Action de campagne #3 : marchons contre Bayer et Monsanto !

dans Actus, Législatives

Le samedi 20 mai 2017 sont organisées partout dans le monde des marches contre Monsanto, Bayer et les autres multinationales responsables de l’empoisonnement de notre planète.

La France insoumise réaffirme l’importance de l’interdiction des pesticides qui va de pair avec la promotion d’un nouveau modèle agricole respectueux des paysan·ne·s, des citoyen·ne·s et de la planète.

Notre santé avant leurs profits !

La France est le premier consommateur européen de pesticides et le 3ème au niveau mondial. Nous dénonçons l’utilisation déraisonnée de pesticides et de semences génétiquement modifiées (OGM). Les multinationales comme Monsanto, Bayer ou Dow Chemical s’approprient le vivant et massacrent notre planète. Ils mettent également en danger la santé des citoyen·ne·s et de leurs enfants.

Exigeons la mise en oeuvre d’un nouveau modèle agricole !

L’agro-business détruit tout : l’écosystème, la santé des consommateurs et celle des paysan·ne·s. Les maux sont connus : pesticides chimiques, gigantisme agricole, ultra-spécialisation et soumission au libre marché. À terme, ce système met à mal notre capacité à nourrir l’Humanité. On peut faire autrement : produire mieux pour se nourrir mieux !

Mobilisez-vous sur les réseaux sociaux avec les hashtags suivants : #Monsanto #MaM2017

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE :

En ce samedi 20 mai 2017, la France insoumise s’associe à tou·te·s les citoyen·ne·s qui marchent contre Bayer, Monsanto et les multinationales qui empoisonnent notre planète. Les insoumis·es participent à ces marches qui dénoncent l’emploi de pesticides dangereux pour la planète et la santé humaine et demandent la mise en oeuvre d’un nouveau modèle agricole aux pratiques respectueuses.

Candidat·e·s pour la France insoumise aux élections législatives :

  • nous nous engageons pour le refus des OGM, le bannissement des pesticides nuisibles en commençant par une interdiction immédiate des plus dangereux (glyphosate, néonicotinoïdes, etc.) ;
  • nous plaidons également pour la mise en oeuvre d’un nouveau modèle agricole respecteux de la planète, des paysan·ne·s et des citoyen·ne·s, basé sur la valorisation des cicuits courts, le bio et la diversification.