Après Marseille

Je crois bien que notre meeting à Marseille est davantage qu’un événement de campagne électorale. Comme tout rassemblement populaire de cette ampleur, il donne à voir quelque chose du fond politique du pays lui-même. Peut-être que s’il fallait résumer le tout en un seul instant, ce serait celui de la minute de silence devant la Méditerranée, à la mémoire de ceux qui ont péri en mer dans les vagues d’émigration actuelles. Ainsi a été prouvé que notre peuple ne se confond pas avec les propos insupportables que l’extrême droite de Madame Le Pen prétend exprimer en son nom. Ensuite, l’adhésion qui s’est exprimée avec mon discours sur la paix avait un caractère profond et réfléchi et non pas seulement émotif. Qui regarde de nouveau la vidéo de ce rassemblement voit que les gens suivent chapitre par chapitre la démonstration que je fais et réagissent à des mots bien particuliers. Ainsi Marseille en dit long sur les courants d’opinion qui labourent notre pays et dont je suis le porte-parole dans le sens le plus littéral du terme.

Sur le plan personnel j’étais particulièrement heureux de pouvoir brandir ce rameau d’olivier. J’ai pour cet arbre une affection spéciale. C’est l’arbre immortel dit-on. Je sais que si vieux, si chenu et si calciné qu’il puisse paraître, il survient toujours une saison où il porte de nouveau des fleurs et donne des fruits. Ce symbole m’émeut plus que jamais. Évidemment, il s’agit aussi de l’arbre de la paix. Sur les armes de notre République on le voit à côté du chêne qui incarne de son côté la force tranquille. Le petit rameau que j’avais d’abord passé dans la poche de ma veste puis que j’ai tenu à la main a aussi son histoire. La voici.

En me rendant vers la loge où j’ai attendu l’heure du meeting, j’ai croisé un homme qui avait une petite brassée de rameaux d’olivier à la main. Je l’ai abordé et je lui ai demandé s’il accepterait de m’en donner un petit bout. C’était une personne souriante et bienveillante. Elle m’a reconnu et m’a dit qu’elle était heureuse de pouvoir me serrer la main, ce que j’ai fait avec plaisir. La rencontre m’a paru si naturelle et le geste si simple ! Tant et si bien que je n’y ai pas réfléchi plus avant sur le moment. Une fois assis dans ma loge, buvant mon eau gazeuse, je me suis demandé soudain pourquoi cet homme se promenait avec des branchettes d’olivier à la main. J’ai réalisé à ce moment-là que ce dimanche était celui des rameaux, un moment particulier de la liturgie chrétienne. Dans le nord du pays, on use du buis pour cet office. Mais si religieuse qu’ait été la raison d’être de ce rameau dans les mains de cet homme passant jusqu’aux miennes, je ne crois pas en avoir trahi le sens en l’utilisant comme emblème politique d’un désir de paix dans le monde. Si bien que je me réjouis de ce « concours de circonstances », comme on dit, et des symboles qu’il portait en lui.

Le rassemblement sur la Canebière et sur le côté gauche du Vieux Port a commencé bien avant l’heure. Le moment venu, quand j’ai pris la parole, certains avaient déjà attendu pendant au moins une heure trente. Pendant que je parlais, j’ai noté je ne sais combien de malaises dans la foule et autant d’interventions des secouristes. En tout cas, les images que j’ai pu observer depuis sont saisissantes. Mais de là où je me trouvais je ne pouvais en prendre pleinement conscience tant la distance était grande des premiers rangs aux derniers vers le haut de la Canebière où le fond du Vieux Port.

Parfois je me retournais vers la mer. J’y vis un bateau dont la voile était à mon nom ! En effet, j’ai compris en arrivant vers l’estrade que plusieurs amis se trouveraient derrière moi. À la vérité je n’ai reconnu personne sinon Danielle Simonnet que j’étais si heureux de trouver à mes côtés à cet instant si fondateur. Je n’ai identifié à part elle qu’un visage : celui de mon ami Hamma Hammami, le dirigeant du Front populaire de Tunisie avec qui j’entretiens des rapports personnels et politiques de longue date. À la fin, épuisé, et la voix déjà un peu cassée, j’ai retrouvé dans ma tente Jean-Marc Coppola, dirigeant communiste marseillais, avec qui j’échange assez régulièrement. Il m’offrait un livre. L’évocation de ces quelques échanges furtifs me permet de souligner comment un discours dans un tel lieu, sur de tels sujets est un événement singulier, quasiment hors du temps, dans la vie d’une personne engagée politiquement comme je le suis.

La présence de Hamma Hammami, qui avait d’abord passé avec moi un long moment dans ma loge, avait bien commencé à faire poindre ce sentiment. Je savais que je ne parlais pas à l’usage exclusif de notre campagne électorale, comme je l’ai dit en commençant. Je savais quelle responsabilité singulière est engagée par notre action. De tous côtés, sur les bords de la Méditerranée, on nous regarde, on partage notre espérance. Partout ils savent que notre résultat électoral fécondera d’une manière inouïe leurs propres combats. D’ailleurs, le même jour, j’ai reçu des messages de soutien de l’ancienne présidente du Parlement grec : Zoé Konstantopoulou. Et aussi de Pablo Iglesias qui, depuis lors, appuie officiellement ma candidature. De plus, parmi les 31 000 personnes qui ont suivi le discours de Marseille sur ma chaîne YouTube ou ma page Facebook, parmi les 550 000 qui l’ont fait sur les chaînes d’information en continu, un certain nombre se situaient hors de France, en Méditerranée.

Je ne compte pas résumer ici ni expliquer chacun des événements de campagne qui ont émaillé cette fin de semaine-là. Mais il faut se souvenir de ce déploiement : le journal de 20 heures de France 2le lancement du jeu vidéo « Fiscal Kombat »l’émission « On n’est pas couché » puis le meeting de Marseille rediffusé sur deux chaînes d’information en continu, donnant lieu ensuite à nombre d’émissions de commentaires. Chacun aura remarqué que cela était particulièrement dense. À dessein, cela va de soi.

La semaine suivante a commencé en fanfare. Je pense en particulier à l’inauguration de notre Web radio, « les jours heureux » qui émettra dorénavant matin et soir chaque jour. Les sept caravanes ont commencé leur périple en direction des quartiers populaires et le camion central continue ses pérégrinations avec nos orateurs nationaux. C’est ici un travail en profondeur qui prévoit cent-une étapes dans les secteurs les plus abstentionnistes du pays. Ces secteurs qui sont également visés par la campagne d’appels téléphoniques qui a déjà permis de contacter plus de 20 000 personnes.

Je relève tout cela, en laissant de côté maints autres outils de campagne, pour bien faire comprendre à mon lecteur que nous sommes entrés dans la phase de l’élan final. On ne peut en rester à l’idée que tout est organisé exclusivement à partir des initiatives du comité opérationnel central de campagne. C’est le moment pour le grand nombre des insoumis de s’engager personnellement. Chacun le peut si modestement que ce soit. La plate-forme jlm2017​.fr propose mille manières de le faire. La plus simple est encore d’établir sa propre liste de contacts à qui proposer notre bulletin de vote. Puis vérifier jusqu’au dernier jour que l’engagement pris en ce sens sera tenu. Il est parfois démoralisant de penser qu’un pour cent du corps électoral se détermine en entrant dans l’isoloir ! Mais c’est aussi une façon de se rappeler que jusqu’au dernier moment tout effort a du sens.

Action Populaire

Le réseau social d'action de la France insoumise

Impliquez-vous dans les actions près de chez vous et faites gagner Jean-Luc Mélenchon en 2022 !

En savoir plus sur Action Populaire