CARAVANES DE L’UNION POPULAIRE - Jour 7 - Étapes de Châlons-en-Champagne, Alençon et Montauban

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Dimanche 8 août, les caravanier·es de l’Union Populaire se sont rendu·es dans les quartiers populaires du Verbeau à Châlons-en-Champagne, de Perseigne à Alençon et d’Issanchou à Montauban.

Que ce soit dans les immeubles de la Marne, de l’Orne ou du Tarn-et-Garonne, les caravanier·es ont tou·tes perçu un fort besoin d’échanger de la part des habitant·es qui souffrent parfois d’isolement.

À Châlons, nous rencontrons Bernard, ancien ouvrier dans le champagne : « À 60 ans, on est cassé. Je veux changer de République. J’en ai marre de cette pseudo démocratie ». Yannick, qui a apporté son soutien à Jean-Luc Mélenchon sur melenchon2022​.fr dès novembre dernier, est venu recontrer les militant·es locaux, il souhaite rejoindre le groupe d’action pour défendre lui aussi l’Avenir en commun.

À Alençon, l’accueil est très bon, les propositions portées par notre mouvement font consensus. Les habitant·es nous parlent du pass sanitaire qui leur semblent créer une rupture d’égalité entre citoyen·nes. Nous discutons avec Martine et Faiza, cela fait près de 10 ans qu’elles ne sont pas allées aux urnes : « La dernière fois, c’était pour Hollande. Il a tout trahi ». Mais en 2022, elles y retourneront avec un bulletin pour Jean-Luc Mélenchon « il est le seul à parler de ce qu’on vit, il ne se laissera pas faire lui ! ». Elles nous parlent aussi de nos député·es, « Ce sont des têtes-dures, on peut leur faire confiance pour nous défendre ».

À Montauban, Fabienne, aide-soignante, nous parle de son quotidien à l’EHPAD, les conditions de travail sont difficiles, elle regarde les interventions de Caroline Fiat à la télévision, « On est fières d’elle, vous savez. Elle parle de nous et pour nous ». La cherté de la vie revient dans d’autres bouches : Suzanne dont la petite retraite ne lui permet pas de finir le mois « Tout augmente… sauf ma retraite ! », Nadia qui vit grâce aux quelques ménages qu’elle fait « Le patron, en plus, ne paie pas les heures supplémentaire mais on n’ose rien dire car on n’a pas envie d’être virée. Il faudrait qu’on soit plus protégée ».

On se retrouve demain pour un compte rendu des étapes à Bar-le-Duc, au Mans et Toulouse.

➡️ Rendez-vous sur la page des caravanes de l’Union populaire pour retrouver les étapes près de chez vous

Action Populaire

Le réseau social d'action de la France insoumise

Impliquez-vous dans les actions près de chez vous et faites gagner Jean-Luc Mélenchon en 2022 !

En savoir plus sur Action Populaire