Question écrite - Titre professionnel pour les praticiens de shiatsu

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

M. Michel Larive attire l’attention de Mme la ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion sur le refus du renouvellement par la commission de certification de France compétences des titres professionnels pour les praticiens de shiatsu. 

M. le député a été contacté par les représentants en région Occitanie du syndicat professionnel du shiatsu (SPS), qui s’inquiètent que cette pratique médicale alternative n’apparaisse plus au titre du registre national des certifications professionnelles (RNCP). Après un premier refus en juin 2020, le SPS a retravaillé son dossier de renouvellement en tenant compte des critères établis par France compétences. Il a dénoncé toutefois que ce jeune organisme ait perdu sa tâche de prospective et de conseil au service de leur profession, sachant qu’à l’heure actuelle, celle-ci est dépourvue de branche professionnelle. Suite à un nouveau refus, dont le SPS a pris connaissance en mars 2021, le syndicat avance un certain nombre de problèmes, tant sur la forme que sur le fond. Au-delà du manque d’accompagnement pointé ci-dessus, l’organisation syndicale explique que « lorsque qu’un refus est notifié, l’organisme n’a comme unique possibilité que de refaire sa copie sans avoir forcément tous les éléments à sa disposition pour l’améliorer ». Sur le fond, le SPS s’interroge sur le fait que France compétences aurait outrepassé ses prérogatives, et accuse l’organisme d’avoir interprété ou extrapolé des textes législatifs à sa guise. Au lieu de soutenir l’émergence des quelque 2 500 praticiens de shiatsu, France compétences tendrait à remettre en cause leur existence et la pérennité des organismes de formation rattachés. Pourtant, le SPS défend la qualité de son dossier, reconnu par l’instructrice ainsi que par un audit complémentaire. Il souligne le rôle d’un syndicat professionnel qui, depuis dix ans, travaille à donner un cadre au métier : code de déontologie, partenariat avec la Miviludes, charte de l’adhérent et pour le respect des règles administratives (RGPD, médiation, facturation). 

Au vu des éléments évoqués ci-dessus, et tenant compte du fait que le shiatsu constitue au Japon notamment une médecine complémentaire reconnue dès 1955 par le ministère de la santé, il l’appelle donc à se pencher sur ce dossier et à prendre toutes les dispositions nécessaires pour que soit renouvelé le titre professionnel RNCP des praticiens de shiatsu.

Action Populaire

Le réseau social d'action de la France insoumise

Impliquez-vous dans les actions près de chez vous et faites gagner Jean-Luc Mélenchon en 2022 !

En savoir plus sur Action Populaire