Quelles perspectives d’avenir pour nos étudiants ?

dans Michel Larive, Nos parlementaires

Audition de Madame VIDAL, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en commission Culture et Education:

« J’ai été frappé par la contradiction entre le rapport du Ministère sur Parcousup et la réalité des faits dénoncés par les lycéen·ne·s devant plus de 100 établissements bloqués sur la journée d’hier.

Aujourd’hui, d’ailleurs, la mobilisation dégénère et j’apprends malheureusement qu’un incendie a ravagé ce matin un lycée de Toulouse et qu’un élève a été blessé au visage.

Vous dressez un bilan approbateur de Parcousup, mais moi j’entends les craintes fondées des lycéen.ne.s sur leurs perspectives d’avenir. Ils savent qu’ils n’auront pas forcément une place dans l’université qu’ils désirent. Les étudiants de demain ont parfaitement conscience que le gouvernement cherche à étendre l’emprise du secteur privé sur l’université, à les mettre en concurrence en renforçant leur processus d’autonomisation et à mettre un terme à l’équivalence nationale des diplômes.

Au delà de Parcousup se sont d’autres mesures du gouvernement qui continuent d’attiser leur colère. Je prends par exemple l’augmentation des frais de scolarité pour les étudiants étrangers non européens, ce plan que vous avez présenté et appelé avec le plus bel humour « Bienvenue en France » sert une politique de fermeture de la France à l’égard des étudiants étrangers, n’ayant pas les moyens d’acquitter les frais, donc une fermeture à l’égard des étudiants les plus pauvres.

L’inquiétude de nos jeunes se constatent aussi par les mots qu’ils emploient devant les lycées qu’ils ont bloqué hier. Beaucoup soutiennent le mouvement d’ampleur des gilets jaunes, qui concerne tout le pays. Ils savent que les choix opérés par le Président de la République et son gouvernement condamnent beaucoup d’entre eux à la précarité dans laquelle vivent aujourd’hui leurs parents, leurs grands frères, leurs grandes sœurs.

Il faut casser ce cercle vicieux de la violence en assurant des perspectives d’avenir réelles et rassurantes à nos enfants. Quels sont vos propositions concrètes en la matière ? »