L’eau est à nous ! - Déplacement à Volvic

Marche pour l’eau à Volvic en cette veille de la journée mondiale de l’eau. 

Volvic c’est : 

- Danone qui a multiplié ses prélèvements par 13 depuis 40 ans et pompe 2,7 millions de m³ d’eau par an, soit la consommation annuelle en eau potable de 54 000 habitants, 10 fois la population locale. Ce pour exporter à l’étranger de l’eau en bouteille, 100 à 300 fois plus chère que l’eau du robinet, et provoquant un assèchement des sources en aval, la disparition progressive des vergers et jardins vivriers, l’asséchement de zones humides de la vallée et la fermeture brutale de la plus ancienne pisciculture d’Europe, à St-Genest l’Enfant.

- Limagrain qui pompe 4,7 millions de m³ d’eau dans le barrage de la SEP soit la consommation annuelle de 94 000 habitants pour irriguer 200 exploitations de maïs, largement exporté aussi. Eau qui sert pourtant à l’alimentation en eau potable des habitants de l’agglomération clermontoise, et qui laisse de côté les 5800 autres agriculteurs du Puy-de-Dôme.

- la loi de 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques qui n’est pas respectée, puisqu’en période de sécheresse, quand tout le monde subit des restrictions d’eau, Danone continue de pomper allègrement dans la nappe. La société des Eaux de Volvic (Danone) envoie donc à l’étranger ses bouteilles en plastiques pour son profit, quand le petit maraicher n’a plus le droit d’arroser ses salades !

- une complicité des services de l’État qui donnent les autorisations d’augmentation des prélèvements et un nouveau forage à Danone sans études d’impact, en ignorant les études menées par des hydrologues sur l’état de la ressource en eau (une thèse écrite il y a 8 ans, qui écrivait noir sur blanc que le niveau de la nappe phréatique baissait a été censurée par Danone et déclarée impubliable… jusqu’en 2023 ! ), et sans contrôle puisque Danone déclare lui-même ce qu’il prélève dans la nappe !

- des permis de construire qui sont refusés aux habitants « jusqu’à nouvel ordre » du fait des incertitudes qui pèsent sur la ressource en eau

- la plus vieille pisciculture d’Europe fermée en novembre 2018 alors qu’elle embauchait 6 personnes, accueillait 10 000 enfants par an et est classée monument historique avec une déclaration d’utilité publique, parce que la pisciculture est à sec d’août à janvier du fait des activités de Danone.

- une perte de biodiversité avec notamment la disparition progressive des salamandres et des libellules bleues ainsi qu’un risque d’affaissement de terrain du fait de la nappe qui se vide. 

Mais Volvic c’était aussi cette belle marche de 350 personnes d’Eau Bien Commun Puy-de-Dôme avec 15 associations différentes, c’est Edouard de Féligonde propriétaire de la pisciculture qui faisait aujourd’hui la première manifestation de sa vie et en était ravi, c’est Laurent Campos Huguney porte parole de la Confédération Paysanne et d’EBC 63 qui explique les enjeux, c’est Sylvie, garde-pêche qui nous raconte les rivières asséchées, la baisse visible des poissons dans le département et la hausse de la température de l’eau, ou encore Stéphane Einis, pisciculteur-passionné qui regarde avec désolation les piscicultures fermer (quand il a commencé ils étaient 22 dans le département, aujourd’hui ils sont 9) pour raisons économiques mais aussi à cause du manque d’eau ! 

Nous avons marché devant l’usine de la société de Volvic avec un message aux salariés : oui il est possible de réorienter les activités et de créer des emplois dans des secteurs durables et non polluants. D’autant qu’à épuiser la nappe comme Danone le fait, il n’y a pas d’emploi durable qui tienne. Puis nous avons terminé par une collation et un point de votation pour défendre l’inscription de l’eau dans la Constitution comme commun. 

D’ailleurs prenez 2 minutes et votez sur : www​.eau​.vote !

La commission d’enquête sur la mainmise des intérêts privés sur l’eau se penchera sur la situation de Volvic pour aider dans ce combat d’intérêt général ! Utile quand on sait que Danone a ses entrées au gouvernement avec les ministres Muriel Pénicaud et Emmanuelle Wargon ainsi qu’au cabinet du président Macron !