MOTION DE REJET SUR LA LOI DE PROGRAMMATION PLURIANNUELLE DE LA RECHERCHE

Malgré quelques soutiens, la motion de rejet n’a pas été adoptée. Le texte final aggravé par le Sénat a été validé par la commission mixte paritaire et hélas voté par l’Assemblée Nationale ce soir.

« Dans une tribune parue dans Les Échos en novembre 2019, Antoine Petit, PDG du CNRS, met le feu aux poudres en déclarant qu’il faut pour la recherche “ une loi ambitieuse, inégalitaire, oui inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies.”L’idéologie néo-libérale de la future loi était posée. »

« La communauté scientifique a très vite pris conscience de ce tournant idéologique qu’elle estime dangereux et mortifère pour la recherche. C’est pourquoi, depuis sa genèse, la LPPR entraîne une opposition et mobilise enseignants-chercheurs, personnels de la recherche, laboratoires, instituts nationaux, revues scientifiques, collectifs et syndicats. Ils multiplient les actions pour se faire entendre : journées de grève, tribunes, pétitions, courriers et tables rondes. »

« Mais fièrement, méthodiquement, cyniquement, vous poursuivez votre mission de déconstruction de l’ESR. Sans l’assumer frontalement toutefois, en le niant même parfois. Ce qui biaise les débats et les rend par moment tristement surréalistes. »

« Dans un climat déjà suffisamment oppressant où l’état d’urgence sanitaire s’éternise, où le plan Vigipirate a été renforcé et où la loi Sécurité Globale, elle aussi très préoccupante, va être débattue, la pénalisation des mobilisations étudiantes est une pierre de plus à votre édifice. »

« L’étude de la LPPR en procédure accélérée à l’Assemblée comme au Sénat a rendu quasiment impossible les débats de fond. Son contenu ne changera plus. Vous scellez la déconstruction du Service Public de l’ESR. La communauté scientifique et une partie des parlementaires n’ont pas pu empêcher ce désastre malgré leurs nombreuses tentatives. » 

« Nous appelons donc nos collègues qui ont conscience que seule une recherche publique préservée et renforcée nous permettra de faire face aux nombreux défis à venir à soutenir cette motion de rejet. »

Lien vers l’analyse des scrutins 

:- Motion de rejet : http://www2.assemblee-nationale.fr/…/(leg…/15/(num)/3187

- Vote du projet de loi : http://www2.assemblee-nationale.fr/…/(leg…/15/(num)/3188