A propos du 18 mars de Bastille à République

J’ai répondu à quelques questions de l’hebdomadaire « L’Huma dimanche » qui m’a proposé une belle interview et sa une. Je vous propose de retrouver ici, pour ceux qui ne l’auraient pas lue, les mots consacrés à la convocation du 18 mars.

HD : Quel regard portez-vous sur la situation politique marquée par l’affaire Fillon, par des certitudes qui volent en éclats les unes après les autres ?

JLM : Cette situation est un symptôme sidérant de décomposition politique. La cause est connue. L’argent, qui dévore le pays, dévore aussi les personnes. Le mal frappe le cœur de l’élection centrale dans la 5ème République. On investit quelqu’un qui est doté de pouvoirs considérables. Le feuilleton Fillon tue tout autre sujet… Il est aujourd’hui impossible de lancer le moindre débat. C’est un moment particulièrement déstabilisant pour la démocratie. Un exemple : Monsieur Macron annonce la fin du système des retraites à la française et le passage au régime par points… zéro seconde de débat. Et au milieu de cela surnage « l’opération Macron » qui est l’homme de l’oligarchie dans un pays où 90% des médias sont contrôlés par 9 milliardaires, dont cinq qui ont fait le choix de le soutenir.

Cette situation nous amène aux portes d’un moment politique particulier que j’appelle le « dégagisme », une force aveugle de rejet de tout et de tous. Notre rôle est de lui ouvrir une issue positive. Ce n’est pas d’attendre que tout s’effondre dans le chaos. C’est pourquoi je mène une campagne d’adhésion à un programme. Ce n’est pas une campagne où l’on fait peur, où l’on pousse les gens à se décider en fonction de pari sans contenu : « qui est-ce qui a le plus de chance de… ». Ce type de calcul a été ridiculisé par la multiplication des hypothèses qui n’ont pas tenu deux mois. Et personne ne sait quelle sera la situation dans un mois.

Cette campagne d’adhésion à un projet est ponctuée d’évènements comme le 18 mars sur la 6ème République qui est une façon de traduire d’une manière concrète cette issue positive.

HD : Le 18 mars a donc changé de signification au regard de cette situation que vous décrivez ?

JLM : Oui. Au départ il s’agissait de souligner l’importance du changement des institutions pour la suite de la vie politique de notre pays. Notre projet politique, notre stratégie révolutionnaire, partent de l’idée que le peuple se réapproprie les institutions politiques en les redéfinissant. C’est la stratégie de la révolution citoyenne. Mais la vitesse à laquelle le système donne des signes d’effondrement fait que le 18 mars prend une signification plus large. Et nous devons en tenir compte dans la manière de conduire cette journée afin que s’y sentent à l’aise l’ensemble de ceux qui ont compris que la racine du mal c’est la conjonction entre la monarchie présidentielle et la toute-puissance de la finance. Le passage à la 6ème République, c’est « une loi de séparation de la République et de l’argent ».

HD : C’est pour cela que vous souhaitez qu’il n’y ait pas de drapeaux d’organisations ? Ce qui entraîne une polémique sur les réseaux sociaux.

JLM. Mais ! Puis-je donner une consigne sans que l’on en sorte un mot pour provoquer toutes sortes de polémiques absurdes. J’ai dit et répété à tous les partis qui soutiennent ma candidature que nous devions faire attention au fait que la campagne est construite sur un modèle particulier, dont l’objectif peut se résumer en une formule : « fédérer le peuple ». Il faut donc que tout le monde puisse se sentir à l’aise quelle que soit son appartenance. D’où mon souci de faire en sorte que nos partis ne donnent pas le sentiment de s’approprier la marche. Nous ne faisons pas une manifestation traditionnelle ! Nous exprimons ensemble quelque chose de plus grand que nos partis respectifs. Venez avec des pancartes, des slogans des revendications. Et bien sûr mettez vos badges ! Les militants politiques sont les bienvenus. Mais agissons pour que tout le monde soit à l’aise. Un militant politique de masse comprend ce souci d’élargissement.

HD : Avez-vous des échos de la préparation de cette journée, sera-t-elle un succès comme en 2012 ?

JLM : J’y compte bien. Nous écrivons ensemble une page de la légende populaire ! On sait qu’il y aura des dizaines de milliers de personnes. Mais quel est le degré de porosité entre les milieux que nous mobilisons et le reste de la société ? La moitié des gens ne savent pas pour qui ils vont voter. Ce n’est pas de l’apolitisme, mais un refus de la scène politique qui est proposée.

Pendant un temps on nous disait que le mot d’ordre de 6ème République n’avait pas de rapport avec la question sociale et qu’il était trop abstrait. Mais entre-temps il y a eu six 49.3 pour faire passer la loi El Khomri et la loi Macron. Donc beaucoup de gens ont compris qu’il y avait un rapport entre la nature des institutions et le projet social.

Action Populaire

Le réseau social d'action de la France insoumise

Impliquez-vous dans les actions près de chez vous et faites gagner Jean-Luc Mélenchon en 2022 !

En savoir plus sur Action Populaire