Carburants : Les français·es ne réclament pas l’aumône, mais des mesures durables !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Retrouvez l’intervention du député Michel LARIVE à l’occasion des Questions au gouvernement.

« Le prix des carburants est désormais au-dessus du seuil d’avant la crise des gilets jaunes. Les prix du gaz et de l’électricité ont explosé. On entend tous les jours à la télévision « Pour bien vivre, il faut manger 5 fruits et légumes par jour », mais le prix de ces denrées alimentaires est rédhibitoire pour bon nombre de françaises et de français.

Vous décidez d’octroyer généreusement à une partie de la population française, 100€ de « prime inflation ». Cela correspond à peine à 27 centimes par jour sur une année, soit le quart d’une baguette de pain par jour, qui va, soit dit en passant, augmenter elle aussi. Les françaises et les français ne réclament pas l’aumône, mais des mesures durables. De plus, ce seront les françaises et les français, eux-mêmes, qui vont financer votre charitable initiative, par l’impôt et les taxes.

Emmanuel Macron se gargarise d’être le Président du pouvoir d’achat. Il ne l’est pas ! Il est le Président de la paupérisation d’une majorité de la population française.

Par contre, Total, lui, enregistre cette année 7 milliards de bénéfices, en plein crise de la Covid. C’est ici qu’il faut agir Monsieur le Premier Ministre ! 

Il faut d’urgence bloquer les prix des carburants comme l’avait fait l’un de vos prédécesseurs, Michel Rocard !

Mais comme à l’époque, c’est une mesure temporaire et transitoire. La seule solution qui vaille, pour absorber durablement cette variation des prix des biens de consommation courante, c’est l’augmentation des salaires ! Il faut considérablement augmenter le SMIC et les minimas sociaux ! Voici la véritable solution à long terme qui engage l’ensemble de la population française dans la solidarité nationale, les plus riches y compris.

Monsieur le Premier Ministre, l’urgence appelle le blocage des prix des produits de 1ère nécessité, dont les carburants font partie. Allez-vous enfin vous y engager ? »