En Nouvelle-Aquitaine, plus de 150 insoumis·es écrivent et lancent un appel pour un cap commun, citoyen et populaire !

Le week-end dernier, plus de 150 insoumis·es se sont réuni·es en Nouvelle-Aquitaine pour échanger sur les élections régionales et départementales 2021. En raison de la situation sanitaire, cette rencontre régionale se déroulait en format numérique. Dans chaque département, des séances d’écoute ont été organisées en petit groupe pour permettre un travail en commun.

Nous remercions tou·tes les insoumis·es impliqué·es dans cette organisation en distantiel, et notamment Loïc Prud’homme, député de Gironde, qui a accepté d’animer cette réunion. Grâce aux outils collaboratifs de La France insoumise, des centaines de personnes ont pu discuter et contribuer à la rédaction d’un appel régional pour un cap commun, citoyen et populaire en Nouvelle-Aquitaine.

Cet appel, dont vous retrouverez le texte complet plus bas, souhaite que l’avenir de la Nouvelle-Aquitaine s’articule autour d’un programme atteignable, concret, partagé et concerté répondant à trois grandes priorités :

  • La mise en place d’un bouclier social immédiat pour préserver la santé, l’emploi, les droits sociaux en imposant des conditions sociales et environnementales  aux aides publiques dispensées par la région aux entreprises et aux associations, et en programmant des mesures d’aide et de solidarité pour les personnes et les familles en difficulté. L’accès à la culture est évidemment inclus dans cette stratégie régionale.
  • La bifurcation écologique pour des transports propres, une alimentation saine et une agriculture paysanne, locale et biologique : stopper l’artificialisation des terres agricoles et les grands projets inutiles et imposés, organiser une filière alimentaire scolaire bio et locale, préserver la ressource en eau, donner la priorité aux transports ferroviaires, voyageurs et marchandises, et à leur maillage équilibré.  La situation géographique particulière de notre Région nous impose aussi d’agir face au recul du trait de côte et à la hausse du niveau des océans.
  • La rénovation démocratique au service de l’intérêt général en s’appuyant notamment sur l’implication citoyenne et la souveraineté populaire avec l’outil du référendum d’initiative citoyenne locale, avec l’application effective du mandat révocable de nos élu.e.s, et la mise en place d’une commission citoyenne de contrôle des budgets et financements.

Faisons advenir une alternative populaire et démocratique pour changer ensemble la vie et l’avenir des habitant·es de Nouvelle-Aquitaine ! Signons et faisons signer l’appel pour un cap commun en Nouvelle-Aquitaine !

La Nouvelle Aquitaine face aux défis sociaux et écologiques : Appel pour un cap commun, citoyen et populaire

Les faillites, les licenciements, le chômage : la réduction des moyens de subsistance frappe une grande partie d’entre nous du fait de politiques anti-redistributives aggravées par l’épisode de confinement face au coronavirus. Les loyers ne cessent d’augmenter et ainsi ce sont 10 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté aujourd’hui en France. La crise sociale ne se règlera pas en faisant encore des cadeaux aux 0.1 % les plus riches.

La crise climatique sans précédent apparaît aujourd’hui non pas comme une perspective plus ou moins lointaine mais comme une réalité tangible pour tous. Que ce soit la perte de biodiversité, les enchaînements climatiques majeurs (sécheresses, canicules, inondations), ou les épisodes de pollution, jusqu’alors réservés aux grandes villes du sud maintenant étendus à nos campagnes, tout démontre l’emballement climatique et la responsabilité de nos activités sur celui-ci. La crise sanitaire actuelle est aussi une conséquence de ces dérèglements écologiques.
Tous ces bouleversements ont révélé l’incapacité du gouvernement à s’organiser pour y faire face.

En mars 2021 auront lieu les élections régionales et départementales. Face à ces inconséquences du pouvoir macroniste elles sont une opportunité pour faire face à l’urgence sociale et pour planifier les grandes bifurcations écologiques aujourd’hui indispensables dans le cadre des compétences dévolues aux collectivités territoriales.

C’est sur une nouvelle trajectoire que nous proposons aux organisations et mouvements politiques  et citoyens, aux associations, syndicats s’inscrivant dans la résistance aux réformes néo-libérales d’Emmanuel Macron, d’accorder nos forces et nos démarches, parce que nous faisons séparément les mêmes constats et que globalement nous apportons des réponses convergentes. Il s’agit d’organiser la planification pour la satisfaction de l’intérêt général face aux défenseurs des intérêts privilégiés. Il est nécessaire de programmer ensemble l’avenir de la Nouvelle Aquitaine avec ces trois priorités :

  • La mise en place d’un bouclier social immédiat pour préserver la santé, l’emploi, les droits sociaux en imposant des conditions sociales et environnementales  aux aides publiques dispensées par la région aux entreprises et aux associations, et en programmant des mesures d’aide et de solidarité pour les personnes et les familles en difficulté. L’accès à la culture est évidemment inclus dans cette stratégie régionale.
  • La bifurcation écologique pour des transports propres, une alimentation saine et une agriculture paysanne, locale et biologique : stopper l’artificialisation des terres agricoles et les grands projets inutiles et imposés, organiser une filière alimentaire scolaire bio et locale, préserver la ressource en eau, donner la priorité aux transports ferroviaires, voyageurs et marchandises, et à leur maillage équilibré.  La situation géographique particulière de notre Région nous impose aussi d’agir face au recul du trait de côte et à la hausse du niveau des océans.
  • La rénovation démocratique au service de l’intérêt général en s’appuyant notamment sur l’implication citoyenne et la souveraineté populaire avec l’outil du référendum d’initiative citoyenne locale, avec l’application effective du mandat révocable de nos élu.e.s, et la mise en place d’une commission citoyenne de contrôle des budgets et financements.

A cela s’ajoute la crise sanitaire majeure à laquelle l’organisation de l’état n’a pas su ou pas voulu répondre, laissant l’auto-organisation aux hôpitaux publics et aux systèmes de santé faire face seuls, sans investissements techniques et en personnels à la hauteur des enjeux sanitaires. Cet exemple montre, s’il en est besoin, la nécessité de services publics suffisamment dotés et organisés, justement répartis à travers nos territoires, pour un égal libre accès à tous nos concitoyens.

Ces services publics seront encore plus précieux pour faire face à l’aggravation de la crise sociale et économique qui s’avance dans les centres urbains comme en zone rurale.

En mars 2021, tourner enfin la page !

Le président Rousset à une vison sur tous ces sujets , elle lui est propre et nous ne la partageons pas. Nous ne souhaitons pas continuer la voie qu’il a tracé durant ces nombreuses années, qui n’est finalement qu’une voie sans issue.
Il  est aujourd’hui indispensable de répondre aux enjeux en fixant non pas un horizon, mais bien un objectif avec des points d’étapes, atteignables, concrets, partagés et concertés.

La complémentarité et l’égalité entre les trois anciennes régions fusionnées, Aquitaine, Poitou-Charentes et Limousin est une voie juste pour un développement équilibré de la Région Nouvelle Aquitaine, fondé sur la valorisation des atouts et des savoir-faire de chaque territoire. S’appuyer sur la coopération des territoires plutôt que sur la concurrence doit être la nouvelle méthode de travail.

Nous voulons engager les bifurcations nécessaires pour répondre aux enjeux de l’urgence écologique, de l’urgence sociale et de l’urgence démocratique et nous devons le faire avec les forces progressistes, humanistes, écologistes, féministes, avec les paysans, les artisans et PME, avec les citoyennes et les citoyens engagés pour l’écologie populaire  et les droits sociaux, avec les membres des syndicats, associations, ONG, Gilets jaunes…

Nous avons des objectifs sociaux, économiques et écologiques communs. Nous appelons à former des  listes  communes pour les élections départementales et régionales, à même de faire advenir une alternative populaire et démocratique pour changer ensemble la vie et l’avenir des habitant.e.s de Nouvelle Aquitaine.