellement photos
    *Créer ce genre de questionnaire plus régulièrement
    *A la manière des référendums d’initiative populaire, permettre de demander l’avis des insoumis​.es sur des thèmes, questions d’organisation … via pétitions pour garder les questions pertinentes uniquement et faire un vote de tous sur le site de la FI
    *Créer une plate forme regroupant les information sur le contenu des lois en cours de discussion. Et une base de donnée avec les chiffres et articles de référence
    *Proposer, comme déjà en fait lors de la campagne, des fiches argumentaires pour nous offrir les outils et connaissances permettant de répondre aux gens et aux opposants politiques

  14. - améliorer le site pour que chaque groupe ait une page d’infos, compte-rendu…ou créer des sites décentralisés.
    - dans la continuité de la caravane acquérir localement un véhicule utilitaire et tout ce qui va avec (groupe électro, sono, visuels…) pour être présents régulièrement dans les quartiers, à intervalles réguliers, à l’initiative des GA.

  15. Un petit guide de la manif ou de la « désobéissance civile » pour expliquer au personnes qui ne sont pas à l’aise par exemple : comment participer à une manifestation légalement vis à vis de son employeur, comment et ou contacter un syndicat, comment défendre ses droits dans les tpme, pme… Un livret didactique et drôle avec des illustrations et du texte en somme un veritable guide de survie insoumis !

  16. Faire des vidéos de 3min max sur youtube. Que chaque groupes d’appui ait une page Facebook et un compte Twitter. Organiser des buvettes/concert pour récupérer un peu de sous pour imprimer les tracts, vendre des sachets de semences, des plants de tomates. Former les militants aux méthodes d’animation actives basée sur l’éducation populaire. Mettre à disposition des fiches techniques : comment réussir son porte à porte, comment réussir un tractage, comment animer une réunion, etc. Circuler dans les manifs avec une petite pancarte pour annoncer notre prochaine réunion, l’organisation d’un bus pour monter manifester à Paris, …

  17. Un outil intéressant, au niveau informatique, serait un espace de publication commun, à inventer, qui prendrait certaines caractéristiques empruntées à la fois aux forums et à Wikipédia :
    - possibilité de contributions éditables par l’auteur uniquement, (type forum)
    - possibilité de contributions éditables par tous, (type WP)
    - organisation collective des contributions (classement, vote, étiquetage…)
    - possibilité de parcours par catégorie, par contenu, par lieu, par date, par contributeur…

  18. Proposer aux insoumis qui n’y ont pas accès des formations leur permettant de mieux défendre et diffuser notre programme : prise de parole, animation de réunions, méthode alinsky… Cela peut être fait sous forme de MOOC ou de sessions « traditionnelles »

    Le site devrait nous permettre aussi de prendre part plus activement aux décisions du mouvement, en nous permettant de voter sur les choix à faire et à des élections internes quand l n’y aura pas de tirage au sort (pour désigner le futur candidat représentant la France insoumise aux présidentielles de 2022 par exemple). 1ère Précision, je ne suis pas pour le vote électronique à l’échelle d’un pays, mais sur un groupe plus homogène et réduit, le risque de fraude me parait négligeable. 2e précision les votes à choix multiples devront utiliser un système autre que celui utilisé actuellement et qui devra être débattu et testé (ex.: https://​fr​.wikipedia​.org/​w​i​k​i​/​V​o​t​e​_​a​l​t​e​r​n​a​tif)

  19. Un forum privé par groupe d’appui (ou par réunion de groupes d’appuis) nous serait utile. Les militants ont besoin de discuter entre eux sans entraves. Par mail ce n’est pas idéal. Soit la communication est hiérarchique depuis les animateurs vers les membres, soit toutes les adresses sont en copie et cela peut devenir lassant et confus.
    Il existe des solutions par des sites comme forum actif ou xooit mais l’idéal serait d’installer agora project (ou mieux si vous connaissez)
    Pour cela il faut un espace de stockage et une base de données. En se groupant cela ne serait pas onéreux.
    Je déborde un peu du thème de la page mais je crois que nous devons travailler aussi sur des questions locales. Et cela d’une manière apaisée, en montrant que nous ne sommes pas des agités. Il me semble qu’il y a l’espace pour que nous devenions des références que chacun sache qu’avec nous la parole de tous est entendue.

  20. Bonjour à vous , moi je suis un pragmatique , il faut absolument aider les groupes d’appuis dans l’organisation de manifestations locales . Il faudrait créer des structures au niveau départemental ou régional qui puissent être relais avec le national : recueil des idées ou problèmes rencontrés, aidés financieres, stockage de matériel militant pour redistribution locale, un exemple le 23 sept dernier nous voulions organiser avec ceux qui n’ont pas pu aller à Paris un tractage sur un grand marché bio , plus de tracts disponibles sur le site matériel FI . Bref plus de liens entre national et local aiderait grandement à l’action.

  21. J’ai pu constater qu’au cours du temps, les insoumis avaient de moins en moins tendance à utiliser la plateforme internet et que les nouveaux arrivants n’avaient pour la plupart pas vu/pas compris où se trouvaient les groupes d’appui sur la plateforme voire n’en connaissaient pas l’existence et passaient par d’autres moyens pour nous contacter (Facebook principalement). Signe de ce symptôme, nous ne recevons plus d’inscription via la plateforme depuis de nombreux mois dans mon groupe d’appui, alors même que c’était monnaie courante pendant la campagne et que de nombreuses personnes continuent de nous rejoindre encore en ce moment.

    Peut-être serait-il judicieux de mettre la carte des groupes d’appui plus en avant ? Sur la page d’accueil par exemple ?

  22. Bonjour,
    de nombreux commentaires ont déjà mis en évidence le besoin que les insoumis s’appliquent à eux-mêmes et à leur mouvement tous les éléments du programme LAEC qui se rattachent au numérique. Pour ce faire au mieux, il faudrait créer (ou renforcer) une équipe en capacité d’accompagner le changement. Exemple : sortir des GAFAM en s’appuyant/participant à l’opération CHATONS de framasoft
    https://my.framasoft.org/u/ind1ju/?searchtags=chaton%28s%29

    Cela nécessite :
    - des experts des UDTIC (usages, données, technologies de l’information et de la communication)
    - des accompagnateurs

    Cela m’amène à proposer d’ajouter aux groupes d’appui géographiques des groupes d’appui thématiques. Exemple ici : les UDTIC.

    Ce principe pourrait être généralisé à l’ensemble des thèmes comme l’agriculture en commençant par tous ceux déjà traités par les livrets thématiques à actualiser.

  23. La France insoumise : son nom
    Il me semble que cette désignation, certes déjà avec une histoire, qu’il ne faut pas effacer bien entendu, gagnerait à être clarifiée. En effet, elle n’est pas très distante de celle des Indignés, assez utilisé ces derniers temps, laquelle à mon avis est assez faible pour transmettre l’idée de renouvellement des méthodes, et surtout ne fait appel à un vrai projet d’émancipation de la société.
    Aussi, dans la chaîne ‘esclave, insoumis, libéré’, insoumis apparaît comme quelque chose d’intermédiaire, d’incomplet…

    Par ailleurs, le mouvement gagnerait à ne pas se disperser en désignations d’une certaine façon parallèles – je pense à L’avenir en commun, à l’ère du peuple.

    Mots d’ordre : le président des riches, casserolades…
    Personnellement, j’ai peu de sympathie par ces mots d’ordre, ou expressions …

    ‘le président des riches’ – ce n’est pas un concept de classe, bien défini ; d’autre part, la plupart des personnes aimerait avoir un peu plus d’argent, donc le terme ‘président des riches’ risque de jouer à l’envers : n’étant pas encore riche, on veut empêcher la richesse des autres, par des raisons multiples, parfois inqualifiables … je proposerais par exemple le président du medef, le valet du medef, le président arrogant, le président anti-social (ou anti-développement) de la France, le président anti-isf, le président des multinationales, le président

    Quant aux casserolades, pour ma part, j’étais assez déçue avec cette forme de mobilisation : pour ma génération, les casserolades évoquent celles du Chili, en 1973, utilisées par les ennemis de Salvador Allende…

  24. LE COLLECTIF DE LA CÔTIÈRE (AINSOUMIS ) PROPOSE :

    1/ de conserver la boite à idées mais par groupe d’appui en priorité !
    Envisager aussi d’élargir les idées fédératrices par département pour une meilleure efficacité et gestion / action…
    LE FONCTIONNEMENT ACTUEL DE CETTE BOITE A IDÉE SEMBLE
    FLOU : COMMENT EST ELLE UTILISÉE ? COMMENT EST ELLE ANALYSÉE ET SYNTHETISEE, PAR QUI ET COMMENT ?

    2/ Avoir un outil de CONTACT national : actuellement difficile de savoir où s’adresser à qui ?

    3/ Création d’un SITE internet PAR DÉPARTEMENT

    4/ Soutenir LE MEDIA citoyen

    5/ avoir une RADIO insoumise plus claire, efficace..

    6/ continuer la chaine youtube

    7/ trouver un espace télévisuel ?

  25. Dans l’optique de faciliter le travail des groupes d’appui et plus généralement de tous les militants dans l’explication des mesures du programme de la FI, il me semble important de mutualiser et mettre à disposition des fiches techniques par thématique (1 page?) qui viennent étayer/compléter les livrets avec des faits et chiffres clefs, afin de donner des éléments factuels pour argumenter en faveur de ces mesures. Histoire d’avoir des éléments de langage « techniques » factuels à partager.

    Par ailleurs, il serait intéressant d’avoir un panorama général des militants déjà élus (combien et où sont ils?) + une liste/annuaire des militants par groupe d’appui et par grandes thématiques de compétences susceptibles d’être mobilisables pour discuter d’un sujet précis et de façon technique/experte (économie, écologie, santé, etc.)

  26. Il nous faut des outils pour communiquer entre groupes d’appui. Le but est d’être informé sur ce qui se passe dans les groupes d’appui voisins
    Une sorte d’animateur, sans rôle politique particulier, sur une zone géographique large (départementale, voire régionale) qui regroupe les actions et initiatives des différents groupes d’appui.
    Une fois par mois, une newsletter informerait des différentes actions menées ou à venir par les groupes d’appui de la zone.
    Par exemple : un animateur-trice pour 20 groupes d’appui autour des métropoles, un animateur-trice pour 30 groupes d’appui autour des villes moyennes.

  27. Le marteau sert à enfoncer une pointe mais c’est le fait que la pointe soit enfoncée qui est important. L’outil doit être adapté au type de pointe, au matériau dont est faite la cloison, à la taille de la main qui le porte ledit outil, à la force du bras qui l’utilise, etc.
    J’ajoute que si on enfonce une pointe, c’est dans un but précis, par exemple pour accrocher un cadre. Mais des tas d’autres moyens peuvent être utilisés pour parvenir à cet objectif.
    Tout cela pour dire qu’il faut dimensionner des tas d’outils différents et que surtout il ne faut rien figer.
    L’outil idéal serait donc un outil générique qui permettrait d’accueillir tous les outils possibles (ceux de maintenant et ceux de demain) et dont certains sont encore à inventer. Puis de les mettre à disposition des utilisateurs.
    En quelque sorte, il faudrait une boîte à outil, des boîtes à outils. Et même un atelier avec des boîtes à outils. Un « machin » ou chacun pourrait venir se servir, quitte à modifier l’outil lui-même, à l’améliorer en retour.
    Cet « atelier » pourrait simplement être un portail numérique, sorte de vaste site évolutif avec des boîtes à outils et des outils, des idées d’actions, des retours d’expériences, du matériel (au sens du matériel électoral), etc.

  28. La France Insoumise met en place sur son site national http://​www​.lafranceinsoumise​.fr un forum a accès restreint. Ce forum pourra contenir des salons locaux (groupe d’appui), des salons départementaux, des salons régionaux, pour permettre aux différents insoumis d’échanger entre eux. L’accès à ces salons sera restreint aux insoumis habitants dans la zone géographique couvert par le salon et ayant fait la demande d’inscription à ce salon. La modération de ces salons devra être assurés par au moins trois insoumis de la zone géographique, en cas de défaillance dans le remplacement d’un de ces trois membres le salon pourra être temporairement clos. Les modérateurs, qui seront remplacés deux par deux alternativement pour éviter un changement trop brusque, auront un mandat de six mois et ne pourront se représenter deux fois d’affilés. Un droit de révocation d’un modérateur pourra avoir lieu après trois mois d’occupation du poste au travers d’un sondage sur le forum, ce droit de révocation pourra être déclencher à la demande de plus de 50% des membres du salon

  29. Les outils de type TIC sont devenus essentiels. Il faut les développer. Il faut aussi réutiliser les réseaux sociaux d’une manière plus intelligente (car très souvent, les « amis » parlent entre eux, ce qui peut rendre étanches les différents « groupes » au sein des réseaux).
    Appli smartphone
    Et aussi, des gens, des qui traiteraient tel ou tel sujet en profondeur. L’idée serait d’analyser les dires de tel ou tel et de décortiquer, preuves et faits à l’appui, pour une meilleure démonstration, par exemple via des montages vidéos avec sources citées évidement. Il n’y a rien de vraiment complexe ; il faut juste du temps.
    Ensuite, il faut diffuser tout cela selon les usages du moment qui sont le plus souvent des vidéos courtes, voire très courtes, ou alors des messages courts mais percutants avec un lien méthodes.
    Un média véritablement indépendant semble essentiel. Oral, « télévisuel », écrit.… Mais ait évidemment un regard critique sur les positions de la FI, sur les interrogations. Car sinon, c’est de la propagande.
    Enfin et surtout, ne pas oublier l’humain. Donc sortir, se réunir. Pour militer mais aussi pour être ensemble, pour agir, pour discuter, pour boire un café.… Pour convaincre tranquillement

  30. Aujourd’hui les groupes n’ont pas d’outils qui permettent de se mettre en lien avec le peuple. S’il y en a il s’agit d’initiatives personnelles ou de groupes.
    - On pourrait par exemple penser à uniformiser les moyens d’actions en lignes, en tous les cas proposer de le faire
    * Page Facebook par groupe/département
    * Page Twitter par groupe/département
    * Utiliser le plus possible la charte graphique et des templates communs (event, réunion, manif, etc)
    - Il me semble que c’est prévu déjà mais il faut pouvoir plus facilement communiquer entre les groupes proche géographiquement, rien que pour envoyer des invitations à des évents communs.
    - Un espace en ligne afin de stocker les photos, documents, fichiers du groupe. Aujourd’hui j’utilise mon compte perso Gmail/GDrive pour le groupe.
    - La limite du nombre de personnes par groupe imposé par la charte ne convient pas forcément au milieu rural où il est bien plus dur de regrouper des personnes.
    - J’ai remarqué que les gens ne sont pas forcément actif par mails ou mettent du temps à répondre, ça peut devenir pénible voir démotivant et quand il faut réagir dans l’urgence c’est pas pratique.

  31. Comme vu précédemment une radio Les Jours Heureux permanente serait le top. Peut-être pas encore sur la bande FM mais d’abord sur Youtube en émettant de manière permanente ou sur son site actuel. Peut-être serait-il possible de s’associer avec les autres radios insoumises pour faire une radio qui se passerai le relais un peu comme à franceinfo : où France télévisions passe le relais à France 24 à certaines heures. Ensuite comme j’ai dit dans une autre section, la création d’une chaîne Télé serait vraiment la bienvenue. Et Natacha Polony et l’équipe du comité Orwell pourrait venir autant de fois qu’ils le voudraient, ils pourraient même avoir leur propre émission.
    Une cohésion des réunions des groupes d’appuis filmés serait pas mal non plus, ça éviterait à certains de devoir se taper des bulletins de bilans de réunions. Encore une fois ça pourrait apparaître dans la chaîne télé. Et enfin organiser un débat permanent entre insoumis sur la plateforme numérique.

  32. La création d’une application smartphone me parait indispensable.
    Une application regroupant :
    - les actions menées ou à venir
    - les vidéos postées
    - la nécessité d’avoir du monde présent à tel endroit à tel moment
    - un accès direct aux amendements proposés/défendus
    - …

  33. Nous mettre en mouvement, c’est aussi engager la bataille des idées et d’abord de parler de politique. Il est nécessaire pour une pratique démocratique d’accorder à chacun-e des membres des groupes d’appui la possibilité d’échanger, et donc de se former, sur les thèmes fondant notre action et notre programme. J’ai lu plusieurs propositions relatives à l’éducation populaire, n’oublions pas qu’elle nous concerne aussi. Cela peut passer par l’élaboration dans un GA, mais aussi par la « structure » nationale de supports sur lesquels les insoumis-es d’un ou plusieurs GA travailleront et produiront eux-mêmes les arguments qui nous permettront de gagner cette bataille.

  34. Faire des fiches sur comment mener telle ou telle action :
    par ex :
    comment se présenter aux élections de représentants HLM ?
    comment avoir accès aux documents publics ?
    comment participer à une enquête publique ?

  35. Bonjour
    En matière d’outils :
    * communication interne : c’est ce qui a le plus posé de problème pendant les campagnes.
    Info descendante OK mais pour la remontante … questions souvent restées sans réponse..
    Il faut créer un outil sur le net avec des référents disponibles par thématique voire des groupes type forum car les soucis dans une région peuvent avoir été résolus dans une autre.
    * caravane des droits : super outil à pérenniser et à adapter aux problématiques. Nécessité d’une information sur son passage plus en amont pour avoir le temps de mobiliser localement.
    * médias indépendants : en cours.. et c’est tant mieux
    * des outils de com performants en région : vidéos, réseaux sociaux, agenda partagé
    * des formations thématiques en vidéo ( à l’exemple de celles pour les mandataires/candidats lors de de la campagne) mais sur des sujets en rapport avec LAEC
    * de l’argent au niveau local car c’est le nerf de la guerre ! nous ne pourrons pas éternellement financer à titre individuel, les affiches , les tracts, les actions etc..

  36. Au cours de la campagne, nous avons organisé une série d’universités populaires. Dans notre optique de révolution citoyenne et d’implication du plus grand nombre, nous devons développer des outils d’éducation populaire.
    Peut-être pourrions-nous imaginer un outil proposant à la fois :
    - des conférences régulières organisées par le national sur l’ensemble du territoire (universités, salles de conférence…) visibles en direct sur internet
    - des listes d’intervenants disponibles avec calendrier des disponibilités pour permettre aux groupes d’appui d’organiser des conférences localement
    - des boites à outil et un forum à discussion pour parler d’exemples de pratiques et d’actions d’éduc pop et pour les expliquer aux insoumis, qui devront ensuite se les approprier
    - des banques de données et/ou des liens vers des études, conférences ou travaux intéressants à s’approprier
    - des formations sur des pratiques militantes, des thèmes, des modes d’organisation ou d’insertion dans les luttes locales, de création concrètement d’une contre-société

  37. Bonjour,

    Les outils,
    Développer sur Internet un forum national, des forum locaux
    pour informer, partager
    une radio, une télé
    sortir de Youtube, être le plus indépendant possible .…
    Utiliser la base de données des ressources humaines, l’actuelle ne sert à rien, les insoumis proposent leurs compétences, mais jamais de suivi… Et où vont les données ?
    Utiliser la base des compétences, les ressources des actions seront alors plus aisées à identifier
    Une caravane, des affiches, tracts… à disposition des groupes d’appui et surtout des locaux pour se réunir, communiquer entre êtes humains.…
    Tout ce qui peut améliorer la communication.…
    Pas de liant communicatif actuellement, alors développement d’initiatives, pas toujours FI ; un groupe mail qui sert plus à la promotion des servies privés et associatifs, qu’au partage de la FI et ses infos, voire un aimable bavardage, avec ses errances discourtoises et outrancières parfois, …la foire, le soukh, … manque de sérieux, de rigueur, de cohésion, l

  38. Il est plus qu’évident qu’au-delà de créer de la visibilité à l’extérieur de la FI (indispensable), il faut améliorer les communications internes avec le national mais aussi et surtout entre groupes d’appui.
    L’idée d’une plateforme a été largement mentionnée.
    Il faudrait aussi s’interroger sur le « tirage au sort » pour désigner les personnes pouvant être présentes lors des différentes rencontres : quelle représentativité des groupes ? des différents territoires ? et de fait des problématiques ? Une autre modalité de désignation est à réfléchir.

  39. Je viens d’apprendre que la boîte à idées fermait demain.… J’avais une nouvelle contribution sur le thème « autonomie et collaboration des groupes d’appui », étant en déplacement, je ne pourrais l’écrire avant jeudi. Elle sera donc en ligne vendredi à cet endroit pour ceux que cela intéresse.

    Login : observateur
    Mdp : 123456
    http://​insoumis​-​e​-​s​.fr/​A​u​t​o​n​o​m​i​e​-​e​t​-​c​o​l​l​a​b​o​r​a​t​i​o​n​-​d​e​s​-​G​A​-​c​o​n​t​r​i​b​u​t​i​o​n​-​a​-​v​e​n​i​r​.​h​tml

  40. L’idée a déjà été donnée, je la trouve très bonne. Il serait vraiment utile qu’un gros forum central soit mis en place (sans forcément besoin d’inscription, à voir ça..) mais qui pourrait héberger plein de « sous-forum » … à la manière de Reddit peut être?. Présentation plus dynamique que le tradi phpBB
    Par exemple pour mon groupe d’appui ça donnerai FI > Occitanie > Haute-Garonne > Circo 10 > Revel
    Tout les forums seraient hébergés au même endroit : ça éviteraient la dispersion, favoriseraient une unité visuelle, la recherche de groupe pour les nouveaux et ceux qui déménagent ou bien même de s’investir dans plusieurs groupe à plusieurs endroits pour par exemple ceux qui veulent agir sur leur ville natale mais aussi là où ils habitent pour le travail (par exemple)

    Et du coup il faudra l’application smartphone qui va avec 🙂

  41. Possibilité d’interaction dans les deux sens, animateur Groupe d’appui et Direction nationale, c’est-à-dire qu’un référent titulaire et un suppléant soient élus dans chaque commune pour remonter demandes, besoins et retour de terrain à un pôle thématique à la direction, la direction aurait donc plusieurs référents thématiques.
    Exemple : un GA souhaite participer à une lutte locale avec une association qui aurait éventuellement besoin d’un conseil juridique ou d’une aide à la diffusion d’une pétition… pourrait contacter un référent national du pôle thématique concerné pour obtenir conseil et appui.

  42. Il serait utile d’avoir une plateforme informatique sécurisé qui permette d’echanger entre groupes et faire remonter les infos des groupes vers la direction. De manière générale les groupes doivent se sentir entendu et autonomes, la communication ne peut se faire que du haut vers le bas, elle doit également aller du bas vers le haut et « horizontalement » (d’un groupe d’appuis à l’autre).

    Actuellement les groupes d’appuis sont trop petits pour mobiliser efficacement (cf casserolades)

  43. Pour faciliter la mise en mouvement de la France Insoumise et des groupes d’appui, il nous faut avoir à disposition un outil permettant de valider des campagnes locales.
    Il nous faut aussi des outils pour le financement des actions et leurs promotions en amont.
    Enfin un outil pour le fonctionnement interne et la coordination des groupes d’appuis au niveau local nous semble utile à l’organisation du mouvement pour répondre à des questions tel que l’organisation d’une réunion, la répartition des tâches, la prise de parole etc.
    Sur le plan technique, des éléments doivent être améliore pour orienter automatiquement un insoumis vers un groupe d’appui ou signaler sa signature.
    Enfin, il nous faut un outil nous permettant un meilleur lien entre groupes d’appui et parlementaires.

  44. Projet Concours de nouvelles φ

    La France insoumise a construit un succès faisant bien des envieux ! Mais comment le consolider, diffuser les idées et valeurs du programme L’avenir en commun, favoriser l’expression de tous et atteindre les silencieux (ses) qui croient que leurs paroles, pensées, émotions n’intéressent personne ?
    Un concours de nouvelles φ serait un outil efficace (cf. succès des blogs et concours) répondant aux interrogations posées. L’Histoire nous a appris que dans les situations douloureuses ou traumatiques, écrire permettait de repousser l’effroi en créant un ailleurs. Ainsi, se créerait un espace partageable d’expression, favorisant la diffusion des concepts et valeurs au-delà du cercle des soutiens.
    *Concours annuel, 2 catégories -adultes et jeunes - 18 ans-Jury tournant, 2 personnalités φ, 6 soutiens tirés au sort -Thème en lien avec L’avenir en commun- Support technique : site de La France insoumise.

  45. - réseaux sociaux, continuer à partager sur facebook, twitter .… montrer les vidéos des débats de l’assemblée, des prise de paroles de nos députés face aux médias, laisser chacun se faire une opinion mais continuer à partager toute la vie du parti de la FI afin de rester transparent et ne rien cacher

    - caravanes et rencontres auprès des gens localement

    - une radio et une chaîne de TV sur internet afin de continuer à diffuser le message et le programme des insoumis via l’avenir en commun, continuer à montrer le combat de chacun afin d’y arriver, ce qui rejoins le partage en masse sur les réseaux sociaux

    - permettre une consultation des citoyens volontaires et recueillir leurs idées, leurs actions afin de soutenir le programme de manière à les rendre partenaire et à ce qu’ils nous rejoignent avec le temps

    - réunions de proximités grâce aux groupes de soutien

  46. Bonjour,
    La monnaie €uro étant déconnectée de la réalité sociale des peuples européens,
    il me semble temps de créer une monnaie numérique universelle non convertible.
    Sa génération devra être basée sur le cycle temporel (versement mensuel automatique).
    Cette monnaie, le PET’S (Popular Exchange Trading System), pourra être utilisée en contrepartie de biens et de services géolocalisés.
    Sa mission : favoriser les échanges locaux, dans le respect des intérêts de tous les contractants.
    On en parle ?
    A bientôt, pour reléguer l’€uro à sa fonction bancaire : mesurer la richesse des riches !

  47. FI a bien conscience que les abstentionnistes sont de fait la première force politique du pays. Soyons clairs, les appeler simplement au vote ne peut les toucher. Ce que je souhaite c’est qu’un site spécifique leur soit ouvert par FI pour qu’ils puissent très librement s’y exprimer et motiver leur(s) raison(s) les poussant à l’abstentionnisme et y exposer quelle(s) est(sont) la(les) mesure(s) qui pourraient y changer quelque chose. Leur contribution doit être entendue c’est vital pour la démocratie et FI doit leur donner cette possibilité.
    Merci Philippe

  48. Informer et proposer des solutions de communication libres, protégées et respectueuses, pour lutter contre la peur du fichage, la surveillance généralisée, le filtrage des accès .
    Faire de la pédagogie pour sortir des GAFAM, et véritablement restaurer la liberté d’expression.
    A quand un réseau social insoumis décentralisé et basé sur les logiciels libres ? exemple pour démarrer : https://​framasoft​.org/

  49. Les membres du groupe d’appui du Trégor (22), après en avoir délibéré, proposent :
    Assistance et conseils juridiques (droit à l’image, assurance, précautions à prendre, responsabilité…). Ceci pourrait être mis à disposition sous forme d’un forum ou question/réponse.
    Outil financier : Pour faire face aux nécessités du mouvement, nous devons disposer d’une trésorerie qui permette d’être réactif, La solution serait donc une structure associative adossée à un groupe d’appui, voire plusieurs (convention inter groupes).

  50. Afin d’entrer en contact avec une catégorie de personnes quasi absente de l’électorat de la FI (d’après mes visionnages des différents meetings sur youtube), organiser un HipHop-Reggae championnat, avec pour principaux critères, qualité du texte et de la musiques avec pour juges une 10zaine de gars connus et reconnus (Karim du 113 aime bien MrMélenchon, par exemple, je suis convaincu que d’autre seraient ok), et comme prix de récompense, un passage sur une grande scène avant ou après un meeting, et ou, un enregistrement d’une compilation titrée « La Street Insoumise » ‚par exemple, pour les 20 1ers du classement. Ceux qui ne seront pas retenus dans les 20 1ers, seront gratifiés pour leurs efforts d’une autre façon évidemment.

  51. 1/ Renforcer les outils pour faire vivre les groupes d’appui
    - outil permettant aux animateurs de groupe d’appui certifié d’envoyer un mail à tous les signataires du secteur et pas seulement aux insoumis dont ils ont pu récupérer le contact au hasard
    - espace partagé par groupe en ligne pour héberger compte-rendus de réunion, agenda spécifique du groupe, voire forum d’échanges entre insoumis du groupe
    - boite à outils : tract nationaux ou modèle « modifiable » localement, contacts des orateurs par thématiques

    2/ Permettre financièrement l’action locale des groupes
    - Rendre gratuit la commande et l’envoi de matériel (tracts, affiches, autocollants) ainsi que la venue d’un orateur national pour les groupes d’appui certifiés (au moins pour une quantité fixée à l’avance par mois ou par an)
    - permettre le financement d’initiatives locales (tracts, réunions etc) par une partie du budget national (évidemment, il y a des règles à fixer sur les montants, les procédures etc mais au moins arrêter le principe à la Convention).

    3/ en cas d’événement nationaux (marche etc.), échanger avec le local pour la mise en place des cars à tarifs et horaires plus adaptés

    4/abonner chaque groupe d’appui à un journal comme l’heure du peuple

  52. La page facebook de Jean-Luc Mélenchon est une partie importante de la communication de la France Insoumise. Pourtant aucune véritable politique de publication n’a visiblement été mise en place. En effet, le compte publie à la fois des commentaires personnels sur des évènements importants, mais aussi partage de posts d’autres insoumis sans plus de commentaire, mais surtout beaucoup de réactions à chaud de JLM à propos des attaques qu’il subit. Du coup, en plus d’être non structutées, les publications donnent surtout l’image d’un JLM râleur et rancunier, pas très bon pour la com 😉 Du coup cmt faire pr garder à la fois les commentaires sur l’actu, soutenir des insoumis et se défendre des attaques ? En copiant ce qu’à fait l’équipe de Bernie Sanders : 1 compte Sen. Bernie Sanders qui relaie ses commentaires, ses appels solennels, peu d’attaques personnelles mais surtout dirigées contre les adversaires les plus opposés à sa vision (Trump, Steve Banner, … ) et/ou répondre aux attaques vraiment très virulentes, tout ça pour ne pas donner l’image de quelqun opposé à tous et à toutes. Les posts ne sont pas signés mais il est clair que chaque message a été ou directement dicté ou rédigé par une personne de confiance qui a même valeur que si c’était BS qui les avait écrit. Et un autre compte, The People for Bernie Sanders, plus acéré, qui peut se permettre de relayer plus d’infos, avec un éventail de thèmes plus large, soutenir plus de sympathisants (relayer des post d’écolos par ex), attaquer plus directement des institutions ou des personnes,… Chose que ne pourrait se permettre JLM.. Le peuple pour JLM doit être géré par des community managers de la FI mais ne mettant pas en compte la parole de JLM, il doit exister une apparente indépendance entre JLM et Le peuple pr JLM, même si les publications de cette dernière doit être directement écrit par la FI.

  53. Bonjour
    A quelques heures de la fermeture de la « Boîte à idées » … les organisateurs ont compris qu’il fallait inverser l’ordre de parution des contributions… à savoir, commencer par la plus récente.
    Comme aurait dit l’autre… « vaut mieux tard que jamais »
    Si seulement ça pouvait être appliqué à la « France insoumise » … à savoir qu’elle marche sur ses pieds !

    Roland RICHA
    Référent du groupe d’action (GA) du Plateau Mont-Valérien à Nanterre

  54. J’avais évoqué l’expérience du Val Maubuée en Seine-et-Marne. Notre plateforme est activée, elle se veux être une expérimentation pour la communication à l’intérieur de chaque GA et permette la coopération entre GA sur un territoire donné. Elle deviendra caduque si un tel outil était intégré au site national.
    Vous pouvez y accéder en tant qu’observateur (*) ici :
    http://​insoumis​-​e​-​s​.fr
    login : observateur
    mdp : 123456
    (*) Contrairement à un membre de GA, vous verrez tous les GA du territoire mais ne pourrez interagir avec elle, ni recevoir par mail les commentaires de chacun.

  55. Je propose la création d’une plate-forme en ligne de simulation d’assemblée constituante.
    Les internautes inscrits sur cette plate-forme seraient amené.es à rédiger leurs propres articles de constitution, et de voter pour ou contre les articles proposés par les autres.
    Un système de tri des proposition par thèmes ou par nombre de votes positifs pourrait être implémenté.

    Il est primordial que le peuple soit préparé à écrire sa propre constitution pour que si nous parvenons au pouvoir, le processus d’assemblée constituante se passe bien. Il faut selon moi mettre en place ce dispositif d’éducation populaire dés maintenant pour d’une part entraîner le peuple à cet exercice et d’autre part sensibiliser de manière ludique les citoyens sur cette question essentielle de notre programme.

  56. Nous souhaiterions qu’il soit donné plus de visibilité aux événements organisés dans une newsletter. N’ayant pas toujours le temps de consulter le site, nous avons parfois le sentiment que des actions nous échappent…
    Contribution par Annabelle Hernandez et Constance Gontier.

  57. Circulation de l’information rapide pas seulement d’une façon verticale mais aussi horizontale. Journaux et locaux de quartier.

    Dans le cadre de l’éducation populaire, réalisation d’atelier comme par exemple sur la citoyenneté. Les conférences gesticulées sont à développer.

  58. Mise en place et hébergement d’un forum « générique » (donc non utilisable directement) au niveau national afin que chaque Groupe d’appui puise en créer une instance/déclinaison locale pour faciliter les échanges/discussions entre les membres de ce groupe.

    Des campagnes présidentielle/lègislatives, il ressort que les échanges de courriels entre membres sont laborieux (confusions, hors sujets, adressage vers des personnes non concernées, manque de maitrise de ce type d’échange, fouillis …) : celà entraine démotivation/démobilisation.
    Un forum accessible aux membres du groupe d’appui local, permettrai des échanges plus constructifs et structurés.

  59. Les groupes d’appui doivent évoluer pour devenir des espaces de mobilisations (sans limitation du nombre de personnes) et plus opérationnels suivant le périmètre choisis : territorial ou d’entreprise. Les insoumi-ses peuvent s’impliquer dans ces deux groupes dans lesquels ils sont directement citoyen/salarié-e.

    Sans devenir des structures décisionnaires « France insoumises », d’expériences contre-productif pour les syndicats d’entreprises, ces groupes d’appui impulsent les mobilisations comme le vivre ensemble et irriguent aussi d’idées l’organisation avec deux représentants dans une parité désigné dans les groupes.

    Le contact « numériques est à améliorer sur « la forme » pour partager plus entre les groupes (plus de lisibilité sur les luttes et actions retenus locales ou régionales, nationales, européennes internationales). Une page numérique pour chaque groupe d’appui doit être créée sur le site nationale avec des possibilités de collectes d’information, de départages d’action et d’inscription et de prise de décisions (votes des référencés aux questions posées).

    En complément des espaces de travaux pratiques et périodiques au niveau territorial ou d’entreprise destinés aux insoumi-es aident à la réflexion. Ils peuvent être organisés par thématique de société (comme pour les sujets de la campagne présidentielle) et aussi par niveau d’institution (local, département régionale..).

  60. Pour durer pendant ces 5 ans avec l’objectif de gagner, il faut être présent ; FI a développé la présence sur Internet, c’est une force et il faut continuer.
    – Faire que FI soit un mouvement d’éducation populaire . Mettre en place des débats sur des grands sujets (y compris des sujets complexes) avec des éclairages et des interlocuteurs différents, les mettre en accès libre sur la toile : Combattre les préjugés en contribuant à une meilleure connaissance des réalités du terrain. Donner la parole aux gens de terrain , à ce qui font (agriculteur bio, profs en CDD, infirmière en CDD, SDF, exclus, …) aux sans voix pour qu’ils apportent leur expertise de vie et apportent leur témoignage. Le problème des experts c’est qu’on voit toujours les mêmes depuis 20 ans, au niveau de FI se sont aussi souvent les mêmes qui s’expriment.
    – initier des ateliers législatifs suite à ces débats
    – expliquer le processus de la constituante et le mettre en place de façon expérimentale
    - organiser des débats aussi dans les départements.
    - mettre en place des actions de boycott
    - faire des petits reportages sur le terrain style sans A qui met en valeur des anonymes précaires . Cette mise en valeur débouche souvent par des actions de solidarité.
    – être au plus prêt du terrain . Il n’y a pas que Paris.
    – mettre en place une fête style « fête de l’humanité »

  61. Faire un retour d’expérience (comme pratiqué dans les entreprises) sur les campagnes de 2017. Un questionnaire satisfaction pourrait par exemple permettre de fournir des idées pour faire évoluer le programme l’avenir en commun (très bon outil). Qu’est ce qui vous a plu ? déplu ? Évaluation, amélioration de chacune des lignes de LAEC. Chaque militant et au delà chaque français peut contribuer à faire vivre le programme.

  62. Sur plan local :
    Participer aux comités alerte citoyen. S’opposer c’est possible. (soutenir les communes vigilantes.)
    Redéfinir ce que serait une politique d’Écologie Urbaine dans le sens d’une protection du vivant.
    Surveiller sur ce qu’on nous impose dans la consommation,(compteurs intelligents, eau, gaz..)
    Un journal pour le 5eme arrondissement qui donne une vision de la FI (une feuille recto-verso, simple .)
    Provoquer une attente de la part des lecteurs locaux.

    Sur le plan national :
    Chaîne TV et radio indispensables : chaîne TV soutenue par des dons et des abonnements. Mettre de l’ordre dans les déclarations des médiacrates, contre feux.
    Un journal national. Les journaux sont un outil plus pratique pour assurer la diffusion et la coordination que les radios.
    Internet permet de diffuser des images qui peuvent être reprises par les autres médias nationaux.

  63. Faire de la politique parait ou est , pour bon nombre de personnes, quelque chose de difficile ( par manque de temps, d’idées, ou l’incapacité de les exprimer facilement ou de convaincre, .…), ou encore cela leur paraît être réserver à des politiciens de métier. Or, il me paraît essentiel que de plus en plus de gens se sentent concernés. Les grèves , les manifestations( beaucoup trop sporadiques pour être efficaces à mon goût) coûtent cher en temps et en argent pour trop peu de résultats.
    Il me semble que pour mettre les gens en mouvement vers la politique, il faut aider ceux qui n’en n’ont pas encore conscience à comprendre que leurs choix de vie et leurs actions quotidiennes peuvent avoir un impact politique.
    Par exemple, si personne ne va plus faire ses courses le dimanche, les jours fériés ou en soirée dans les magasins, alors les grandes enseignes ne seront plus tentées d’ouvrir à ces moments là. On peut aussi choisir de ne pas fréquenter tel ou tel magasin parce que l’on sait qu’il « triche » pour ne pas payer ses impôts en France. Ou encore on peut le choix et la promotion de la location vente afin de céder sa maison sans passer par les banques, etc … Il y a surement beaucoup d’autres choses à faire pour mener dans sa vie quotidienne une action politique. Encore faut-il savoir ce qu’il est possible de faire et savoir ou trouver l’information ( s’informer sans savoir ou chercher prend un temps considérable ! )
    Je propose donc que soit mis en place sur le site de le France insoumise un espace ou chacun pourrait partager ses idées ou ses connaissances sur les moyens d’actions possibles.
    Ainsi, les gens entrant en action au quotidien pourraient prendre confiance en leur pouvoir politique et peut-être avoir envie de s’engager plus.

  64. Contribution collective d’insoumis des 13-14 et d’amis des quartiers Nord de Marseille à la boite à idées où comment un apéro insoumis se mue en « ruche » et séance de remue méninge !

    Comment communiquer entre insoumis, avec la population…
    - Un constat : même à « l’heure » d’internet toute la population, jeunes compris, n’a pas forcément accès à Internet. Ne négligeons pas et innovons dans d’autres modes de communications sur nos actions : il a par exemple été proposé des « affichettes/ informatives » à coller en proximité pour une large information sur des actus insoumises et du quartier (certaines affichettes d’informations du second tour des législatives étaient encore présentes à la rentrée de septembre dans des grands ensembles…).
    - En même temps (rien à voir avec macron !) il a été question de moderniser nos modalités d’échanges dans un groupe, de partager d’avantages de contenus, articles ; d’utiliser internet pour développer la démocratie directe dans FI comme nous avons su le faire avec succès lors des présidentielles. Oui mais avec quels outils ? S’appuyer sur des outils existants est le plus rapide et le plus « aisé » mais n’est pas sans risques et interrogations sur l’accès à toutes les informations des insoumis via les plateformes des réseaux sociaux « monopolistiques ». Créer nos propres outils, pose des questions de compétences, de moyens même si des démarches collaboratives comme la « discord » ont été cités. Imaginer et se saisir des outils qui permettent une participation à distance pour celles et ceux qui ne peuvent se déplacer et veulent participer, contribuer, co-décider.
    - Quel que soit l’option retenue il est crucial de bien mesurer et prendre en compte les problématiques de liberté, de respect et de s’assurer du respect des vies et des données privés.
    - Comment mieux partager les informations entre insoumis d’une même ville, de même quartiers ? Par exemple à l’échelle des quartiers Nord de Marseille (13-14-15-16) ? Pourquoi pas un planning entre groupes insoumis des réunions, actions emblématiques, pour s’entraider, s’appuyer, y participer ? Décider d’actions communes dans des lieux forts de nos quartiers qui rassemblent et voient converger la population de très nombreux quartiers de Marseille (Les « Puces » par exemple) ?
    Mieux se coordonner entre insoumis, du local au…
    - Mettre en commun les informations, les actions, les savoir-faire…se retrouver à l’échelle de la commune pour s’appuyer, déployer FI dans tous les quartiers, villes, villages, initier des actions ensemble, …beaucoup d’idées et d’envies avec un besoin récurent : comment se coordonner à l’échelle de la ville, du département ? Coordination, Forum ? pas de réponse toute faite et pas envie de refaire ce qui existe dans les partis. Mais il nous faut inventer une forme qui dans le sens de la libre initiative des groupes d’actions permette de travailler ensemble, de se connaître, de prendre des initiatives ensemble quand cela est nécessaire.
    - Coordination et représentation : Pendant le premier semestre les candidates et candidats FI aux législatives ont pu constituer des portes paroles de FI au plus près des territoires. C’est le rôle que jouent avec maestria au niveau national les députés du groupe de la FI. Et au niveau local comment fait-on pour réagir, participer à des actions communes (contre la menace de fermeture d’un bureau de poste à Frais-Vallon par exemple), initier des luttes communes, appuyer des luttes sociales comme celles contre la loi travail avec les syndicats, les associations au niveau local dans la continuité de l’appel lancé le 23 septembre par JLM et de la disponibilité de FI pour agir avec toutes celles et ceux qui décideront d’être dans l’action ?
    - Prolonger la dynamique des « Amphis d’été » avec des initiatives locales comme une université populaire ou prendre toute notre place dans des projets locaux de médias comme des TV locales initiées par des centres sociaux.

  65. bonjour

    En tant qu’animatrice de groupe voici mes propositions en terme d’amélioration d’outil :
    * un formulaire disponible sur le site avec la possibilité de sélectionner via les codes postaux pour informer tous les inscrits sur le site mais qui ne font pas partie de GA d’une zone géographique d’ AG/de grandes actions etc etc
    * la possibilité d’interroger tous les inscrits d’une zone pour connaître leur avis sur un sujet avant de le mettre en place
    * quand on met un evenement sur le site ca serait sympa que tous les membres autour de cet évenement puisse recevoir un email d’information automatiquement.
    *avoir un endroit sur la plateforme où tous les GA pourraient mettre en ligne leurs actions locales un peu originales pour donner des idées aux autres : ex porteurs de parole
    En tant qu’insoumise très active sur twitter, j’aimerais avoir un endroit sur la platforme un endroit où on pourrait avoir des arguments rapidement que l’on pourrait utiliser contre des attaques ex cet été il m’a été très dur de pouvoir contre argumenter contre les attaques sur le Vénézuela n’ayant pas d’info à ce sujet. Ces arguments pourraient être des articles de journaux objectifs sur les sujets, des études internationales etc etc
    Et enfin mais ça je vais le répéter dans la section Organisation j’aimerais que la base soit consultée comme nous l’avions été entre les 2 tours au sujet de points stratégiques qui nous concernent tous

  66. J’ai une idée pour les campagnes futures :
    - Un nouvel outil d’action qui serait une stratégie de communication basé sur le vélo.
    Principe très simple : Des cyclistes Insoumis en groupes font des parcours en vélo, s’arrête à différents endroits pour tracter, discuter avec les gens de toutes les villes et différents endroits où ils s’arrêtent, pour convaincre, coller des affiches. Les participants pourraient se voir doter de maillots spécialement conçus à cet effet avec des slogans, des phrases d’accroches et des logos de phi φ.
    Cela serait convivial, sportif et très utile pour renforcer nos garanties de futures victoires électorales avec une nouvelle manière de communiquer.
    Cela pourrait s’appeler les Cyclos Insoumis ou Le Tour de la FI par exemple.
    L’organisation pourrait se faire via une rubrique dédiée sur lafranceinsoumise..fr avec les inscriptions, actualités, compte-rendus, pourquoi pas vente de maillots de cyclisme spéciaux…
    On pourrait communiquer sur ce concept aussi avec FB, Twitter, Youtube.
    Evidemment, je suis un fan de vélo donc c’est pour que j’ai pensé à cette idée.=D
    Dites moi ce que vous en pensez SVP. ^^

  67. Pour informer, un outil de publication hebdomadaire reprenant les interventions des députés, permettant d’informer des initiatives et des problématiques nationales et locales, faciles d’accès, des informations directes des outils de promotion et de diffusion d’idées, des moyens matériels et financiers décentralisés pour faire vivre les actions au plus près des habitants ;

  68. Il faudrait que chaque groupe d’appui puissent disposer d’une plateforme en ligne sécurisée permettant l’organisation des actions : planning, forums, espace d’écriture collaboratif. Avec notification par mail à chaque nouvelle contribution. Ce serait dommage qu’un tel outil, sans doute utile à tous les GA, doive être géré par chacun (compétence technique pour administrer la plateforme, problématique de l’hébergement, …)

  69. Dans l’onglet consacré aux groupes d’appui, il me semble nécessaire de créer une page avec un lien spécifique pour chaque département vers l’agenda chronologique (en complément de la carte géographique interactive) des événements organisés par la France insoumise dans chacun chacun des départements. A charge à chaque groupe d’appui de renseigner ces agendas départementaux. A charge à l’équipe nationale de programmer le robot du site pour l’envoi de cet agenda par courriel automatique, actualisé et trimensuel à tous les insoumis-es de chaque département.
    Dans la page consacrée à chaque groupe d’appui, à laquelle on accède via la carte géographique interactive, il me semble nécessaire d’installer un onglet « documents partagés ». Cet onglet permettrait d’accéder à un espace de stockage (géré par le binôme de référents de chaque groupe d’appui) de document écrits (comptes rendus de réunions, contributions aux débats, comptes rendus de lectures, etc.). A charge à chaque groupe d’appui de modérer ces parutions. A charge au binôme de référents d’installer les documents.

  70. Quand France Insoumise compte-t-elle rembourser ses candidats ayant fait plus d’1% aux législatives ainsi que les militants ayant avancé de l’argent pour les tracts ou pour aider les candidats dans leur campagne ? Sans ces remboursements il ne sera bientôt plus possible de financer les tee-shirts au logo de FI plus « locaux », tracts et autres actions ; d’autant plus que ceux qui n’ont encore rien ou presque rien financé ne sont pas prêts à faire une avance quand ils voient le peu d’empressement du national à défrayer ceux qui furent les premiers à faire confiance dans le mouvement.
    Un membre des insoumis d’Hazebrouck

  71. ° La radio des Insoumis me semble être un outil fantastique

    ° Créer des plates-formes spécifiques sur tel ou tel thème afin de permettre à ceux qui sont particulièrement intéressés par un thème de pouvoir échanger et travailler ensemble. On pourrait ainsi créer une communauté de la lutte contre l’évasion fiscale (Deliveroo a créé ses « bikers » .…. on pourrait bien créer la communauté des « strugglers » contre l’évasion fiscale)

  72. Au niveau national, il me semble important d’avoir des outils de communications renforcés, chaîne de radio, télévision, leJI est un bon début et peu servir de base pour des actions vendeurs à la criée. Localement, pour le moment, j’utilise beaucoup ma page FB d’ex candidate pour diffuser des infos locales et nationales avec une analyse, elle sert également de relais pour des actions autres que celles de la France Insoumise, mouvement syndicaux, actions d’associations ou d’ONG sur des problématiques locales, ainsi que pour mettre en visibilité des actions FI ou informations d’autres régions, des personnes ont pris l’habitude de m’envoyer des infos ou vidéos.. Mon site web est un peu en sommeil en attendant la validation des comptes de campagne, mais nous souhaiterions le faire évoluer vers un site collaboratif. Enfin, un outil simple national pour mettre en relation les groupes d’appui serait, il me semble une bonne idée cela permettrait de valider démocratiquement des actions communes par département ou régions. La difficulté rencontrée au niveau local est une fois de plus le manque de moyen. Surtout sur le tractage, l’achat sur le site FI n’est pas toujours la bonne réponse quand il y a une urgence à agir et même si nous savons créer nos propres tracts, dans les deux cas l’aspect financier est un gros problème. Car tout est à la charge des militants.

  73. Un outil facilitant les échanges et permettant la création de projets inter-groupe d’appui serait très intéressant. Il pourrait intégrer un système de validation par vote des personnes appartenant aux groupes d’appui de la zone géographique pour permettre un contrôle démocratique et pousser à la rencontre dans le cadre de la création de ces projets.

  74. Une chose relativement sérieuse d’abord : il faudrait (je n’ai pas l’impression que ce soit déjà fait) que les interventions des députés à l’Assemblée Nationale soient traduites notamment en anglais. Etant donné comme les médias français sont objectifs, on a au moins autant intérêt à fournir aux médias étrangers de la matière brut plutôt que de les voir remâcher le ramassis français ! Et puis ça peut permettre de rapprocher les militants d’une gauche sociale et participative à travers l’Europe mais pas seulement. Combien d’Américains supporters de Bernie Sanders qui n’ont jamais entendu parler de la FI et de sa campagne?! A ce sujet : l’Avenir en commun, il a été traduit ? Je pense sérieusement qu’on a autant à gagner à passer par les médias internationaux pour se faire entendre.

    Ensuite deux idées folles, mais on a vu plus fou et réussi pendant la campagne ! D’abord, comment faire en sorte que l’Avenir en commun soit diffusé plutôt que caricaturé. Je pensais surtout à tous ceux qui ne chercheront jamais à se renseigner parce que la France insoumise c’est un extrême et qu’ils ne voteront jamais extrême, bref des gens qui se bloquent d’emblée au lieu de tenter de se faire leur propre idée. D’où l’idée de concevoir un jeu de société ludique pour lutter contre les idées reçues sur le programme sans bloquer les gens, genre Trivial Pursuit, ou plus fun encore.

    Et l’autre truc loufoque : des études visant à identifier l’âge, le sexe, la catégorie socio-professionnelle… des personnages apparaissant à la télévision (pub y compris) montrent que quelque chose comme 80% sont des cadres sup. Ça fait réfléchir : ceux qui galèrent le plus se disent que c’est ça la France et qu’eux ne sont qu’une exception non représentative n’ayant pas son mot à dire, et d’autre part, pour beaucoup de Français c’est difficile de s’imaginer les difficultés des banlieues notamment parce que ce sont des gens qu’on ne voit nulle part. Comment les rendre visibles ? Plutôt que la solution frontale, les bouquins de socio, nos interpellations… pourquoi pas une série comme ‘nos chers voisins’ (que des cadres sup) mais dans une tour par exemple, dans un quartier pop ? Ce n’est pas mon métier, mais après tout, c’est une boîte à idées !

  75. Une carte indiquant les points (bars et pubs) et horaires de diffusion des vidéos comme la revue de la semaine et les interventions aux parlements.

    Cela sous-entend trouver des bars qui sont prêts à diffuser ces vidéos mais je pense que ça peut à la fois rassembler et repousser exactement de la même façon que les matchs de foot qui sont diffusés certains soirs (et dont je me passerais bien).

    Ça aurait l’avantage d’être ouvert à tout le monde et une revue de la semaine me paraît bien plus convaincante qu’un tract.