Texte programmatique pour les élections européennes

dans A la Une - Européennes 2019, Actualités, Convention 2018

Les contributions au texte programmatique pour les élections européennes sont désormais terminées. Une version définitive du texte sera publiée puis soumise au vote des insoumis·es le lundi 26 novembre.

Ce document programmatique pour les élections européennes vous est proposé par l’espace du programme de la France insoumise, coordonné par Charlotte Girard et Boris Bilia.

Ce document s’appuie sur une version initiale rédigée par Matthias Tavel et validée par l’Assemblée Représentative de la France insoumise du samedi 7 avril et soumis à contributions sur la plate-forme. Cette phase de contribution, ouverte entre le 12 avril et le 20 mai a donné lieu à 421 contributions. Ces contributions ont été recensées dans 6 synthèses (une pour l’introduction et les remarques générales et une pour chacune des 5 parties thématiques du texte) réalisées par six équipes de 4 à 6 insoumis qui se sont déclarés volontaires lors de l’Assemblée représentative. Ces synthèses ont ensuite été ouvertes aux remarques entre le 7 et le 14 juin dernier. 

Sur la base de cette version initiale, de ces six synthèses, des contributions des livrets thématiques et des groupes politiques, et des remarques formulées par les insoumis.es, nous vous proposons ce jour une nouvelle version de ce document programmatique finalisée par Sophie Rauszer et Hadrien Toucel. 

Sommaire

 

Introduction

1. FAIRE RESPECTER LA SOUVERAINETÉ DES PEUPLES EN DÉGAGEANT LA CASTE QUI NOUS GOUVERNE EN EUROPE

1.1. Garantir la souveraineté populaire
1.2. Zone euro, élargissements, budget 2021-2027 : stopper la fuite en avant libérale et austéritaire !
1.3. Dégager l’oligarchie européenne et donner de nouveaux droits aux citoyens
1.4. Augmenter les pouvoirs des parlements nationaux et du parlement européen

2. PROTÉGER ÉCOSYSTÈME ET LA SANTÉ EN DÉGAGEANT LES LOBBYS

2.1. Protéger l’écosystème, la santé, les biens publics, et les animaux
2.2. 100% d’énergies renouvelables, en Europe aussi !
2.3. Transformer la Politique agricole commune en PAC écologique pour une alimentation de qualité
2.4. Mettre en place une planification écologique européenne

3. GARANTIR LE PROGRÈS HUMAIN EN DÉGAGEANT LA FINANCE EN EUROPE

3.1. Stop au dumping social : non-régression, égalisation sociale et coopération
3.2. Défendre et développer les services publics et la Sécurité sociale
3.3. Plus aucun sacrifice pour l’euro, pour une relance sociale et écologique
3.4. Mettre au pas la finance, les multinationales et les évadés fiscaux
3.5. Faire des outre-mers la pointe avancée du progrès humain

4. CONSTRUIRE LA PAIX ET LES COOPERATIONS EN DÉGAGEANT LES FAUTEURS DE GUERRE

4.1. Stop au libre-échange, vive le protectionnisme solidaire
4.2. Coopérer avec les pays en développement
4.3. Arrêter la guerre aux migrants, permettre à chacun de « vivre et travailler au pays »
4.4. Non à l’Europe de la guerre, construire la paix
4.5. Lutter contre le terrorisme, refaire de la sûreté un droit fondamental

5. ETENDRE LES DROITS ET LIBERTES EN DÉGAGEANT LES RÉACTIONNAIRES ! 

5.1. Promouvoir l’égalité
5.2. Agir pour les libertés et l’émancipation 
5.3. Porter une ambition culturelle et éducative digne du 21e siècle

L’Avenir en commun, en Europe aussi !

Introduction

Le bonheur est toujours une idée neuve en Europe ! Nous voulons une Europe porteuse de paix, de progrès social, de démocratie, d’émancipation, qui assume sa responsabilité de lutter contre le changement climatique et la catastrophe écologique. Nous portons un projet humaniste pour vivre en harmonie avec les autres êtres humains, la nature et les animaux. Nous proposons une Europe, non de la concurrence, mais de coopération fondée sur la liberté, l’égalité et la fraternité des personnes, des Nations européennes comme du reste du monde.

Hélas, l’Union européenne et ses traités actuels ne permettent rien de tout cela. L’Union ne porte aucun projet de civilisation. Elle étouffe la démocratie et écrase la souveraineté populaire, comme on l’a vu en France après le « non » de 2005 au traité constitutionnel européen. L’euro a servi de garrot pour étrangler la Grèce et d’autres pays. Sous la houlette de l’Allemagne de Merkel, l’Union aggrave son aspect austéritaire : toujours plus d’austérité de façon toujours plus autoritaire. Le libre-échange, les délocalisations, le dumping social et environnemental suppriment des emplois en France et opposent les peuples les uns aux autres. Les droits sociaux et les services publics sont attaqués par l’Union et son dogme de la « concurrence libre et non faussée ». Le dérèglement climatique s’accélère, mais les lobbys productivistes continuent de faire la loi. L’UE offre les pleins pouvoirs à la finance et aux évadés fiscaux contre l’intérêt général. Elle se soumet à l’OTAN et pousse à la guerre, notamment avec la Russie. Elle refuse le co-développement avec les autres peuples, saccage leurs marchés nationaux et pousse à l’exil les travailleurs paupérisés. Nous dénonçons cette privatisation et ce sabotage libéral de l’idéal européen.

L’Europe court au désastre. Ces politiques conduisent à la dislocation de l’Union, comme le montre le Brexit. Les euro-libéraux retirent aux peuples le droit de décider de leur avenir et multiplient les coups de force, banalisant les idées antidémocratiques de l’extrême-droite. Les Macron et les Le Pen européens sont deux faces d’une même pièce. Les nationalistes progressent partout en Europe pourtant leurs politiques anti-migrants sont acceptées à Bruxelles ! En France, l’élection présidentielle de 2017 n’a rien réglé. Les politiques libérales et injustes sont aggravées. Macron, président des riches, applique avec zèle les mesures de régressions voulues par la finance et les lobbies et imposées par la Commission européenne : destruction du service public de la SNCF, coupes budgétaires massives, évasion fiscale quotidienne, réduction des droits sociaux, démantèlement du code du travail, poursuite du pesticide glyphosate, etc.

Heureusement, une alternative existe ! Nous ne sommes pas condamnés à subir sans riposter. La France insoumise et ses alliés étrangers sont l’opposition populaire à cette Europe de l’argent-roi et l’espoir d’autres gouvernements en Europe. Dans ce but, nous construisons un mouvement européen. C’est le sens de l’appel « Maintenant le peuple ! Pour une révolution citoyenne en Europe » signé le 12 avril 2018 à Lisbonne, au Portugal. Dans tous les pays, nous portons le même message, celui d’une Europe des peuples !

Envoyons au Parlement européen des parlementaires de combat. Ce seront des élu.e.s pour informer le grand public, accompagner les luttes qui ont lieu en France et dans toute l’Europe ou protéger les lanceurs d’alerte. Chaque élu.e insoumis.e sera un porte-parole de nos idées face à la Commission européenne de Bruxelles et face à Emmanuel Macron en France ! En outre, ce Parlement européen sera fragmenté comme jamais en de nombreux petits groupes, ce qui donne une importance d’autant plus grande au moindre de nos élu.e.s sur de nombreux votes décisifs. Cette dernière année, avec un seul eurodéputé, nous avons pu interdire la pêche électrique ou obtenir un programme de dépollution des océans ! Toutefois, l’application de notre programme L’avenir en commun nécessite des ruptures majeures en Europe.

Pour cela, il faut sortir des traités européens. Ils organisent la guerre économique à l’intérieur de l’UE et avec le reste du monde. Ils menacent nos droits. Ils corsètent la souveraineté démocratique des peuples. Ils empêchent d’affronter l’urgence écologique, de mettre en place un protectionnisme solidaire et mettent en danger notre avenir. Pour rompre avec eux et appliquer notre programme l’Avenir en commun, nous proposons une stratégie claire et démocratique, avec un plan A et un plan B. 
L’UE s’occupe de nous. Occupons-nous d’elle ! Les élections européennes de 2019 sont l’occasion de dire très clairement : « Dégagez ! ». Elles seront un référendum contre la politique de Macron, Merkel et des libéraux en France et en Europe. Elles seront aussi l’occasion de faire vivre nos propositions contenues dans le programme L’Avenir en commun. En fidélité avec ce programme, nous nous engageons à :

  • faire respecter la souveraineté des peuples en dégageant la caste qui nous gouverne
  • protéger l’écosystème et la santé en dégageant les lobbys
  • garantir le progrès humain en dégageant la finance
  • construire la paix en dégageant les fauteurs de guerre
  • étendre les droits et libertés en dégageant les réactionnaires

Élisons des député•e•s insoumis•es au Parlement Européen venant de toute l’Europe ! Comme les député•e•s insoumis•es à l’Assemblée nationale, ils et elles seront les premier•e•s opposant•e•s à cette Union européenne et les premier•e•s proposant•e•s d’un autre futur. Ils et elles seront la voix d’une France et d’une Europe insoumises.

Sortir des traités européens par une stratégie Plan A / Plan B :
quel rôle pour les députés européens ?

La stratégie que la France insoumise appliquerait si elle gouvernait la France est clairement établie dans le programme L’Avenir en commun : « L’UE est en voie de dislocation. Elle n’a pas voulu écouter les refus des peuples depuis le référendum français de 2005. La sortie des traités européens actuels s’impose à nous. Ce sera nécessairement un rapport de force, notamment avec le gouvernement allemand. Nous proposons donc une stratégie de gouvernement en deux temps avec un plan A et un plan B en cas d’échec du plan A. Le plan A, c’est la sortie concertée des traités européens par l’abandon des règles existantes pour tous les pays qui le souhaitent et la négociation d’autres règles. Le plan B, c’est la sortie des traités européens unilatérale par la France pour proposer d’autres coopérations. L’UE, on la change ou on la quitte. Le mandat de négociation de ces plans sera soumis au préalable à l’Assemblée nationale. La validation de ce processus passera nécessairement par une décision du peuple français par référendum. »

Avoir un plan B est nécessaire sur chaque sujet. On le voit par exemple avec le refus de M. Macron d’interdire le glyphosate en France. Cela supposerait de désobéir aux règles européennes qui autorisent ce pesticide dans l’UE et empêchent d’interdire l’importation en France de produits glyphosatés produits dans d’autres pays de l’UE. Pourtant la France désobéit déjà à certaines règles européennes par exemple sur la qualité de l’air ! Il est donc possible de choisir de désobéir dès à présent. C’est une question de volonté politique.

Ce document d’orientation programmatique présente donc les propositions que ferons nos députés européens dès leur élection dans le cadre des débats et votes sur les textes soumis au Parlement européen mais aussi pour sortir du cadre des traités actuels car beaucoup de propositions ne sont pas compatibles avec les règles existantes. En effet, au-delà des batailles immédiates, nos députés au Parlement européen seront des éclaireurs pour porter l’exigence de la sortie des traités actuels, et préparer notre stratégie plan A / plan B ainsi que les alliances nécessaires pour cela. Sans oublier que leur mandat durera jusqu’en 2024. Nous souhaitons qu’à partir de 2022, ils soient ainsi des relais et des points d’appuis d’un gouvernement insoumis dans notre pays, d’une France insoumise en Europe.

1. FAIRE RESPECTER LA SOUVERAINETE DES PEUPLES EN DÉGAGEANT LA CASTE QUI NOUS GOUVERNE EN EUROPE

 

L’Union européenne est engagée sur une pente autoritaire. La démocratie est un problème pour la caste qui gouverne l’UE. Les votes des peuples sont bafoués comme l’a été le vote « non » des Français au traité constitutionnel en 2005. La Grèce a été étranglée dans un véritable coup d’État financier. Les gouvernements nationaux sont à la merci des menaces et du chantage de la Commission, de la Banque centrale européenne, et du Mécanisme européen de stabilité. La droite allemande, l’oligarchie et les lobbys s’en donnent à cœur joie pour faire la loi dans les institutions européennes. Ça ne peut plus durer ! Les peuples doivent redevenir souverains en Europe.

1.1. Garantir la souveraineté populaire

• Proposer la sortie des traités européens en cohérence avec notre stratégie plan A / plan B : nos députés européens demanderont que soit engagée la procédure de révision des traités prévue par l’article 48 du traité sur l’Union européenne pour aboutir à un nouveau traité fondateur

• Défendre la souveraineté populaire notamment en matière sociale et budgétaire en abrogeant le pacte de stabilité, le traité budgétaire, le semestre européen et le mécanisme de contrôle des budgets nationaux

• Reconnaître le droit à la désobéissance aux règles européennes lorsqu’un Etat estime que ses intérêts fondamentaux sont mis en cause selon les principes du compromis de Luxembourg et les exemptions accordées à certains États (opt-out)

1.2. Zone euro, élargissements, budget 2021-2027 : stopper la fuite en avant libérale et austéritaire !

• Proposer la refondation de l’Union européenne sur la base du mieux-disant social et environnemental en garantissant l’harmonisation des droits par le haut à travers :

– un principe de faveur sur le modèle de la clause de « l’européenne la plus favorisée » : le droit européen doit chercher à étendre les droits nationaux les plus favorables à l’ensemble des pays
– et une clause générale de non-régression assurant la primauté du droit national sur le droit         européen lorsqu’il est plus favorable, notamment en matière de droit social et environnemental

• Refuser le gouvernement austéritaire de la zone euro et l’indépendance de la Banque centrale européenne. Combattre l’intégration à marche forcée voulue par Angela Merkel et Emmanuel Macron. La tutelle imposée par la troïka ne doit pas devenir le fonctionnement général de la zone euro et doit cesser partout. L’Allemagne doit accepter de payer le prix de l’euro en réduisant ou partageant ses excédents commerciaux et financiers avec les autres pays. L’euro doit être transformé pour servir l’emploi et la transition écologique et la BCE doit être enfin gérée démocratiquement.

• Conditionner tout élargissement à de nouveaux membres (Balkans, Turquie, Ukraine, etc) à l’harmonisation sociale, fiscale et environnementale préalable à l’intérieur de l’UE. Sinon, ce sera seulement un élargissement de la guerre économique et du dumping.

• Opposer un blocage à la contribution française au budget européen tant que l’UE continue de promouvoir une politique d’inégalités (concurrence déloyale, travail détaché, délocalisations internes, inégalités des règles écologiques, etc.) et tant que les règles de déficit public et les rabais ne sont pas revus. La solidarité européenne doit permettre un progrès partagé par tous les peuples européens. 

• Refuser les coupes aveugles dans la Politique Agricole Commune (PAC) et les fonds de cohésion et de solidarité régionale prévues dans le budget 2021-2027 proposé par la Commission. 

• Refuser que les fonds européens soient conditionnés à l’application des réformes structurelles qui détruisent les droits sociaux.

1.3. Dégager l’oligarchie européenne et donner de nouveaux droits aux citoyens

• Combattre la cogestion de l’UE par les conservateurs et les socialistes européens

• Défendre l’inscription dans les traités d’un droit de révoquer les députés européens et responsables publics européens par référendum, ainsi qu’une motion de censure citoyenne permettant de renverser la Commission même si les députés européens s’y refusent, comme avec Jean-Claude Juncker après les révélations Luxleaks.

• Obliger la Commission européenne à donner des suites législatives aux Initiatives Citoyennes Européennes (ICE)

• Abroger la directive sur le secret des affaires, proposer une directive protégeant le droit à l’information, renforçant la protection des lanceurs d’alerte, et limitant la concentration des médias entre les mains de groupes industriels et financiers

• Combattre les lobbys : exiger un registre obligatoire des lobbys et lobbyistes, la publication obligatoire de tous les rendez-vous des députés, commissaires ou fonctionnaires européens avec des lobbyistes, interdire les cadeaux aux parlementaires ou commissaires européens, interdire l’accès aux lobbyistes à l’intérieur du Parlement européen 

• Interdire à tout dirigeant ou fonctionnaire européen de servir la finance pendant 10 ans après ses fonctions publiques

1.4. Augmenter les pouvoirs des parlements nationaux et du parlement européen

• Instaurer un « mois parlementaire européen » pendant lequel les parlements nationaux se prononcent sur les textes européens avant leur mise en débat au niveau européen

• Proposer la création d’un mécanisme de « carton rouge » permettant aux parlements nationaux de bloquer un texte européen et pas seulement de demander à la Commission de le réexaminer
• Exiger que le futur parlement européen élu en 2019 vote le budget pluriannuel 2021-2027 alors que les dirigeants européens veulent le faire adopter par le parlement sortant

• Exiger que le Parlement européen vote publiquement sur l’investiture du futur président de la BCE et ne soit pas seulement « consulté ». Nous refuserons de voter pour l’investiture de tout candidat issu de la Bundesbank allemande.

2. PROTEGER L’ECOSYSTEME ET LA SANTÉ EN DÉGAGEANT LES LOBBYS

 

Nicolas Hulot lui-même disait que « L’UE ne nous avait pas beaucoup aidés pendant la COP21 », la conférence de l’ONU sur le changement climatique. C’était en 2015 avant qu’il devienne ministre de Macron puis qu’il démissionne en dénonçant notamment le carcan budgétaire européen. L’Europe devrait être à la pointe de la lutte pour la préservation de l’écosystème. Elle en a les moyens financiers, techniques, humains. Au lieu de cela, l’UE traine les pieds. Elle met en place des outils contre-productifs comme le « marché carbone ». Elle laisse tout le pouvoir aux lobbys et à l’industrie chimique contre la santé et l’environnement comme on le voit avec les autorisations accordées aux pesticides. Le libre-échange et la politique agricole européenne favorisent l’expansion d’une agriculture industrielle, polluante et aggravante le changement climatique, aux dépens de l’agriculture écologique et paysanne. Ça suffit. Nous devons changer les modes de production, de consommation et d’échange. En Europe aussi, il est temps d’instaurer la règle verte : ne pas prendre plus à la planète qu’elle ne peut supporter. Pour vivre enfin en harmonie avec les êtres humains, la nature et les animaux. C’est aussi une occasion majeure de créations d’emplois et de lutte contre les inégalités environnementales qui frappent d’abord les plus pauvres (pollution, malbouffe etc).

2.1. Protéger l’écosystème, la santé, les biens publics, et les animaux

• Introduire et généraliser l’évaluation des politiques publiques sur d’autres critères que le PIB en imposant des Indicateurs de progrès humain

• Instaurer la règle verte au niveau européen c’est-à-dire l’interdiction de prélever davantage à l’écosystème que ce qu’il est capable de supporter

• Atteindre la neutralité carbone en 2050 (émissions de CO² inférieures à ce que l’écosystème peut absorber) et réviser les objectifs nationaux, européens et mondiaux de réduction des émissions adoptés lors de la COP21 pour atteindre cet objectif, revoir à la hausse les objectifs de part d’énergies renouvelables et d’amélioration de l’efficacité énergétique à horizon 2030

• Soutenir la proposition d’un tribunal international de justice climatique et contre les écocides (crimes écologiques) pour juger États et multinationales

• Réformer les agences européennes de contrôle des médicaments, de l’alimentation et de l’environnement pour éradiquer les conflits d’intérêts et garantir leur indépendance 

• Interdire les perturbateurs endocriniens par une définition stricte et des sanctions dissuasives

• Faire adopter une charte européenne des droits des animaux et lutter contre la maltraitance des animaux : interdiction des élevages en batterie, limitation du nombre d’animaux par exploitation pour empêcher les fermes des 1 000 vaches par exemple, interdiction des sévices sur animaux vivants

• Protéger les animaux utilisés à des fins scientifiques dans le cadre du principe des « 3 R » : réduction, remplacement et raffinement.

• Adopter un plan de sauvegarde pour la biodiversité en Europe intégrant la protection des abeilles et oiseaux, la gestion durable des forêts et la préservation des forêts primaires, ainsi que les trésors de biodiversité notamment dans les outre-mer pour enrayer la nouvelle vague d’extinction des espèces

• Faire de l’eau un bien commun, garantir sa gestion publique et garantir le droit à l’eau pour tou.te.s en instaurant la gratuité d’un volume d’eau essentiel. Légiférer sur la définition de nouveaux paramètres et seuils de contrôle de l’eau sortie du robinet, sur la base du principe de précaution

• Interdire la brevetabilité du vivant et exiger du Luxembourg qu’il renonce à la possibilité de privatiser les ressources trouvées dans l’espace

2.2. 100% d’énergies renouvelables, en Europe aussi !

• Supprimer les subventions accordées aux énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon, gaz de schistes) et interdire toute nouvelle exploitation d’énergies fossiles dans l’UE

• Proposer un plan européen de sortie concertée du charbon et du nucléaire dans l’UE pour aller vers 100% d’énergies renouvelables en 2050

• Créer un institut européen public de recherches sur la transition énergétique

• Engager un plan d’investissement dans les économies d’énergies et les énergies renouvelables, financé par la Banque centrale européenne

• Arrêter la privatisation et la destruction des services publics nécessaires à la transition énergétique (train, barrages hydroélectriques etc)

• Abandonner le marché carbone et le remplacer par des interdictions et taxations car ces méthodes sont plus efficaces et plus démocratiques

• Mettre en place une taxe carbone pour favoriser les productions écologiques et de proximité sur le déménagement du monde

2.3. Transformer la Politique agricole commune en PAC écologique pour une alimentation de qualité

• Ajouter un volet « alimentation de qualité » à la PAC pour en faire une politique agricole et alimentaire commune

• Assurer la souveraineté alimentaire : refus du modèle d’agro-business tourné vers l’export hors de l’UE, protection des productions agricoles européennes de qualité (labels, appellations d’origine protégées etc)

• Développer l’agriculture écologique et paysanne : transfert massif des subventions de la PAC vers les petites exploitations et l’agriculture bio, plafonnement des aides pour les grosses exploitations, renforcement des aides à la conversion vers l’agriculture bio

• Garantir des prix rémunérateurs aux paysans : promouvoir les circuits courts, encadrer les marges des transformateurs et distributeurs, empêcher le dumping qui tire les prix et les revenus vers le bas

• Sortir des pesticides et des OGM : interdiction européenne du glyphosate et plan de sortie des pesticides, interdiction de la culture et de l’importation d’OGM, y compris OGM cachés. Si l’UE ne prend pas ces mesures, chaque Etat doit pouvoir les appliquer unilatéralement y compris vis-à-vis des importations en provenance d’autres pays de l’UE

• Rompre avec le droit de la concurrence pour pouvoir imposer 100% d’alimentation bio et locale dans la restauration scolaire partout en Europe

• Interdire l’importation des produits issus de la déforestation, et notamment de l’huile de palme destinée à la fabrication de carburants

• Interdire les agrocarburants qui entrent en compétition avec les usages alimentaires

2.4. Mettre en place une planification écologique européenne

• Défendre un aménagement écologique et social du territoire : refus de la métropolisation, amélioration des conditions de vie, d’activité et d’accès au service public dans les zones rurales et les quartiers populaires, lutte contre l’imperméabilisation des sols par l’urbanisation et leur appauvrissement par les pratiques agricoles destructrices et soutenir à ce titre la revendication de la campagne People4Soil et une directive-cadre sur les sols européens, afin de préserver leur vie, leur fertilité et leur capacité absorbante

• Élaborer un plan européen de ferroutage obligatoire sur longue distance et de report modal de la route vers les modes moins polluants

• Engager un « plan mer » européen pour développer l’économie maritime dans une perspective de créations d’emplois et de transition écologique : développer les énergies marines renouvelables en lien avec les pêcheurs et les autres usagers de la mer pour limiter les conflits d’usage, refuser de la marchandisation de la politique commune des pêches et les concessions de pêche transférables, combattre la surpêche, la pêche illégale et les méthodes destructrices, accompagner les pêcheurs artisanaux dans le renouvellement de leur flotte pour des raisons écologiques et de sécurité

• Lancer un programme européen de dépollution des mers et océans (récupérations des déchets plastiques, équipements des littoraux en stations d’épuration etc.)

• Construire une Europe « 0 déchet » par la réduction des déchets à la source et le soutien à l’économie circulaire avec recyclage, consigne ou compostage obligatoire, lutte contre le suremballage et l’obsolescence programmée. Interdire l’exportation de déchets européens hors de l’UE

3. GARANTIR LE PROGRÈS HUMAIN EN DÉGAGEANT LA FINANCE EN EUROPE

 

La transition écologique appelle des investissements publics et permettrait de construire un nouveau modèle social. Or, aujourd’hui l’Union européenne impose l’austérité, défait les services publics et organise la concurrence déloyale entre ses membres pour le seul profit des actionnaires et de la finance. Les riches se gavent pendant que les peuples en bavent. La course au moins disant social ou fiscal ne doit plus être le fondement de l’Europe ! Place à la coopération et au progrès partagé !

3.1. Stop au dumping social : non-régression, égalisation sociale et coopération

• Abolir la directive de détachement de travailleurs : les salariés détachés doivent relever intégralement du droit du pays d’accueil (horaires, salaires, cotisations sociales, indemnités, congés etc) s’il est plus favorable que leur pays d’origine

• Mettre fin au dumping et imposer l’harmonisation sociale par le haut grâce à une clause de non-régression des droits sociaux dans les pays les plus protecteurs

• Accorder la primauté au droit du travail sur le droit de la concurrence en cas de conflit y compris entre un droit du travail national et le droit de la concurrence européen

• Accorder la primauté aux conventions de l’Organisation internationale du travail lorsqu’elles sont plus favorables que le droit européen 

• Mettre en place des écluses douanières dans l’UE par groupes de pays pour stopper les délocalisations internes à l’UE et obliger à l’égalisation sociale

• Obliger l’instauration d’un SMIC dans chaque pays européen à 75% du salaire médian avec un « serpent social » pour pousser à une convergence rapide entre les pays vers un SMIC européen
• Réduire la durée maximale de travail autorisée par le droit européen, aujourd’hui de 48 h par semaine, avec même des exceptions jusqu’à 65h

• Instaurer un salaire maximum européen : plafonner les écarts de rémunérations à l’intérieur des groupes européens de 1 à 20 entre les salariés les moins et les mieux payés

• Étendre le droit syndical le plus favorable à toutes les filiales d’un même groupe présent dans différents pays européens

• Réviser les règles des marchés publics pour permettre de favoriser les entreprises mieux-disantes socialement et écologiquement

• Promouvoir une économie numérique coopérative écartant l’ubérisation qui détruit les conditions de travail et d’emploi

3.2. Défendre et développer les services publics et la Sécurité sociale

• Refuser l’ouverture à la concurrence et la privatisation des services publics, abroger les paquets ferroviaires et énergie, garantir la maîtrise publique des activités d’intérêt général et de souveraineté

• Permettre le maintien des monopoles publics (SNCF par exemple) et l’attribution de la gestion de services publics sans mise en concurrence (barrage hydroélectriques etc.)

• Stopper les politiques d’austérité budgétaires pour financer les services publics partout (école, santé, accueil des personnes âgées etc)

• Autoriser les aides d’État aux secteurs stratégiques sans blocage de la Commission européenne

• S’opposer à la privatisation des services publics d’éducation et d’enseignement supérieur et à leur colonisation par les lobbies, GAFAM et intérêts économiques

• Protéger la sécurité sociale et les retraites contre les logiques austéritaire, la hausse du recours aux assurances privées et la réduction du périmètre de la protection sociale solidaire

3.3. Plus aucun sacrifice pour l’euro, pour une relance sociale et écologique

• Engager un plan de relance par l’investissement financé par la Banque centrale européenne pour soutenir la création d’emplois, la transition écologique, et la relocation des productions 

• Mettre fin à l’indépendance de la Banque centrale européenne, modifier ses missions et statuts pour financer l’emploi et la transition écologique, autoriser le rachat de la dette publique directement aux États et aux banques publiques d’investissement à taux faibles voire nuls, interdire à la BCE de couper les liquidités à un État membre comme elle l’a fait en Grèce et à Chypre

• Combattre les réformes structurelles contre par exemple le droit du travail ou l’âge de la retraite et refuser les plans d’austérité par l’UE ou le Mécanisme européen de stabilité

• Défendre la dévaluation de l’euro pour revenir à la parité initiale avec le dollar

• Organiser une conférence européenne sur les dettes souveraines sur la base d’audits citoyens et débouchant sur des moratoires, une baisse des taux d’intérêt, des rééchelonnements ou annulations partielles

3.4. Mettre au pas la finance, les multinationales et les évadés fiscaux

• S’engager dans la démarche initiée par l’ONU pour un traité international contraignant les multinationales à respecter les droits humains

• Combattre les privilèges juridiques des multinationales et les mécanismes de règlements des différends entre investisseur et État permettant aux multinationales de se soustraire à la justice ordinaire des États (tribunaux d’arbitrage)

• Imposer aux multinationales européennes de respecter le droit européen en matière sociale et environnementale pour leurs activités hors de l’UE, interdire aux multinationales opérant en Europe d’être liées à des processus d’accaparement de terres agricoles, de déforestation, d’exploitation des travailleurs 

• Taxer enfin les transactions financières, interdire les instruments financiers toxiques (titrisation, ventes de gré à gré, trading à haute fréquence), s’opposer à la constitution d’un « marché unique des capitaux » qui laisseraient les mains libres à la finance
• Contrôler les mouvements de capitaux pour lutter contre les attaques spéculatives et l’évasion fiscale

• Intégrer dans le mandat de la BCE la supervision et la prévention des risques financiers

• Séparer les banques de dépôt et d’investissement, protéger les épargnants lors des faillites bancaires en créant un véritable mécanisme de garantie des dépôts actuellement bloqué par les banques allemandes

• Élargir la liste noire européenne des paradis fiscaux pour en faire une liste réaliste et exhaustive, y inclure les pays de l’UE qui répondent aux critères, obliger les paradis fiscaux européens (Luxembourg, Irlande, Pays-Bas, Malte, Chypre etc) à mettre fin à leurs pratiques fiscales déloyales, instaurer une frontière fiscale extérieure commune pour empêcher les profits non taxés dans l’UE de fuir vers des pays tiers (Bermudes, Îles Caïmans etc)

• Obliger les multinationales à déclarer publiquement leur activité pays par pays pour taxer vraiment leurs bénéfices, mettre fin à la directive « mère-filiale » qui facilite l’évasion fiscale, faire aboutir l’idée d’une assiette commune consolidée pour l’impôt sur les sociétés permettant une harmonisation par le haut. En attendant, refuser la taxe Macron/Moscovici sur le chiffre d’affaire des GAFAM et leur appliquer l’impôt sur les sociétés sur la base d’une ventilation par pays de leurs bénéfices mondiaux pour en finir avec l’évasion fiscale.

• Interdire aux banques toute activité dans les paradis fiscaux en retirant les licences bancaires en Europe de celle qui exercent dans ces paradis, interdire l’accès aux marchés publics aux entreprises ayant des activités dans les paradis fiscaux, sanctionner les entreprises ayant recours au paradis fiscaux

• Mettre en place l’impôt universel pour les particuliers au sein de l’Union, afin d’en finir avec l’évasion fiscale : chaque ressortissant paie des impôts dans son pays d’accueil, mais s’il en paie moins que dans le pays d’origine, il s’acquitte de la différence auprès du Trésor public du pays d’origine.

3.5. Faire des outre-mer la pointe avancée du progrès humain

• Transformer le statut des outre-mer de « régions ultra-périphériques » en « régions universelles de progrès » pour en finir avec le mépris et une vision européocentrée et pour en faire des passerelles de la coopération internationales avec leur environnement régional

• Refuser la baisse des fonds européens de la politique de cohésion, défendre l’augmentation des fonds de la politique agricole commune dédié aux outre-mer (POSEI) et non le baisser comme veut le faire la commission européenne

• Financer un plan de rattrapage social et environnemental, d’investissement public et de planification écologique dans les outre-mer

• Faire des outre-mer des territoires pilotes de la transition écologique en allant vers l’autonomie énergétique, l’autosuffisance alimentaire, la préservation de la biodiversité

4. CONSTRUIRE LA PAIX ET LES COOPERATIONS EN DÉGAGEANT LES FAUTEURS DE GUERRE


L’idée européenne est une promesse de paix. Mais les traités entretiennent la guerre économique et commerciale au lieu de la coopération. L’UE, soumise à l’OTAN, pousse à la guerre avec la Russie et s’accoquine avec des régimes infréquentables comme la Turquie. Son attitude au sujet des migrants en Libye a été jugée honteuse par l’ONU. Et les reculs des droits et libertés pour cause de lutte anti-terroriste ont été condamnés partout. Stop ! Nous avons besoin d’une Europe altermondialiste au service de la paix, de la sûreté et de la coopération dans le cadre de l’ONU. Elle doit commencer par stopper la marche à la guerre sur le sol européen.

4.1. Stop au libre-échange, vive le protectionnisme solidaire

• Promouvoir des relations commerciales internationales fondées sur le co-développement et la coopération, dans l’esprit de la Charte de la Havane de 1948 plutôt que sur la guerre économique qu’est le libre-échange

• Refuser tout nouvel accord de libre-échange européen (Mercosur, Japon, États-Unis, Australie-Nouvelle Zélande) et combattre la ratification de l’accord UE-Canada (CETA) par la France pour bloquer ce traité

• Instaurer une taxe carbone aux frontières de l’UE pour favoriser les productions écologiques et de proximité, et pénaliser les productions issues de pays ne respectant pas les normes écologiques européennes et le transport de marchandises sur longue distance

• Surtaxer les importations en provenance de pays ne respectant pas les conventions de l’Organisation Internationale du Travail ou avec des salaires trop bas, interdire l’importation de produits venant de pays aux conditions de travail inhumaines

• Donner la priorité aux productions locales dans les appels d’offres pour la commande publique

• Protéger les industries stratégiques contre le pillage par la finance (acier, énergie, numérique, télécom, transport, spatial etc.)

• Combattre l’hégémonie monétaire des États-Unis et l’utilisation du dollar à des fins géopolitiques et agir pour la construction d’un nouvel ordre monétaire international et d’une monnaie commune mondiale de réserve avec les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud)

4.2. Coopérer avec les pays en développement

• Porter l’aide publique au développement à 0,7% du PIB pour tous les pays européens

• Financer la lutte contre le changement climatique et l’action pour l’atténuation et l’adaptation à ses effets dans les pays en développement et les territoires insulaires ou côtiers

• Rejeter les « Accords de partenariats économiques » inégaux avec les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (APE) ainsi que les accords de pêches privant les pêcheurs de ces pays d’accès à la ressource

• Promouvoir les coopérations internationales pour le co-développement, construire un Partenariat méditerranéen en commençant par relancer la démarche 5+5 pour de nouvelles coopérations écologiques, universitaires, culturelles et économiques entre les pays de la Méditerranée occidentale (Portugal, Espagne, Italie, France, Malte, Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye)

• Soutenir les pays en développement souhaitant défendre leur souveraineté économique (souveraineté alimentaire, industrialisation, lutte contre l’évasion fiscale, la mainmise des multinationales, l’accaparement des terres), protéger l’écosystème et la biodiversité et engager la transition écologique, organiser la redistribution des richesses et revenus en faveur de l’économie populaire (paysannerie, entreprises locales etc.), développer des systèmes de santé et d’éducation pour tou.te.s

• Généraliser l’importation de produits issus du commerce équitable garantissant notamment un prix minimum aux producteurs par des mécanismes contraignants (quotas, normes, taxes)

4.3. Arrêter la guerre aux migrants, permettre à chacun de « vivre et travailler au pays »

• Organiser une conférence internationale sur les migrations, sous l’égide de l’ONU, combinant la lutte contre les causes de l’émigration, les réponses d’urgence, le soutien aux pays d’accueil, la préparation du retour des réfugiés et l’anticipation des millions de réfugiés climatiques des décennies à venir

• Combattre les causes de l’exil forcé qu’est l’émigration : stopper les accords commerciaux et économiques inégaux avec les pays en développement, lutter contre le changement climatique et soutenir l’adaptation à ses effets, agir pour mettre fin aux guerres

• Créer un corps européen civil de secours et de sauvetage en mer pour éviter les milliers de noyés en Méditerranée

• Sortir de l’impasse Schengen et Frontex : refonder la politique européenne de contrôle des frontières extérieures, refuser la militarisation de la politique de contrôle des flux migratoires et les accords honteux qui maintiennent les migrants dans des pays non démocratiques (Turquie, Libye) au mépris des droits humains les plus élémentaires

• Mettre fin aux règlements de Dublin qui placent les exilé.e.s dans des situations absurdes où ils ne peuvent ni rejoindre le pays qu’ils souhaitent ni être régularisés dans celui où ils se trouvent ! Refuser le principe de « pays tiers sûrs » visant à « sous-traiter » l’examen des demandes d’asile en contradiction avec le droit d’asile prévu par la Constitution française 

• Dans le cadre du Brexit, mettre fin aux accords du Touquet avec le Royaume-Uni, responsables de la situation des migrants à Calais

• Garantir le droit d’asile, accueillir dignement les exilé•e•s en mobilisant des financements européens et en permettant aux États qui le souhaitent de s’exonérer immédiatement des règles asutéritaires européennes, garantir l’accès aux droits fondamentaux et à l’asile, interdire le placement en centre de rétention d’enfants et familles

• Garantir le droit d’asile des personnes LGBTQIA sous statut de la Convention de Genève au sein du Régime d’asile européen commun en faisant respecter la décision de la Cour de justice de l’UE du 25 janvier 2018 condamnant la Hongrie pour ses pratiques de tests psychologiques sur les demandeurs d’asile LGBTQIA.

• Construire un programme pour l’aide au retour des réfugiés qui le souhaitent lorsque la situation de leur pays d’origine le permet.

4.4. Non à l’Europe de la guerre, construire la paix

• Agir pour un monde ordonné, réaffirmer que l’ONU est le seul organe légitime pour la sécurité collective aux yeux de la France

• Défendre la sortie de la France de l’OTAN et la fin de l’ingérence états-unienne en Europe

• Refuser l’Europe de la défense, à plus forte raison soumise à l’OTAN et tournée contre la Russie, relancer les négociations pour le renouvellement du partenariat stratégique avec la Russie gelées depuis 2008 sur la base de la coopération, du dialogue et de la sécurité commune

• Organiser une conférence européenne sur les frontières intérieures et extérieures de l’UE, la paix et la sécurité collective dans le cadre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour promouvoir la paix et la coopération transfrontalière (Irlande, Chypre, Hongrie, Autriche/Italie, Catalogne, Ukraine/Russie etc) 

• Relancer un processus international de désarmement nucléaire dans le cadre de l’ONU, abandonner le bouclier anti-missile de l’OTAN en Europe

4.5. Lutter contre le terrorisme, refaire de la sûreté un droit fondamental

• Défendre l’indépendance de la France, le principe d’une action de police et non militaire, et le renforcement des moyens de l’État pour lutter contre le terrorisme

• Saisir l’occasion du Brexit pour « dés-otaniser » et recontinentaliser nos politiques antiterroristes et de renseignement, notamment en termes d’architecture de notre dispositif et de renforcement de notre indépendance en matière de surveillance électronique 

• Refuser la soumission de l’UE aux États-Unis au nom de la lutte antiterrorisme (transferts unilatéraux de données personnelles, prisons secrètes de la CIA en Europe, espionnage de masse des institutions et dirigeants européens par les États-Unis etc.)

• Organiser un débat sur la hiérarchisation des menaces qui pèsent sur le continent et les budgets qui leur sont alloués (entre terrorisme, guerre de l’information, dérégulation des marchés, espionnage économique, etc.) et demander une évaluation européenne de la lutte contre la radicalisation imposée par Londres en 2005 et adoptée depuis par tous les grands pays de l’UE en mettant en balance son coût et ses risques de stigmatisation des populations musulmanes

• Promouvoir une analyse républicaine et laïque du phénomène terroriste

• Rééquilibrer les alliances entre services, de l’Est du continent vers le Sud de la Méditerranée

• Lutter contre le financement des réseaux terroristes, les mafias et la criminalité en col blanc par le contrôle des mouvements de capitaux et le renforcement des moyens des administrations fiscales, police, justice et douanes

• Garantir le respect des libertés fondamentales et l’intervention préalable du juge dans toutes mesures de restriction de ces libertés

• Proposer une directive pour une meilleure protection des données personnelles avec notamment la remise à plat du PNR (Passenger Name Record)

5. ETENDRE LES DROITS ET LIBERTES EN DÉGAGEANT LES RÉACTIONNAIRES !

 

L’Union européenne ne protège pas les libertés. Elle reste silencieuse devant la montée des extrêmes-droites même quand celles-ci participent à des gouvernements nationaux ! Elle refuse brutalement les politiques anti-austérité mais s’accommodent des politiques contraires aux droits humains ou à l’égalité et de la présence de l’extrême-droite dans plusieurs gouvernements. Mme Merkel et M. Juncker sont membres du même parti européen que le dictateur hongrois Viktor Orban ! Ça suffit !

5.1. Promouvoir l’égalité

• Défendre les droits des femmes et agir pour l’égalité femmes-hommes : appliquer la clause de l’européenne la plus favorisée proposée par le mouvement féministe pour harmoniser par le haut les droits des femmes en Europe, soutenir le projet de directive sur l’égalité inscrivant dans le droit européen le congé paternité de 10 jours et le droit à un congé parental individuel de 4 mois rémunéré à 50% du salaire, imposer dans les conditions d’accès aux marchés publics le respect de l’égalité salariale

• Faire aboutir le projet de directive globale et universelle de l’UE contre toutes les discriminations, bloqué depuis 2004 par les gouvernements conservateurs, et combattre ainsi toutes les formes de racisme et de discriminations, liées aux origines, au handicap, à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre

• Permettre les reconnaissances mutuelles des droits des familles vers l’égalité des droits pour les couples (unions civiles, mariages) et pour le régime de la filiation (reconnaissance par l’UE de l’homoparentalité, des enfants nés par procréation médicalement assistée).

• Garantir que dans les actes de l’UE, la notion de mariage vise l’union légale entre personnes de même sexe ou de sexe différent.

5.2. Agir pour les libertés et l’émancipation

• Faire appliquer le principe de laïcité aux institutions de l’Union européenne, refuser l’expression de chefs religieux dans les institutions, le financement d’organisations religieuses avec des fonds européens, et le « dialogue avec les Églises » prévu par le traité de Lisbonne. Défendre l’abolition du délit de blasphème dans les pays européens où il existe encore

• Reconnaître le droit à l’avortement et à la contraception comme libertés fondamentales dans toute l’UE

• Faire appliquer dans les États de l’UE le principe d’autodétermination du genre préconisé par la Résolution n°2048 de 2015 du Conseil de l’Europe et interdire les mutilations de personnes intersexes

• Protéger les données personnelles contre les géants du numérique, la marchandisation et interdire l’export hors de l’UE des données personnelles collectées dans l’UE

• Proposer une directive d’humanisation et de meilleur contrôle des conditions carcérales en se fondant sur les situations les plus favorables aux droits des personnes dans les différents pays de l’UE et selon les critères suivants notamment : taux d’occupation, accès à la culture/éducation/citoyenneté pour les personnes détenues, contrôle par l’autorité judiciaire des conditions de détention avec moyens contraignants en cas de conditions inhumaines et dégradantes

• Garantir la neutralité du net en Europe comme une liberté fondamentale face aux pressions et aux régressions aux États-Unis, garantir l’égal accès à un internet libre et ouvert, imposer le développement des logiciels libres et de matériel informatique écologique dans les institutions européennes, exiger la transparence des algorithmes d’intelligence artificielle

5.3. Porter une ambition culturelle et éducative digne du 21e siècle

• Défendre l’usage de la langue française dans les institutions européennes et promouvoir le multilinguisme contre le tout anglais

• Accorder à chaque jeune européen entre 16 et 25 ans une allocation d’autonomie d’une durée d’un an pour étudier, se former, travailler dans un autre pays européen

• Élargir le programme Erasmus à l’ensemble des pays francophones y compris hors d’Europe, construire un espace international solidaire grâce à l’augmentation des bourses européennes de mobilité et des places en résidence étudiante et à des dispositifs d’accompagnement pédagogique et administratif, en particulier pour les migrants et réfugiés

• Protéger l’exception culturelle et l’étendre à la sphère numérique en brisant le monopole des GAFAM, augmenter les budgets pour la culture, garantir le droit des artistes à vivre de leur travail et l’accès pour tous, créer des Centres de recherche artistiques européens dans les domaines des arts vivants (danse, théâtre, musique), du cinéma, des arts plastiques

• Créer des réseaux européens pérennes de recherches sur les grands enjeux de société liés à la transition écologique et sociale de nos sociétés, créer des laboratoires de recherche publique européens dans les domaines de la santé, des sciences de l’éducation, de l’environnement, de l’énergie, de la mer et de l’espace, augmenter l’effort financier en faveur de la recherche, sanctuariser et renforcer le financement public de la recherche fondamentale

• Augmenter les budgets européens alloués à la recherche publique et harmonisés avec l’enseignement supérieur avec un objectif de 3% du PIB. Refonder radicalement la politique européenne de l’enseignement supérieur et de la recherche afin de promouvoir la sécurité des statuts sociaux, la collégialité, la diversité des recherches, et redonner aux scientifiques le droit au temps long dont ils ont besoin

• Défendre le droit à la gratuité d’accès à l’Université en Europe, créer un réseau labellisé d’ « Universités européennes » reposant notamment sur le principe de gratuité d’accès, de l’échange entre chercheurs et citoyens, les recherches participatives avec par exemple l’expérimentation de conseils d’orientation associant citoyens tirés au sort, associations et chercheurs

• Créer une plateforme européenne de publication scientifique gratuite et libre d’accès gérée par les chercheurs

201 réponses à “Texte programmatique pour les élections européennes

  1. Paragraphe 5.2 sous l’alinea « Protéger les données personnelles….collectées dans l’UE », proposition :
    Œuvrer à la création d’un « Comité d’éthique » chargé de contrôler, voire de lutter contre la généralisation des algorithmes fermés dans tous les secteurs de la société (recherche d’emploi, recrutement, accès aux établissements d’enseignement, sécurité, police prédictive, justice, accès au crédit, assurances, etc.). Exiger la transparence des variables et des données utilisées, évaluer régulièrement l’impact de ces outils mathématiques sur les utilisateurs afin d’en corriger les effets pervers, …

  2. Nous n’aimons pas nos enfants…
    Le changement climatique et ses conséquences sont les questions les plus redoutables que la société humaine va avoir à affronter. Ce que nous engendré est inadmissible.

    NOUS, ce que traduit l’ANTHROPOCENE ? NOUS depuis la révolution industrielle ?
    Non, EUX ou plus précisemment les conséquences du mode de production capitaliste et de son moteur (profit optimum et à court terme), résumé dans le terme CAPITALOCENE.

    Cette différence d’approche est capitale. En introduisant ce récent concept porté par la communauté scientifique, nous avons alors la possibilité de rendre notre campagne fort ORIGINALE. Non seulement nous serons les seuls à porter la nécessaire et légitime bifurcation écologiste, mais nous mettons à mal les autres approches (en particulier les pseudos écologistes (E.E.L.V)) qui veulent nous vendre le capitalisme vert, à coup de green bonds et de cat bonds !

    Le dernier rapport du G.I.E.C, conjugué à ce terme de CAPITALOCENE qui met le système au banc des accusés nous offre une formidable opportunité ! Est invalidé totalement la construction politique de l’UE dans ses dogmes : libre concurrence et non faussée, libre circulation des capitaux et des marchandises, BCE indépendante, refus de l’harmonisation fiscale et sociale, pouvoir des lobbyistes qui sont des écocides, traités de libre échange marqueurs d’empreinte carbone réduisant à néant les économies locales et engendrant des flux migratoires, etc…

    AXONS LA CAMPAGNE SUR LES EFFETS DE BORD DU CAPITALOCENE ET SUR NOS PROPOSITIONS DE TRANSITION ECOLOGIQUE EXIGEANT POUR SE REALISER DE SORTIR DE L’ORTHODOXIE LIBERALE ET DONC DES TRAITES !

    Il nous faut pousser l’idée que la transition écologique est LA SOLUTION pour répondre à l’urgence environnementale, économique et sociale. Mais cela ne se fera pas sans les européens. D’ou l’exigence également de DEMOCRATIE. Mettre en exergue que chômage, misère, guerres, compétitions incessantes, flux migratoires contraints, environnement peuvent être annihilés par une révolution citoyenne européenne.

    Dans le même temps, certains mots d’ordre doivent être urgeaient arrêtés :

    Partager les richesses ? NON : seul le travail est créateur de richesses et par conséquent la richesse produite par le collectif humain doit intégralement retournée vers ceux qui l’a créent, vers ceux qui l’ont créee (retraités) et vers ceux qui l’a créeront (notre jeunesse).
    Partager le travail ? NON car le travail est infini surtout par rapport à la maitrise d’ouvrage et à la maitrise d’oeuvre nécessaires pour accomplir la transition écologique (travail vertueux). Penser un seul instant aux chantiers qu’attend la communauté humaine : dépollution des sols, dépollution des rivières, dépollution des océans, dépollution de l’espace (nombreuses entités errantes), migration de l’agriculture pro-business vers l’agriculture bio, rendre les villes respirables, socialiser les villes, diffuser les noeuds de surpopulation (mégapoles, métropoles), réhabiliter le logement, développer les transports en commun, redéployer les services publics de proximité, passer aux énergies renouvelables, migrer nos modes de production, de consommation, de distribution, introduire la coopération, etc… IMMENSE ! Il faut sortir de cette approche capitalistique du travail qui considère travail uniquement le travail qui valorise le capital. NON le travail abstrait et le travail concret est du travail !

    Comment financer tous ces chantiers permettant au final de réhabiliter notre jardin et de promouvoir un nouvel ordre civilisationnel humaniste sur l’espace européen (amorce mondiale) ? Et bien en sortant des traités, en mettant fin à l’indépendance de la BCE, en rendant l’UE démocratique !
    Les économistes attirés (http://www.atteres.org/home article : Comment financer la transition écologique ?) valorisent les besoins de financement à hauteur de 440 milliards d’euros pendant 10 ans sur l’espace européen (65 milliards pour la France soit environ 3% du PIB). Comparer avec l’enveloppe ridicule d’Edouard Philippe : 500 millions d’euros !

    15364 scientifiques de quelques 85 pays ont signé un appel il y a exactement 1 an en disant « c’est le denier avertissement » : si on ne change pas maintenant c’est foutu. Nous sommes à un stade particulier de l’anthropocène généré par le capitalocène, à la fin de l’anthropocène. Il y a urgence à se conscientiser et à exiger la bifurcation ! Il faut donc entendre ou, mieux comprendre : ou nous dépassons l’anthropocène ou c’est terminé…l’espèce humaine s’éteindra. Certes la vie reprendra le dessus mais sous une autre forme.

    Nous aurons été les auteurs, témoins et fossoyeurs de ce qui nous a engendré : le hasard et la continence.

    Aimons nous nos enfants ?

  3. Rémy Drouet, 68, rue du Landas, 44640 St Jean de Boiseau, adhérent de la FI et membre du collectif « Pour
    que l’être humain soit la finalité de l’économie » collectif sympathisant de la FI
    Si nous voulons qu’aux élections européennes les français et les peuples de l’union ne votent pas pour la droite
    et son extrême, il faut absolument bien leur expliquer que les chômeurs et les travailleurs pauvres de nos
    pays développés, et les migrants ont une même et principale cause :
    L’ARGENT érigé en FINALITE et sa terrible GUERRE ECONOMIQUE
    1 -qui, dans nos pays développés, oblige à utiliser le PROGRES TECHNIQUE pour EXCLURE les gens du
    travail d’où toujours moins de PME, d’agriculteurs, d’ouvriers, d’employés, mais TOUJOURS plus de
    chômeurs déguisés en travailleurs pauvres comme en Angleterre, Allemagne, USA, etc,
    2-qui oblige au gaspillage PRODUCTIVISTE pillant les ressources mondiales et qui fait que si tous les pays
    du monde avaient ce gaspillage il faudrait 3 TERRES à l’ humanité, et cela se fait au DETRIMENT de
    notre Terre et des pays pauvres ce qui favorise l’ EMIGRATION
    3-qui privant les exclus du travail d’un revenu suffisant pour vivre, génère la DEGRADATION du
    comportement humain : corruption, drogue, agressions pour vol,exploitation de tout ce qui peut devenir
    marchandise comme la violence et l’irrespect des autres, par la télé, le cinéma, les jeux-vidéos violents, etc,
    Considérant que ce n’est pas l’argent qui permet de créer biens et services mais uniquement les matières
    premières de la Terre et le tr avail des humains et du progrès technique qu’ils ont inventé, en
    conséquence, nous proposons à la France et à l’Union européenne un grand débat, afin :
    que l’ARGENT devienne un MOYEN et l’ ETRE HUMAIN une FINALITE
    pour que cette INHUMAINE guerre économique soit remplacée par la COOPERATION entre les
    entreprises de l’Union et par suite du Monde, pour permettre que chaque pays puisse produire et consommer
    ce qu’il produit, au lieu d’échanges nuisibles à la Terre et aux entreprises qui ferment, afin :
    1- que les peuples de l’Union ne soient plus PRIVES des BIENFAITS du progrès technique mais au
    contraire, puissent travailler moins mais tous, et mettre davantage de personnel où il y en a tant besoin, au
    lieu de voir des gens démolis par trop de travail et d’autres démolis par manque de travail et que soient
    assurés à chacun les biens et services nécessaires à la vie
    2- que cesse le GASPILLAGE PRODUCTIVISTE de nos pays développés : produire pour les besoins
    nécessaires à la vie et non produire pour pérenniser un système financier d’exclusion et prédateur et ainsi
    SAUVER notre TERRE et AIDER enfin VERITABLEMENT les HABITANTS des pays pauvres à
    PRODUIRE chez EUX, bien et services nécessaires à la vie au lieu qu’ils prennent le DUR CHEMIN de l’
    EMIGRATION !!!
    3-que les peuples reprennent CONFIANCE dans cette VERITABLE DEMOCRATIE car celle-ci sera
    LIBEREE de la domination de l’argent , reprennent confiance dans cette VERITABLE UNION
    européenne, car celle-ci sera LIBEREE de la guerre économique qui sera remplacée par la
    COOPERATION entre les entreprises et les peuples , BASE d’une VERITABLE UNION !!!

  4. Dans 1.3

    – Accorder le droit de vote aux élections européennes à tout ressortissant d’un pays hors UE qui détient un titre de séjour d’un pays membre de l’UE, d’une durée égale ou supérieure à cinq ans.

    L’esprit de cette proposition serait de permettre aux personnes qui immigrent en Europe de participer à la vie démocratique du continent et d’être dûment représentées au parlement. Par extension, d’anticiper les flux migratoires à venir (réfugiés climatiques, entre autres) en autorisant les immigrants qui construisent un projet en Europe à agir sur la politique de leur terre d’accueil, dans le cadre des institutions. D’éviter de créer une sous-caste d’européens partiellement dotés de droits vs les citoyens « légitimes », dans un rapport conflictuel et délétère.

  5. Bonsoir,
    Depuis le lancement de la procédure programmatique pour les élections Européennes, les groupes d’action n’ont pas été directement consultés, voire même interrogés. Sympa pour ceux qui s’y retrouvent et essayent de mettre en pratique les diverses décisions et propositions issues des conventions. Au moins ils n’ont pas eu à réfléchir et tenter d’homogénéiser leur position. Cela évite ainsi les débats, la formation ….
    Mais, nous avons, royalement, du 14/11 au 20/11 pour contribuer. Trop sympa. Merci.
    Alors, allons-y !
    Visiblement gros boulot, avec idées-forces, arguments, exemples.
    C’est riche, détaillé, souvent précis , parfois un peu trop martelé ; mais tous les domaines des lois possiblement discutées au Parlement sont abordés.
    A une exception près : aucune allusion au montant du budget Européen, donc à la contribution de chaque pays . On conserve le traité qui le définit ?.
    Et avant d’effleurer les quelques points qui me gênent, une question : quel mot qui ne figure pas dans ce texte écrit-on avec 2A, 2L, 2R, et I,E,U, T ?

    Sur le sommaire :
    Le langage de cour de récréation ne me semble pas convenir à un mouvement qui prétend réformer l’Europe, ou à la rigueur gagner quelques députés ou maires. Donc je souscris pleinement aux propositions précisant le vocabulaire et supprimant ce mot « dégage », et ses déclinaisons.

    Sur l’introduction :
    – § Le bonheur… : On conserve l’idée de Nation ? pourquoi pas le nationalisme, à y être ….
    – § L’Europe court au désastre… : Le Brexit me semble, au contraire, la preuve que les anglais ne se sont pas, majoritairement , sentis assez représentés par l’ultralibéralisme que l’Angleterre a pourtant constamment soutenu depuis son entrée dans la CEE en refusant toute mesure d’homogénéisation sociale ou fiscale.
    – § Envoyons au Parlement…. Un seul eurodéputé a vraiment interdit la pêche électrique ?. Avec 10 élus, à nous la présidence du Parlement !.
    – § Pour cela, il faut sortir des traités européens : de tous ? ou bien desquels ? Ont-ils un nom ? Un peu de précision ne nuirait pas à la clarté du discours. Nous sortons des traités fondateurs ?. Gênant quand même: Pour conclure des traités, il faut en accepter.
    La répétition, à 5 lignes de distance, de la référence à l’Avenir en commun est pesante.
    La déclinaison des têtes de chapitre conclut classiquement l’introduction, mais supprimer ce mot dégage – inutilement violent- s’impose aux humanistes que nous sommes.
    – § Sortir des traités … L’explication Plan A/Plan B mérite de figurer ; même si la clarté de la démonstration m’échappe. Par contre son emplacement est à revoir. Sa place est plutôt dans le chapitre 1.
    Chapitre 1
    1.1 le .3 est en contradiction avec le .7 du 3.4 : être un paradis fiscal est un intérêt vital pour les pays cités, qui ont donc le droit de déroger aux règles européennes, si notre programme est appliqué.
    1.2 .1 ligne 3 Clause de « la nation européenne la plus favorisée »
    .3 : attaque contre l’Allemagne inapplicable en vertu du .3 du 1.1 ci-dessus . La phrase fourre-tout qui clôt ce point se retrouve largement ailleurs, mieux placée.
    1.3 .1Dénoncer la cogestion me semblerait plus correct. En même temps, il faudra bien trouver des majorités, donc cogérer de temps en temps…..
    .3 Le jour où il y a une ICE rétablissant la peine de mort et généralisant l’interdiction de l’avortement, faudra réagir très vite pour faire une contre-ICE.
    1.4 .4 et pourquoi pas de la Banque de France, de celle d’Italie ?

    Chapitre 2
    2.1 .1 Indicateurs de bien-être humain, et non pas de progrès ( vers le transhumanisme ?)
    .3 citer le taux de matière organique optimal. CF remarques faites le 14/11 à Alès
    2.3 .4 de quel traité faudra-t-il s’extraire pour imposer un contrôle de la chaine de création d’un prix de vente ?
    Chapitre 3
    3.3 .4 : donc acheter du dollar. Et qu’en fera-t-on ?

    Chapitre 4
    Le régime russe, que nous devrions protéger des manœuvres de l’OTAN, est donc plus fréquentable que celui de Turquie ? Soit on parle des peuples, soit on parle de leurs dirigeants.
    4.1 Je comprendrais eux le protectionnisme solidaire s’il était décrit comme « réciproque »
    4.2 .1 Réserver l’aide publique au développement à l’Europe en consacrant – sur les fonds versés par chaque pays à l’Europe- 0.7% du PIB au développement empêcherait que Bouygues soit désigné pour consommer des aides françaises en Afrique.
    4.3 au . 4, citer aussi l’Algérie et le Maroc dont l’attitude envers les migrants n’est pas recommandable non plus, même dans une mesure moindre qu’en Lybie ou Turquie.
    au .6 : une idée de solution ?
    4.4
    Oups, minuit 2, nous sommes déjà le 20; tant pis pour les 4 suggestions qui me restaient

  6. Merci pour ce travail ! Voici quelques propositions complémentaires.

    1) Dans le §5.2 : « Protéger les données personnelles contre les géants du numérique, la marchandisation et interdire l’export hors de l’UE des données personnelles collectées dans l’UE ». Ajouter : En particulier les données personnelles des élèves / étudiant⋅e⋅s collectées lors d’activités numériques.

    2) Dans le §5.3 : « Protéger l’exception culturelle et l’étendre à la sphère numérique en brisant le monopole des GAFAM ». Ajouter : Créer un fonds européen finançant les alternatives libres aux GAFAM (à l’image des outils développés par framasoft). Ajouter : Créer un comité d’éthique évaluant les algorithmes utilisant les données personnelles dans les domaines de l’assurance, de la santé, de l’éducation, …

    3) Dans le §5.3 : « Refonder radicalement la politique européenne de l’enseignement supérieur et de la recherche afin de promouvoir la sécurité des statuts sociaux, la collégialité, la diversité des recherches, et redonner aux scientifiques le droit au temps long dont ils ont besoin ». Remplacer « scientifiques » par « chercheur » : dans toutes les disciplines, les chercheurs ont droit au temps long. Expliciter peut-être la raison pour laquelle c’est le temps court qui domine (obligation de publication fréquente, recherche constante du financement, etc.) ?

  7. Voici mes commentaires sur la partie n°2 du programme :

    2. PROTEGER L’ECOSYSTEME ET LA SANTÉ EN DÉGAGEANT LES LOBBYS

    2.1. Protéger l’écosystème, la santé, les biens publics, et les animaux

    • Introduire et généraliser l’évaluation des politiques publiques sur d’autres critères que le PIB en imposant des Indicateurs de progrès humain : Dans quel cadre aujourd’hui l’Europe évalue-t-elle les politiques publiques en fonction du PIB ? Quel cadre est proposé pour évalue sur d’autres indicateurs ?
    • Instaurer la règle verte au niveau européen c’est-à-dire l’interdiction de prélever davantage à l’écosystème que ce qu’il est capable de supporter : Point important du programme de l’avenir en commun, mais trop vaste. Il faut le compléter avec des pistes de moyens pour instaurer cette règle verte, notamment les moyens institutionnels disponibles à l’échelle de l’Europe pour surveiller ce qui est prélevé à l’écosystème.
    • Atteindre la neutralité carbone en 2050 (émissions de CO² inférieures à ce que l’écosystème peut absorber) et réviser les objectifs nationaux, européens et mondiaux de réduction des émissions adoptés lors de la COP21 pour atteindre cet objectif, revoir à la hausse les objectifs de part d’énergies renouvelables (quel objectif aujourd’hui fixé aujourd’hui ? Je crois qu’il n’y en a pas à l’échelle de l’UE. Préciser ici que nous donnons pour objectif 100% de renouvelables) et d’amélioration de l’efficacité énergétique (qu’est-ce que cela signifie ? s’il s’agit d’efficacité énergétique du bâtiment, préciser, sinon détailler) à horizon 2030. L’association Negawatt travaille actuellement sur un scénario européen pour information.
    • Faire adopter une charte européenne des droits des animaux et lutter contre la maltraitance des animaux : interdiction des élevages en batterie, limitation du nombre d’animaux par exploitation pour empêcher les fermes des 1 000 vaches par exemple, interdiction des sévices sur animaux vivants. L’étude de Solagro « Afterres 2050 » montre qu’en France, si l’on interdit l’élevage intensif et que la viande mangée par les Français est 100% française, on pourrait manger de la viande 3 fois par semaines. Il est donc important en parallèle de cette proposition sur l’élevage de faire d’autres propositions pour réduire notre consommation carnée, comme par exemple à travers la restauration des écoles et d’entreprises.

    2.2. 100% d’énergies renouvelables, en Europe aussi !

    • Engager un plan d’investissement dans les économies d’énergies (c’est vaste, par exemple ?) et les énergies renouvelables, financé par la Banque centrale européenne
    • Abandonner le marché carbone et le remplacer par des interdictions et taxations (à préciser, notamment suite au mouvement du 17 novembre il est important de préciser ce qu’on veut taxer) car ces méthodes sont plus efficaces et plus démocratiques
    • Mettre en place une taxe carbone pour favoriser les productions écologiques et de proximité sur le déménagement du monde. Sujet à compléter avec les propositions sur le libre-échange

    2.3. Transformer la Politique agricole commune en PAC écologique pour une alimentation de qualité

    • Développer l’agriculture écologique et paysanne : transfert massif des subventions de la PAC vers les petites exploitations et l’agriculture bio, plafonnement des aides pour les grosses exploitations, renforcement des aides à la conversion vers l’agriculture bio. Les subventions de la PAC sont aujourd’hui indispensables à beaucoup de grosses exploitations. Avant de transférer les aides, ce qui pourrait être un pbm économique, il faudrait accompagner les grosses exploitations dans le changement, et essayer aussi de développer des exploitations agricoles qui fonctionnent sans (ou très peu) de subventions.
    • Interdire les agrocarburants qui entrent en compétition avec les usages alimentaires : d’après le scenario Afterres 2050 de Solagro, les biocarburants sont moins en compétition avec les usages alimentaires que les céréales destinées à l’alimentation du bétail. Ils préconisent d’ici 2050 de diviser par 2 les agrocarburants, je trouve que le mot interdire est un peu fort et réduire suffirait.

    2.4. Mettre en place une planification écologique européenne

    • Défendre un aménagement écologique et social du territoire : refus de la métropolisation (qu’est-ce que sous-entend le mot métropolisation ? les métropoles n’ont pas qu’un impact négatif… permet aussi de relier les espaces ruraux, avoir des services publics dans des zones délaissées, etc… ce mot n’est pas très clair), amélioration des conditions de vie (quel est le rapport avec l’aménagement écologique du territoire ? c’est avant tout un problème d’inégalité sociale), d’activité et d’accès au service public dans les zones rurales et les quartiers populaires, lutte contre l’imperméabilisation des sols par l’urbanisation et leur appauvrissement par les pratiques agricoles destructrices et soutenir à ce titre la revendication de la campagne People4Soil et une directive-cadre sur les sols européens, afin de préserver leur vie, leur fertilité et leur capacité absorbante
    • Construire une Europe « 0 déchet » par la réduction des déchets à la source et le soutien à l’économie circulaire avec recyclage, consigne ou compostage obligatoire, lutte contre le suremballage et l’obsolescence programmée. Interdire l’exportation de déchets européens hors de l’UE qui sont aujourd’hui en majorité envoyés en Asie (papiers, cartons) et en Afrique (électronique)

  8. Il y a beaucoup à dire.
    Dans l’introduction : supprimer humaniste (bisounours catho), actuels dans traités actuels, projet de civilisation (quelle civilisation?), Merkel (elle n’est pas toute seule, c’est une coalition chrétiens-démocrates sociaux-démocrates). Remplacer aspect austéritaire par austérité. Après extrême-droite ajouter notamment sur la libre circulation et d’installation des étrangers non communautaires. Remplacer les nationalistes progressent par le xénophobie progresse. Supprimer la phrase sur Macron. Mettre « remplacement des services publics par des services privés lucratifs » à la place de « destruction du service public de la SNCF ». Mettre : « évasion fiscale généralisée malgré la forte diminution des impôts sur les revenus des riches et des impôts sur les sociétés » à la place de « évasion fiscale quotidienne ». Mettre « poursuite de l’agriculture chimique industrielle » à la place de poursuite du glyphosate.
    Dans 1. : Ajouter La Grèce a été étranglée par un coup d’état financier après un vote populaire contre les mémorandums de la troika formée de dirigeants européens autoproclamés et étrangers (FMI et BM). 1.2 : Changer redevenir par devenir souverains. Sur la PAC : proposer un salaire à tous les paysans (avec une aide de la PAC à la personne et non à l’hectare). Favoriser financièrement les agricultures marginales en construction (doublon avec 2.3). 1.4 : Les textes proposés par la commission ou par un député du parlement européen doivent être débattus et acceptés ou rejetés par les parlements nationaux (avec priorité du parlement national).
    Dans 2. : remplacer aggravante par aggravant. Remplacer « créations d’emplois et de lutte » par « de lutter ». corriger-etc par -, etc.-. 2.1 : remplacer états dans « juger les états » par gouvernements. Supprimer l’exemple de la fermes 1 000 vaches en France. Ajouter protection des batraciens et petits mammifères (en général la faune sauvage). 2.2 : remplacer institut européen par un Commissariat européen aux énergies renouvelables, CER). Ajouter « sans dérogations » à la taxe carbone et supprimer « déménagement du monde ». 2.3 : supprimer « alimentation de qualité » beaucoup trop vague. Remplacer refus du modèle par suppression des aides publiques à l’agro-business. Suppression des aides aux grandes exploitations. Subventions à la personne et non à la surface. Ajouter sortie des pesticides et des OGM par mesure de précaution. Supprimer le principe de la concurrence dans le domaine alimentaire comme pharmaceutique. Soutenir la recherche et l’enseignement de l’agroécologie en créant un institut de recherche européen et en supprimant les subventions aux recherches productivistes non bio et non écologiques. Sortir des engrais chimiques héritages des guerres mondiales. Mettre interdire les agrocarburants avant l’interdiction d’importation. 2.4 : Remplacer « élaborer un plan de ferroutage » par Rendre obligatoire le ferroutage (comme en Suisse) sur longues distances et trans-frontaliers. Taxer le kérosène pour les avions desservant des lignes intérieures. Développer l’aviation à hélice moins énergivore. Taxer les avions pollueurs comme les voitures polluantes ainsi que les bateaux polluants. Supprimer les carburants bas de gamme.
    Dans 3.2 : ajouter nationaux à monopoles publics (exemple le bien commun constitué par la Société Nationale des Chemins de Fer, SNCF en France). Ajouter après « Stopper les politiques d’austérité budgétaires pour financer les services publics » gratuits (école) et permettre l’augmentation des cotisations sociales pour maintenir le régime général de sécurité sociale, un bien commun en France (pour la santé, les services aux personnes âgées et en fin de vie). Remplacer « Protéger la sécurité sociale et les retraites contre les logiques austéritaire, la hausse du recours aux assurances privées et la réduction du périmètre de la protection sociale solidaire » par « Développer la sécurité sociale généralisée pour tous grâce à des cotisations obligatoires et la retraite par répartition dans tous les pays européens contre des logiques libérales inégalitaires ». 3.3 : changer relocation par relocalisation. Ajouter à « par la Banque centrale » par la Banque centrale et géré par une banque nationalisée (Caisse et dépôts?). Remplacer « autoriser le rachat de la dette publique » par Augmenter le rachat des dettes publiques illégitimes. 3.4 : Insister sur « interdire l’accès aux marchés publics aux entreprises ayant des activités dans les paradis fiscaux, sanctionner les entreprises ayant recours aux paradis fiscaux » en faisant un paragraphe à part. Ajouter direct et progressif à « l’impôt universel pour les particuliers ». Créer des TVA européennes avec les mêmes taux. 4. : Supprimer « L’idée européenne est une promesse de paix. ». En effet, c’est la paix notamment par le désarmement de l’Allemagne qui a permis l’UE et non l’inverse. Ajouter comme régime infréquentable Israël avec qui l’UE a plus de relations qu’avec la Turquie. Ajouter à « Elle doit commencer par stopper la marche à la guerre sur le sol européen. » en refusant la création d’une armée européenne et en dénucléarisant le territoire européen. 4.1 : Ajouter à « interdire l’importation de produits venant de pays aux conditions de travail inhumaines » et ne respectant pas le Droit international, les Conventions de Genève et les résolutions de l’ONU, par exemple l’État d’Israël depuis 1949. 4.2 : Remplacer « Porter l’aide publique » par Organiser l’aide publique au développement de tous les pays à 0,7 % du PIB (par la Commission et le contrôle du Parlement) avec création d’une Agence Européenne pour le Développement (comme l’AFD en France). Supprimer Méditerranée occidentale. Chercher à associer des pays du Nord de l’Europe volontaires.
    4.3 : Ajouter : Assurer la Liberté de circuler et de s’installer avec une plus facilité d’obtention des visas Schengen de courte durée. Arrêter le délit de sale gueule. 4.4. Remplacer « monde ordonné » par monde pacifié. Remplacer « Relancer un processus international de désarmement nucléaire dans le cadre de l’ONU » par Ratifier le traité sur le désarmement nucléaire de l’ONU et commencer la sortie de la force de frappe dissuasive française avec le contrôle de l’UE et de l’ONU (AIEA).
    4.5 : Supprimer « Défendre l’indépendance de la France, le principe d’une action de police et non militaire, et le renforcement des moyens de l’État pour lutter contre le terrorisme ». Nous avons vu comment les moyens de l’état d’urgence intégrés maintenant dans les lois françaises pouvaient être utilisées contre l’opposition politique au gouvernement Macron. Supprimer « Saisir l’occasion du Brexit ». À la place d’Organiser un débat écrire Lutter contre les vraies menaces : la dérégulation des marchés, l’espionnage économique, les piratages informatiques, les virus et sites malveillants au niveau européen. Remplacer « Promouvoir une analyse républicaine et laïque du phénomène terroriste » par Promouvoir une analyse des risques terroristes venant de Turquie (contre des kurdes), du Moyen-Orient et Maghreb, du narcotrafic, des mafias européennes, etc. Renforcer une douane européenne notamment dans les ports européens et français (contrôle des conteneurs notamment). 5.3 : Ajouter : Respecter les langues européennes et embaucher des traducteurs et des correcteurs des textes traduits électroniquement, franciser systématiquement les termes techniques utilisés. Ajouter « à une allocation d’autonomie d’une durée d’un an » renouvelable 2 fois ou de 2 ans. Le programme Erasmus élargi hors d’Europe pour les français dans les pays francophones, les Portugais dans les pays lusophones et les Espagnols dans pays hispanisants ? Ajouter : Créer un service de bourses européennes avec choix des niveaux et des pays. Augmenter les budgets de la recherche par des aides européennes aux institutions et non à des projets de courts termes. Aider la coopération entre laboratoires pour l’investissement de matériels européens et la mobilité des personnels de la recherche. Arrêter des projets de recherche développement dangereux et inutiles. Assurer une meilleure répartition des subventions (par quota ?) avec des jurys n’ayant pas de conflits d’intérêts. Faciliter l’obtention de brevet européen.

  9. Contribution du comité d’appui d’Aubervilliers
    De manière générale le texte est approuvé par les personnes présentes mais il est ressenti comme écrit par et pour des initiés. Ce qui en rend la compréhension immédiate parfois difficile.
    Introduction:
    Référence (Saint-Just) à préciser: » Le bonheur est toujours une idée neuve en Europe !  »
    1.2
    -« mieux-disant »: terme pas assez clair
    -la clause de « l’européenne la plus favorisée » : il faudrait mettre toute la référence entre guillemets et préciser la source. Ce qui donne: « la clause de l’européenne la plus favorisée » proposée par des mouvements féministes
    -la troïka: non compris par tout le monde. A modifier ou à préciser.
    -Étoffer l’avant dernier alinéa ainsi: « Favoriser les politiques agricoles en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique et refuser les coupes aveugles dans la Politique Agricole Commune (PAC) et les fonds de cohésion et de solidarité régionale prévues dans le budget 2021-2027 proposé par la Commission ».
    Ajouter cet alinéa: . »Obliger les lobbies financiers à publier leurs comptes (ressources et dépenses) »
    1.3 Le terme « dégager » a-t-il sa place dans un programme?
    2. Titre: Le terme Santé pose question : il ne s’agit pas de médecine ou de sécurité sociale, mais d’impacts environnementaux. Nous proposons: PROTEGER L’ECOSYSTEME ET PRESERVER LA SANTE DE TOUS EN DEGAGEANT LES LOBBYS
    -après COP21 rajouter « conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques »
    2.1 Compléter « Faire adopter une charte européenne des droits des animaux… » en rajoutant « contrôle des abattoirs »
    -Préciser l’origine du terme « 3R »
    – Adopter un plan de sauvegarde pour la biodiversité en Europe intégrant la protection des abeilles et oiseaux, la gestion durable des forêts et la préservation des forêts primaires, ainsi que les trésors de biodiversité notamment dans les outre-mer pour enrayer la nouvelle vague d’extinction des espèces: phrase trop longue et donc complexe.
    – « Brevetabilité du vivant » peu clair. Transformer la phrase en utilisant « Biens communs de l’humanité » ?. Cela pourrait donner: Interdire la brevetabilité du vivant et exiger du Luxembourg qu’il renonce à la possibilité de privatiser les ressources, biens communs de l’humanité,trouvées dans l’espace.
    -« Proposer un plan européen de sortie concertée du charbon et du nucléaire dans l’UE pour aller vers 100% d’énergies renouvelables en 2050 » : Vérifier que nous parlons bien d’énergie et pas d’électricité. L’électricité ne fait qu’environ 25% de l’énergie consommée en France. Il est possible de basculer toutes nos énergies en renouvelables mais pas sans un effort de sobriété massif (cf NegaWatt, ADEME, etc…). Pour être plus clair, préciser le mix énergétique attendu en 2050 et les quantités produites et / ou importées. Par ailleurs, préciser comment et quoi en ajoutant quelques objectifs quantifiés.
    -Modifier un article ainsi : Abandonner le marché carbone qui consiste à acheter le droit à polluer et le remplacer par des interdictions et taxations car ces méthodes qui permettent de prendre en compte les inégalités sociales sont plus efficaces et plus démocratiques
    2.4
    -dernier alinéa: rajouter l’interdiction des plastiques
    4. Proposition de modification du titre: CONSTRUIRE LA PAIX A TRAVERS DES COOPERATIONS EN ELIMINANT LES FAUTEURS DE GUERRE
    4-2 Préciser le 5+5
    4-3 Préciser la référence « vivre et travailler au pays » afin de ne pas apporter de confusions.
    5-1 Mettre « la clause de l’européenne la plus favorisée » entre guillemets.
    -Ajouter au troisième point « faciliter le droit à l’adoption »
    -Inverser le deux termes : « de sexe différent ou de même sexe ». Ce qui donne : Garantir que dans les actes de l’UE, la notion de mariage vise l’union légale entre personnes de sexe différent ou de même sexe.
    5-2 Premier alinéa: préciser que les fonds européens sont publics (ce qui donnerait « des fonds publics européens »).

  10. Comité d’Appui Bobigny-Drancy-Le Blanc-Mesnil

    1.3 Renforcer la protection juridique des lanceuses et lanceurs d’alerte et des militants associatifs.

    3.2 Souveraineté numérique de l’Europe au niveau des citoyen.n.e.s européen.n.e.s : Proposer des alternatives numériques européennes aux GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) dans les services publics en développant des logiciels libres.

    Merci pour ce formidable
    travail accompli !

  11. Contribution d’une table réunie à l’occasion de la soirée de lancement du Comité d’Appui Cévennes Insoumises le 14/11 :
    Sommaire : Remplacer « dégager », par exemple par « neutraliser ». Dégager = formule choc simpliste, démago, facile, qui ne correspond pas à l’esprit de LFI. On vaut mieux que ça, on veut mener un combat constructif.
    Intro : « Le bonheur est toujours une idée neuve en Europe ». Le terme « bonheur » évoque pour plusieurs d’entre nous une recherche individualiste contraire à l’engagement politique. Préférence pour des expressions comme « le bien commun », ‘l’enthousiasme », « la joie ».
    Toujours dans l’intro : remplacer « lutter contre le réchauffement climatique et la catastrophe écologique » par « ne pas aggraver le réchauffement climatique et la catastrophe écologique », ou encore « limiter le réchauffement climatique et la catastrophe écologique », sachant que lutter contre, c’est ce qu’on aurait du faire il y a 30 ans. Les températures de cet été et automne sont là pour en témoigner s’il ne faut qu’un seul exemple, il ne s’agit plus de lutter contre. Cf les travaux de Pablo Servigne, Aurélien Barraux, Arthur Keller.
    1.1 Garantir la souveraineté populaire :
    Ajouter les mots en capitales :
    Reconnaître le droit à la désobéissance aux règles européennes lorsqu’un Etat estime que Les intérêts fondamentaux DE SA POPULATION sont mis en cause…
    On a cherché une formulation permettant de limiter les risques de dérive d’utilisation de ce droit pour de « mauvaises raisons », pas simple à formuler clairement.
    1.4
    Ne pas désigner nommément la Bundesbank.
    2.
    Intro : plusieurs pensent que la référence à Nicolas Hulot n’est pas indispensable et qu’elle est malvenue. Ils proposent de commencer à « L’Europe… »
    Plus loin :
    Le libre échange et la politique agricole européenne favorisent l’expansion d’une agriculture industrielle (supprimer virgule ici) polluante, et aggravENT le changement climatique…
    2.1
    2e point :
    Instaurer ET FAIRE APPLIQUER la règle verte…
    3e point
    remplacer « revoir à la hausse les objectifs de part d’énergie renouvelable » par « revoir à la baisse la consommation d’énergie ». Pablo Servigne explique bien que toutes les alternatives sont dépendantes du pétrole d’une manière ou d’une autre (production ou acheminement des pièces notamment), et que par conséquent il n’existe pas de véritable alternative.
    10e point : Faire de l’eau un bien commun. Cette formulation est étrange, remplacer par « affirmer et garantir que l’eau EST un bien commun ». ou quelque chose dans ce sens.

  12. Propositions de corrections du programme Europe

    1) Dans l’introduction, au paragraphe « Envoyons au Parlement européen des parlementaires de combat », entre « les lanceurs d’alerte. » et « Chaque élu.e insoumis.e », écrire :
    « Ce seront des élu.e.s qui débusqueront et dénonceront les lobbies, véritables co-législateurs de l’Union européenne, qui nous pourrissent la vie en faisant réécrire les directives et les ràglements à leur guise. Ce seront des élu.e.s proches du peuple, qui construiront avec les citoyen.ne.s des propositions concrètes dans le cadre d’ateliers des directives, inspirés des ateliers des lois, utilisant l’éducation populaire comme méthode, pour que toutes et tous sentent légitimes à exprimer son point de vue. »
    2) Dans « 1.2. Zone euro, élargissements, budget 2021-2027 : stopper la fuite en avant libérale et austéritaire ! », Après « • Refuser que les fonds européens soient conditionnés à l’application des réformes structurelles qui détruisent les droits sociaux. » écrire :
    « Dénoncer les règles budgétaires actuelles issues du Traité de Lisbonne, dénoncer l’application des sanctions à l’encontre des Etats qui souhaitent s’en affranchir, et exiger systématiquement la création d’enquêtes parlementaires dès lors que des procédures de sanctions budgétaires, de prise de contrôle des finances publiques d’un Etat membre par la troïka ou tout autre dispositif sont mis en œuvre. »
    3) Dans « 1.3. Dégager l’oligarchie européenne et donner de nouveaux droits aux citoyens », après « Combattre la cogestion de l’UE par les conservateurs et les socialistes européens », écrire :
    « Refuser de voter pour un candidat à la présidence de la Commission européenne issu d’un parti dont les positions sont en opposition avec celles portées par Maintenant le Peuple. »
    4) Dans « 1.3. Dégager l’oligarchie européenne et donner de nouveaux droits aux citoyens », changer la proposition suivante « Combattre les lobbys : exiger un registre obligatoire des lobbys et lobbyistes, la publication obligatoire de tous les rendez-vous des députés, commissaires ou fonctionnaires européens avec des lobbyistes, interdire les cadeaux aux parlementaires ou commissaires européens, interdire l’accès aux lobbyistes à l’intérieur du Parlement européen »
    Ecrire :
    « Combattre les lobbys. Pour cela, il est nécessaire de :
    • Ne pas rencontrer de lobbys. Il est par contre primordial d’entretenir un dialogue constant avec les ONG, les syndicats, les associations dont le but est de promouvoir l’intérêt général.
    • Soutenir toute initiative citoyenne européenne visant l’interdiction ou la stricte réglementation des lobbys. Il s’agit d’affirmer la stricte distinction entre la défense des intérêts commerciaux des lobbys et la défense de l’intérêt général des associations et syndicats. Les contacts des lobbys avec la Commission européenne et les députés européens doivent être transparents.
    • Exiger un registre obligatoire des lobbys et lobbyistes, la publication obligatoire de tous les rendez-vous des députés, commissaires ou fonctionnaires européens avec des lobbyistes, interdire les cadeaux aux parlementaires ou commissaires européens, interdire l’accès aux lobbyistes à l’intérieur du Parlement européen. En cas de lobbying sans inscription, la pratique doit être réputée illégale. L’activité de lobbying doit être interdite en cas de condamnation de l’entreprise pour des faits de corruption, de prise illégale d’intérêts, de trafic d’influence, et de fraude fiscale.
    • Plafonner les budget des lobbys

    Après la proposition sur les lobbys, rajouter :
    « Exiger la transparence et la publicité des débats au sein du Conseil européen, de l’eurogroupe (réunion informelle mais décisionnaire des ministres des finances de la zone euro), et le cas échéant des « trilogues » (réunions informelles des représentants du Parlement, du Conseil et de la Commission sur une directive) »
    5) Dans « 1.4. Augmenter les pouvoirs des parlements nationaux et du parlement européen », après « Bundesbank allemande. », écrire :

    « Exiger de la Commission et du Conseil européens que les eurodéputés puissent proposer des projets de directive, par une modification des traités. Les eurodéputés doivent pouvoir aussi transmettre à la Commission le projet de directive et celle-ci le propose sans modification à l’examen par le Parlement européen (ceci afin de contourner l’interdiction des traités).

    Engager des enquêtes parlementaires concernant le pouvoir des lobbys, le rôle des agences de la Commission dans l’autorisation de mise sur le marché de produits, et le rôle des directions générales de la Commission, afin de renforcer le pouvoir législatif sur l’exécutif européen.

    6) Dans « 2.1. Protéger l’écosystème, la santé, les biens publics, et les animaux », après « Interdire les perturbateurs endocriniens par une définition stricte et des sanctions dissuasives », écrire : « et exiger la révision des règlements et directives sur les substances chimiques afin de garantir le plus haut niveau de protection sanitaire et environnemental »

    7) Dans « 2.1. Protéger l’écosystème, la santé, les biens publics, et les animaux », remplacer la proposition sur l’eau par « Faire du Droit à l’eau un droit fondamental en Europe et instaurer la gratuité de l’accès aux m3 vitaux, à des fontaines et à des bains douches. Légiférer sur la définition de paramètres et de nouveaux seuils de conformité sanitaire sur l’eau du robinet, et de l’eau rejetée dans les milieux naturels après assainissement. »

    8) Dans « 2.2. 100% d’énergies renouvelables, en Europe aussi ! », après la proposition « • Mettre en place une taxe carbone pour favoriser les productions écologiques et de proximité sur le déménagement du monde », écrire

    « Remettre en cause le démantèlement des entreprises industrielles par des rachats hostiles et exiger un droit de regard du Parlement sur les autorisations d’acquisitions et de fusions prodiguées par la Commission européenne.

    Exiger une fiscalité carbone et kérosène sur le transports de marchandises et voyageurs par avion et par camion et exiger le lancement de procédures pour concurrence déloyale et suppression des aides d’État aux compagnies d’avion low cost domiciliées dans des paradis ficaux au sein de l’UE ou dont les conditions de travail dérogent au droit national et/ou européen. Les fonds récupérés doivent être investis dans une politique de service public du rail.

    9) Dans le « 2.3. Transformer la Politique agricole commune en PAC écologique pour une alimentation de qualité », modifier cette proposition « Rompre avec le droit de la concurrence pour pouvoir imposer 100% d’alimentation bio et locale dans la restauration scolaire partout en Europe »
    en « Rompre avec le droit de la concurrence pour pouvoir imposer 100% d’alimentation bio, locale et en proposant des repas végétariens, dans la restauration scolaire partout en Europe »
    10) Dans le « 2.3. Transformer la Politique agricole commune en PAC écologique pour une alimentation de qualité »,à la fin, rajouter les propositions suivantes :
    « Sortir du modèle des aides à l’hectare favorisant les grands producteurs.
    Revenir sur la libéralisation des marchés agricoles en Europe et exiger le retour à des quotas de production, garantissant des revenus minima aux exploitants.
    Limiter les exportations de produits agricoles subventionnés par la PAC hors du marché européen lorsque ces exportations mettent en péril l’agriculture des pays importateurs, dans le cadre notamment d’accords commerciaux avec des pays émergents et en développement.
    Pour atteindre une consommation de viande à un niveau écologiquement soutenable, revoir les aides agricoles de façon à rémunérer beaucoup plus l’engagement de l’éleveur en faveur du bien-être animal et du rôle paysager et environnemental du cheptel, sans perte de revenu.
    Garantir une définition de l’agriculture biologique conforme aux enjeux écologiques et sociaux et à une pratique paysanne de l’agriculture.
    Exiger des règles communes de gestion de la PAC au niveau européen garantissant à un haut niveau de protection environnemental et sanitaire, et refuser la gestion nationale de la PAC (tout en maintenant un marché européen) qui n’est qu’un outil de dumping social et environnemental.

  13. La condition animale nécessite d’être d’avantage détaillée. Nous devons garder notre avance politique dans ce domaine d’importance et transversal.
    Nous proposons les modifications ou ajouts des points suivants:
    2.1 : point 7 (charte droit des animaux) :
    Expliciter les « sévices sur animaux vivants » en en faisant un point à part :

    *Interdiction des sévices sur animaux vivants :
    – interdire la production et la vente de fourrure
    – interdire la corrida, la chasse-loisir, les animaleries et les cirques avec animaux
    – politique de stérilisation des animaux errants et législation sur la stérilisation des animaux domestiques.

    point 8 (expérimentation animale) : reformuler en :
    « Remplacer les 3R par les trois principes suivants :
    – étudier sur du matériel humain (culture de cellules, tissus humains, organes sur puces, etc) ou des données humaines (banques de données, épidémiologie, etc)
    – ne pas nuire (ne pas utiliser des animaux en bonne santé afin de les rendre malade)
    – Rendre obligatoire l’utilisation de méthodes substitutives déjà validées.
    – Interdire toutes expériences sur les singes, les chiens et les chats d’ici au 1er janvier 2020. »

    2.3 (PAC) : ajouter les points :
    – accompagner la fermeture des élevages intensifs au profit des productions végétales
    – limiter les transports d’animaux vers les abattoirs à 4h
    – transfert massif des subventions de la PAC vers la production de protéines végétales (légumineuses à destination de l’alimentation humaine), qui permettrait que le bio et local soit économiquement et écologiquement soutenable et accessible à tous.
    – dans « Interdire l’importation des produits issus de la déforestation » : expliciter en ajouter la parenthèse : « (soja et autres céréales et légumineuses à destination du bétail européen) ». (1ère source de très loin de déforestation bien avant l’hdp.)

    2.4
    étant donné les ravages de la pêche industrielle il est nécessaire de lui consacrer un point entier.
    * Politique commune de la pêche : stopper les financement de la pêche au chalut et de toutes les pêches qui ravagent les mers. Engager la reconversion vers la production d’algues à destination de l’alimentation humaine, excellente source de protéines, écologiquement durable.

  14. Commentaires sur le point V ,( travaillé lors de la réunion GA de la 2eme circo morbihan , le 14 /11)

    V) 1) reformuler « appliquer la clause …. la plus favorisée  » Favorable ….

    reformuler : » faire aboutir le projet….. ».., : Combattre toutes les formes de discriminations ……. en faisant aboutir le projet ….. bloqué depuis 2004 ….

    2) dialogue avec les églises  » ?

    « Faire appliquer ds les Etats de l’ue …….  » : le terme de mutilation utilisé seul est innapproprié, car une mutilation peut-être un acte personnel volontaire ; spécifier : forcée, des enfants , etc ….

    Proposer des alternatives à l’emprisonnement

  15. Reflexions du GA Insoumis de la petite mer :

    _ Bonne intro, à l’exception du mot Dégager, qui pourrait être remplacé …

    Des astérisques avec des liens pouvant nous permettre d’aller directement savoir de quoi l’on parle, pr gagner du temps, auraient été bienvenus : – article 48 ; – semestre européen ; -Opt out ; -rappel du nombre de signatures dans le cadre de l’ I.C.E. ; – People4soil ; (- octroi de mer 😉 ) ; Charte de la Havane ; – règles restrictives europeeennes ( IV- 3) ; – LGBTQIA ; –

    I ) 2) « L’allemagne doit accepter de payer … » ? comment imposer à un pays de partager production et bénéfices ? ???

    II) 1 ) Stopper et interdire la privatisation et l' »industrialisation des forêts; revoir la gestion forestière européenne .

    3) Interdire toute spéculation boursière sur les denrées alimentaires de base .

    III) 1 ) En cas de délocalisation , y compris pour un autre Pays de l’union, appliquer (comme aux USA …) une imposition de 33 % .

    2) « permettre le maintien …. » pour toutes les énergies et l’eau ….

    3) Etablir des contrôles sévères pour éviter les détournements des subventions européennes

    5)  » transformer le statut des outre-mers …. » = phrase difficilement compréhensible …
    d’ou : Supprimer l’octroi de mer * qui empêche de commercer avec les pays voisins et favorise les monopoles …

    Interdire les tribunaux privés arbitraux

    IV ) 1 )  » Instaurer une taxe carbone … » Définition précise d’une longue distance ?

     » Donner la priorité aux productions locales … » sous réserve de contrôle des contrats et conditions de travail ….

    « combattre l’hégémonie …. BRICS … » sous réserve du respect des droits fondamentaux de leurs citoyens .

    4) « Organiser une conference europeenne …..  » ????? Pas tres compréhensible ……

    5) « Défendre l’indépendance …… non militaire  » …. sauf en théatre extérieur .

    V ) 1) Quel  » mouvement -s feministe-s ? Clause la plus favorable, et pas « favorisée  »

    2) Substituer, chaque fois que ça peut se faire d’autres peines que l’emprisonnement

    Egalement : Renforcer le pouvoir du parlement : qui vote et pas seulement « consultatif » …..

  16. Texte un peu fourre tout pas assez hierarchisé, ni synthétique, un catalogue inutilisable pour faire la campagne .. comment mémoriser 11 pages de propositions ?
    Je propose donc qu’on le simplifie sans entrer dans tous les détails.
    Il laisse aaussi planer des illusions sur les possibilités réelles de l’action des parlementaires européens …. Il faut rappeler clairement en début que le parlement européen n’a PAS le pouvoir de faire une action de type planA/B et se contente de tenter de faire passer des mesures qui font avancer quelques sujets… donc il faut juste les présenter comme les témoins et portevoix du peuple sur tous les sujets et ne pas laisser planer une illusion qu’ils changeront quelque chose de fondamental. (notamment « mettre fin à l’indépendance de la Banque Centrale » … point 3.3)
    Et surtout il faut bétonner sur le fait que les traités européens sont illégitimes (suite au NON de 2005) et néfastes puisque totalement écrits par l’oligarchie financière., et qu’on veut que nos députés éclairent la voie en ce sens, pour préparer notre projet de désobéissance et notre retrait de ces traités et des diktats des banques concernant le remboursement de la dette publique.- quand nous serons au pouvoir !

  17. Proposition formulée en cours de réunion du comité d’appui de Grenoble du 14/11/2018:
    Afin de générer une dynamique globale et solide de relocalisation de l’économie, les députés de la liste Et maintenant le peuple pourraient travailler à développer une dynamique de création de monnaies locales (sur des territoires d’échelle communale) coordonnée et soutenue financièrement à l’échelle européenne, par exemple par des investissements de la Banque Centrale. L’idée est d’en faire un véritable outil structurant de l’économie, et pas de simples niches d’alternatives disséminées ici ou là. Pour donner une véritable ampleur à ce développement, le processus pourrait intégrer des augmentations de salaires dans les services publics réalisés avec de la monnaie locale. Cela nécessiterait un travail de coordination pour penser l’articulation avec la monnaie européenne (et avec les monnaies nationales si celles-ci sont remises en place).

  18. Voici ma proposition de modification du « 2.1. Protéger l’écosystème, la santé, les biens publics, et les animaux », remplacer la proposition sur l’eau par « Faire du Droit à l’eau un droit fondamental en Europe et instaurer la gratuité de l’accès aux m3 vitaux, à des fontaines et à des bains douches. Légiférer sur la définition de paramètres et de nouveaux seuils de conformité sanitaire sur l’eau du robinet, et de l’eau rejetée dans les milieux naturels »

  19. Pour le point 1, voici ce que le groupe d’appui a relevé:

    Introduction: Même chose que pour l’introduction du point 5: on se donne beaucoup de peine pour dire à quel point l’Europe est dégoûtante (caste, bafoués, étranglée, à la merci, menaces, chantage, s’en donnent à cœur joie). Alors oui, c’est vrai, mais je vous mets au défi d’aller en porte-à-porte convaincre les gens d’aller voter avec ça! La colère ça fait parler mais ce qui fait voter c’est d’y croire. Peut-être pourrait-on rééquilibrer cette introduction en disant moins pourquoi on est contre l’Europe et plus pourquoi on souhaite la sauver. Sinon, le plus cohérent serait encore de militer pour quitter l’Europe point final.

    Quelques reformulations notamment lorsqu’il y a des « refuser », on attend plus d’euro-députés que des refus:
    1.2. Reformulation et précision: Pour sortir du modèle austéritaire, soumettre la BCE au contrôle de _____ [Préciser qui]. Remettre en cause le fonctionnement de la troïka pour garantir la souveraineté budgétaire des États.
    Précision: Refuser les coupes aveugles dans la PAC… [Préciser comment]
    Reformulation: Dé-conditionner l’attribution des fonds européens de l’application des réformes structurelles…

    1.3. Que dit le premier point: « Combattre la cogestion de l’UE par les conservateurs et les socialistes européens »? Que nous mènerons une politique différente? Cela paraît évident. Donc à moins de préciser comment, qu’est-ce que cette phrase apporte? En l’état ce n’est pas une proposition, il faut soit la développer soit la supprimer. A la rigueur, dire que nous souhaitons faire entendre une voix neuve, plus participative… face à cette cogestion aurait déjà plus de sens.
    Reformulation: Inscrire une obligation pour tout dirigeant ou fonctionnaire européen d’observer un délai de 10 ans après ses fonctions publiques avant de servir la finance.

    1.4. « Nous refuserons de voter pour l’investiture de tout candidat issu de la Bundesbank allemande. » Quel est le sens de cette affirmation qui d’ailleurs n’aura de sens qu’une fois le vote effectif?

    Dernière chose, il n’y a nulle mention de la révocabilité des élus. Or c’est une mesure majeure de LFI qui en fait un mouvement tourné vers une démocratie réellement représentative. Pourquoi nos euro-députés ne s’engageraient pas à demander leur avis à leurs électeurs à mi-mandat?

    Je me contenterai de quelques remarques pour les points 2 à 5 puisque d’autres membres de mon groupe d’appui s’en chargent:
    2.2. Arrêter la privatisation et la destruction des services publics: OK, mais il serait bon d’expliquer comment. Ce qui a fait notre différence l’an dernier, c’est le fait d’avoir un programme réalisable plutôt que d’abreuver les électeurs de promesses en l’air, alors continuons!
    3.1. OBLIGER l’instauration d’un SMIC… Reformuler par « Instaurer un SMIC » serait plus démocratique.
    4. On pourrait noter en introduction que l’Europe que l’on défend est un retour aux vraies sources de l’Europe, celle imaginée pour enrayer la guerre, et non celle créée par Maastricht. Cela permettrait de rappeler qu’une autre Europe a existé, et donc qu’une autre Europe est possible.
    4.4. On ne parle pas des ventes d’armes, or ça semble être particulièrement indiqué dans un point sur la guerre et la paix.
    5. L’introduction du point 5, comme celle du point 1, est problématique: c’est un réquisitoire contre les gouvernements en place mais ça n’ouvre pas sur nos propositions, c’est donc stérile. Je ne pense pas que donner un souffle d’espoir dès l’introduction puisse être nocif. L’introduction telle qu’elle est donne plus envie de s’enfermer chez soi que d’aller voter. Par ailleurs, Viktor Orban est une menace pour les droits humains, mais il a été élu donc le dictateur est de trop. D’ailleurs, on avait bien compris avec « la présence de l’extrême-droite dans plusieurs gouvernements », il n’est pas utile d’en rajouter.
    5. 3. La France est le seul pays à ne pas avoir voté le texte européen sur les langues régionales. L’absence de positionnement LFI sur cette question a été souvent pointé du doigt en régions lors des campagnes présidentielle et législative, il serait temps de l’éclaircir.

  20. Remarque générale sur le « dégagisme » dans les titres et l’introduction, qui avait fait l’objet de nombreux commentaires critiques lors des consultations sur les précédentes versions du texte mais a été maintenu. L’utilisation systématique du terme fait oublier tout le reste et focalisera uniquement la campagne sur une notion qui ne fait pas consensus au sein des sympathisants (le dégagisme est à l’origine un constat sociologique / politique sur la défiance entre le peuple et les anciennes élites politiques / économiques et pas du tout un programme en soi). Les différents titres utilisant « en dégageant » n’ont en plus pas toujours de sens vu le contenu des élections européennes : il semble bien possible d’agir pour dégager les lobbies du parlement et de la Commission européenne / mais l’utilisation du terme dégager ne marche pas pour les autres axes du programme. Il semble en revanche possible de remplacer dégager par des verbes tout aussi « forts » mais qui permettront de dépasser un concept « dégagiste » qui ne convient pas à tout le monde (les porte-paroles qui le souhaitent pourront de toute façon utiliser le vocabulaire dégagiste donc il n’est pas utile de l’inscrire dans le marbre et d’en faire l’axe principal du programme).

    Remarque la construction des différentes thématiques. Il faudrait mettre en avant la dimension relance par la planification écologique et l’investissement dans les services publics en opposition aux politiques d’austérité (un axe à part?) et la dimension lutter contre le dumping social et fiscal (un autre axe à part?) en scindant par exemple en 2 la partie 3. Concernant la partie migrations, elle semble associée par sa position dans le texte aux questions de terrorisme ce qui pose problème (à rattacher plutôt dans l’axe faire respecter les droits face aux réactionnaires?). Concernant la partie outremer, l’intégrer dans une partie « planification écologique pour mettre fin aux politiques d’austérité » car on ne comprend pas le lien avec les outremers dans le plan actuel).

  21. FAIRE LA PAIX : faire prendre conscience aux peuples européens que la liberté économique nous entraîne vers la guerre et non la paix.
    Agir sur les banques françaises qui financent en France et à l’étranger des entreprises créatrices de conflits et spoilant les peuples des territoires concernés

    LE PROGRÈS HUMAIN : est celui du progrès social, du progrès de l’habitat et de l’enseignement à l’aune de la révolution écologique, du respect des femmes et des minorités. Ce progrès ne peut être accompli sans financement sérieux.
    Sur le plan européen il est indispensable d’abattre les frontières freinant la diffusion du mieux disant social, d’habitat et d’enseignement.
    Ces frontières sont entretenues par les paradis fiscaux auxquels participent toutes les grandes entreprises et pour lesquels certains pays sont complices.
    Il faut donc :
    1) une fiscalité européenne réformée et abolissant les paradis fiscaux
    2) une taxation harmonisée à 30% des entreprises internationales
    3) un moratoire sur les traités CETA : TAFTA
    4) des contraintes en terme de droits sociaux pour tous les états sous peine de sanctions (ex. : exclusion temporaire)
    Des actions immédiates :
    – taux d’imposition à 30%
    – report des TAFTA CETA
    – mettre en route une sécurité sociale européenne
    – lutte sans merci contre la fraude fiscale
    – repenser le rôle des lobbies en Europe et leur influence sur les parlementaires européens.

    SANTÉ :
    – proposer des menus végétariens en circuit court dans les restaurants scolaires
    – donner du temps pour une vie harmonieuse
    – ne pas déconnecter l’écologie de l’économie
    – développer les zones maraîchères
    – se positionner contre la présence d’animaux dans les cirques et les zoos
    – établissement d’un bien animal dans une cohérence avec l’environnement
    – réguler l’eau pour développer l’agriculture, domestication de l’eau

    VIVRE LIBRE :
    – Droit des femmes : égalité salariale, une vraie reconnaissance du travail des femmes, l’accessibilité aux différents postes de travail,
    – libre accès et encouragements à toutes les filières quel que soit le sexe
    – encouragement au congé paternité
    Discrimination à l’emploi / handicap : une campagne de communication et d’information
    Droit des familles : les même droits pour tous les couples qu’ils soient de même sexe, mariés, pacsés
    Agir pour la laïcité :
    – abolir le titre de chanoine d’honneur
    – refuser l’expression des chefs religieux dans les institutions
    – supprimer le financement des organisations religieuses
    Protection des données personnelles
    Ambition culturelle : élargir le programme Erasmus, créer une allocation d’autonomie pour étudier à l’étranger

    VOIX DES PEUPLES :
    – mettre du concret dans les traîtés,
    – impossibilité de mener des politiques à géométrie variable
    – sortir des votes à géométrie variable
    – redéfinir une charte de fonctionnement garante des droits fondamentaux et des valeurs démocratiques et du progrès social.

  22. Bonjour,

    La dimension féministe ne me semble pas abordée de façon suffisante . un an après MeToo il n’y a rien sur la lutte contre les violences faites aux femmes . Aussi je fais les propositions suivantes : Dans l’introduction, dans le 1er paragraphe ligne 2 rajouter “et féministe” après “de progrès social “.

    Dans le paragraphe 5 :

    Faire un paragraphe à part entière sur les droits des femmes où je regroupe ce qui est dit sur les droits des femmes dans les paragraphes actuels 5.1 et 5.2. Je rajoute 2 points notamment sur les violences faites aux femmes.
    5.1: Pour une Europe des droits des femmes
    – Défendre les droits des femmes… salariales
    – Reconnaître le droit à la contraception et à l’avortement, remboursés par l’assurance maladie dans tous les pays
    – Le droit de vivre sans violences avec la mise en place d’ une directive cadre européenne de lutte contre ces violences, se fondant sur les législations espagnole et suédoise.
    -Développement à tous les niveaux de la société d’une éducation non-sexiste, une éducation à l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes.

    5.2Promouvoir l’égalité
    5.3Agir pour les libertés et pour l’émancipation
    5.4Porter une ambition culturelle et éducative digne du 21 ème siècle

  23. Ce programme allie comme propositions des intentions générales à quelques mesures plus concrètes, ce qui le rend particulièrement flou. Cela est bien sûr une conséquence de notre participation à une élection dont nous savons qu’elle ne changera rien, vu la quasi absence de pouvoir du parlement européen et vu les rapports de force. Il serait judicieux de commencer chaque sous-partie par un court paragraphe explicatif de nos positions globales afin de mettre en cohérence les propositions qui suivent.
    Par ailleurs, en 1.1: les points 2 (abroger de traités et pactes) et 3 (droit à la désobéissance nationale) dépendent de la réussite (improbable) du premier point (nouveau traité fondateur par l’article 48), il est important de le préciser (du type en 1.1.2: « Ce nouveau traité fondateur doit… »).

    En 1.3 : « Combattre la cogestion de l’UE par les conservateurs et les socialistes européens » aurait plus sa place dans un paragraphe explicatif que présenté comme une mesure. Par ailleurs la phrase n’est pas claire: nous devons dénoncer leur convergence idéologique et politique et les considérer comme un unique bloc ennemi (l’actuel phrase laisse supposer que le problème c’est leur alliance plutôt qu’eux-mêmes).

    En 1.3: « Obliger la Commission européenne à donner des suites législatives aux Initiatives Citoyennes Européennes (ICE) »
    Voici un point intéressant qui pourrait être largement précisé: sous quelles modalités par exemple.

    1.4: « Augmenter les pouvoirs des parlements nationaux et du parlement européen »
    Quitte à proposer des mesures symboliques (au sens où elles ne pourront jamais passer, même en étant majoritaire au parlement), autant être plus offensif sur le modèle idéal d’union européenne, préciser notre rapport à la commission et à l’écriture des textes législatifs en UE.

  24. 2.1 : point 7 (charte droit des animaux) :
    Expliciter les « sévices sur animaux vivants » en en faisant un point à part :

    *Interdiction des sévices sur animaux vivants :
    – interdire la production et la vente de fourrure
    – interdire la corrida, la chasse-loisir et les cirques avec animaux
    – politique de stérilisation des animaux errants et législation sur la stérilisation des animaux domestiques.

    point 8 (expérimentation animale) : reformuler en :
    « – Remplacer les 3R par les trois principes suivants :
    * étudier l’espèce en question (étudier les chiens, les rats, les singes ou les poissons pour guérir les humains est un non-sens) donc pour la santé humaine, étudier sur du matériel humain (culture de cellules, tissus humains, organes sur puces, etc) ou des données humaines (banques de données, épidémiologie, etc)
    * ne pas nuire (ne pas utiliser des animaux en bonne santé afin de les rendre malade)
    * se baser sur des preuves (le modèle animal n’a jamais été validé)
    – Rendre obligatoire l’utilisation de méthodes substitutives déjà validées.
    – Interdire toutes les expériences sur les singes, les chiens et les chats d’ici au 1er janvier 2020. »

    2.3 (PAC) : ajouter les points :
    – accompagner la fermeture des élevages intensifs au profit des productions végétales
    – limiter les transports d’animaux vers les abattoirs à 4h
    – transfert d’une part des subventions de la PAC vers la production de protéines végétales (légumineuses à destination de l’alimentation humaine), qui permettrait que le bio et local soit économiquement et écologiquement soutenable et accessible à tous.
    – dans « Interdire l’importation des produits issus de la déforestation » : expliciter en ajoutant à l’huile de palme le soja et autres céréales et légumineuses à destination du bétail européen (1ère source de déforestation bien avant l’huile de palme)

    2.4
    étant donné les ravages de la pêche industrielle il est nécessaire de lui consacrer un point entier.
    * Politique commune de la pêche : stopper les financement de la pêche au chalut et de toutes les pêches qui ravagent les mers. Engager la reconversion vers la production d’algues à destination de l’alimentation humaine, excellente source de protéines, écologiquement durable.

  25. Je voudraisb simplement signaler 2 points :

    1/ Le dégagisme et le verbe dégager sont des termes importants qu’il faut utiliser à bon escient, mais dans ce programme le mot dégager est imprécis et ne me semble pas à sa place.

    •faire respecter la souveraineté des peuples en détrônant (dégageant) la caste qui nous gouverne
    •protéger l’écosystème et la santé en interdisant (dégageant) les lobbys
    •garantir le progrès humain en contrôlant (dégageant) la finance
    •construire la paix en contrant (dégageant) les fauteurs de guerre
    •étendre les droits et libertés en s’opposant aux (dégageant les) réactionnaires

    2/ Je suis très gênée par le graphisme des tracts et affiches qui représentent le roi Macron avec sa couronne et son sceptre, le dessin est vraiment moche et ne va pas nous aider à convaincre les électeurs …

    Sinon, bravo pour ce gros boulot !

  26. Bonjour,

    Bravo pour votre travail d’ensemble qui porte L’Avenir en Commun au niveau de l’Europe. Voici quelques remarques et questions :
    – §2.1 : « Soutenir la proposition d’un tribunal international de justice climatique », j’imagine que c’est auprès de l’ONU ?
    – §2.1 : « Faire adopter une charte européenne des droits des animaux », il pourrait être intéressant de donner des exemples de peines pour l’aspect persuasif ;
    – §2.3 : « Interdire l’importation des produits issus de la déforestation … destinée à la fabrication de carburants », pourquoi ne pas l’étendre à l’alimentation ?
    – §3.1 : « Réduire la durée maximale de travail autorisée », à combien d’heures par semaine ?
    – §3.2 : « Refuser l’ouverture à la concurrence et la privatisation des services publics », pourquoi ne pas lister les services publics ? Suivant les pays, cette liste peut être différentes. Il faudrait donc que les pays s’harmonisent sur cette liste : santé, éducation, sécurité, transport, énergie ;
    – §3.4 : « Séparer les banques de dépôt et d’investissement », est-ce limité aux banques européennes ou à toutes les banques opérant sur le sol européen ?
    – §3.4 : Je me permets d’ajouter un point supplémentaire sur un impôt pour les banques investissant dans les énergies fossiles
    – §4.1 : « Refuse tout nouvel accord de libre-échange », quid du JEFTA ?
    – §4.1 : « Surtaxer les importations … ou avec des salaires trop bas … », trop bas par rapport à quoi ?
    – §4.4 : « Défendre la sortie de la France de l’OTAN », pour organiser la sortie de l’OTAN de tous les états membre de l’Union Européenne ?

  27. Suite à la réunion de lancement : groupe appui Angoulême

    1. FAIRE RESPECTER LA SOUVERAINETÉ DES PEUPLES EN DÉGAGEANT LA CASTE QUI NOUS GOUVERNE EN EUROPE
    Plan A / Plan B : qui rédigerait les nouveaux traités?

    2. PROTÉGER L’ÉCOSYSTÈME ET LA SANTÉ EN DÉGAGEANT LES LOBBIES
    Protéger les espèces en voie de disparition.
    Envisager la reconnaissance de médecines alternatives dans un cadre.
    Une gestion durable et diversifiée.
    Être plus ambitieux que 2050: le plus tôt possible.

    3. GARANTIR LE PROGRÈS HUMAIN EN DÉGAGEANT LA FINANCE EN EUROPE
    Notamment en abrogeant les partenariats public-privé.

    5. ÉTENDRE LES DROITS ET LIBERTÉS EN DÉGAGEANT LES RÉACTIONNAIRES !
    Avortement et à la contraception … avec prise en charge complète
    Proposer une directive d’humanisation … accompagnée d’un programme de réinsertion
    Garantir la neutralité du net… remplacer Etats-unis par dans certains pays.
    Porter l’espéranto comme langue commune, pas de culture dominante, langue neutre donc vecteur de démocratie.
    Élargir le programme Erasmus…. remplacer en particulier par ainsi que les migrants

  28. Bonjour,

    Je propose deux modifications dans la partie éducation (5.3).

    Première proposition.

    Remplacer le paragraphe :

    « • Accorder à chaque jeune européen entre 16 et 25 ans une allocation d’autonomie d’une durée d’un an pour étudier, se former, travailler dans un autre pays européen »

    Par :

    « • Démocratiser la mobilité européenne en accordant à chaque jeune européen entre 16 et 30 ans une allocation d’autonomie d’un an pour étudier, se former ou réaliser un projet associatif dans un autre pays européen »

    Cette reformulation permet de clarifier la proposition en rappelant que l’enjeu est celui de la mobilité européenne (certains insoumis-es avaient interprété, à tord, ce paragraphe comme un recul par rapport à l’allocation d’autonomie à l’échelle nationale proposée dans l’AEC !) La limite d’âge est repoussé à 30 ans car c’est celle d’Erasmus + et il serait dommage d’être en recul sur ce point par rapport à l’existant. Enfin, la référence « travailler » est supprimée car elle me parait incohérente avec le principe d’une allocation d’autonomie qui assure justement une revenu sans avoir à exercer d’activité salariée. A la place, je propose « la réalisation d’un projet associatif ».

    Deuxième proposition.

    Ajouter les mots en majuscule dans la paragraphe :

    « • Défendre le droit à la gratuité ET LE LIBRE accès à l’Université en Europe, créer un réseau labellisé d’ « Universités européennes » reposant notamment sur le principe de gratuité ET DE LIBRE accès, de l’échange entre chercheurs et citoyens, les recherches participatives avec par exemple l’expérimentation de conseils d’orientation associant citoyens tirés au sort, associations et chercheurs »

    Le libre accès à l’enseignement supérieur (autrement dit : le principe de non sélection à l’entrée des études) existe à des degrés divers dans plusieurs pays européens (France, Allemagne, Belgique…) mais il est remis en cause par les politiques libérales. En France, le sujet est particulièrement d’actualité un an après la mobilisation contre la loi ORE qui instaure un début de sélection dans les universités. Y faire référence dans notre programme me parait important pour être en phase avec les mobilisations lycéennes et étudiantes.

    Bon courage pour le travail de synthèse !

  29. Paragraphe 2.1.
    créer un paragraphe spécifique pour protéger les biens publics :

    -Pour agir sur la transition écologique , protéger et développer les biens publics au service de l’intérêt général. Protéger, préserver et développer l’entretien et l’acquisition de terres agricoles, forêts domaniales, parcs publics, zones littorales, friches industrielles, réseaux ferrés et routiers.

  30. Logement (JP Coulomb co-animateur du livret Logement de la FI)
    Le logement est une grande préoccupation et raison du mal-vivre de nombreux français. Les effondrements des immeubles de Marseille ou les priorités des quartiers populaires exprimés le 18 nov à Epinay le confirment : ce doit être une de nos priorités, y compris au parlement Européen.
    En effet, bien que la CE semble découvrir récemment la capacité du logement public-social à atténuer les crises du logement cher dans les pays qui ont le plus détruit ce service public, on ne peux pas penser qu’elle va abandonner son crédo de la concurrence libre et non faussée.
    Avec cet argument et sous le lobbying des investisseurs immobilier, l' »Europe » a toujours cherché à limiter les aides publiques au logement et restreindre l’accès des différentes catégories de citoyens au « service économique d’intérêt général » du logement. Tous ceux qui ont un salaire ne serait-ce que moyen se voient assignés au logement locatif lucratif ou devraient se saigner pour accéder à la propriété.
    Dans ces conditions, nos députés doivent agir, dans le cadre de la reconnaissance de la souveraineté de la France à se doter des services publics qu’elle juge bons, pour que la CE lève toutes restrictions à la participation des fonds publics au logement des français éligibles (sous les plafonds de ressources).

  31. 1) Tout d’abord merci à tous ceux qui ont réalisé ce travail immense.
    2) J’ai parcouru les précédents commentaires et m’associe à deux critiques récurrentes : il faut condenser pour éviter l’impression de catalogue et remplacer le mot « dégager » par une autre formule.
    3) Mais surtout je déplore dans le paragraphe 5.2 l’absence totale de proposition sur la reconnaissance du droit à choisir sa mort. Or page 27 de « l’avenir en commun » est écrit : « constitutionnaliser le droit fondamental de disposer de soi en toutes circonstances ». Et lors de sa campagne, J.L. Mélenchon a dit au moins une fois (je cite de mémoire) que ce devrait être un droit pour chacun de pouvoir choisir l’heure de sa mort sans avoir à se justifier. Je développe maintenant très brièvement mon point de vue :
    a) La déclaration des droits de l’homme stipule dans son article 1 : « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». Pour être libre, il faut que chacun puisse à tout moment de son parcours, s’il n’a pas été interrompu accidentellement, décider si pour lui la vie vaut la peine d’être vécue.
    b) Pour éviter les suicides violents, que ce soit de jeunes ou de personnes âgées, et les débats inépuisables entre les pro-euthanasie, les anti-euthanasie et les partisans de l’aide au suicide assisté pratiquée en Suisse, il faut obtenir au niveau de l’Europe un nouveau droit : celui à l’I.V.V., interruption volontaire de vie. ( Je rappelle pour mémoire qu’on doit ce sigle à madame Jospin, mère, qui a dit à sa fille Noëlle Châtelet : « nous nous sommes battues pour obtenir l’I.V.G., à vous d’obtenir l’I.V.V.) .
    Cela signifie que toute personne majeure, qui le souhaite, ait la possibilité d’accès à une dose de produit létal.
    – Bien sûr il ne s’agit pas de mettre des distributeurs dans la rue comme il y a des distributeurs de préservatifs ! Et, je peux, si ma proposition retient votre attention, partager toutes mes réflexions sur le sujet et suggestions pour l’ouverture et le fonctionnement de « maisons de la mort douce ». Vers 1985, l’A.D.M.D. l’envisageait, et n’a fait depuis que reculer par rapport au texte fondateur de M.Landa (le monde 19/11/1979) qui commençait par cette triste constatation  : « Si souffrance, misère et solitude possédaient quelque valeur vénale il y a longtemps qu’elles auraient payé pour que le droit de mourir s’inscrive dans la Constitution ».
    – Dans une émission de grande écoute sur France 5, le 23 mai 2018 à 20h55, intitulée :« Fin de vie, le dernier exil », on voit le professeur Senet montrer à un patient comment se procurer sur internet les 15g de pentobarbital nécessaires pour s’endormir doucement et rapidement sans souffrance. Dans un souci d’égalité, il ne faut plus que la connaissance de la bonne adresse reste le privilège de ceux qui ont la chance de rencontrer au bon moment la personne, qui la leur donnera.
    c) En conclusion, tous les pays européens ont aboli la peine de mort. Il est urgent de passer à l’ « abolition de la peine de vie ». Puisse la France Insoumise mettre cela dans son programme !

  32. Bonjour
    Si j’applaudis des deux mains le contenu du programme, je m’inquiète de sa déclinaison auprès d’un corps électoral à convaincre… Autrement dit si quelques électeurs le liront dans son intégralité, la majorité n’en fera pas de même ou se contentera des grandes lignes. Aussi, et dans l’objectif des prochaines échéances municipales qui seront le véritable terreau d’une prise du pouvoir en 2022, il conviendrait de surligner les principaux sujets qui concernent directement le quotidien des citoyens et qui leur parleront. Toujours sur la forme, si j’ai bien compris là aussi la déclinaison du verbe dégager, je n’ai par contre pas bien perçu le titre 3 « Garantir le progrès humain en dégageant la finance en Europe ». Je pense qu’il faudrait être plus clair en ajoutant un substantif : l’hégémonie de la finance si on veut être soft ou dictature de la finance si on veut être cohérent…
    La suggestion faite aussi de rappeler quelques articles des traités me parait pertinente car non contestable par les experts médiatiques qui ne manqueront pas de nous expliquer à nous qui ne comprenons rien à rien.
    Mais, et si j’ai bien compris, l’Europe telle qu’elle régie aujourd’hui ne permet pas l’application de « l’Avenir en commun » donc selon mon raisonnement probablement simpliste ce sera difficile de le vendre en 2022 (d’où l’impérieuse nécessité de remporter les municipales et de mettre en application localement une partie des dispositions de ce programme et le rendre crédible auprès de la base citoyenne). Aussi, 3 solutions à mes yeux : on s’assoit sur les traités et c’est l’insoumission; on les renégocie (avec qui et à quelle échéance?) ou c’est le retrait affiché.
    Une autre suggestion : rouvrons les cahiers de doléances….
    Patrice (de Lille)
    Un fonctionnaire retraité plus que jamais insoumis

  33. Dans ce projet de programme, je ne retrouve pas d’engagements suffisamment explicites sur l’aménagement du territoire notamment de critiques à propos:
    – de la métropolisation, le développement privilégié des grandes agglomérations au détriment des autres villes et du développement rural,
    – de la priorité donné à la concurrence entre les grandes métropoles européennes au détriment de la solidarité et de la complémentarité pour un développement harmonieux du territoire
    En matière de déplacements et de transport quasiment rien à part le ferroutage. Il aurait été bon de mettre en évidence la contradiction des gouvernements entre les annonces de lutte contre la pollution et le tout camion sur les grands axes européens, entre la fermeture des lignes ferroviaires secondaires et « les cars macron ».
    Mettre en évidence les rapports entre aménagement du territoire actuel, les conséquences sur la distribution de emplois les trajets domicile-travail contraints, et les difficultés à faire des transports collectifs le moyen privilégié des déplacements.
    Enfin, de ce fait affirmer le gâchis écologique que représente la politique actuelle au service du grand capital.

  34. 2. PROTEGER L’ECOSYSTEME ET LA SANTÉ EN DÉGAGEANT LES LOBBYS

    Je souhaite que les parlementaires de la FI soient tous.tes au fait du rapport du GIEC 2018. Et que ce faisant ils.elles mettent alors tout en oeuvre pour contrer les lobbys de l’élevage des animaux de rente. Les lobbys de la viande et des produits laitiers empêchent et freinent toute avancée vers la transition alimentaire végétale, or que l’élevage est la première cause de la déforestation, la seconde des GES (c’est à dire plus que tous les transports réunis), est polluante des terres et de l’eau, consomme une quantité ahurissante d’eau potable et occupe 70% des terres cultivables de la planètes. Au vu du nombre insensées de maladies qui sont favorisées par l’alimentation « viande/produits laitiers », les lobbys pharmaceutiques partagent de fait un intérêt commun avec ceux de l’agroalimentaire et sont par la même également à combattre sur ce même terrain. Si d’ici 20 ans, nous voulons conserver un espoir de vie sur notre planète, nous ne pouvons pas faire l’économie de la transition immédiate vers l’alimentation végétale.

    Par ailleurs, j »approuve les amendements du Groupe Thématique Condition animale :

    2.1 : point 7 (charte droit des animaux) :
    Expliciter les « sévices sur animaux vivants » en en faisant un point à part :

    *Interdiction des sévices sur animaux vivants :
    – interdire la production et la vente de fourrure
    – interdire la corrida, la chasse-loisir et les cirques avec animaux
    – politique de stérilisation des animaux errants et législation sur la stérilisation des animaux domestiques.

    point 8 (expérimentation animale) : reformuler en :
    « – Remplacer les 3R par les trois principes suivants :
    * étudier l’espèce en question (étudier les chiens, les rats, les singes ou les poissons pour guérir les humains est un non-sens) donc pour la santé humaine, étudier sur du matériel humain (culture de cellules, tissus humains, organes sur puces, etc) ou des données humaines (banques de données, épidémiologie, etc)
    * ne pas nuire (ne pas utiliser des animaux en bonne santé afin de les rendre malade)
    * se baser sur des preuves (le modèle animal n’a jamais été validé)
    – Rendre obligatoire l’utilisation de méthodes substitutives déjà validées.
    – Interdire toutes les expériences sur les singes, les chiens et les chats d’ici au 1er janvier 2020. »

    2.3 (PAC) : ajouter les points :
    – accompagner la fermeture des élevages intensifs au profit des productions végétales
    – limiter les transports d’animaux vers les abattoirs à 4h
    – transfert d’une part des subventions de la PAC vers la production de protéines végétales (légumineuses à destination de l’alimentation humaine), qui permettrait que le bio et local soit économiquement et écologiquement soutenable et accessible à tous.
    – dans « Interdire l’importation des produits issus de la déforestation » : expliciter en ajoutant à l’huile de palme le soja et autres céréales et légumineuses à destination du bétail européen (1ère source de déforestation bien avant l’huile de palme)

    2.4
    étant donné les ravages de la pêche industrielle il est nécessaire de lui consacrer un point entier.
    * Politique commune de la pêche : stopper les financement de la pêche au chalut et de toutes les pêches qui ravagent les mers. Engager la reconversion vers la production d’algues à destination de l’alimentation humaine, excellente source de protéines, écologiquement durable.

  35. 2.1 : point 7 (charte droit des animaux) :
    Expliciter les « sévices sur animaux vivants » en en faisant un point à part :

    *Interdiction des sévices sur animaux vivants :
    – interdire la production et la vente de fourrure
    – interdire la corrida, la chasse-loisir et les cirques avec animaux
    – politique de stérilisation des animaux errants et législation sur la stérilisation des animaux domestiques.

    point 8 (expérimentation animale) : reformuler en :
    « – Remplacer les 3R par les trois principes suivants :
    * étudier l’espèce en question (étudier les chiens, les rats, les singes ou les poissons pour guérir les humains est un non-sens) donc pour la santé humaine, étudier sur du matériel humain (culture de cellules, tissus humains, organes sur puces, etc) ou des données humaines (banques de données, épidémiologie, etc)
    * ne pas nuire (ne pas utiliser des animaux en bonne santé afin de les rendre malade)
    * se baser sur des preuves (le modèle animal n’a jamais été validé)
    – Rendre obligatoire l’utilisation de méthodes substitutives déjà validées.
    – Interdire toutes les expériences sur les singes, les chiens et les chats d’ici au 1er janvier 2020. »

    2.3 (PAC) : ajouter les points :
    – accompagner la fermeture des élevages intensifs au profit des productions végétales
    – limiter les transports d’animaux vers les abattoirs à 4h
    – transfert d’une part des subventions de la PAC vers la production de protéines végétales (légumineuses à destination de l’alimentation humaine), qui permettrait que le bio et local soit économiquement et écologiquement soutenable et accessible à tous.
    – dans « Interdire l’importation des produits issus de la déforestation » : expliciter en ajoutant à l’huile de palme le soja et autres céréales et légumineuses à destination du bétail européen (1ère source de déforestation bien avant l’huile de palme)

    2.4
    étant donné les ravages de la pêche industrielle il est nécessaire de lui consacrer un point entier.
    * Politique commune de la pêche : stopper les financement de la pêche au chalut et de toutes les pêches qui ravagent les mers. Engager la reconversion vers la production d’algues à destination de l’alimentation humaine, excellente source de protéines, écologiquement durable.

  36. Dans le cadre d’un plan B, pour atteindre l’indépendance financière vis-à-vis du capital international, moi, non spécialiste, je me permets d’émettre quelques idées qui devraient être débattues (et peut-être réduite en pièces immédiatement) car si elles ne le sont pas, comment se préparer à ce plan B ?

    On pourrait imaginer de travailler sur les options suivantes :

    – Réorienter le flux d’épargne privée vers le rachat de la dette nationale en instituant une souscription obligatoire au titre émis par l’Etat français dans une proportion de 50% de l’ensemble des revenus financiers distribués par les entreprises ayant une activité en France. Ce serait beaucoup plus intéressant que de simplement taxer ces dividendes. Rappelons que le Japon est très peu sensible au poids de son énorme dette publique parce que celle-ci trouve ses créanciers dans son périmètre national.

    – Dévaloriser la dette souveraine en la convertissant en monnaie nationale et diminuer le poids de son remboursement dans cette même monnaie en créant une inflation contrôlée. Ceci implique de réinstituer une politique monétaire nationale et souveraine. C’est un processus classique par lequel la France et l’Allemagne ont réduit le poids de leurs dettes après la guerre de 39-45.

    – Augmenter l’activité et donc le montant du PIB en donnant une valeur financière à tout une série d’activités non valorisées ou mal valorisées ou restant à entreprendre. On intègrera dans ces activités l’assistance aux personnes dépendantes, une partie peut-être du travail ménager, la reconstitution des environnements dégradés, etc.

    – Opérer des transferts de valeur en direction de biens produits sur le territoire national (diminution du déficit commercial) notamment en revalorisant la production agricole destinée à la consommation intérieure.

    – Avoir une politique ambitieuse et efficace en matière de santé pour réduire de 20% les dépenses de santé qu’on qualifiera « d’évitables » car résultant des conséquences morbides des inégalités sociales ( Sachant que les dépenses de santé correspondent à environ 12% du PIB on voit quelle marge financière il reste à dégager en permettant au français de vivre en meilleure santé).

    – Augmenter l’activité économique en simplifiant les procédures (les complications bureaucratiques inutiles ont un coût et la France n’est pas la dernière dans ce registre). Simplifier le cadre normatif sans diminuer la sécurité des usagers (il atteint de nos jours des sommets et il a un coût très peu évalué mais que d’expérience, je pense absolument gigantesque).

  37. Remarque générale :
    Partout où l’Allemagne / les Allemands sont cités, qualifier « la droite allemande » ou « les intérêts financiers et industriels allemands » afin de ne surtout pas laisser entendre que nous serions contre le peuple allemand.

    ajouter dans le paragraphe introductif de la partie 2

    « Notre vision d’une écologie populaire et sociale s’oppose au projet technocratique européen qui veut imposer des solutions issues du marché qui ne font que renforcer la concurrence et le productivisme. Pour être efficaces et durables, les politiques écologiques doivent prendre en compte la justice et l’égalité sociale et respecter la souveraineté populaire. Tourner résolument la coopération européenne vers des politiques ambitieuses de transition énergétique et de réduction des impacts sur le climat est également une condition internationale nécessaire envers les pays les plus touchés par la crise écologique ».

    « La défense et la promotion de l’agriculture paysanne, biologique et de proximité est un facteur puissant pour protéger le climat, la biodiversité, l’eau, le lien social sur les territoires en créant des emplois rémunérateurs ».

    Titre 2.3 …. Pour des emplois rémunérateurs, une alimentation de qualité, un climat et une biodiversité préservée

    Ajouter sur le le 3e point des aides de la PAC :

    « plafonnement des aides à l’actif pour aider une agriculture extensive, et non plus les systèmes industrielles »
    « aides à la conversion, au maintien et à l’installation des fermes en agriculture bio »

    sur les réfugiés : mettre encore plus clairement en cause la responsabilité de l’UE qui n’accueille pas et créé les conditions de désastres humains à ses frontières et au delà

  38. Bonjour

    Je vous soumets une contribution validée et soutenue par les membres du groupe d’action Les canuts insoumis de Lyon sur la partie 4.

    Marie-Thérèse Têtu

    4.2. coopérer avec les pays en développement

    si l’on veut permettre et donner envie à chacun et particulièrement aux jeunes africains de vivre et travailler au pays il faut les associer au co-développement. Nous proposons d’ajouter :
    – Promouvoir les coopérations internationales pour le co-développement associant les populations locales, les jeunes et leurs organisations représentatives

    4.3 Arrêter la guerre aux migrants, permettre à chacun de vivre et travailler au pays

    Il y a un débat à ce sujet dans la France insoumise, ne pourrait-on pas laisser ouvert le débat en particulier sur le droit à la mobilité qui est une forte demande de la jeunesse du continent africain sans le réduire à la seule alternative ouvrir ou fermer les frontières et à partir d’informations et de données fiables. Par ailleurs il y a des réalités en Europe qui ne vont pas disparaître à court terme : une présence et une arrivée sur le continent de migrants qui ne sont ni des réfugiés ni des demandeurs d’asile avec des gouvernements et des politiques qui leur sont fortement hostiles. Quelles propositions modestes et réalistes faire avancer ?
    Dans ce sens nous proposons :
    – de modifier le titre : 4.3. Arrêter la guerre aux migrants, négocier et organiser un droit à la mobilité, permettre à chacun de vivre et travailler au pays
    et d’ajouter :
    – procéder à un diagnostic scientifique des phénomènes migratoires en Europe afin que le débat public gagne en clarté et les politiques publiques en légitimité sans instrumentalisation
    – construction d’un traitement fonctionnel de la mobilité favorable tant aux migrants qu’aux Etats dans le cadre d’une large concertation des acteurs concernés (Etats d’origine, de transit et d’accueil ; migrants et leurs associations ; entreprises et syndicats ; associations actives dans le domaine de la migration)
    – combattre les causes de l’exil forcé (qu’est l’émigration). Supprimer « …qu’est l’émigration » qui n’est pas toujours un exil forcé ou en tout cas ne s’y résume pas.

    4.5 Lutter contre le terrorisme, refaire de la sûreté un droit fondamental

    – Promouvoir une analyse républicaine et laïque du phénomène terroriste.
    Nous ne voyons pas bien ce que cela veut dire. Enlever toute dimension religieuse de l’analyse ? Privilégier les dimensions non religieuses de l’analyse ? Quoi d’autre ?

  39. Je pense que l’Europe est un club dans lequel un gouvernement au service du peuple conduit par la France Insoumise n’aurait pas que des amis et c’est un euphémisme. Il ferait face à des ennemis qui ne lui feraient aucun cadeau, quitte à éventuellement y perdre quelques plumes. Faire échouer une telle orientation politique deviendrait un objectif de première importance pour toute la classe capitaliste en Europe. Notre pouvoir de négociation résultant d’un pouvoir de nuisance serait réduit et, de plus, c’est comme pour l’arme atomique, qui prendra la responsabilité d’appuyer sur le bouton du Frexit en premier, eux (en appliquant des pénalités financières exorbitantes en cas de budget non conforme) ou nous, les français ? SI ce doit être nous, si le plan B rentre en action il faut, pour ne pas laisser trop d’ombre (toujours inquiétante) dire un peu ce qu’on fera. Souvenons nous, en 1981, la gauche a nationalisé, institué le contrôle des changes et limité les sorties de capitaux. Nous serions sans doute amenés à faire de même, et par là contrevenir à la règle de liberté de circulation des capitaux immédiatement, avant même qu’un traité de sortie ne soit conclu. Nous devrions affronter une défiance financière (taux d’intérêts grimpants en flèche et dégradation de la notation par les différents instituts à la botte de l’oligarchie capitaliste). Ferions-nous un défaut partiel sur la dette ? Il faudrait donc parler dès aujourd’hui des dettes illégitimes et mettre en débat la question essentielle de l’annulation des dettes, condition sine qua non d’une réorientation drastique de l’activité vers la préparation de la transition écologique. C’est en mettant ces questions sur la table qu’on pourra entamer une discussion productive avec d’autres tendances politiques (qui ne sont pas toutes sans bases sociales) avec qui il faudra créer des alliances le moment venu (y compris au niveau européen). Prendre de l’avance sur ces question c’est conserver une capacité d’initiative politique indispensable. On voit bien que les écolos sont encalminés dans l’impasse européenne par timidité vis à vis des possédants, et pourtant, sous pression politique et idéologique, nous pourrions les attirer à nous, car tous les experts le savent bien, dans le cadre financier actuel, le capital a toutes les armes en main. Bref il faut que nous allumions un peu la lumière sur la situation de la France après l’élection d’un pouvoir inspiré du programme LFI et la stratégie politique et économique qu’elle pourra mettre en oeuvre à ce moment là. On en est encore loin, je ne puis que le constater.

  40. Concernant l’expérimentation animale :

    Le principe des 3R (réduction, raffinement et remplacement
    évoqué en 1959) est largement dépassé et n’est plus adapté
    au vu des connaissances du 21ème siècle (et notamment
    le décryptage du patrimoine génétique humain en 2000).

    L’échec flagrant du principe des 3R est mis en évidence par l’augmentation des expériences sur animaux, au lieu d’une diminution.

    Il serait cohérent de remplacer les 3R par les trois principes suivants :
    * étudier l’espèce en question (étudier les chiens, les rats, les singes ou les poissons pour guérir les humains est un non-sens) donc pour la santé humaine, étudier sur du matériel humain (culture de cellules, tissus humains, organes sur puces, etc) ou des données humaines (banques de données, épidémiologie, etc)
    * ne pas nuire (ne pas utiliser des animaux en bonne santé afin de les rendre malade)
    * se baser sur des preuves (le modèle animal n’a jamais été validé)

    Rendre obligatoire l’utilisation de méthodes substitutives déjà validées.

    Réorienter les subventions dans la recherche biomédicale (c’est-à-dire 98% des fonds pour le développement des méthodes substitutives et non pour l’expérimentation animale).
    Interdire toutes expériences sur les singes, les chiens et les chats d’ici au 1er janvier 2020.

  41. Vraiment je suis étonné, ce programme est vraiment très précis mais pour être honnête je ne vois que tous les abus des gouvernements, concrètement, dites moi pensez-vous à réduire les salaires et les avantages de ces Dames et Messieurs du gouvernement, des députés, du parlement etc…. ? de remettre l’ICF ? de chasser les fraudes fiscales ? la France se meurent car trop de personnes se servent de l’argent du Peuple.

  42. Proposition d’ajout à l’article 2.2 à la suite du 5e point: « Faire de l’électricité un bien commun, garantir sa gestion publique et garantir le droit à l’electricite pour tous en instaurant la gratuite d’un volume d’électricité essentielle.
    Stopper la diffusion des compteurs communicants en Europe, afin de ne pas aggraver l’exposition des citoyens-nes aux ondes électromagnétiques (classées cancérigènes probables par l’OMS ) et garantir le respect de la vie privée de chacun-e. »

  43. * des généralités, -dans le plan les points d’exclamation sont ils à garder, si oui expliquer pourquoi, ex centre du programme.
    – je mettrai le chapitre 4 en 2 car un peuple souverain en paix sont les préalables aux réalisations suivantes
    *ch 2-1 proposer des formations aux professionnels de boucherie, abattoirs et élevage /la bientraitance animale
    *ch 2-3 -les ogm sont aussi utilisés en dehors de l’alimentation ce qui pollue l’environnement, a exclure au principe de précaution
    -élevage et maraîchage qui a besoin de fumage sont liés dans l’agriculture paysanne
    *ch 3-4 pour la sortie des traités libéraux , valoriser les moyens concrets, par ex ceux énoncés par Frédéric viale :
    -questionner le mandat du gouvernement français à la commission européenne, lui demander d’assumer ses positions,
    -avoir une pédagogie des tenants aboutissants des traités à ratifier ou pas, pourquoi les normes et les réglementations nationales de protections s’opposent au marché (notion de coût qui gêne la concurrence),
    – influencer de l’intérieur une fois élu sur qui écrit les textes (choisir des professionnels autres que les lobbies) … montrer qu’on peut faire autrement ;
    -dénoncer les méfaits de la libéralisation : risque de santé pour la population, rq d’accident nucléaire (travailleur détaché), pour les biens communs, menace pour la paix

    merci pour tout le travail, force insoumise à tous et toutes

  44. Je suis travailleur handicapée , il faut qu’il y ait une loi handicap au niveau européen , pour nous travailleurs handicapés . Nous sommes sous le seuil de pauvreté en dessous du smic , cela n’est plus vivable . C’est pourquoi il faut supprimer l’A.A.H pour avoir un salaire au niveaux du smic .

  45. Bonjour,

    n’y a t il pas urgence à avancer vers une liste unitaire regroupant un maximum de forces politiques dont LFI , le PCF , le NPA , Ensemble dans l’esprit de ce que nous avons construit dans la 4è de l’Eure en 2017?

    C’est en tout cas ce que se dégage d’un vote à 60% pour le texte  » la nécessité du rassemblement  » voté par la conférence fédérale du PCF de l’Eure le 17 novembre.
    Des efforts doivent être fait de tous les côtés et en particulier par mon Parti et son chef de file Ian Brossat qui incarne pour les communistes de ma section, la poursuite de l’alliance avec le PS dont il faut définitivement se débarrasser.

    Merci de vos réponses

    Henri Rogé section PCF du Roumois, EURE (27) qui a fait des dons à LFI à plusieurs reprises.

    « La nécessité du rassemblement

    La poussée de l’extrême-droite en Europe, l’offensive généralisée du macronisme contre le monde du travail nous obligent agir pour le rassemblement des forces antilibérales et la construction d’un Front commun.

    Le rassemblement c’est d’abord le rassemblement de celles et ceux qui luttent, mais on voit bien que malgré la crise politique qui grandit, Macron peut profiter de l’absence d’alternative à gauche. Le pire aussi peut arriver et le Rassemblement National s’imposer.

    Il est donc nécessaire d’oeuvrer à la convergence des forces anti-libérales dans un Front commun

    Nous savons que comme en 1933 – 1934, comme en 1940 nous sommes confrontés à des difficultés pour aboutir à ce rassemblement.Tourner le dos à la FI au motif que J.-L. Mélenchon ne veut pas aujourd’hui de rassemblement à gauche reviendrait aussi à abandonner notre électorat historique et serait pour nous suicidaire. Nous devons au contraire nous battre pour la mobilisation et l’élargissement de l’électorat qui aspire à une profonde transformation sociale, et donc pour un rassemblement avec la FI et toutes les forces décidées à mettre en cause l’ordre néolibéral. Dans ce combat pour l’union, comme au sein du rassemblement politique qu’il vise à construire, nous devons critiquer sans concession les tentations populistes et social-démocrates, mener tous les débats qui le traversent et faire avancer les positions communistes modernes et renouvelées.
    Les communistes ne renoncent jamais et ils ont les moyens d’arriver à ce rassemblement mais écrire aux uns et aux autres ne suffit pas.

    Pour les Européennes, nous devons :

    – Faire de la bataille pour l’unité une bataille populaire (pétitions, appels d’élus…)
    – Envoyer à la société et à nos partenaires les signes que le PCF se révolutionne et évolue sur des thèmes essentiels (Travail, nucléaire, antiracisme…)
    – Nous adresser spécifiquement aux forces de la GUE et aux signataires de « Maintenant le peuple » (Podemos, Bloco, FI…) pour voir ce qu’il est possible de faire ensemble en Europe

    Dans ces échéances et au-delà, dans le respect d’un socle commun, un tel rassemblement doit garantir à chacune de ces forces la complète liberté de ses propres combats – pour nous, porter l’ambition communiste – et contribuer ainsi à la dynamique générale. Il doit leur permettre de mener ensemble les batailles qui leur sont communes et de proposer des programmes et des candidatures d’union lorsque les circonstances et le système électoral l’exigent.

    C’est ce que nous appelons un « Front commun », espace politique de bouillonnement des partis, mouvements, citoyen•ne•s, intellectuel•le•s, artistes, personnalités au service de la mobilisation populaire. »

  46. Paragraphe 4.4 : Non à l’Europe de la guerre, construire la paix

    Si l’on veut construire la paix il faut, entre autre, arrêter la vente d’armes dans et hors de l’U.E.
    Il faudrait donc militer pour que l’ensemble des pays européens s’engagent dans ce sens.

  47. Dans le paragraphe 2.3
    Dan le point : Sortir des pesticides et des OGM il est écrit :
    chaque Etat doit pouvoir les appliquer unilatéralement y compris vis-à-vis des importations en provenance d’autres pays de l’UE
    Concrètement comment contrôler au niveau national? Il faudrait clarifier la méthode?

  48. Camarades,

    Voici le résumé des interventions de nos 5 tables rondes lors de la soirée de lancement :

    1 – Cette table a mis l’accent sur les bonnes pratiques en termes de militantisme en se demandant ce qui fonctionne vraiment (des documents pré-remplis, des discussions).
    Ce groupe voudrait organiser des rencontres où l’on peut par exemple expliquer aux citoyens comment s’inscrire sur les listes électorales et pourquoi le faire plutôt que leur donner un tract abstrait.
    Sur un plan théorique, ils ont inscrit leur échange dans la distinction entre le temps démocratique et le lieu démocratique qui ne doivent jamais se disjoindre, là étant la difficulté…

    2 – Cette table s’est attachée à des débats de fond et a souhaité alerter la salle sur le saccage des biens publics et biens communs. Ils ont longuement évoqué la privatisation de l’eau et des transports, la FI devra œuvrer coûte que coûte pour freiner la fuite en avant orchestrée par Bruxelles.
    Cela est fortement lié au poids des lobbys et à l’entretien d’un libre-échange sauvage. Pour limiter le mélange des genres entre les multinationales et la politique, il devient urgent de publier officiellement le nom des élus qui ont des liens avec des entreprises.

    3 – Cette table a souhaité repréciser le message politique que notre mouvement met derrière les élections européennes, nous devons tous œuvrer pour en faire un referendum anti-Macron tout en restant fidèles à nos idéaux, à notre programme, autour de l’éco-socialisme et de la règle verte. Œuvrer pour une saine alimentation deviendra alors un objectif tout naturel.
    Dans un deuxième temps, la question migratoire a occupé cette table puisque notre programme invite à comprendre les migrations internationales dans leur globalité, en s’interrogeant sur les facteurs de la migration avant tout.

    4 – Cette table s’est emparée de l’exercice en proposant des évènements concrets. La question migratoire a été abordée et à un niveau local celle-ci pourra faire l’objet d’une conférence pour décrypter le livret FI migrations.
    Il y a également eu la proposition de création d’un outil militant qui nous servira d’argumentaire, il s’agit de mettre en évidence comment chaque décision européenne a des déclinaisons néfastes à un niveau local.
    Enfin, un besoin est remonté : nécessité d’évoquer l’agriculture dans notre département où la ruralité est une réalité.

    5 – Cette table a mis l’accent sur le militantisme de terrain en cherchant comment mettre en place des idées nouvelles ou des stratégies que nous maîtrisons déjà dans le cadre des futures élections.
    Ils souhaitent que l’on travaille sur les dimensions suivantes : comment voter, faire voter, convaincre. Il y a également eu un travail sur les différents lieux d’actions militantes (sorties d’école par exemple).

    Enfin, quelques actions concrètes remontées dans le cadre du débat avec la salle : évènement dans les quartiers de Perpignan dans le cadre des rencontres nationales des quartiers populaires (lancées par le député Eric Coquerel) ; Évènements de terrain pour inciter les gens à s’inscrire sur les listes électorales ; Organisation de conférences / formations militantes (migrations, agriculture / écologie, souveraineté populaire) ; Venue à Perpignan des élus régionaux insoumis puis de la députée Muriel Ressiguier.

    Amicalement,

    Le comité d’appui de Perpignan

  49. 2.1 : point 7 (droit des animaux) :
    Expliciter les « sévices sur animaux vivants » en en faisant un point à part :

    *Interdiction des sévices sur animaux vivants :
    – interdire la production et la vente de fourrure
    – interdire la corrida, la chasse-loisir, les animaleries et les cirques avec animaux
    – politique de stérilisation des animaux errants et législation sur la stérilisation des animaux domestiques.

    point 8 (expérimentation animale) : reformuler en :
    « -Remplacer les 3R par les trois principes suivants :
    – étudier sur du matériel humain
    – Rendre obligatoire l’utilisation de méthodes substitutives déjà validées.
    – Interdire toutes expériences sur les singes, les chiens et les chats d’ici au 1er janvier 2020. »

    2.3 (PAC) : ajouter les points :
    – accompagner la fermeture des élevages intensifs au profit des productions végétales
    – limiter les transports d’animaux vers les abattoirs à 4h
    – transfert massif des subventions de la PAC vers la production de protéines végétales (légumineuses à destination de l’alimentation humaine), qui permettrait que le bio et local soit économiquement et écologiquement soutenable et accessible à tous.
    – dans « Interdire l’importation des produits issus de la déforestation » : expliciter en ajouter la parenthèse : « (soja et autres céréales et légumineuses à destination du bétail européen) ».
    (1ère source de très loin de déforestation bien avant l’hdp.)

    2.4
    étant donné les ravages de la pêche industrielle il est nécessaire de lui consacrer un point entier.
    * Politique commune de la pêche :
    – stopper les financement de la pêche au chalut et de toutes les pêches qui ravagent les mers.
    – engager la reconversion vers la production d’algues à destination de l’alimentation humaine, excellente source de protéines, écologiquement durable.

  50. 2.1 : point 7 (charte droit des animaux) :
    Expliciter les « sévices sur animaux vivants » en en faisant un point à part :

    *Interdiction des sévices sur animaux vivants :
    – interdire la production et la vente de fourrure
    – interdire la corrida, la chasse-loisir, les animaleries et les cirques avec animaux
    – politique de stérilisation des animaux errants et législation sur la stérilisation des animaux domestiques.

    point 8 (expérimentation animale) : reformuler en :
    « – Remplacer les 3R par les trois principes suivants :
    * étudier l’espèce en question (étudier les chiens, les rats, les singes ou les poissons pour guérir les humains est un non-sens) donc pour la santé humaine, étudier sur du matériel humain (culture de cellules, tissus humains, organes sur puces, etc) ou des données humaines (banques de données, épidémiologie, etc)
    * ne pas nuire (ne pas utiliser des animaux en bonne santé afin de les rendre malade)
    * se baser sur des preuves (le modèle animal n’a jamais été validé)
    – Rendre obligatoire l’utilisation de méthodes substitutives déjà validées.
    – Interdire toutes expériences sur les singes, les chiens et les chats d’ici au 1er janvier 2020. »

    2.3 (PAC) : ajouter les points :
    – accompagner la fermeture des élevages intensifs au profit des productions végétales
    – limiter les transports d’animaux vers les abattoirs à 4h
    – transfert massif des subventions de la PAC vers la production de protéines végétales (légumineuses à destination de l’alimentation humaine), qui permettrait que le bio et local soit économiquement et écologiquement soutenable et accessible à tous.
    – dans « Interdire l’importation des produits issus de la déforestation » : expliciter en ajouter la parenthèse : « (soja et autres céréales et légumineuses à destination du bétail européen) ». (1ère source de très loin de déforestation bien avant l’hdp.)

    2.4
    étant donné les ravages de la pêche industrielle il est nécessaire de lui consacrer un point entier.
    * Politique commune de la pêche : stopper les financement de la pêche au chalut et de toutes les pêches qui ravagent les mers. Engager la reconversion vers la production d’algues à destination de l’alimentation humaine, excellente source de protéines, écologiquement durable.

  51. Au point 2.4 ( Mettre en place une planification écologique européenne), il est écrit ceci : « Élaborer un plan européen de ferroutage obligatoire sur longue distance et de report modal de la route vers les modes moins polluants. »
    Je remarque que lorsqu’est évoqué le développement du fret ferroviaire par la FI, ses expressions se limitent toujours à prôner le développement du ferroutage. Cela constitue certes un aspect du développement à opérer mais ce n’en est qu’une petite partie : bien au delà et avant le ferroutage, il y a tout ce qui relève du fret ferroviaire traditionnel qui serait à restaurer et à développer ! Je veux parler du transport par wagons isolés (celui qui recoure aux gares de triage pour former des trains lourds) ou par trains entiers (trains de wagons classiques d’un même type acheminés de l’expéditeur au destinataire sans remaniement intermédiaire), ainsi que le transport combiné traditionnel qui concerne le chargement de conteneurs ou de caisses mobiles sur des wagons plats. Le ferroutage (désigné aussi comme « autoroute ferroviaire »), quant à lui, renvoie surtout au chargement de poids lourds sur des wagons spéciaux (chargement de tout le poids lourd y compris le tracteur, ou seulement de la remorque routière avec son chargement). Or, compte tenu du poids de la tare à embarquer dans ce type de transport de fret, une grande partie de l’efficacité énergétique du train est ainsi perdue. Cela ne condamne pas le ferroutage, mais ne fait de cette technique qu’une partie de la solution pour redévelopper le trafic ferroviaire de marchandises dans l’UE.
    Par ailleurs, les sections d’autoroute ferroviaire, lorsqu’elle ne sont déployées que sur de faibles parcours – cas de l’autoroute ferroviaire entre la France et l’Italie, d’Aiton à Orbassano – ne constituent pas une alternative au transport routier par poids lourds mais au contraire une aide à celui-ci, pour lui permettre de franchir seulement des zones limitées (comme des obstacles montagneux), la plus grande partie des parcours continuant à se faire sur route avec les nuisances consécutives. En revanche, l’exemple de l’autoroute ferroviaire longue de Bettembourg (frontière luxembourgeoise) à Le Boulou (frontière espagnole) est plus intéressante en terme de réel report modal, bien que la question du poids mort transporté reste posée.
    Je suggère donc de remplacer la phrase du texte par celle-ci : « Élaborer un plan européen de recours obligatoire au transport ferroviaire de fret sur longue distance dans toutes ses composantes (wagons isolés, trains entiers, transport combiné classique, ferroutage lorsque celui-ci est pertinent) et plus généralement de report modal de la route vers les modes moins polluants. »
    Cela étant, le programme me semble globalement très bon et je félicite les auteurs et contributeurs pour le gros travail accompli.
    Philippe Mühlstein

  52. Remplacer • Développer l’agriculture écologique et paysanne : transfert massif des subventions de la PAC vers les petites exploitations et l’agriculture bio, plafonnement des aides pour les grosses exploitations, renforcement des aides à la conversion vers l’agriculture bio
    PAR
    • Développer l’agriculture écologique et paysanne : transfert massif des subventions de la PAC vers les petites exploitations et l’agriculture bio et écologique, plafonnement des aides par actif pour les grosses exploitations, renforcement des aides à la conversion vers l’agriculture bio

  53. Bonjour,

    Le catalogue de mesures proposé est très impressionnant et se situe dans la dynamique de l’AEC. Cependant il me semble porteur d’une contradiction majeure.En effet, en préambule, il est rappelé la volonté de retrouver une souveraineté populaire . Hors il n’est pas de souveraineté des peuples en dehors des états, des nations, des états nations. L’Europe, aux peuples multiples ne serait être une nation et pourtant dans un déni de démocratie nous lui avons concéder des pans entiers de notre souveraineté (monnaie, politique économique, agricole et sociale …). L’Europe est actuellement une institution hybride entre fédéralisme (commission, parlement, et conseil sur certains aspects ) et confédéralisme (conseil sur certains autres aspects qui nécessitent l’ unanimité (fiscalité, politique étrangère, justice … ) …Ainsi, pour construire une Europe des peuples seul un projet confédérale de coopération entre les états répond à cette aspiration et il me semblait que la FI défendait cette position ….Hors si un dispositif de véto (carton rouge) renforce effectivement le rôle des parlements nationaux pour stopper des mesures législatives, il ne me semble pas avoir perçu la trame d’un projet radicalement confédérale de l’Europe seul à même de consacrer pleinement la souveraineté populaire. Avec un peu de sarcasme, nous pourrions même dire que le catalogue de mesure ainsi énoncé comme devant s’imposer à tous est d’une aspiration fédérale ….Il semble que la FI demeure partagée et confuse sur ce qui fi
    t débat en 2005….Je pense que cette « confusion » dont je perçois l’expression entre projet A et B sera très vite révélée … Nous ne savons pas clairement – exprimer- ce que nous voulons !

  54. Bravo pour ce travail. On ne pourra engrangé tous cela aux citoyens. Il serait intéressant de prévoir un genre d’exposition des propositions que l’ont peut mettre en place soit en salle, au marché, dans des quartiers ou rue…

    Concernant le code de la route, il me semble de ne rien voir. Notamment l’harmonisation de la réglementation autoroutière applicable à tout les pays membre de l’Europe, ainsi que la monnaie unique !!

  55. Bonjour,
    Je voudrais faire des propositions concernant le point 4.3.
    Pour être en cohérence et respecter l’ordre des thèmes abordés dans ce sous-titre « Arrêter la guerre aux migrants, permettre de vivre et travailler au pays », je propose de modifier l’ordre des paragraphes :
    1. Sortir de l’impasse Schengen…
    2. Mettre fin aux règlements de Dublin…
    3. Dans le cadre du Brexit…
    4. Créer un corps européen…
    5. Garantir le droit d’asile…
    6. Garantir le droit d’asile des personnes LGBTQIA…
    7. Construire un programme pour l’aide au retour…
    8. Combattre les causes de l’exil forcé…
    9. Organiser une conférence internationale…
    Dans le nouveau point 5 après « les exilé.e.s » rajouter les migrant.e.s, les réfugié.e.s en respectant leur droit à la libre circulation..
    Après les « droits fondamentaux » on peut décliner entre parenthèses quels sont ces droits : éducation, santé, logement, emploi.

  56. Hi,
    I am a Florida State licensed air conditioning contractor. I can tell you one thing, which I have learned from many years of experience: Customer feedback is the lifeblood of every successfull business.
    P.S. If you would have any feedback on my website, I would appreciate it: http://magmaair.com/
    Cheers!
    Joe

  57. Il me paraît capital de souligner la nécessité de sortir des traités car sinon rien de tout cela n’est possible (je suis e désaccord sur ce point avec quelques contributeurs).
    Pour l’agriculture : la position de Bernard Friot sur l’encouragement à la mise en place d’une sécurité sociale alimentaire me paraît des plus intéressantes. Promouvoir des circuits courts, encourager les circuits de distribution vertueux d’un point de vue écologique peut être fait dans le cadre de la constitution de ces caisses de sécurité sociale assise sur une cotisation, caisses gérées par les travailleurs de l’agriculture (ceci est un moyen pour la mise en oeuvre des principes posés dans le programme.
    Pour la politique dite « migratoire » : je suis en total désaccord avec la formulation « la préparation du retour des réfugiés » qui n’a aucun sens (si l’on se réfugie quelque part on n’est pas prêt à repartir sauf à ce que les conditions dans le pays où l’on vivait changent et que l’on n’a pas fait son nid dans le pays d’accueil (enfants tissant des liens avec d’autres enfants, et grandissant, et étant d’ici comme chacun d’entre nous). J’ai de plus l’intime conviction que ce petit bout de phrase du premier alinéa du 4.3 va être ressassé par nos détracteurs.
    Pour le reste : je suis globalement en accord à ce stade et admirative pour le beau travail accompli.

  58. C’est un beau travail.
    Malheureusement, en l’absence de clarifications sur la stratégie vis à vis de l’Union Européenne, ce n’est rien de plus qu’une lettre au Père Noël de plus, comme celles des autres (EELV, Generation.s, etc..)
    Soit on considère que le combat principal et décisif c’est en France qu’il se joue, et notre programme c’est l’Avenir En Commun et rien d’autre, la campagne un référendum contre Macron et rien d’autre. Soit on veut profiter de l’échéance pour expliquer notre vision de l’Europe et notre stratégie vis à vis de l’UE et il faut détailler et clarifier notre stratégie PlanA/Plan B (C’est toujours « l’Europe on la change ou on la quitte », ou c’est autre chose?), notre stratégie de reconquète de la souveraineté monétaire, notre tactique pour tordre le bras au Conseil Constitutionnel, etc…
    Sinon c’est du beau travail, mais inutile…

  59. Sophie : nouvelle arrivante au mouvement Phi
    Nous nous sommes réunis pour la soirée de lancement des comités d’appui dans ma petite ville de Province et n’avons malheureusement pas pu aborder la discussion autour du texte programmatique de la France Insoumise pour les élections européennes (il est long et complexe à lire…)
    Nous nous sommes en revanche centrés sur les actions à venir :
    – identification des personnes ressources (nous sommes au nombre de 5 actuellement)
    – préparation des prochaines actions du comité d’appui (…) autour de l’inscription sur les listes électorales
    – choix de la date de la prochaine réunion (…)
    En fin de réunion, nous avons discuté du tract donné par Phi (en 2018, je m’inscris). Nous avons émis des réserves concernant son contenu et son sujet, d’autant que le graphisme rappelle celui des « Shadocks » et en conséquence, avons décidé de ne pas le distribuer. Il risquerait d’amener davantage de confusion dans l’esprit des gens sur l’enjeu de l’élection européenne de 2019 (qui n’est pas à notre sens un référendum anti-Macron)
    Le compte-rendu de notre réunion du 14 Novembre 2018 sera disponible le 10 décembre prochain, date de notre prochaine réunion
    Merci de votre accueil et de votre travail de titan (cf : le programme)

  60. Pour l’essentiel, je n’ai rien à redire au contenu de ce projet qui me semble correspondre aux grands lignes que nous défendons.
    Il faut souligner la qualité de ce projet de programme car c’est du beau boulot 🙂

    Il y a bien un point qui manque, je trouve, concernant la protection des animaux utilisés à des fins récréatives. Je propose d’intégrer au programme l’adoption d’un plan à l’échelle européenne pour mettre fin à l’utilisation d’animaux à des fins récréatives violentes, cruelles et/ou dégradantes comme la tauromachie qui est une tradition particulièrement cruelle ou bien l’exploitation des animaux (particulièrement les animaux sauvages) dans les cirques.
    Ce plan devrait s’accompagner d’aides à la reconversion pour les métiers qui y sont liés et de la prise en charge des animaux ainsi libérés dans des parcs naturels ou des fermes pédagogiques par exemple.
    Il y a bien suffisamment de façons de se distraire sans être obligés de faire souffrir des animaux.

    Sinon, quelques remarques sur la forme:

    Dans le préambule du chapitre 2, il est écrit : »Le libre-échange et la politique agricole européenne favorisent l’expansion d’une agriculture industrielle, polluante et aggravante le changement climatique, aux dépens de l’agriculture écologique et paysanne. »
    Il y a un truc qui ne va pas d’un point de vue grammatical. Il serait plus clair d’écrire « Le libre-échange et la politique agricole européenne favorisent l’expansion d’une agriculture industrielle polluante et aggravent le changement climatique, aux dépens de l’agriculture écologique et paysanne. »

    Dans le chapitre 2.1 point 8, apparait la phrase « Protéger les animaux utilisés à des fins scientifiques dans le cadre du principe des « 3 R » : réduction, remplacement et raffinement. »
    Il serait peut être bon de rajouter une ligne ou deux pour donner une vague idée de ce dont on parle car sauf à être un peu spécialisé, peu de gens savent de quoi il s’agit.

    Dans le chapitre 5.3 point 6, apparait la phrase « Augmenter les budgets européens alloués à la recherche publique et harmonisés avec l’enseignement supérieur avec un objectif de 3% du PIB » qui n’est pas claire du tout. Je ne suis pas sûr de moi même comprendre ce que vous entendez par là. Il faudrait la réécrire pour la rendre plus compréhensible.

  61. merci les insoumis pour ce beau programme!
    sensible à la vie sauvage, à la condition animale je suggérerais
    – stopper le laxisme sur l’expérimentation animale; rediriger les subventions pour travailler sur des cultures de tissus humains ( recherche médicale)
    -stopper les entassements dans les fermes à fourrure, interdire la production et vente de fourrure,( après information sur les pratiques courantes si nécessaire)
    – stopper l’entassement des poules, canards, lapins, cochons, l’interdire!( êtres sensibles ayant droit à leur liberté de mouvements, à s’occuper de leurs petits…)
    – favoriser la vie sauvage, la biodiversité, créer des parc naturels, protéger la forêt primaire, en interdire l’exploitation comme celle de son sous sol…
    – faire reconnaître le droit à la vie des animaux sauvages ( interdiction de la chasse loisir) le droit à un habitat, le droit à la liberté ( après le démantèlement des anciens zoos humain, prévoir celui des zoos pour animaux…non humains, organiser leur fermeture progressive)( évidemment fermer les cirques avec animaux, suivant la conjoncture actuelle)
    – subventionner la culture d’algues, le tourisme maritime (ex: création de zones de plongée sur des parcs naturels marins) pour bénéficier d’un autre rapport, de découverte, de bénéfice mutuel, avec le monde maritime. stoppant drastiquement notre attitude de prédation (auto)destructrice;
    -réorienter les subventions de la PAC qui vont actuellement sur les exploitations de type élevage industriel, ou sur les plus vastes d’entre elles. Soutenir l’agriculture paysanne respectueuse du sol, biologique en priorité. Aider à la reconversion, soutenir la production de protéines végétales .

  62. Bravo à l’équipe de France Insoumise !

    Je vous soutiens depuis longtemps déjà et je voudrais vous donner mon avis sur d’éventuels points à renforcer. Je pense que vous devriez insister sur ce qui se fait déjà en Europe contre l’austérité, le libéralisme financier et la corruption politique.

    Je crois très important de rappeler que « le moral est une arme de combat », et qu’il faut donner de l’espoir aux gens d’Europe pour qu’ils puissent avoir la force de se soulever démocratiquement, par les urnes. Leur dire que c’est possible, que certains le font ou l’ont déjà fait : les banquiers mis en prison en Islande, les énergies renouvelables au Portugal (+ le droit social, la réduction du chomage par Izquierda Unida depuis 2015), mais aussi en Italie (revenu universel envisagé, retour sur la vaccination). Faire campagne pour la santé, pour les médecines douces, surtout en pensant à la France, peut tout à fait fonctionner, c’est la stratégie de Nancy Pelosi pour la campagne démocrate qui vient de triompher aux États-Unis.
    Il est vrai que les lobbys en France sont particulièrement puissants, sans nul doute les plus forts d’Europe, voire pour certains, comme la pharmaceutique, la pire de l’hémisphère nord. Et nos patrons les plus intouchables, de même que nos politiciens corrompus qui échappent aux poursuites, quand ils seraient condamnés pour 10 fois moins en Norvège par exemple.

    Je crois aussi important, en annexe, de faire comprendre aux français qu’ils ne vivent pas dans un pays normal et démocratique, quand, au passage, le ministère de l’Intérieur en place organise lui-même les élections et le comptage des votes (qui lui se ferait à Denver, selon certaines sources…), et quand le Conseil Constitutionnel valide ou invalide ces résultats selon s’ils leur paraissent « convenables ». Le C. Constitutionnel, par ailleurs, dont les membres sont nommés à vie par le Président, dont l’élection dépend donc de l’Intérieur… Où le grand copinage a donc tous les droits, et où l’élection d’un concurrent réel devient quasi impossible. Donc, en France, si on de l’ultra-libéralisme, c’est davantage du au système interne qu’à l’UE, même si celle-ci est un sponsor majeur du libéralisme mondial. A garder pour la politique nationale française.

    Plutôt que de montrer le péril, montrons un futur meilleur. L’exhibition de la dystopie n’a jamais fonctionné, excepté pour le système en place : les puissants, les financiers, misent sur la peur des gens, tout en ayant eux-mêmes très peur que les gens n’aient plus la crainte d’agir. Je pense qui si l’on doit contrer leur politique, c’est en redonnant confiance à l’électeur. Si quelque part en Europe, le progrès s’est imposé, alors il doit pouvoir s’imposer partout. A nous de prendre le meilleur de ce qu’on fait nos voisins pour l’adapter chez nous, et pourquoi pas demain montrer un exemple.

    Et j’ai aussi un coup de coeur pour Aufstehen, voire la gauche danoise, qui ont compris comment couper l’herbe sous le pied des « nationalistes », en mettant l’accent sur la réduction positive de l’immigration, et qui doit être pleinement assumée à gauche en Europe. Beaucoup d’électeurs des nationalistes sont de braves gens, et plus de la moitié sont de gauche : on doit aussi pouvoir compter sur eux, et je pense que FI l’a bien compris.

    Le côté anti-élitisme doit être plus martelé : il faut reprendre l’idée initiée par Marx que les différentes élites sont en réalité une seule : l’élite économique produit une élite culturelle, une élite sociale, politique, et même administrative. L’idée de combat contre une certaine culture (du fric, du sexisme, par exemple), pourrait être sérieusement envisagée, même si là encore la France a de beaux mauvais exemples (le diktat de la maigreur étant particulièrement fort dans notre pays).

    Je crois aussi très important de mettre l’accent sur la lutte contre les communautarismes, que le projet de France Insoumise ne sera en rien réduit dès lors qu’il s’agira de lutter contre ceux qui veulent se soustraire à la justice, quelle que soit l’appellation sous laquelle ces communautés voudraient se présenter. Car le premier communautarisme, c’est l’élitisme ! Le premier communautarisme, c’est le grand patronat !

    Sur ce,

    Bonne campagne !

    V.

  63. Même remarque que Viviane, Mickaêl et Kati sur la question des réseaux pédophiles : l’Europe à construire est aussi celle de nos enfants et nous avons la charge de les protéger des prédateurs et de cette mafia. Il faut que ça cesse !

  64. Bonjour insoumis,
    Il me semble que pour établir une certaine égalité dans les échange in et extra européen, la taxation à l’entée des produits échanger entrainerait peut être une évolution sociale des entreprises ou des pays concerné.
    Cette taxe pourrait être attribuée à un aide aux dits pays ou entreprises à des fins d’améliorations sociales.

    Mon expérience de salarié m’incite à penser:
    que les augmentation en pourcentage ne font qu’augmenter les différences salariales.
    que les barème (type SIMC, allocations chômage et autres RSA…) se transforment à volonté en moyen de blocage des salaires ou revenus indexé sur les prix à reconnaissance variable.
    je ne sais si cela fait parti de l’Europe, encore que l’on puisse envisager de/ou promouvoir des caisses ( sécu. retraite…), il faut absolument des décisions incluant les travailleurs, sans oublier que les paysans, les artisans et les commerçants n’ont pas adhéré à la protection sociale car trop chère pour eux. Ils ont pu ainsi créer leurs propres institutions.
    au début des années 70, l’automatisation venant, certains pensaient que la machine remplaçant l’homme devrait participer par cotisation à la protection sociale??? Je sort de l’Europe encore que??.

    Étant asthmatique, mon épouse atteinte de la maladie d’Alzheimer, il me semble important que la recherche médicale soit européenne, que les recherche et le contrôle de l’efficacité des médicaments soient hors du champ des laboratoires de fabrication, laboratoires à nationaliser. Il me semble que la santé est un bien commun. Je veux insinuer que la formation des médecins pourrais être européenne afin d’entrainé un mode de pensée plus ouvert, moins rigide que les maths, il me semble que Mr Einstein disait: ce que je sait, c’est que je ne sais rie, le champ des découvertes est ouvert, il faut donc le laisser ouvert.

  65. Laisser un commentaire
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
    Commentaire
    Ce programme me convient très bien et je voudrais seulement apporter ma pierre au premier paragraphe :
    « • Proposer la sortie des traités européens en cohérence avec notre stratégie plan A / plan B : nos députés européens demanderont que soit engagée la procédure de révision des traités prévue par l’article 48 du traité sur l’Union européenne pour aboutir à un nouveau traité fondateur. »
    Ce programme se place du côté des députés européens, ils vont donc demander « la révision » du TUE et non « la sortie » du TUE comme pourrait le faire la France. Je propose donc de remplacer le mot sortie par révision.
    Par ailleurs, je trouve inutile cette référence à « l’avenir en commun » en cohérence avec notre stratégie plan A / plan B qui devrait être supprimée. Je pense que ça n’apporte rien et surtout je crois que c’est un point dans le programme qui est sujet à caution et que je ne partage pas, comme beaucoup d’insoumis.
    Je m’explique :
    A la page 81 de « l’avenir en commun » il est écrit : « notre programme n’est pas compatible avec les règles des traités ; pour appliquer notre programme, il nous faudra donc désobéir aux traités dès notre arrivée au pouvoir  »
    Je suis désolée de dire que cette assertion est en contradiction avec notre droit constitutionnel.
    D’après le principe de la séparation des pouvoirs qui s’applique en France, le Conseil Constitutionnel aura toujours autorité pour annuler une loi et même obligation de le faire s’il la juge anticonstitutionnelle car contraire aux traités européens.
    Pour cette raison, établir un rapport de force avec l’UE n’est pas envisageable, c’est voué à l’échec d’une façon certaine, constitutionnellement parlant. La seule solution pour ne pas subir l’autorité du TUE est l’application de son article 50 en engageant le « Frexit ». Envisager une désobéissance c’est leurrer les citoyens.
    Certes l’Avenir en commun prévoit de faire ré-écrire la Constitution pour mettre en place une 6ème République. Mais avant que cette nouvelle Constitution soit applicable, c’est celle de la 5ème République qui restera en vigueur. Or la plus grande partie du programme sera anticonstitutionnelle ce qui signifie que les lois ne seront pas applicables puisque contraire aux traités européens.
    Par ailleurs, en cas de nouvelle Constitution décidée par le peuple, comme celle-ci sera porteuse de souveraineté nationale, elle entrera en contradiction avec le TUE puisqu’il s’applique aussi à la Constitution et empiète sur la souveraineté nationale. Une 6ème République entraînerait donc automatiquement la France à sortir de l’UE.
    En conclusion la proposition d’un plan A est une façon opportuniste de présenter les choses mais qui ne peut pas fonctionner. Par ailleurs ce plan A est un vrai danger pour l’application du programme ; non seulement il créera un retard dans son application, très préjudiciable car il faudra organiser un référendum au résultat très incertain pour sortir de l’Europe. Si ce référendum est négatif et oblige la France à rester dans l’UE, nous perdrons toute crédibilité et l’Avenir en commun passera aux oubliettes.
    De plus, si on ne se bat pas pour sortir de l’UE et de l’Euro au moment de se faire élire, comme la mobilisation contre nous sera extrême, le référendum aura toutes les chances d’être négatif. Pourquoi prendre ce risque ? Par opportunisme car on ne veut pas faire peur ?
    Ne peut-on pas s’affirmer comme des « frexiteurs » en développant les solutions qui sont celles du plan B et en dédramatisant le phénomène ?
    Cordialement

  66. Merci pour le travail les Insoumis !
    Pour commencer, je dois dire qu’à la lecture du programme, on découvre également en creux comment fonctionne actuellement l’Europe : autant je suis d’accord avec une proposition (ailleurs exposée par un.e autre insoumis.e, désolé pour le manque de précision) d’insister sur l’axe environnemental pour décliner notre programme lors les meetings à venir, autant je pense qu’il faut aussi en profiter pour expliquer ce qu’il se passe au Parlement, afin que les gens comprennent mieux les enjeux, et l’intérêt d’aller voter (accessoirement pour nos listes).

    Voici quelques propositions de réajustement:
    – Dans l’intro, peut-être nous faut-il commencer à prévoir l’après Merkel, et y ajouter la mention de « libéraux », ou « du parti de Merkel et de ses alliés » ? A force de personnifier, on risque de devoir reconstruire l’argumentaire quand elle ne sera plus chancelière.
    – Dans l’intro toujours, on parle de l’OTAN, du risque de guerre « notamment avec la Russie », mais il y a aussi la Turquie si nous souhaitons nous limiter aux simples frontières européennes. Ce serait bien de diversifier, pour éviter la facilité des critiques qu’on nous assène quant à notre pseudo-soutien à Poutine.

    – Le titre du 1 porte à confusion, parce que les seules voix des Français ne feront pas « dégager » les libéraux élus ici et ailleurs. Faire barrage ? Construire une voix populaire en Europe avec nos alliés ?
    – Au 1.3, le combat contre la cogestion conservateurs-socialistes devrait plutôt être présentée comme un état (malheureux) de fait, que nous combattons en votant pour les listes insoumises. Ce n’est pas tant un point programmatique qu’une base idéologique et une réflexion logique.

    – Sur le refus de la métropolisation (2.4), pour aboutir aux objectifs que nous nous fixons, il faut surtout réutiliser et rénover l’urbain existant (cf. Conseil de l’Europe sur Bologne en 1974)

    – 3.1, « mettre fin au dumping », préciser social (et environnemental?)

    Merci encore de nous faire réfléchir et de nous mettre en mouvement ! J’aimerais beaucoup participer à ces phases de concertations : peut-on envisager de former des insoumis et de les intégrer plus avant ?

  67. -2.1. la guerre économique mondiale fait rage!
    Il faut que l’Europe protège les européens en cas de crash économique mondial (rupture d’approvisionnements des produits de première nécessité importés, stocks de médicaments fabriqués hors UE etc…).
    Il faut donc créer un plan d’autonomie alimentaire européen.
    Après relecture: 2° alinéa du paragraphe -3.3. écrire: relocalisation au lieu de relocation.
    Respects citoyens!

  68. Points ayant soulevés des interrogations :
    1/ Parlement :
    – Un seul Parlement pour éviter un coût budgétaire et environnemental.
    – Redonner du pouvoir au parlement en lui permettant de contrôler les actions de la Comission.

    2/ Promouvoir le référendum d’initiative populaire au niveau européen

    3/ Protection de la recherche européenne
    – Service public européen de recherche (sans partenariat public-privé, pour éviter les pressions des lobbys)
    – Avec de véritables moyens.

    4/ Alimentation
    – 100 % local et/ou bio dans tous les restaurants collectifs publics (Hôpitaux, Restaurants Communaux…)
    – Définir une proportion raisonnable dans le privé avec une transparence obligatoire.

    Modifications et réserves :
    – Attention avec le principe de faveur (1.2)
    – Modifier le mot « eau » en « Service Public de l’eau » (3.2 Second Alinéa)
    – Le dégagisme (dans les titres de parties) est perçu par de nombreux participants comme une approche trop négative, pourrait faire repoussoir pour nombre de personnes intéressées par nos positions mais inquiètes de l’attitude du mouvement.

    (Points relevés lors du lancement du comité d’appui de la Plaine Jurassienne, à Dole le 14/11)

  69. On retrouvera le contexte du passage concerné (ici entre guillemets) avec la fonction CTRL-F

    « L’UE offre les pleins pouvoirs à la finance et aux évadés fiscaux contre l’intérêt général » >> L’UE n’offre pas les pleins pouvoirs aux évadés fiscaux (quels pleins pouvoirs ?) mais « ferme les yeux devant l’évasion fiscale »

    « Elle refuse le co-développement avec les autres peuples, saccage leurs marchés nationaux et pousse à l’exil les travailleurs paupérisés. « >> Le lien entre la première et la deuxième partie de la phrase n’est pas établi . Proposé : Au lieu de promouvoir le co-développement avec les pays subissant envers l’Europe un état de dépendance, elle saccage leurs marchés nationaux et pousse à l’exil leurs travailleurs paupérisés. »

    « Les nationalistes progressent partout en Europe pourtant leurs politiques anti-migrants sont acceptées à Bruxelles !! » >> pourquoi ‘pourtant’ ? >> « … ET leurs politiques … »

    « poursuite (?) du pesticide glyphosate » >> « non-interdiction du pesticide »

    « En outre, ce Parlement européen sera fragmenté comme jamais » >> expliciter pourquoi ‘fragmenté’ >> par exemple : les zizanies européennes susciteront une fragmentation inédite des forces politiques en petits groupes…

    « L’UE s’occupe de nous. Occupons-nous d’elle ! >> L’UE s’occupe de nous ? >> Proposé : « L’UE veut décider en notre nom ! Portons notre nom dans l’Europe ! »

    « Étendre les droits et libertés en dégageant les réactionnaires » >> étendre les droits et libertés en dégageant les législations rétrogrades et leur judiciarisation autoritaire.

    « L’euro doit être transformé pour servir l’emploi et la transition écologique » >> La vocation de l’euro comme levier monétaire doit être l’emploi et la transition écologique.

    « Combattre la cogestion de l’UE par les conservateurs et les socialistes européens » >> Démasquer la collusion des conservateurs et des socialistes européens dans la cogestion de l’UE.

    « Élaborer un plan européen de ferroutage obligatoire sur longue distance et de report modal de la route vers les modes moins polluants » >> ajout : « Élaborer un plan européen de ferroutage obligatoire sur longue distance et de report modal de la route vers les modes moins polluants. Promouvoir la compétitivité du ferroutage

    le concept de non-régression >> un doublon en 1.2. et 3.1

    « Mettre fin à l’indépendance de la Banque centrale européenne » >> Mettre fin à la soi-disant indépendance de la Banque centrale européenne

    « le transport de marchandises sur longue distance … » >> le transport injustifié de marchandises sur longue distance ; certains produits proviennent par nature de zones très éloignées.

    « Combattre les causes de l’exil forcé qu’est l’émigration : stopper les accords commerciaux et économiques inégaux avec les pays en développement, lutter contre le changement climatique et soutenir l’adaptation à ses effets, agir pour mettre fin aux guerres » >> … lutter contre le changement climatique et aider les pays incriminés à compenser ses effets. Créer un observatoire des conflits et régionaux afin d’apaiser les tensions, notamment celles suscitées ou attisées par des intérêts économiques

    « Saisir l’occasion du Brexit pour « dés-otaniser » et recontinentaliser nos politiques antiterroristes et de renseignement… » >>> semble assez incompréhensible…
    Idem « Rééquilibrer les alliances entre services, de l’Est du continent vers le Sud de la Méditerranée » >> ??

    « refuser l’expression de chefs religieux dans les institutions, » >> ne tolérer l’expression de chefs religieux dans les institutions que dans la mesure où ils revêtent également une authentique représentativité politique incontournable dans le cadre du dialogue international

    « Protéger l’exception culturelle » >> Protéger l’exception culturelle française

  70. 3.1 Stop au dumping social : non régression, égalisation sociale et coopération

    “Mettre fin au dumping” sans préciser duquel on parle et préciser le moyen de le faire est inutile. “Imposer l’harmonisation sociale par le haut” n’est pas une proposition opérationnelle, au mieux un meilleur titre de section mais ce ne peut être dans un point déclinant les propositions. Et une clause de non régression me semble dire exactement la même chose sans réalité concrète. Harmoniser les droits nationaux du travail et des syndicats pour tendre vers le mieux disant social me semble plus concret.
    Un SMIC national a 75% du salaire médian national ne permet pas de régler les problèmes de dumping social et de tendre vers un SMIC européen, c’est juste de l’ingérence dans les pays nationaux ce qui est en contradiction avec notre volonté de redonner une souveraineté aux peuples. Instaurer un SMIC européen supportable pour tous les pays membres en accompagnant sa progression pour tendre vers un SMIC à 75% du salaire médian européen est un plan qui aboutit réellement à ce qui est visé.
    Pour les ratios de salaire de 1 à 20, il faudrait préciser si c’est exprimé en euros ou en parité de pouvoir d’achat sans quoi il est difficile de savoir de quoi l’on parle pour des salariés d’un groupe européen vivant dans des pays différents.
    La coopération promise dans le titre est absente du contenu…
    “Obliger à l’égalisation sociale” est sans lien avec l’instauration d’écluses douanières. En quoi consistent ces écluses ? Le protectionnisme est une chose, mais ce peut être un outil d’oppression si on ne l’utilise pas pour des raisons sociales et écologiques. Ces adjectifs devraient apparaître.
    Le contour d’une économie numérique coopérative est plus que flou… Ne compte-t-on pas s’opposer à l’uberisation en obligeant les sociétés numériques à respecter un droit du travail socialement acceptable ? Soutenir une économie numérique coopérative sans lui donner les moyens d’être compétitive face aux sociétés uberisées est voué à l’échec. Soit les sociétés numériques n’ont pas le droit de s’uberisées, soit elles l’ont et les sociétés coopératives doivent être compétitives.

    3.2 Défendre et développer les services publics et la Sécurité sociale
    “Refuser l’ouverture à la concurrence […] d’intérêt général et de souveraineté” et “Permettre le maintien des monopoles […] “ et “S’opposer à la privatisation […] GAFAM et intérêts économiques” sont le même point.
    L’opérationnalisation de “Stopper les politiques d’austérité” est de permettre aux états de ne pas respecter la règle des 3% de déficit. Il convient donc de définir jusqu’à combien et pour quels investissements.
    “Protéger la sécurité sociale” est très franco-français. Un objectif de coopération européenne visant à généraliser celle-ci est plus ambitieux et mais en avant ce qui manque dans le premier point, c’est à dire la coopération.

    3.3 Plus aucun sacrifice pour l’euro, pour une relance sociale et écologique
    Il est impossible de mettre au même niveau la création d’emplois et la transition écologique pour justifier des investissements. La transition écologique ok et si elle créée des emplois tant mieux mais des créations d’emplois seuls ne peuvent pas être justifiés sans justifications écologiques. Investir dans le fait de creuser et boucher des trous ne peut pas faire partie de notre stratégie d’investissement.
    “Combattre les réformes structurelles contre par exemple le droit du travail ou l’âge de la retraite et refuser les plans d’austérité par l’UE ou le Mécanisme européen de stabilité” figure déjà dans le point 3.1 dans la défense des droits sociaux.

    3.4 Mettre au pas la finance, les multinationales et les évadés fiscaux

    Quelle est le montant de la protection des dépôts et quel est son financement ?

  71. Les questions auxquelles nous sommes régulièrement confrontés concernent le plan b. Qu’allons faire quand la troïka agira à notre encontre comme elle l’a fait avec la Grèce? Il est donc important de clarifier notre démarche.,

  72. Bonjour,
    Je n’ai pas tout lu, donc excuses si doublon ou plutôt confirmation.
    Je vote F I, c’est le mieux en magasin a ce jour (rire) MAIS !
    MAIS, a mon sens un gros point noir récurant l’Euro
    L’Euro monnaie-unique est une ineptie, il est impossible de faire fonctionner des économies très dissemblables avec un tel système, sauf, ce qui arrive, se condamner a l’immobilisme ou/et l’austérité a vie.
    Une monnaie-commune serait préférable, permettant a chaque pays d’ajuster ses changes en fonction de l’état de ses résultats et de sa politique nationale. Hors aujourd’hui la seule possibilité pèse sur les couts – les salaires – donc austérité générale.
    Il n’y aura pas d’indépendance souveraine sans indépendance monétaire. C’est une des clefs incontournable du/des problèmes posait.
    Si il y a monnaie commune (échange UE – reste du monde) il doit y avoir impérativement monnaies nationales (échange interne a UE)
    Tant que ce problème ne sera pas réglé toutes politiques différentes sont vouées a l’échec.
    Ce point posé, perso. Je ne pense pas que l’on ait besoin d’une UE quelconque, il serait beaucoup plus simple d’organiser des coopérations entre nation sans un organisme qui coute énormément d’argent pour la plupart du temps nous le mettre mauvais et se verser des émoluments hors norme.
    Ce machin, UE, n’ait PAS réformable, l’effet de cliquet joue a tous les niveaux. Tout a la poubelle
    Avec un petit temps d’adaptation ET les politiques libérales a la poubelle également ça ira beaucoup mieux.
    Bon ! Ça fait de grandes poubelles qu’il faut remplir, mais si on ne commence jamais !?!?

  73. Bonjour,
    Il est urgent d’exprimer la nécessité de ne pas envisager de croissance. C’est une aberration écologique. Nous vivons déjà au dessus de nos ressources. Il faut planifier une décroissance matérielle.
    La position plan A plan B n’est toujours pas claire et reste un point de confusion pour nos électeurs.

  74. Bonjour
    dans la Pac supprimer les subventions a l’export comme pour le lait les poulets qui font mourir les agriculteurs africains et provoque par là l’emmigration de ces paysans
    ne pas subventionner les exploitations a la surface ce qui entraine un acaparement des terres par les plus gros exploitants

  75. C’est toujours flou sur les plans A et B, contrairement à l’UPR qui propose un Frexit clair pour ne plus être soumis aux directives européennes qui font baisser les retraites, geler le SMIC, se multiplier les normes inutiles, …

  76. Objectif: ne plus être sous la domination du Dollars et donc des USA.
    Solution 1: Re-négocier avec les instances internationales, l’arrêt des transactions commerciales exclusivement en Dollars et instaurer pour la zone Euro des transactions commerciale hors USA en Euros.
    Solutions 2: Négocier avec les instances internationales le règlement des transactions dans une nouvelle monnaie mondiale (non matérialisée, ne servant qu’à cela). avec une parité pour chacune des monnaies nationales.

  77. Nous devons defendre avant tout la souveraineté populaire et donc nationale car « le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation » art 3 déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Il faut sortir des traités européens et construire une confédération européenne comme le prévoit le MRC.
    L’Europe doit être européenne c’est à dire qu’il faut sortir de l’OTAN et arrêter d’être soumis aux états unis d’Amérique.

  78. Primo, excellente idée d’avoir réunie les thèmes « santé » et « écosystèmes » qui sont effectivement liés !
    Secundo, je pense qu’il est vraiment nécessaire de bien insister sur les tendances néfastes des traités de libres échanges puisqu’ils sont d’une part la reflet d’un modèle économique que nous combattons et d’autres part le reflet d’une confiscation de la souveraineté des peuples pour la raison que nos parlements nationaux n’ont pas pu voter ces dits traités.

  79. Bonjour à vous et merci pour ce programme intéressant.

    Toutefois, je pense que la FI devrait aller dans le sens des idées présentées ci-dessus, afin d’acquérir davantage de crédibilité :

    – L’égalité économique et sociale
    – La liberté
    – L’émancipation de tous les individus sans distinction
    – Le refus de l’État
    – Le refus du capitalisme, de la logique du profit, du salariat et de la monnaie
    – Le refus de la religion
    – Le refus du sexisme, du racisme, de l’antisémitisme et de l’essentialisme
    – Le fédéralisme libertaire
    – L’autogestion généralisée de la production
    – L’organisation de la répartition
    – L’éducation libertaire
    – La révolution sociale et libertaire
    – L’implication dans les luttes sociales

    Pour plus de détail, je vous renvoie vers nos camarades Proudhon, Bakounine, Kropotkine, Reclus, Goldman et Malatesta.

    Sincères salutations,

    Volodia Andreïev.

  80. Programme vaste et cohérent mais il me semble manquer un point essentiel qui traite le problème des médias
    5.2. Agir pour les libertés et l’émancipation (proposition d’amendement)
    L’oligarchie financière s’empare des médias européens et les utilise essentiellement comme des moyens de propagande idéologique et d’incitation à la consommation.
    Une législation doit réguler la propriété des médias afin d’éviter les monopoles et les concentrations au profit des dominants. Un cadre réglementaire de bon usage et d’éthique garantissant le bien commun de l’humanité doit être élaboré et mis en application au niveau européen.

  81. Pourquoi ne pas proposer une sécurité sociale européenne inspirée de ce qui s’est fait à la Libération en France. Les prestations à définir (allocations familiales dans un premier puis chômage-retraite et enfin santé-invalidité) financées par des cotisations sociales gérées par des représentant élus en mandats révocables des salariés ?

  82. Un peu usine à gaz pas claire notamment sur l’euro cela il me semble.
    Garder une monnaie supra nationale commune est à mon sens garder l’erreur qui nous conduit et qui nous conduira droit dans le mur.

    Comment faire des échanges commerciaux avec des pays qui ont de telles disparités économiques et sociales avec une monnaie qui a un taux de change de 1 pour 1 ?

    Pourquoi vouloir garder l’euro ? symbole de ce que nous détestons : L’Europe des capitalistes !!!

  83. 1. FAIRE RESPECTER LA SOUVERAINETE DES PEUPLES EN DEGAGEANT LA CASTE QUI NOUS GOUVERNE EN EUROPE

    – 1.2 : Ajouter après : « la BCE doit être enfin gérée démocratiquement » => « et obliger la BCE à prêter à taux zéro aux Etats »

    2. PROTEGER L’ECOSYSTEME ET LA SANTE EN DEGAGEANT LES LOBBYS

    – 2.2 : Modifier : « toute nouvelle exploitation d’énergies fossiles » par => « toute nouvelle exploitation de ces énergies fossiles dans l’UE »
    – 2.3 : Ajouter : « Interdire l’accaparement des terres arables par des multinationales et des Etats »
    – 2.3 : Ajouter après : « l’huile de palme destinée à la fabrication de carburants » => « à l’alimentation, aux cosmétiques, etc »
    – 2.4 : Ajouter après : « Construire une Europe « 0 déchets » => « et « 0 plastiques »

    4. CONSTRUIRE LA PAIX ET LES COOPERATIONS EN DEGAGEANT LES FAUTEURS DE GUERRE

    – Introduction : Ajouter après « la guerre économique et commerciale au lieu de la coopération » => « Ils poussent à la concurrence entre les peuples en Europe et à l’opposition des nations au sein même de l’UE. »
    – 4.1 : Ajouter après : « Refuser tout nouvel accord de libre-échange européen » => « Continuer à dénoncer systématiquement les implications des traités actuels »
    – 4.3 : Ajouter : « Fermer les centres de rétention »
    – 4.3 : Remplacer : « interdire le placement en centre de rétention d’enfants et familles » par => « interdire le placement en centre de rétention de mineurs et familles »
    – 4.3 : Ajouter : « Réaffirmer la protection spécifique aux migrants mineurs »
    – 4.3 : Ajouter : « Abolir le délit de solidarité »
    – 4.4 : Ajouter après : « tournées contre la Russie » => « conserver la maîtrise nationale de l’arme nucléaire et ne pas l’étendre à l’ensemble du territoire européen »
    – 4.4 : Ajouter : « Construire une culture de la paix visant à apaiser les tensions entre les peuples de l’Europe et extraeuropéens par des actions d’éducation, des échanges culturels, etc »

  84. Synthèse des échanges au cours de la soirée de lancement du comité d’appui du Grand Cahors et du Sud du Lot.
    20 présents; 3 GA représentés (Cahors Insoumise – Actions; FI Douelle; Lot Vignoble Insoumis)

    Les échanges ont eu lieu en 3 groupes.

    Tout le monde reconnait la continuité entre ce programme et l’Avenir en Commun.

    Mais tous déplorent que ce programme-là ressemble trop à un catalogue de revendications, l’ensemble n’apparaissant pas opérationnel.

    Certains pointent que le contenu des chapitres est mou par rapport à des chapeaux très ambitieux.

    D’autres souhaiteraient pouvoir travailler sur les types d’arguments que l’on peut avoir sur des questions qui posent problème, par exemple l’articulation plan A/plan B. On aurait besoin d’argumentation détaillée pour pouvoir délivrer un discours éclairant.

    La récurrence du mot “dégager” pose problème. Il n’a rien à faire dans un programme.

    L’ensemble du programme traite finalement de problèmes trop franco-français (DOM-TOM, laïcité…) qui sont inaudibles hors de nos frontières. Il n’y a par contre rien sur la décolonisation (Nouvelle Calédonie). Dans l’ensemble, le programme mérite un gros effort de rédaction : des chapeaux qui donnent les orientations politiques ambitieuses plus détaillés et moins d’importance donnée aux listes de revendications qui donnent le sentiment d’un programme-catalogue.

    Il serait souhaitable que parmi les candiats d’ouverture qui restent à pourvoir figurent en bonne place des représentants d’organisations politiques amies d’autres pays Européens, pour bien montrer notre engagement internationaliste.

    Enfin une prise de parole rappelle à quel point les plus pauvres et les plus précaires s’identifient aux mots de colère que peut exprimer Jean-Luc Mélenchon. Elle propose d’organiser des rencontres de proximité, par exemple pour permettre d’identifier comment l’Europe libérale impacte la vie des gens dans leur quotidien. Il s’agirait de rendre légitime l’engagement politique des plus pauvres.

  85. Bonjour, au nom d’un groupe d’insoumis du 18ème arrondissement à Paris.
    Au 5.3., alinéa 5, à la 4ème ligne :
    à la place de :
    « augmenter l’effort financier en faveur de la recherche, »
    mettre :
    « augmenter de manière considérable l’effort financier en faveur de la recherche, ce qui permettrait entre autres de rattraper le manque d’investissements de ces dernières décennies et d’éviter la fuite des cerveaux de France et d’Europe, enfin…. »

  86. Retour Comité d’appui de l’Union Haute Garonne
    Chapitre 4 , Dégager les fauteurs de guerre.

    Il faudrait en finir avec l’idée reçue que la recherche en armement militaire est une condition nécessaire au progrès technologique.

    Réduire la production d’armes en supprimant l’exportation hors du sol européen, l’exemple du Yemen est honteux. Les armes ne pourront être vendus qu’à des pays respectant une charte de déontologie définie par l’UE. Ces échanges ne pourront se faire que d’Etat à Etat.

    Cette réduction dans le budget militaire + une sortie de l’OTAN permettrait de consacrer le financement d’un grand plan de recherche européen dans le spatial ( le transfert de compétences techniques du militaire à celui ci semble le plus naturel), la transition énergétique
    et le ferroviaire , moyen le plus pertinent pour le transport de marchandise sur le sol européen.

    Instaurer un débat en Europe sur la question du service public. L’UE est une grosse structure purement géré par des spécialistes financiers, il faudrait avoir une gouvernance pluraliste , se posant les questions sociales , culturelles ( Qu’est ce que l’identité européenne?), publiques et scientifique pour renouer avec les peuples.

    Instaurer des règles permettant de détecter et d’éviter un surendettement d’un pays (pour éviter une nieme crise grecque) . Eviter la posture de renflouement humiliante mais passer par des plan de relances avec contrepartie de croissance dans des domaines ciblées. Les crises de surendettement d’Etat ( souvenons nous de l’Allemagne des années 30) précipitent les guerres.

  87. Bonjour,

    Dans le titre 2 : PROTÉGER ÉCOSYSTÈME ET LA SANTÉ EN DÉGAGEANT LES LOBBYS

    2.1 : Fin de la maltraitance envers les animaux: Protéger les animaux.
    Interdire les transports d’animaux vivants sur de longues distance. Entre pays UE d’une part et interdire le transport d’animaux vivants hors de l’UE d’autre part. Les conditions de transport ne sont pas digne de l’humain du 21e siècle.

    2.3 : Sortir des protéines carnés :
    Réorienter les subventions de la PAC à l’élevage (hyper subventionné à perte) pour des reconversions vers les cultures végétales. L’élevage étant une des principales sources de GES, une PAC écologique est une PAC qui favorise la transition végétale.

  88. Le sol : une merveille sous nos pieds

    Modifications proposées dans le chapitre 2 de notre texte programmatique, dans le cadre du comité Alès Cévennes insoumises, le 14 novembre 2018 à Alès :

    – Alinéa 3 du 2.1 : « … peut absorber avec commun objectif de remonter le taux de matière organique des sols à 0,4%.
    – Alinéa 10 du 2.1 : « … en assurant la disponibilité et en instaurant la gratuité. »
    – Alinéa 3 du 2.3 : « … à la conversion vers l’agriculture bio et plus généralement, incitation par des primes à augmenter le taux de matière organique dans le sol. »

  89. Migrant-e-s, compléments

    Samy Johsua

    Il me semble qu’en s’appuyant sur la position retenue par notre groupe parlementaire nous pouvons être plus précis encore. Par exemple il y a évidemment une responsabilité précise de l’UE sur cette question. Puisqu’il s’agit d’un document en vue d’élections européennes il semble nécessaire de mettre cette responsabilité au centre de nos propositions dans le paragraphe spécifique, avec la nécessité d’un partage raisonné entre Etats de la tâche d’accueil humaniste.

    Il me semble aussi que les conditions de rétention méritent d’être rejetées explicitement pour les dubliné-e-s.

    Surtout ce serait une bonne chose de profiter de cette élection pour mettre en évidence la contradiction des deux logiques existantes en Europe, droit du sang et droit du sol, et les politiques d’obtention de la nationalité en général. Et combien des pays qui se disent « avancés » sont en retrait sur cette question et sont en fait conservateurs. En précisant bien entendu qu’il faudrait améliorer notre propre droit. comme il est dit dans la position des députés, « Enfin, nous proposons l’actualisation d’un véritable droit du sol pour tous et toutes les enfants né•e•s en France par l’acquisition automatique de la nationalité, sans critères supplémentaires pour celles et ceux né•e•s de parents étranger•e•s ».
    Auparavant certaines des propositions émises dans le cadre français pourraient être étendues. Par exemple (et donc reprises dans notre palteforme) : Nous proposons donc de régulariser les travailleur•e•s, étudiant•e•s, les parents d’enfants scolarisé•e•s ainsi que tout•e conjoint•e marié•e ou pacsé•e qui se retrouverait «sans papier»… « carte de séjour de dix ans
    comme titre de séjour de référence pour les personnes étrangères respectant
    le droit au regroupement familial » ou encore cette proposition qui peu aisément être de portée européenne même s’il faut la préciser : « Création d’un statut de détresse «climatique et humanitaire».

  90. Un grand bravo d’abord à toutes celles et ceux qui ont travaillé ce texte qui démontre que nous ne sommes pas des « nationalistes » anti-européens ; que nous sommes constructifs en proposant une foule de mesures qui concernent la vie quotidienne de chacun-e et que la politique à combattre ainsi concrètement est bien celle de Macron ; que Le Pen et lui sont les deux faces de la même pièce ; et que, donc, leur infliger une défaite cinglante aux européennes est vital.

    Seulement une petite proposition : Chapitre 3.5 : Remplacer « faire des outre-mer….. » par « Permettre aux pays d’outre-mer de devenir…. » En effet la formule « faire des outre-mer » laisse penser qu’on les considérerait comme des objets dont on fait ce qu’il nous semble bon au lieu de simplement leur permettre de faire ce qui leur semble bon à eux..!! Et je ne doute pas que ce soit cela qu’on veut exprimer…..

  91. Bonjour,

    Merci et bravo pour ce programme qui tente d’être exhaustif et qui est résolument progressiste.
    Quelques remarques cependant :

    – Dans l’encart du début sur le Plan A et le plan B : je pense qu’il est fondamental de mieux expliquer en quoi consiste le plan A, en effet c’est la critique principale de nos opposants qui sont très effrayés dès qu’on leur parle d’une éventuelle sortie de l’Europe. Je le vois avec mes parents (70 ans) qui sont nés juste après la guerre et pour lesquels l’Europe est sacrée, ils veulent une Europe forte (les protégeant d’éventuelles attaques). Il faut il me semble expliquer précisément comment se passerait le plan A en termes de moyens, de délai, d’objectifs, etc. Par ailleurs, afin de se distinguer très clairement du FN, dire d’emblée que nous sommes pour la totale liberté de circulation des personnes mais que le plan A a pour objectif de réguler le reste (finance, capitaux, marchandises, etc.).

    – Dans le 2.3. « Transformer la Politique agricole commune en PAC écologique pour une alimentation de qualité »
    Ajouter : réduire la part de la monoculture intensive afin de favoriser la biodiversité, intégrer les notions de permaculture, agro-écologie,…

    Développer les produits à base de papier recyclés afin de réduire les ravages de la déforestation (même le label PEFC n’est pas éco-responsable. La plupart des papiers que nous utilisons tous les jours sont fabriqués à partir d’arbres, plus précisément : on coupe des arbres pour fabriquer notre papier toilettes par exemple).

    – Dans le 2.4. « Mettre en place une planification écologique européenne »
    Au même titre que le transport de marchandises par camion, il est essentiel de réguler le transport de marchandises par bateau car il est extrêmement polluant.

    – Dans le 3.5. « Faire des outre-mer des territoires pilotes de la transition écologique en allant vers l’autonomie énergétique, l’autosuffisance alimentaire, la préservation de la biodiversité »
    Attention à rester cohérent et ne pas faire de ces territoires des laboratoires d’expériences au profit des « métropoles ».

    – Dans le 4.1. « Combattre l’hégémonie monétaire des États-Unis et l’utilisation du dollar à des fins géopolitiques et agir pour la construction d’un nouvel ordre monétaire international et d’une monnaie commune mondiale de réserve avec les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) »
    Je comprends le début de la phrase et suis assez d’accord, mais attention, beaucoup de gens ne voient pas les Etats-Unis comme l’ennemi et il me semble que certains des pays des BRICS n’ont pas forcément une moralité exemplaire, non?

    D’une façon générale je trouve qu’on met beaucoup l’accent sur le danger que représenteraient les Etats-Unis, tout en mettant en valeur d’autres pays qui ne sont pas exemplaires à mes yeux. Peut-être mettre davantage l’accent sur les alliances mises en place ces dernières années avec les partis de gauche des pays européens nous entourant.

    4.2. « Promouvoir les coopérations internationales pour le co-développement, construire un Partenariat méditerranéen en commençant par relancer la démarche 5+5 pour de nouvelles coopérations écologiques, universitaires, culturelles et économiques entre les pays de la Méditerranée occidentale (Portugal, Espagne, Italie, France, Malte, Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye) »
    Sur la Lybie, là je reste sans voix. Il me semble qu’il y a des choses plus urgentes à faire avec la Lybie, concernant notamment les droits des migrants?

    4.3. « Garantir le droit d’asile, accueillir dignement les exilé•e•s en mobilisant des financements européens et en permettant aux États qui le souhaitent de s’exonérer immédiatement des règles austéritaires européennes, garantir l’accès aux droits fondamentaux et à l’asile, interdire le placement en centre de rétention d’enfants et familles »
    Il faut penser d’autres lieux que des centres de rétention pour l’ensemble des migrants!

    4.4. « Refuser l’Europe de la défense, à plus forte raison soumise à l’OTAN et tournée contre la Russie, relancer les négociations pour le renouvellement du partenariat stratégique avec la Russie gelées depuis 2008 sur la base de la coopération, du dialogue et de la sécurité commune »
    Encore l’opposition Etats-Unis / Russie, est-ce vraiment nécessaire?

    5.3. « Défendre l’usage de la langue française dans les institutions européennes et promouvoir le multilinguisme contre le tout anglais »
    Le multilinguisme oui! Le français, j’en doute. C’est une des langues les plus difficiles à apprendre. L’anglais a l’avantage d’être très facile à apprendre pour tous.

    Dernier point : la pauvreté. Elle n’est pas du tout abordée. Il y a pourtant matière à dire, de plus en plus de pauvres et de gens qui vivent dans la rue (notamment de plus en plus de femmes et d’enfants (et pas seulement des migrants)). D’ailleurs la pauvreté tue, on en a vu un exemple récent à Marseille.

    Merci pour ce travail.

  92. Il est précisé dans le « texte-programmatique-pour-les-elections-europeennes » concernant le transport ferroviaire ceci ;
    « 2.2. 100% d’énergies renouvelables, en Europe aussi !
    • Arrêter la privatisation et la destruction des services publics nécessaires à la transition énergétique (train, barrages hydroélectriques etc)
    2.4. Mettre en place une planification écologique européenne
    • Élaborer un plan européen de ferroutage obligatoire sur longue distance et de report modal de la route vers les modes moins polluants
    • Engager un « plan mer » européen pour développer l’économie maritime dans une perspective de créations d’emplois et de transition écologique
    3.2. Défendre et développer les services publics et la Sécurité sociale
    • Refuser l’ouverture à la concurrence et la privatisation des services publics, abroger les paquets ferroviaires et énergie, garantir la maîtrise publique des activités d’intérêt général et de souveraineté
    • Permettre le maintien des monopoles publics (SNCF par exemple) et l’attribution de la gestion de services publics sans mise en concurrence (barrage hydroélectriques etc.) » !

    Ne peut-on pas imaginer une proposition de « Plan transport Ferroviaire Européen » au même titre que le « plan mer » européen pour développer l’économie maritime du point 2.4 du programme ?

  93. propositions du comité d’appui de Grenoble
    – 2.3 : ajouter un fléchage des fonds FEDER vers l’agriculture paysanne, vers l’économie locale et les PME qui répondent à des projets éco socialistes
    – point 4 : ajouter à « fauteurs de guerres » et marchands d’armes
    – mettre davantage en avant la construction d’un mouvement européen pour une alternative
    – retirer le terme dégager qui revient trop souvent, le dégagisme n’est pas un but en soi, il s’agit d’un rejet populaire qui existe sans avoir besoin que nous y appelons à toutes les lignes
    – 5.2 : ajouter un point sur défense IVG
    – 2.1 : ajouter économie circulaire

  94. La France Insoumise soutient l’intérêt pour les cultures régionales mais s’oppose à toute dérive qui mettrait en cause une langue commune, une communauté de vie, une communauté de biens ,une communauté de destin, les valeurs de la république et la paix civile .

    à rajouter dans le paragraphe 5.3

  95. Le texte est très complet et j’approuve; Il faudrait proposer une organisation de l’Europe démocratique: plus de pouvoir au parlement notamment pour la maitrise du budget, faire respect les principes de l’intérêt commun; Faire participer des citoyens par tirage au sort sur des projets spécifiques; Des referendums avec obligation d’appliquer; Des sondages citoyens pour lancer un projet…

  96. Sur le thème 3 :
    3-1 : ajouter à la 2e phrase : « stopper le dumping social en taxant les délocalisations ».
    3-1 : ajouter à la 9e phrase : « aller vers un code du travail européen unifié ».
    3-2 : ajouter après la 1e phrase : « Favoriser le secteur public; arrêter de marchandiser les communs (eau, énergie …) ».
    3-3 : ajouter après la 2e phrase : « Ne plus obliger les états à emprunter aux banques privées, mais directement à la BCE ».
    3-4 : ajouter après la 1e phrase : « Favoriser les décisions du Bureau International du Travail contre celles de l’Organisation Mondiale du Commerce ».
    3-4 : ajouter après la 5e phrase : « Contrôler l’utilisation des subventions européennes pour lutter contre les détournements ».
    3-4 : ajouter à la fin : « Limiter la spéculation boursière, notamment sur les matières agricoles ». « Limiter la spéculation sur les productions industrielles par des intermédiaires financiers ».
    3-5 : La 1e phrase sur les « régions universelles de progrès » n’est pas claire, il faut préciser cette expression.
    3-5 : ajouter après la 1e phrase : « Mettre fin aux monopoles économiques sur les outre-mers ».

  97. Des commentaires de forme qui se prolongent par un commentaire sur le fond.
    1) orthographe: lobbys vs lobbies ? dans tout le document
    2) Introduction: L’Europe court au désastre: virgule avant: pourtant …
    3) dans l’encadré Plan A / Plan B: … les propositions que « feront » au lieu de que « ferons » …
    4) Je propose de rassembler les paragraphes 1.2 & 3.3 & 3.4 qui parlent du même sujet, « La finance et la zone Euro ».
    5) § 3.3. remplacer Défendre par Réaliser.
    6) ceci dit, ayant lu les innombrables exigences légitimes qui doivent s’appliquer au Plan A, il faut mettre en place un comité économique et monétaire LFI (manquons nous d’économistes?) qui prépare une stratégie de sortie de la zone euro réaliste avec les mesures ad hoc. Ce serait de nature à donner confiance dans la solidité du programme.
    Salutations insoumises.
    —-

  98. – Dans la 4ème partie, 4.4, on prévoit « une conférence européenne sur les frontières intérieures et extérieures de l’Europe, la paix et la sécurité collective…..pour promouvoir la paix et la coopération transfontalière ». La phrase est répétitive et demande à être reformulée :
    « Organiser une conférence européenne sur les frontières intérieures et extérieures de l’UE, dans le cadre de l’OSCE, pour promouvoir (ou organiser ?) la paix et la coopération transfrontalière, en particulier en ce qui concerne l’Irlande, Chypre, la Hongrie, l’Autriche et l’Italie, la Catalogne, l’Ukraine et la Russie ».
    – En 4.5 : »lutter….par le contrôle des capitaux « : cette expression est-elle redondante avec ce qui suit : »le renforcement des moyens des administrations fiscales »ou sous-entend-elle un autre moyen de lutte, auquel cas il faudrait le nommer.

  99. Merci pour ce texte, que j’approuve et partage très largement. En particulier, les points 3.4. « Mettre au pas la finance, les multinationales et les évadés fiscaux » et 4.1. « Stop au libre-échange, vive le protectionnisme solidaire » : tout à fait d’accord ! Il faut encadrer et règlementer les multinationales et réduire leur pouvoir exorbitant au niveau mondial, qui affaiblit les Etats et met en péril la démocratie. Et refuser le soi-disant « libre échange » au profit d’un protectionnisme solidaire. Plein soutien aussi au point 4.2. « Coopérer avec les pays en développement » J’ai aussi quelques réserves et quelques craintes. Principale réserve, la rhétorique du « dégagisme » proclamé dans l’introduction, qui ne me parait pas appropriée ; le terme « dégager » ajoute une once d’arrogance et d’agressivité inutiles au programme, je suggère donc les termes « combattre » ou « combat ». Et concernant les « lobbys » : mieux vaut plutôt les « encadrer » que les combattre : les ONG et la société civile font aussi du lobbying ! En outre, il est illusoire de croire et de faire croire que l’on pourra atteindre nos objectifs par un « dégagisme » généralisé et plus encore que l’on fera disparaitre nos ennemis ! Soyons sans illusion là-dessus ! Il faut donc se préparer à un affrontement sérieux, notamment avec les puissances de la finance et des multinationales, c’est-à-dire avec « le mur de l’argent », contre lequel la gauche social-démocrate ou dite « de gouvernement » s’est toujours fracassée. C’est bien pourquoi, « il faut sortir des traités européens par une stratégie Plan A / Plan B », tout à fait d’accord. « Le plan A, dit le texte, c’est la sortie concertée des traités européens par l’abandon des règles existantes pour tous les pays qui le souhaitent et la négociation d’autres règles. » Très bien ; mais il faut être réaliste, ceci a de très fortes chances de ne pas se produire. Ou d’entrainer l’UE dans une phase de « négociation » longue, compliquée et dure, qui sera en réalité une manière pour les autres pays et pour la Commission, de gagner du temps et de discréditer la France. Et de la faire reculer et in fine capituler. Je fais donc l’hypothèse d’un échec de cette stratégie du plan A. Donc, activation du plan B : « Le plan B, c’est la sortie des traités européens unilatérale par la France pour proposer d’autres coopérations. L’UE, on la change ou on la quitte. » Il y a ici une certaine ambiguïté : or il faut dire plus clairement que « sortir des Traités » cela signifie sortir de l’Union Européenne, la quitter. Et donc se préparer activement, clairement et sans délai, à cette éventualité, pour ne pas dire cette probabilité. Je renvoie à un récent article du Monde Diplomatique sur ce point. Identifier les réactions et conséquences prévisibles au déclenchement de la sortie de l’UE, préparer des mesures pour y faire face, le faire savoir et avoir le courage de le faire… voilà la tâche, immense et périlleuse, qui est devant nous. L’ignorer ou la minimiser, et là est ma crainte, c’est s’illusionner ou mentir. Sinon, comme beaucoup d’autres, (le dernier en date est Tsipras en Grèce…) nous capitulerons en rase campagne…

  100. Bonjour,
    Bravo pour ce texte complet et clair. Mais dans la 4ème partie, « construire la paix…. », on ne voit nulle part la mention de la fabrication et du commerce des armes, une spécialité dans la France, semble-t-il, occupe une place de choix (la 3ème ?)

  101. Je voudrais apporter une contribution concernant la Planification écologique :
    – Inciter les constructeurs automobiles à proposer sur le marché européen des véhicules plus petits et plus sobres technologiquement afin de réduire leur consommation de carburants.

  102. Bonjour,
    Quelques propositions et modifications pour la partie 2 et 4 :

    Faire de l’énergie un bien commun en garantissant l’accès en fonction des besoins de chacun.e et en assurant la gestion publique. Arrêter la privatisation et la destruction des services publics nécessaires à la transition énergétique (train, barrages hydroélectriques, etc.)

    Revoir à la hausse les objectifs de réduction des émissions adoptés lors de la COP 21 pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050 (émissions de gaz à effet de serre inférieures à ce que l’écosystème peut absorber), porter, au minimum, la part d’énergie renouvelable à 45% et améliorer l’efficacité énergétique de 40% en 2030 au niveau européen

    Abandonner le marché carbone et le remplacer par des objectifs contraignants de diminution drastique des émissions de gaz à effet de serre via des plans sectoriels

    Mettre en place les mécanismes qui permettent aux citoyen.ne.s d’être acteur de la transition écologique, comme par exemple la création d’un statut protecteur pour l’autoconsommation

    Soutenir le projet de directive sur l’égalité inscrivant dans le droit européen le congé pour le deuxième parent de 10 jours et le droit à un congé parental individuel de 6 mois rémunéré à 100% du salaire, imposer dans les conditions d’accès aux marchés publics le respect de l’égalité salariale

    Proposer une directive contre les violences faites aux femmes

  103. Dans le cadre de la campagne des Elections européennes , il est important que les insoumis reflechissent sur le constat suivant:::, la politique a complètement changé de puis l’avènement de la révolution néolibérale des années 1970 .En effet de plus en plus la machinerie globale de la clique ultra- libérale impose sa loi , ses diktats et sa gouvernance in juste et prédatrice pour l’humanité et pour la planète . c’est un système bien établi et bien rode qui n’obéit qu’a un seul mot d’ordre :::
    le plus de gain dans le plus de domaines de la société humaine . L’ oligarchie mondialisée et financiarisée a investi tout les rouage de notre société ::: bien sur la finance et la banque , les universités et le multiples écoles de commerce et de business ; mais aussi nos institutions à tous les niveau du local au national au supra national ( commission européenne ) et bien sur toute la sphère médiatique et n’oublions pas le monde du numérique avec sa puissance d’influence gigantesque … Ce qui fait que la politique la vraie , la véritable , l’efficace , la décisionnelle ; se déroule dans la hautes sphères du capitalisme et enserre la société civile dans ces multiples canaux , de sorte que les anciens échelons de la politiques du vingtième siècle sont annihilées entravés et rendus d’influence marginale sur notre vie commune en société . Ansi donc la démocratie représentative est de plus en plus figurative et on peut le dire sans grande marge d’erreur
    factice ::: les 90% de la société civile n’a plus droit au chapitre elle peut manifester de ci de la !!! et comme Macron et son gang nous ont donné l’illustration ::: la casse sociale continue … Alors que faire comme dirais Lénine !!! il nous faut bâtir une machine de guerre politique globale qui soit en mesure de contrecarrer la culture consumériste ultra libérale ,anti démocratique et complètement irresponsable et suicidaire ( et je pesé mes mots )
    il nous faut comme commence bien à le faire la France insoumise développer l’écoute et le dialogue avec le peuple sans parti pris archaïques car la réalité de ce début de siècle est complexe mais difere du sciecle dernier ::: il nous faut bien sur assurer la bonne analyse et la bonne réaction comme sait le faire JLM … Bien sur être présent et actif sur le plan national ; mais aussi et surtout vu la dérive bureaucratique des instances européenne .c’est pour cela que la campagne des insoumis doit être combative mais calme et sereine comme doit l’être les résistants d’une juste cause … il nous faut par ailleurs bâtir un resau numérique performant !!!
    mais aussi une plateforme multimédia polyvalente ouverte et pluraliste afin que toutes les opinions diverses de la société puisse s’exprimer et recevoir leur justes réponses . C’est un dispositif très important dans la dynamique de la nouvelle politique de la société civile , c’est certes pas facile mais mais pour y arriver il nous faut être démocratique à l’inverse de l’oligarchie
    capitaliste qui ne peut être que autoritaire et avancer masquée comme elle l’a toujours fait …
    En plus de ces dispositifs indispensables pour bâtir la nouvelle politique du peuple et de la société civile ( qui est autant exploité dans son ensemble à plus d’un niveau ) .Il nous faut jetter les bases de l ‘université ouverte de tous les savoir qui ne peut etre qu’ ouverte aux divers acteurs de tous les secteurs de vie de notre société post moderne :::: afin que tous les savoir soient connus discutés et apuiés par les contributions et des spécialistes qui pourront s’exprimer en toute liberté mais aussi les avis des membres de la société civile qui nous apporterons leurs témoignages et leurs contributions pratiques … Bref pour arriver à bout de l’injustice capitaliste
    il nous faut reconquérir une vraie démocratie interactive bâtie sur un savoir solide et renouvelé …
    seule une véritable intelligence collective ( possible avec les progrès du numérique) nous permettra d’arrêter le rouleau compresseur du capitalisme qui ne donne aucun répit … CELA nous permettra d’envisager une nouvelle société réaliste qui souhaite conduire le développement future de l’humanité dans le respect de la vie de la planete sans la quelle aucun espoir ne nous est permis !!!

  104. «Quand je regarde beaucoup de mes prédécesseurs, quand les choses se sont compliquées, ils ont changé de cap. Je ne le ferai pas» EM hier Whaaaaa
    « 7 années de malheurs pour les peuples européens  » Younous O Hier https://twitter.com/FranceInsoumise/status/1062795018270842883

    « Maintenant le peuple » LA PAIX, pas la droite va en Guerre Economique.
    LES JOURS HEUREUX, pas la droite de l’austérité.
    LES COTISATIONS MOTIVÉES, pas la droite de la fiscalité.

    « Quand Tous sera prive , on sera prive de tout »
    « Quand les prives seront taxés, les riens seront gavés d’un rien »

    Un joli texte programmatique qui doit faire « consensus à GAUCHE » pour un tract en 24 langues européennes, parce que je ne veux pas encore en prendre pour 5 ans de malheur pour les peuples européens qui vivent sans toit et dans la misère. Bonne convention les Insoumis.

  105. Je suis d’accord avec Anne B. qui a écrit :
    « Dès l’introduction, on pourrait dire que la politique de l’UE est dictée par des oligarques étatsuniens, dont l’autorité se manifeste par les traités de libre échange, le dollar, l’OTAN, de nombreux lobbys, internet… »
    Je propose des précisions : »la politique de l’UE est dictée par les oligarques européens et étasuniens, dont etc. »
    Il faudrait ajouter que « la France sortira de l’OTAN, dont la politique suprématiste provoque des guerres et des massacres partout dans le monde ».
    Bien distinguer, dans le chapitre concerné, l' »Europe » en tant qu’ensemble de pays voisins, de l’UE telle qu’elle fonctionne = traités insupportables et carcan capitaliste-BCE.
    D’autre part, comme Mélenchon l’a dit bien souvent, les pays du pourtour de la Méditerranée sont aussi nos voisins. Il ne faudrait pas restreindre « les peuples » (frères) à ceux de l’Europe proprement dite.

  106. Bonjour
    Désappointement total sur le point 1 :
    Avez vous oublié que le peuple France a en 2005 refusé leur « constitution » qui n’ est qu’un traité libéral trans-nations?
    La représentation et les présidents ont fait menteries et finalement adopté le dit Lisbonne . L’Europe n’a pas de constitution.
    Ou est l’idée LFI d’une nouvelle, réelle constitution?
    Pourquoi ne pas programmatiser une constituante Européenne; qui devra tôt ou tard être ; pour le fait que cela figure au dit traité de Lisbonne après l’échec de Rome II .
    Et même si je ne suis pas spécialiste .
    Une constituante de citoyens permettant une constitution qui reprendrait le mieux disant de l’ensemble européen et donc formerait une citoyenneté européenne ne me semble pas être une utopie a ne pas défendre. Un nivellement par le haut permettant un progrès urgent dans bien des domaines; et totalement dans les objectifs de clauses type le plus favorisé ou primauté ; etc.
    Bref une révolution citoyenne qui serait constructive et permettra enfin une véritable lutte contre les lobbyings comme seront alors possible les institutions qui manquent ou a renforcer; ainsi du poids que l’Europe aura alors a l’ONU .
    L’Europe n’a pas forcement obligation a avoir le rang d’état ou de fédération ; peut etre devons nous voir là, quelque chose a inventer. Nous ne sommes pas condamné a n’être que des objets libres ou pas de circulation mais des êtres libres circulants sur une seule terre exigeante…

    En esperant être constructif et entendu.
    Faisons le choix de l’intelligence.
    MAINTENANT LE PEUPLE
    Insoumi LRO Arles

  107. Le groupe d’appui de Boulogne sur Mer, a été crée hier soir, lors du débat il est suggéré de compléter dans le chapitre 2.4 le paragraphe « plan mer » en précisant qu’au niveau de l’éolien offshore il y aura des enrochements favorisant le frayement des poissons et la création d’aquaculture écologique et raisonnée entre les mats de ces éoliennes

  108. Bonjour,

    Le paragraphe 3-2 sur les services publics est très insuffisant! Le Gouvernement a annoncé récemment une réforme de la fonction publique très inquietante (au programme de Macron en 2017): recours aux contractuels plus qu’aux titulaires. Au lieu de ne pas être titularisé au bout d’un an de stage, votre chef pourra vous « balancer » au bout de 5 ans et peut -être sans indemnités ! Il y a des États en Europe qui sont déjà sur ce modèle : la Suède, la Lituanie, Malte et Macron en libéral borné ne voit que cela.. .
    Dans mon futur livre, (j’attends un éditeur) manque de chance pour Macron, je signale que la Chine et l’Inde ( plus peuplés que les Etats cités ci-dessus) tilisent le système du concours…C’est un sujet à traiter pour ces élections.

  109. Trois piliers indivisibles pour un programme crédible : une forme appropriée, un fond de qualité, et une stratégie claire.. Pêle-mêle des observations qui se veulent constructives :
    La forme : Un programme n’est pas un catalogue. Tous ces points alignés font perdre le sens des mesures préconisées. Est-ce la peine d’autant détailler si l’argumentaire ne suit pas ? ( ex 4.2 : « porter l’aide publique au dev à 0,7% du PIB pour tous les pays européens…mais c’est quoi actuellement et quel est l’objectif et le sens de la proposition…?).
    Par pitié STOP au mot « dégager » ceci , « dégager cela » : c’est un répulsif ! cela convient peut-être pour un tract mais pas pour un programme.
    Le fond : autant on pourrait parfois se perdre dans certains « détails » , autant certains chapitres apparaissent un peu maigres ( ex 5.1 : droit des enfants ? statut, protection, lutte contre les réseaux et la pédo-criminalité ?..), des références qui mériteraient d’être supprimées : par ex celle à Nicolas Hulot en 2 au chapitre « dégager les lobbys » ( qu’est-ce-qui vous prends les copains ?!) , ou questionnées (comme celle à l’ONU qui a tout de même donné la présidence de la commission du Droit des femmes à l’Arabie Saoudite jusqu’en 2022 !).
    La stratégie : « PlanA/PlanB » cristallisera , comme pour les présidentielles, l’essentiel des échanges que nous aurons avec les gens. Alors autant dire que ce chapitre est insuffisamment développé dans le texte et du coup peu clair. On ne dit pas les choses : la vérité c’est-que nous soyons au pouvoir en France ou pas-que le plan A n’est pas applicable dans l’état actuel de la législation européenne. donc on est directement au plan B. Et le plan B c’est la sortie de l’Euro ( pas forcement de l’europe). L’AEC en parle : création d’une monnaie commune, réquisition de la Banque de France .. ici rien. Comment on s’y prépare ? ( même si c’est une échéance de long terme – et surtout pour ça) n’est-il pas incontournable de le poser dès à présent pour garder de la cohérence ? A et B ressortent d’une chronologie dans l’action qui tends à brouiller le message politique: ils sont perçus comme un objectif alors qu’ils ne sont que des outils au service de l’ambition sociale et écologique que nous portons. On aurait peut-être à réfléchir à développer ce chapitre différemment.
    Enfin un dernier élément : concrètement , que peut faire un député insoumis au parlement européen ? créer un groupe avec les autres forces progressistes voire « un parti » ( et non un mouvement) comme dit dans la charte du candidat et combattre pied à pied comme le font nos députés à l’AN. Je trouve donc que la rédaction du programme sous la forme de verbes d’action comme bloquer, obliger, exiger, supprimer etc.. relève de l’auto-persuasion et paraît quelque peu décalée vis à vis de la réalité. En raccourci : soyons ambitieux ET respectueux de l’intelligence des gens car ils sauront nous ramener sur terre. Il ne faut pas perdre de vue qu’on écrit un programme pour convaincre ceux qui ne le sont pas.
    Merci aux copains qui planchent sur ce document , c’est un gros boulot. Qu’ils m’excusent si j’ai avancé des éléments erronés ou si des choses m’ont échappées.
    Fraternité.

  110. Sur la recherche :
    mettre fin au mécénat privé des multinationales qui imposent les sujets de recherches et qui poussent les laboratoires à passer leur temps à rechercher des financements plutôt que de se consacrer à leur cœur de métier. La recherche est complétement gangrénée par les fondations privées. (voir Total, LVMH… World monunents fund…).
    mettre fin aux critères d’évaluation des unités de recherches et des écoles, tels que le nombres de doctorants, le nombre de publications en anglais qui sont tournés vers la quantité et non pas sur la qualité et l’originalité des travaux.

  111. Ajouter après l’avant dernier paragraphe du point 2.1 :
    Donner toute liberté aux Etats de promouvoir une politique universelle du logement : Un logement abordable pour tous avec un loyer en fonction des capacités contributives de chacun.

  112. Bonjour,
    Je n’ai pas parcourus tout les commentaires mais il me semble que le programme n’appuie pas notre arme principale à tous : la liberté d’expression. Les gouvernements ont déjà commencé  »l’Orwellisation » de notre société notemment en utilisant l’excuse des  » fakes news » pour contrôler de plus en plus l’information. Le programme devrait inclure une proposition allant pour la protection de notre liberté d’expression à mon humble avis. Autrement nous n’aurons plus de moyen pacifique pour reprendre le contrôle de notre avenir.

  113. 2 remarques suite à la soirée de lancement du comité d’appui en Cerdagne-Capcir (66):

    Au point 4.4, peut-être être modifier voir supprimer ce passage: « relancer les négociations pour le renouvellement du partenariat stratégique avec la Russie gelées depuis 2008… ». Si le texte d’avant est OK, un peu dangereux de vouloir restaurer des liens avec la Russie de Poutine pour autant, surtout que cela pourrait rebuter d’éventuels partis de gauche baltes ou polonais (s’ils existent, certes…) de rejoindre l’Europe insoumise si elle a l’air trop pro-russe…

    Au point 2.2, « 100 % d’énergie renouvelable, en Europe aussi! », inclut-on les transports dans les énergies renouvelables? Si oui, l’objectif semble irréaliste vu le parc renouvelable existant (et même en faisant beaucoup d’effort dans le développement de celle-ci). Un objectif de plus de 50% d’énergie renouvelable serait beaucoup plus réaliste (et crédible) et déjà remarquable.

  114. Observateur exterieur a LFI , je pose une question : comment JL Melanchon a t il utilise son dernier siege de depute europeen. J e ne l ai pas entendu cartonner ni a Bruxelles ni a Strasbourg. Je crois aussi que l on ne le voyait jamais, trop occuppe a construire LFI. C est extremement regrettable car c est un tribun hors pair.

  115. 1) Vous avez commencé à mettre de l’eau dans votre vin! Il ne s’agit donc plus de « sortir des traités européens » mais « d’engager » la procédure de révision des traités prévue par l’article 48 du traité sur l’Union européenne pour aboutir à un nouveau traité fondateur. On va être vite inondé de procédures techniques à défaut d’avoir une volonté politique ferme. Les gens vont vous perdre et s’y perdre, c’est certain.

    2) Passons donc au plan B qui reste maigrichon. Justement, il faut davantage le préparer en cas de refus de l’UE sur la proposition de retrait des traités. Voilà qu’est présenté tout à coup un plan B sur chaque sujet? Diantre! Encore une fois le peuple s’y noiera à coup sûr vu la surabondance de sujets à répondre et à éclaircir! Piètre plan B pour faire des ronronnements de discours à n’en plus finir! Le retrait clair et net de l’UE en B est plus approprié car notre programme ne peut s’appliquer que si l’on sort de l’UE, vous le savez dans le fond. Arrêtons les niaiseries. Il faut donc PREPARER déjà cette sortie. La souveraineté d’un peuple passe par sa souveraineté monétaire et son pouvoir de décision sur le plan économique, politique et social. Il n’y en a pas d’autre pour l’instant.

  116. Bonjour

    Votre chapitre sur la santé est très succinct, pourtant, s’il y a bien un domaine où la dictature est omniprésente, c’est bien celui-là. Par exemple, l’obligation vaccinale avec des produits dangereux pour nos enfants est un véritable scandale, et une atteinte grave aux libertés individuelles. L’attaque sans précédent des médecines naturelles est aussi une atteinte à notre liberté de choix, qui devrait être la règle dans une démocratie. Notre système de santé est aux abois, car il est pris en otage par Big-pharma, mais curieusement, aucun politique n’en parle. Pourtant, en Italie, c’est certainement les propositions en matière de santé, qui ont permises aux nouveaux gouvernants de gagner, et ces derniers, ont levé l’obligation vaccinale rapidement.
    Des millions de Français n’en peuvent plus de cette dictature médicale, et je pense que le parti qui leur proposera la liberté de soins aura toutes ses faveurs.

  117. Pour le thème n°2 qui m’intéresse plus particulièrement….au 2.1 j’irai beaucoup plus loin et interdirait complètement l’utilisation d’animaux à des fins scientifiques et non pas seulement  » les protéger ….dans le cadre des 3R « !!!!
    Militante à la fois insoumise et L214 !!

  118. Je m’étonne de cette demande faite dans le 3.3 : « Défendre la dévaluation de l’euro pour revenir à la parité initiale avec le dollar »…
    Pour mémoire, à son introduction, l’euro, qui faisait suite à l’ECU, était à 1 € = 1,18 $ et, aujourd’hui, nous avons 1 € = 1,1487 $.
    En d’autres termes, et sauf erreur, nous demanderions à ce que l’euro s’apprécie…
    Par ailleurs, et sur le fond, quel silence sur l’euro et rien sur « monnaie unique », « monnaie commune », autrement dit sur la possibilité, dans le second cas, de procéder à des dévaluations internes à la zone euro.
    Point aveugle ?

  119. La stratégie France Insoumise fait souvent référence à l’article 48 de TUE dont voici le lien :
    https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?qid=1542208626664&uri=CELEX:12008M048
    « Les traités peuvent être modifiés conformément à une procédure de révision ordinaire. Ils peuvent également être modifiés conformément à des procédures de révision simplifiées. »
    Cet article serait utilisé pour que nous puissions faire valoir nos désaccords, et or cet article est un sacré verrou, car applicable si le parlement européen accepte, puis que le conseil et la commission acceptent, puis que chaque état accepte…
    L’alignement des planètes, encore…

  120. Bon travail et commentaires . L’actualité donne à la France par la sortie de la GB et les manifestations d’opposition d’autres pays de l’UE, une position de force pour renégocier ces fameux traités et règles. Difficile de continuer sans elle et ultime combat avant une éventuelle sortie.
    La lecture de vieux textes me permet une proposition intitulée Cahier. des Doléances déjà utilisés au moyen âge !!! et à la révolution de 1789 auprès de toute la population. Acte de démocratie et richesse des besoins exprimés à l’abri de toute contrainte.
    L’arrivée des émigrés qui va grossir massivement est un problème des états et des individus. Impossible de les arrêter, il faut donc éviter qu’ils ne quittent leurs pays. Conquis, exploités abandonnés , l’argent fait défaut pour soutenir leur développement économique et social, seuls les gros bénéficiaires de leurs richesse se doivent d’y subvenir. La Chine le fait très partiellement. C’est un gros travail politique et juridictionnel.

  121. Je pense qu’il faudrait non seulement encourager et aider la création artistique mais développer dans le volet éducation :
    – l’éducation artistique pour tous, accès aux concerts, spectacles, à tous âges et dès le plus jeune.
    – la pratique artistique à l’école, arts plastiques, théâtre, danse, éducation musicale, chant, pratique d’un instrument… Que cela soit partie intégrante des projets pédagogiques pour l’école publique laïque et gratuite.
    – l’éducation à l’image, vidéo, cinéma, programmes d’analyse des images développés à l’école.

  122. Le programme est très intéressant mais je trouve qu’il n’y a pas assez de place pour la recherche en Education. Pour qu’il y ait plus d’égalité il faudrait une véritable égalité à l’Ecole. Seuls les mouvements d’Education Nouvelle et d’Education populaire le proposent. Alors il faudrait lancer une campagne d’information pour que nos peuples sachent qu’une autre éducation est possible!
    Le GFEN, l’ICEM, les CEMEA, les FRANCAS ne doivent pus rester en marge ,ils sont l’avenir !

  123. Au point 3.3 : Redonner à la Banque Centrale le monopole du financement du budget annuel des Etats à taux zéro, par la création monétaire.

    Rachat par le Banque centrale Européenne par la création monétaire des créances sur les Etats détenues par les banques privées.

    Objectif : revenir à la situation d’avant 1973 où c’est la banque de France qui faisait des avances à taux zéro à l’Etat pour l’exécution de son budget avec pour objectif de réduire drastiquement la dette publique. Car c’est au nom de son remboursement que les gouvernement européens conduisent des politiques d’austérité. devenues insupportables pour la grande majorité des français.

    Commentaire : La BCE doit se mettre à faire ce que font toutes les banques centrales du monde, notamment des pays qui ont su faire repartir la croissance, à savoir racheter de la dette publique par création de monnaie banque centrale, faire marcher la planche à billets et accepter ainsi le risque d’inflation.ce que refuse tout net l’Allemagne.

  124. Entièrement d’accord avec Michel V
    pour que l’émancipation du citoyen soit possible ;pour lutter contre le dumping social il me parait nécessaire et fondamental de donner du pouvoir au citoyen à l’intérieur des entreprises .
    Cette revendication est d’autant plus légitime que ce sont eux et eux seuls qui produisent la richesse des pays.
    pourquoi dans une telle perspective ne pas se fonder sur le processus qui a permis la mise en œuvre du fonctionnement de la sécurité sociale sur la base de la cotisation?
    le parlement européen est un lieu ou cette idée pourrait être propagée et débattue

  125. Très bon programme dans l’ensemble
    Ne pas trop alourdir ce texte mais apporter des précisions dans les différentes réunions ou interview
    Eviter l’orthographe inclusive qui alourdit le texte, gêne la lecture et la compréhension et peut inciter certains à ne pas lire jusqu’au bout et se détourner de ce programme très bien travaillé.

  126. Je prends connaissance de ce vaste programme, avec lequel je suis en accord sur les grands enjeux de société et écologiques. J’émettrai une petite réserve sur le terme « dégager », qui sous entend peut-être l’appel à une action violente et instantanée, alors que la lutte contre la finance, les lobbys, les fauteurs de guerre, les castes dominantes ne pourra être qu’un combat de longue haleine, pas à pas, avec opiniatreté et persévérance. Seraient peut-être plus adapté les formulations suivantes :
    « en luttant contre les lobbys », « en luttant contre les fauteurs de guerre », « en nous émancipant de la caste dominante, » « en luttant contre la financiarisation en Europe »…..
    Un point de vue à partager, ou pas, ?

  127. Accord pour préciser davantage quand le passage au plan B (car certains ont quitté FI parce qu’ils pensent que ce projet est abandonné).
    Accord pour mentionner le droit des enfants et ados maltraités et abusés mais aussi remettre en fonction un statut clair et correct des assistants familiaux (familles d’accueil)qui sont mal payés et mal formés, et former aussi des juges d’enfants de meilleure qualité et plus motivés.
    Ne jamais dépasser des classes de 20 enfants pour un seul enseignant.
    Former les futurs députés européens FI pour les sujets dits européens mais aussi ceux qui concernent la vie nationale et s’en assurer par une sorte de bilan de compétence par des plus anciens et formés eux-mêmes.

  128. Deux propositions
    1* Revoir les Règles et procédures en matière d’appels d’offres public
    Je n’ai pas vue la remise en cause des directives européennes concernant la gestion des appels d’offre public.
    Nous devons revoir tous les procédures européennes et permettre à nos collectivés territoriales par exemple, de pouvoir procéder à des appels d’offres au niveau local .
    Il n’est pas normal qu’au delà d’un certain montant, des entreprises ou grand groupes européennes soit les seuls à répondre à un appel d’offre public.
    2* Annulé la directive relative aux services dite directive Bolkestein

  129. Une remarque importante. Dans le paragraphe « Protéger l’écosystème, la santé…et les animaux »,il faudrait ajouter : « Favoriser les initiatives de diminution de la part des produits animaux dans l’alimentation collective et individuelle, par conséquent favoriser les initiatives pour une alimentation plus végétale. »
    Ces serait en cohérence avec les propositions au niveau national.

  130. dans les urgences des actions propres à rétablir la liberté des peuples , il faut commencer par le commencement: rétablir l’excellence d’un enseignement basé sur ce qui a fait sa gloire: l’approche analytique de la connaissance, seule approche moderne donnant les moyens de formuler une compréhension du monde, et seule voie permettant de rétablir la science dans sa dimension de l’invention et non de l’imitation telle qu’elle est devenue. Dès la maternelle , maintenant, l’imitation est malheureusement devenue le mode d’apprentissage. Rétablir l’apprentissage de la liberté, c’est d’abord rétablir les moyens de la construire.

  131. Et la liberté d’expression ? où elle est ?
    C’est quand même un gros problème en France, non ?

    Donc, inscrire dans la constitution européenne la liberté d’expression comme un droit inaliénable, applicable obligatoirement à tous les pays de l’union européenne.

  132. Quelques suggestions :

    Ch. 2.
    Comme la politique écologique n’apparaît pas en tant que telle, seules les problématiques de l’écosystème et de santé sont développées, faute d’autre lieu, ici je propose d’ajouter  la réglementation de a./ la publicité b./ de l’obsolescence programmée et c./ de l’influence des lobbys auprès du Parlement européen et de la Commission européenne.

    Ch. 2.3.
    Remplacer l’expression « alimentation de qualité » floue car mal définie par «alimentation biologique» qui est déjà standardisée par un label européen et des labels nationaux. Ceci impliquerait automatiquement un plan de sortie de l’usage des pesticides. Idem pour l’expression «l’agriculture écologique».

    Ajouter l’interdiction des plastiques (pour préserver la biodiversité terrestre et marine et la santé humaine et animale).

    Ch. 3.
    Ajouter la création d’un organisme indépendant européen contrôlant l’exécution des mesures proposées dans ce chapitre avec un financement à la hauteur de la tâche.

    Ch. 4.4
    Ajouter l’interdiction de commerce des armes par les pays membres de l’UE.

  133. Propositions d’amendement
    1.3 alinéa 3 lire:  » Défendre l’inscription dans les traités d’un droit de révoquer par référendum les responsables publics européens non élus, ainsi…. »
    Explication: les élus députés européens ne sont pas les « principaux » responsables de l’aspect non-démocratique de la construction européenne.
    2.3 alinéa 3, ajouter après ( …. etc) :  » , remise en cause des accords de libre-échanges ( CETA, Mercosur…). »
    alinéa 4, ajouter après les petites exploitations, :  » les productions en crise  » et …

  134. La lecture pour préparer la réunion du GA montre qu’il faut veiller à ne pas alourdir le programme sur des points trop précis, qui seront du ressort de la discussion démocratique avec tous les citoyen-ne-s après le programme. Ce n’est pas un contrat que l’on signe, c’est une ligne directrice que l’on propose…
    Moi ça me va plutôt, même si deux formules me posent problème : sans revenir sur une discussion que tout le monde maîtrise, il est malheureux à mon avis de parler d' »idéal européen » (ce qui donne lieu à bien des interprétations, dont la position de Macron) et je pense qu’il faudrait oser « idéal internationaliste ».
    De même, le dégagisme et la caste sont des concepts utiles dans la discussion de propagande, mais soyons réalistes, la caste de Bruxelles est l’instrument d’une classe sociale, la bourgeoisie, et c’est contre elle que nous nous battons !
    Enfin, et je dis peut-être des bêtises car je ne suis pas très versé, l’utilisation de l’expression « taxe carbone » au moment où l’on a dans le viseur l’augmentation de la TICPE avec sa composante CCE présentée souvent partout comme une « taxe carbone » ne me semble pas très heureuse.
    Mais merci de nous redonner enfin des munitions pour le combat !

  135. Plusieurs contributions financières:
    * en point 1.2 sur la BCE rajouter « Et réviser la politique monétaire : les Etats peuvent emprunter à la BCE, à leurs banques Centrales. La BCE pourra prêter aux Etats (suppression de son Conseil des Gouverneurs) »
    * en point 3.4 sur la TTF rajouter « en instaurant une TTF conséquente portant sur toutes les transactions financières avec une progressivité du taux de taxation suivant le montant de ces transactions : de 0,5% pour des transactions à 1 000 euros jusqu’à 5% pour des transactions dépassant les 100 000 euros »
    * en point 3.4 sur l’interdiction pour les banques de toute activité dans les Paradis fiscaux, rajouter « Interdiction par une directive européenne des fonds financiers placés hors de l’UE dans des Paradis fiscaux (ainsi que dans les Paradis fiscaux européens = limiter sévèrement les fonds spéculatifs appelé private equity) »
    * à la fin du paragraphe 3.4 rajouter les mesures financières contraignantes ci dessous:
    + obliger les chambres de compensation européennes qui enregistrent les transactions financières à la transparence : obligation de publier l’origine de leurs financements, la publication de toutes les transactions financières ce qui facilitera la TTF
    + obliger les sociétés off-shore, les cabinets d’avocats spécialisés, les sociétés de conseils en matière patrimoniale à s’inscrire sur des registres nationaux publics administratifs, à s’inscrire sur un registre européen public administratif, ces registres étant consultables par les citoyens-yennes, les syndicats, les associations d’éducation populaire.
    + blocage par une directive européenne de la rémunération des traders, suppression des stock-options.
    + possibilité légale par la loi européenne de mener des poursuites judiciaires contre tous les délinquants financiers avec le renforcement du Parquet Financier Européen et en parallèle le renforcement des services étatiques publics sur le contrôle et la fiscalité dans chaque Etat européen.

  136. Quelques suggestions pour améliorer le programme:
    Introduction:
    Détailler les modalités concrètes, pratiques du Plan B. Sans cela tout ce qui est écrit dans l’introduction « Sortir des traités européens par une stratégie Plan A / Plan B : quel rôle pour les députés européens ? » et le programme entier restent des mots gentils. Surtout ne montrent pas la possibilité de l’exécution du Plan B. On a vu et on voit les conséquences plus que néfastes en Grèce de la non existence d’un Plan B. Il faudrait exposer clairement p.e. à partir de quel seuil d’insuccès des propositions de réformes (directives et institutions) la France décide d’actionner le plan B ? Les modalités de l’exécution ? Celle-ci aurait quelles conséquences (chiffrées bien sûr) sur l’économie française ?

    Ch. 2.3.
    Remplacer l’expression « alimentation de qualité » floue car mal définie par «alimentation biologique» qui est déjà standardisée par un label européen et des labels nationaux. Ceci impliquerait automatiquement un plan de sortie de l’usage des pesticides. Idem pour l’expression «l’agriculture écologique».

    Ajouter l’interdiction des plastiques (pour préserver la biodiversité terrestre et marine et la santé humaine et animale).

    Ch. 3.
    Ajouter la création d’un organisme indépendant européen contrôlant l’exécution des mesures proposées dans ce chapitre avec un financement à la hauteur de la tâche.

    Ch. 4.4
    Ajouter l’interdiction de commerce des armes par les pays membres de l’UE.

  137. Sur les thématiques santé et alimentation il est surtout question de la qualité de l’agriculture et de l’élevage, glyphosate, huile de palme, perturbateurs endocriniens, de la réforme des agences du médicament et de l’alimentation (ch. 2.1 et 2.3). C’est déjà très bien.
    Mais rien de plus global sur les produits transformés par l’industrie agro-alimentaire. Or il y a en Europe un développement croissant de l’obésité conjuguée à une malnutrition/dénutrition malgré une surconsommation d’aliments, ce qui accroit le risque de maladies de plus en plus graves (diabète, cancer, maladies auto-immunes) chez des personnes de plus en plus jeunes. Un point sur la mal bouffe serait souhaitable. Ne faudrait-il pas instaurer des chartes, normes, labels, étiquetages assurant des qualités nutritives des aliments transformés et garantissant un seuil de composants pour une appellation et lutter contre la fraude, dans un marché de plus en plus globalisé et axé sur la maximisation des profits (pas de confiture de fraise sans fraise ou de miel sans miel).

  138. Je viens de lire tous les commentaires, dont certains sont forts pertinents, mais qui dans la plupart des cas sont plus du domaine d’un programme national que d’un programme européen (comme l’école ou les comités d’entreprise par exemple). Je crois donc qu’il faut en rester là et finaliser ce bon document sans l’alourdir et sans include des clauses détaillées qui nuiraient à sa clarté. Pensons au fait que nous allons devoir l’expliquer comme il a fallut expliquer notre position sur le référendum de 2005. Dès que cette explication prendra forme au cours de la campagne, nous aurons le temps et le devoir aborder les clauses de sortie des traités, l’avenir de la monnaie, et la démocratisation du crédit. Chaque chose en son temps, n’incluons pas de tels scénari dans un texte programmatique pour un parlement qui reste sans véritable pouvoir. Je tiens à remercier les auteurs tout spécialement pour le chapitre 2 et sa pertinence.

  139. C’est un programme ambitieux Bravo !
    Quelques remarques à la lecture
    Il faut ABSOLUMENT veiller à faire apparaître plus dans le texte le fait que nous faisons clairement la différence entre les peuples et ceux qui les gouvernent. Le peuple allemand, le peuple turc, le peuple américain, le peuple russe… Tous ces peuples cherchent en fonction de leur histoire et des conditions qui leur sont faites par la finance et les consortiums mondialisés une proposition politique qui leur paraît pouvoir leur permettre de sortir de la même impasse où le peuple français se trouve. Nous devons veiller à ce qu’aucun des citoyens des pays cités ne risquent de mal interpréter nos propos. Tous les peuples subissent les mêmes pressions et les mêmes avanies au niveau mondial. On doit s’en tenir à ce qui dans la politique des régimes en place contrarie l’avancée vers une coopération vers la paix et le mieux disant social. Je pense qu’on aurait intérêt vraiment à ne pas se poser en redresseur de torts vis-à-vis de certains pays et pas d’autres. Même si je sais que FI s’oppose à toutes les formes de déni de démocratie et de gouvernance dictatoriale, cela ne transparaît pas de cette façon assez clairement dans le texte. La démocratie et la justice sont malheureusement bafouées dans beaucoup de pays. Les USA et l’Europe actuelle se posent en justiciers en fonction de leurs intérêts. Nous devons veiller à ne pas stigmatiser l’un ou l’autre des peuples auxquels nous pourrions nous adresser en tombant dans cet écueil. Le régime Trump, le régime Poutine, le régime Erdogan etc posent tous des problèmes… Toujours s’en tenir aux faits ! En quoi tel ou tel régime et donc les dirigeants empêchent une amélioration de la situation internationale de justice et de paix et comment s’y opposer ou y remédier sans porter de jugement de valeur sur tel ou tel régime de façon péremptoire ou pouvant être jugée comme telle. Car les peuples peuvent se sentir visés et ce n’est pas notre propos. Nous défendrons au travers des Institutions comme l’ONU les droits humains partout dans le monde mais nous n’agissons pas comme les USA et l’Europe actuelle qui posent au pilori tel ou tel pays mettant en place des mesures de rétorsions contre les peuples et ne condamnent pas d’autres pays qui peuvent promouvoir de pires pratiques antidémocratiques. C’est pourquoi nous devons exprimer d’une autre façon par exemple le fait que la politique étrangère entre l’UE et la Turquie présente des aspects négatifs qu’il est possible de préciser mais que nous serions quand même favorables à des échanges avec ce pays autant qu’avec d’autres pays en fonction d’accords justes et loyaux, les mêmes qu’avec les autres pays comme la Russie par exemple. Ne pas se contenter quand on parle de la Turquie de la phrase « s’acoquiner avec le régime Erdogan… » Il faut des faits précis pour que cela n’apparaisse pas comme un parti pris en dehors de tout raisonnement et d’une mise à l’index de ce pays à cause de son dirigeant. Cela me semble important.
    Je suis ABSOLUMENT d’accord avec tous ceux qui ont rappelé que la protection de l’enfance et les droits des enfants victimes de toutes sortes de crimes doivent être très fortement ancrés dans notre programme et mériteraient un paragraphe dédié.
    Il est bien expliqué dans le texte que nous disposons de moyens légaux outre les alliances qui forment « Maintenant le peuple ! » pour agir. Cela est promu dans le programme pour montrer que cette reconquête de souveraineté peut se passer de façon pacifique par une révolution citoyenne. Comment maintenir la profonde volonté populaire de changement suscitée par la colère que les dénis de démocratie, de justice et d’accaparement par l’oligarchie du pouvoir et des biens communs provoquent tout en affichant haut et fort notre respect des valeurs humanistes ?
    Le dégagisme est apparu comme un moyen de réveiller les consciences sur le pouvoir citoyen de reprendre son destin en main. Mais cette idée me semble toujours à double tranchant et sans en faire état, Macron s’est appuyé également sur cette idée pour imposer son autocratie et celle de députés godillots jamais élus et indifférents au peuple sans prétexte qu’ils n’appartenaient pas au sérail politique déjà en place auparavant faisant passer les idées au second plan.
    Je suis donc également d’accord sur le fait de remplacer le « dégagisme » ou « en dégageant » par une formulation plus positive comme par exemple « s’affranchir du pouvoir de » « se libérer du pouvoir de » « rompre avec le pouvoir de » « sortir du pouvoir ou de l’influence de » »révoquer le pouvoir de » « abolir le pouvoir de » « licencier les … du pouvoir de » « déposséder les… du pouvoir de » « démettre les … du pouvoir de » « congédier les … du pouvoir de » « radier les… du pouvoir de » « bloquer l’influence de » ou bien encore plus positif « recouvrer le pouvoir populaire sur » « reconquérir » « rétablir » « reprendre » « réintégrer » …
    Après si cela passe comme cela je continuerai à soutenir le mouvement France insoumise et « Maintenant le peuple ! » car ma profonde conviction est que ce sont les seuls mouvements qui ouvrent un Avenir digne de ce nom pour les générations futures !

  140. AJOUT DANS LE 3.4

    • Réviser la directive sur les comités d’entreprise européens pour protéger l’appareil productif, refuser les délocalisations, les fusions-acquisitions, les cessions ou les fermetures de sites par la consultation contraignante des CEE et la prise en compte des avis émis sur les choix stratégiques des multinationales.

  141. Au point 4.5, je propose de supprimer le dernier membre de la première phrase « Défendre l’indépendance de la France, le principe d’une action de police et non militaire, et le renforcement des moyens de l’État pour lutter contre le terrorisme ». En effet, avec l’intégration de l’état d’urgence dans la constitution, la pérennisation du plan Vigipirate, l’institution d’exercices de protection anti-intrusion dans toutes les écoles dès la maternelle…., je pense qu’on a déjà été très/trop loin dans la réduction des libertés individuelles au nom de la lutte contre le terrorisme.

  142. Il manque me semble t-il dans ce vaste et riche programme d’elaboration vers une autre construction Européenne, un volet qui concerne la protection de l’enfance, avec la lutte contre les violences faites aux enfants ainsi que la nécessité d’une lutte Europeenne à organiser contre la pedo-criminalite : un programme politique de transformation sociale et de progrès ne peut pas ignorer cette ignominie, et doit prendre en compte ce fléau pour mieux le combattre.

  143. Il manque me semble t-il dans ce vaste et riche programme d’elaboration vers une autre construction Européenne, un volet qui concerne la protection de l’enfance, avec la lutte contre les violences faites aux enfants ainsi que la nécessité d’une lutte Europeenne à organiser contre la pedo-criminalite : un programme politique de transformation sociale et de progrès ne peut pas ignorer cette ignominie, et doit prendre en compte ce fléau pour mieux le combattre.

  144. Merci pour ce travail même s’il oublie quelques petites choses assez essentielles. Je ne reviendrai pas sur le manque de précision déjà noté par divers.e.s commentateurs.trices. Imprécisions venant sans doute d’une tentative de concision…
    Je suis cependant d’accord avec plusieurs remarques sur lesquelles je vais insister :
    – On parle du droit des femmes, sur la santé, l’avortement, et quelques autres qui concernent plutôt les hommes (le congé de paternité par exemple), mais quid des femmes violées (et pire encore des petites filles et des petits garçons) qui ne peuvent porter plainte dans des conditions sereines et dont les bourreaux ne sont même pas punis par les tribunaux ?!?
    Aujourd’hui encore le système juridique français et européen permettent aux violeurs et aux pédophiles d’échapper aux lois.
    Ne pourrait-on pas proposer ici des idées de juridiction efficaces donnant l’impression réelle aux femmes d’être les égales des hommes ?
    Une commentatrice remarque que rien n’est dit de la société patriarcale dans laquelle nous vivons. Or cette « patriarcalité » de notre société est la base de toutes les injustices, elle est la base du système capitaliste qui prône la loi du plus fort et la volonté du « toujours plus puissant ».
    C’est ici que j’en viens à mon deuxième point :
    – L’éducation :
    Quelle éducation pour quel monde ?
    L’école publique est-elle celle qui permet le plus d’ouverture d’esprit ? Pas sûr, car elle dépend évidemment du type de politique conduite pas l’État. Or, celui-ci n’est pas toujours, voire rarement, porteur d’idées progressistes, il ne permet que très peu la pluralité des idées, des concepts, des philosophies et des religions. Même un Mélenchon n’est pas un garant de pluralité.
    Peut-on développer des écoles « locales » ? Plus proches des gens directement concernés, elles pourraient sans doute se gérer d’une manière plus libre, axant leurs enseignements au développement des pensées sans s’obséder du métier « que je ferai quand je serai grand.e ». On parle rarement du contenu des cours, on parle peu du sens du mot « éducation ».
    Certes, vous proposez une « délobbisation » des facultés, mais le conditionnement commence à l’âge le plus tendre. On enseigne avant tout à l’enfant à entrer dans un système productiviste rentable, on lui montre et démontre la séduction du gain financier, le mérite de la richesse. Et ce même à l’intérieur des écoles publiques.
    Autre déformation de cette école : l’incapacité du système éducatif à enseigner le droit à la différence, la possibilité de ne pas entrer dans des cases, la liberté d’être, de ne pas correspondre à une image préétablie, en d’autres mots aux préjugés.
    Je vois encore trop d’adultes, des instituteurs.trices, des profs, avoir des comportements hyper genrés vis-à-vis des enfants, trop de jouets différenciés, trop de vêtements ou de manières de se vêtir spécifiés « fille » ou « garçon ». Dans un univers où l’alternative n’existe pas, où deux sexes existent et pas plus, et où chacun de ces sexes amène des comportements autour de l’enfant et en l’enfant très schématisés, comment envisager l’acceptation de la pluralité apportée par les enfants intersexes et tous les autres qui ne correspondent pas aux comportements préétablis ?

    Nous en arrivons à l’école républicaine dite laïque.
    Qu’est-ce qu’une école laïque ? Beaucoup répondent qu’une école laïque est une école sans religion. Faux, l’école laïque est une école qui n’enseigne pas de dogme religieux, cependant, elle accepte en son sein les représentants de toutes les formes de pensées existantes dans son environnement. Chacun de ces représentant doit être libre de porter les indicateurs des courants philosophiques, politiques et religieux qui lui correspondent, sans honte. Et c’est la coexistence, la confrontation aussi n’ayons pas peur des mots, des ces divers courants qui engendrent l’évolution, le changement et l’entente. La séparation n’a jamais amené que la « ghettoïsation » des populations les unes par rapport aux autres.
    Bref, encore beaucoup de choses à penser.

    – Vous parlez du droits des animaux à ne pas souffrir, mais vous ne parlez pas de la chasse ! La chasse qui mutile et massacre annuellement des animaux sauvages que nous devrions nous appliquer à sauvegarder comme nous prétendons vouloir sauver les animaux sauvages du continent africain et protéger la bio-diversité. La chasse qui est une honte vis-à-vis de ces animaux mais qui est aussi un grand danger pour les humains. Combien de morts et de grands blessés chaque année ? Personne n’en sait jamais rien car ces accidents ne sont que rarement amenés à la connaissance du public.
    Interdire donc la chasse en général mais aussi en particulier, c’est à dire chez les particuliers, ces grands propriétaires terriens qui louent leurs domaines chaque week-end à des prix exorbitants pour que leurs clients aient le plaisir et la joie de massacrer en masse des animaux élevés dans ce but (locations parfois payées sur les deniers publics lorsque ces « chasses » sont « présidentielles » et/ou concernent des « invités » officiels). On sait que ces chasses peuvent concerner des centaines de bêtes en une journée !
    Savoir que les bêtes n’ont aucune chance cas elles sont rabattues par une meute de « valets », de chiens et de diverses trompettes, que les domaines en question sont fortement grillagés et que les lois publiques ne concernant pas le privé, il n’y a pas de date de fermeture ni d’ouverture, ces chasses ont donc lieu toute l’année.

    – Et puisque nous parlons de chasse, cela nous mène à penser aux armes. Si nous voulons une Europe de la paix, fermons l’industrie de l’armement. Continuer à produire des missiles, des avions de chasses, des chars de combats et autres matériels destinés à provoquer la destruction de vies humaines et non-humaines est aux antipodes d’une politique pacifiste. Tant qu’il y aura des armes dans un pays, il y aura une personne pour appuyer sur un bouton rouge sang. Notre cher camembert coulant dit Hollande nous l’a bien prouvé le jour où, prit d’un esprit de vengeance primaire, il a envoyé des missiles en Syrie tuer des gens qui n’avaient surtout rien commandité !
    Et puis si nous fermons l’industrie de l’armement, bouclons les casernes militaires…

    Ça, c’est un bon programme.

    – Il y aurait encore des tas de choses à dire, notamment sur les énergies dites-renouvelables. Il faudrait vraiment réfléchir à la question ; qu’est-ce qu’une vraie énergie renouvelable ? Est-elle vraiment renouvelable ? Les éoliennes sont-elles une vraie alternative, ne cachent-elles pas un autre type de lobbying ?
    Et la décroissance ? La sobriété heureuse (ou consciente, ce qui serait plus juste), pas de programme, pas d’idée là-dessus ?
    Dommage.

  145. je propose un amendement en vue de participer à la diminution des émissions de gaz à effet de serre, la fin de la souffrance animale et en limitant la perte de la biodiversité et de la déforestation :
    réduire drastiquement la part de l’alimentation carné en réduisant les élevages ; plus d’élevage sur les terres arables sauf pour participer à la préservation du sol vivant dans les rotations prairies et cultures

  146. Salut
    Je suis tout à fait d’accord avec Antoine Nicolas quitte à être radicaliste. Que la proposition de la FI se nomme plan A B C ou X l’UE ne répond pas aux aspiration des peuples européens
    Il reste à créer une nouvelle UE avec les règles proposées par la FI. Egualité des droits et des devoirs de chaque nation et respect de chaque citoyen

  147. contre les réseaux pédocriminels,puisque ceux ci nécessitent une collaboration internationale, et l’échelon européen est une première étape. travaillons pour apporter des réponses à cette criminalité innommable…

  148. Il faut exiger le retrait de l’OMC et de tous les traités qui mettent la liberté de commerce avant la défense de l’environnement.
    Le redéfinition de la PAC doit être une priorité ainsi que la relocalisation des productions pour limiter les transports, deux postes extrêmement producteurs de GES.
    2050 est beaucoup trop tard pour atteindre la neutralité carbone. Ces deux dernières années ont montré que le moment de déclenchement d’un emballement thermique irréversible s’approche dangereusement.

  149. Bonjour,
    je viens de lire les commentaires précédents. Certains d’entre-nous s’inquiètent du manque de précision sur le plan B. Mais ce n’est pas le sujet à ce stade je crois. Ce programme liste les combats que les députés FI mèneront dès 2019 au parlement européen. Ils proposeront des lois, des réformes de l’EU même, mais la question du plan A plan B ne se posera que le jour ou la FI sera au pouvoir en France. C’est le Président français et le parlement qui enclencheront le plan A, puis, en cas d’échec (probable aujourd’hui, mais pas forcément demain) le plan B qui aura été mis au point entre-temps (sortie de l’euro et/ou de l’EU), et ce avec accord du peuple, par référendum. Donc pas de problème selon moi.
    Bravo aux équipes pour ce travail!
    Un militant fier d’en être.

  150. Programme ample, ambitieux et forcément compliqué….compte tenu de cette Europe-là dans laquelle nos futur-es députés européens vont entrer….et compte-tenu de notre gouvernement actuel dans lequel nous ne représentons qu’une poignée d’opposants, de « proposants », de lanceurs d’alerte.
    Il y a les idées à défendre pour faire élire le plus de députés FI à l’Assemblée de l’Europe et il y a le programme à mettre en œuvre avec Maintenant le Peuple par le vote ou par référendum le jour où la FI sera au pouvoir exécutif et législatif et si nous réussissons à faire plier le gouvernement allemand.
    J’approuve du coup tous les commentaires précédents faisant remonter qu’il y aurait à clarifier sur la sortie des traités européens dans ce texte programmatique bien que l’introduction soit assez claire et logique. Cette phrase « Ce document d’orientation programmatique présente donc les propositions que ferons nos députés européens dès leur élection dans le cadre des débats et votes sur les textes soumis au Parlement européen mais aussi pour sortir du cadre des traités actuels car beaucoup de propositions ne sont pas compatibles avec les règles existantes. » ne pourrait-elle pas être réécrite en « Ce document d’orientation programmatique présente donc les propositions que ferons nos députés européens dès leur élection dans le cadre des débats et votes sur les textes soumis au Parlement européen » et de mettre en italique les intentions et propositions à rajouter applicables uniquement en sortant du cadre des traités européens à partir de 2022 lorsque la FI sera élue aux élections nationales.
    J’aimais bien l’idée préalable d’une autre Europe Sociale, Ecologique et Fiscale, faisant payer les riches, prônant une taxe sur la circulation des capitaux, interdisant tout paradis fiscal en Europe. Cela est dit mais décliné par des titres longs et complexes ex : 1. FAIRE RESPECTER LA SOUVERAINETE DES PEUPLES EN DÉGAGEANT LA CASTE QUI NOUS GOUVERNE EN EUROPE ; 2. PROTEGER L’ECOSYSTEME ET LA SANTÉ EN DÉGAGEANT LES LOBBYS ; GARANTIR LE PROGRÈS HUMAIN EN DÉGAGEANT LA FINANCE EN EUROPE. Je suis d’accord pour faire dégager et dire « non » à cette Europe ! Sur le terrain, je me sentirai mieux de partager avec les gens l’espoir et l’idéal d’une autre Europe avec des titres plus positifs et simples !
    Par ailleurs, est-ce qu’il ne manque pas, dans le chapitre pour une Europe de la paix, une attention particulière à la lutte Européenne contre tous les réseaux mafieux et trafiquants d’armes, de femmes, de drogues qui entrainent nos quartiers populaires et paupérisés dans cet enfer-là ? La lutte contre l’exclusion, l’insuffisance de logements sociaux, l’enclavement de certains quartiers par le manque de réseaux de transports en commun ne devrait-il pas, comme le souligne Pascal Troadec avoir un chapitre entier ?
    Je vous remercie pour votre immense travail et pour l’attention que vous porterez à tous les commentaires.

  151. Bonjour et merci pour ce beau travail.

    Je n’ai pas vu évoqué le combat de communes et de particuliers contre l’installation de force des compteurs dits intelligents Linky, Gazpar, eau, lesquels augmentent inutilement le toxique brouillard électromagnétique à l’intérieur et à l’extérieur des maisons et rendent la vie des personnes électrosensibles impossible sur le territoire, font atteinte aux libertés privées en tant que mouchards et représentent un immense gaspillage sans gain écologique. Sans parler des licenciements des releveurs, des coupures sans état d’âme pour les pauvres, des dysfonctionnements allant jusqu’aux incendies et des envols de facture.
    Même sujet pour la 5G.

    Sinon, si nous arrivions à nous allier sur programme avec les autres sensibilités de vraie gauche, arithmétiquement nous serions majoritaires, ça donne à réfléchir en termes de devoir urgent.
    Je ne vois pas d’autres raisons d’espérer, au niveau politique, que soit contrer la destruction environnementale et climatique et la fragmentation du tissus social, les deux causes annoncées de l’effondrement rapide de la civilisation voire la disparition de notre espèce.

  152. d’une manière générale je préfère les verbes qui donnent un élan positif.
    Le dégagisme n’est pas un but en soi mais un dommage collatéral.
    Nous devons nous rallier à des actions positives, nous nous activons pour une Europe….. et non pour dégager.

  153. Pour que la promotion de l’égalité soit la plus large possible, les droits « sociétaux » doivent être complétés par des droits individuels économiques qui dépassent le cadre dévolu aux syndicats.
    Car on ne pourra pas parler d’égalité des citoyens tant que la démocratie s’arrêtera à la porte des entreprises.
    Ces nouveaux droits relèvent à la fois
    du point 5.1 « Promouvoir l’égalité »
    du point 5.2. « Agir pour les libertés et l’émancipation » et
    du point 3.1. « Stop au dumping social : non-régression, égalisation sociale et coopération »

    Pour ne plus produire n’importe quoi, n’importe comment, les entreprises vont devoir respecter les nouvelles normes environnementales imposées par la règle verte.
    Mais ce contrôle extérieur sur la production n’est pas suffisant et il faut introduire la démocratie à l’intérieur l’entreprise.

    Considérant que, seul, le travail produit de la valeur économique (la richesse), la décision de produire doit revenir aux salariés eux mêmes.
    Chaque salarié doit être reconnu comme producteur économique, et, à ce titre, disposer du droit de vote, c’est à dire du droit de décider dans son entreprise.
    Ce droit doit pouvoir s’exercer sur tout le processus de production, en partant du choix des intrants, en passant par le processus de production proprement dit, et en finissant par la distribution ou diffusion du produit fini.
    Ce droit doit pouvoir s’exercer sur l’organisation du travail et sur la décision d’investissement, en tenant compte des contraintes politiques définies par la nation dans l’intérêt général : planification écologique, politique industrielle, politique agricole…

    Chaque citoyen doit avoir le droit de décider (directement ou par le biais de représentant) dans des institutions salariales ou citoyennes de régulation de l’activité économique, quel sera le programme national de production à mettre en œuvre.

    Sans démocratie dans l’entreprise, sans démocratie économique, et sans droits nouveaux pour le salarié et le citoyen, on ne pourra pas vraiment parler d’égalité.

    Cela nécessite que l’on remettent en cause le sacro-saint droit de propriété, et notamment celui des moyens de production.

  154. J’ESPERE QUE MON COMMENTAIRE SERA LU !. Je n’avais pas vu hélas les précédents appels à contributions. Je trouve que ce que vous proposez n’est pas assez précis ni concret et pas à la hauteur de la gravité de la situation ! Comme le dit la sagesse du Charpentier: « Plutôt que de s’acharner à enfoncer un clou tordu, il vaut mieux l’arracher pour en mettre un droit ! »

    Penser que les Etats Unis d’Europe pourraient être autre chose, c’est ne pas avoir compris l’origine cachée de l’EU et l’objectif visé par « les pères fondateurs ». C’est un leurre de penser encore que l’on peut changer l’UE car tout est mauvais dans l’UE. C’est une dictature pourrie par le libéralisme jusqu’à la moelle. Cette histoire selon laquelle l’EU a été créée pour garantir la paix en Europe est une fable destinée à tromper la population. Si nous avons du faire la guerre aux Allemands c’était justement pour rester un pays indépendant, ce que nous ne sommes plus ! Le projet de l’Allemagne nazie était d’ailleurs de créer une Union Européenne imaginée par le même Walter Hallstein un des initiateurs du traité de Rome.

    La priorité, c’est l’indépendance nationale. C’est à chaque peuple de décider démocratiquement de sa politique et non pas à une instance supra nationale non élue (article 121 GOPE). Cela s’appelle une dictature. La barbarie pratiquée en Grèce est suffisante pour comprendre qu’il est vain de continuer à croire que l’on peut mener une autre politique sans sortir de l’euro. Il faut donc PREPARER DE FACON TRES PRECISE ET SANS AMBIGUITE LA SORTIE DE l’EURO ET DE L’UE (plan B) Or pour l’instant vous n’avez pas présenté précisément le plan B et pire encore vous ne l’assumez pas ! Sans plan B le programme n’est pas crédible. C’est à vous de nous apporter des réponses sur la façon dont on peut en sortir. C’est le travail d’économistes experts des questions monétaires. Plusieurs études sérieuses montrent que la sortie de l’Euro entraînerait une dévaluation d’environ 10 % (FMI, Bank of America, ING, Nomura, Natixis). Cela n’aurait rien du chaos que l’oligarchie relayée par les médias voudrait nous faire croire pour maintenir par la peur notre appartenance à l’UE. Il est impossible de modifier les traités européens car il faut l’UNANIMITE des 27 pour déplacer une virgule ! De plus c’est anticonstitutionnel de ne pas les respecter
    https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/jean-luc-melenchon-desavoue-par-le-198321.
    Les « opt-out » obtenus par la GB et le Danemark l’ont été AVANT DE SIGNER ET DE RATIFIER LES TRAITÉS !

    Le principe même de vouloir fusionner tous les pays de « blancs » dans les Etats Unis d’Europe est absurde. Oubliez Victor Hugo car il défendait aussi la colonisation. Vous ne devriez pas ignorer que ce sont les USA qui sont à l’origine de la création de l’UE dans l’objectif de coloniser de façon lente et cachée l’Europe en faisant disparaître progressivement la souveraineté des nations par le libre échange et une monnaie commune. Ils ont utilisé l’effet cliquet pour empêcher tout retour en arrière.

    Pour lutter contre les délocalisations et l’évasion fiscale il faut abroger l’article 63 qui permet la libre circulation des marchandises et des capitaux sans contrôle. Il est impossible d’harmoniser rapidement les pays car les niveaux de vie sont trop éloignés. Il faudrait des transferts de fonds massifs vers les pays pauvres qu’aucun peuple n’acceptera car il n’existe pas de sentiment d’appartenance à un peuple européen. C’est pourquoi sans attendre nous devons nous protéger contre les pays ayant des faibles niveaux de salaires. Le libre échange avec des pays à bas coûts est suicidaire. Notre agriculture et notre industrie sont en train de disparaître. Une usine ferme tous les jours et de plus en plus de gens sombrent dans la pauvreté. Or ces deux secteurs sont ce qui fait la richesse d’une nation. La disparition de notre industrie sera très difficile à récréer une fois qu’elle aura été complètement détruite. Nous n’aurons bientôt plus d’industrie à ce rythme. Du fait de la disparition des frontières c’est le « coût du travail » qui reste la seule variable de la « concurrence libre et non faussée » qui s’applique de fait dans le cadre du libre échange.

    De plus, nous ne pouvons plus procéder à une dévaluation nécessaire du fait de l’euro. Cela ne marche pas d’avoir une monnaie commune pour des pays aux économies différentes (Théorie de Mundell., ZMO). Chaque pays doit être maître de sa politique monétaire et avoir une monnaie adaptée à son économie. Le niveau de l’euro n’est pas adapté à notre économie ni a beaucoup d’autres pays. L’euro creuse notre déficit commercial qui devient abyssal et par conséquent nous appauvrit toujours plus.
    Ce que vous dites n’est pas concret. Par exemple « empêcher le dumping ». Comment fait-on concrètement pour se protéger contre la concurrence des pays à bas coûts sans abroger l’article 63 et en restant dans une zone de libre échange? Sans frontières nous ne pouvons pas augmenter fortement les salaires car cela aggraverait notre déficit commercial. Pour pouvoir augmenter les salaires, il faut pouvoir dévaluer comme cela avait été fait avec succès après mai 68 après les hausses de salaires. Ceci afin d’éviter de creuser le déficit commercial et pour corriger le choc asymétrique que cela entraînerait (du fait d’une hausse des coûts de production). Cela avait marché et permis une forte croissance de l’économie tout en favorisant la production Française.

    La reprise du contrôle politique de la banque de France doit être immédiate afin de désarmer les marchés financiers qui ne manqueront pas d’augmenter les taux d’intérêts en cas d’élection de JLM. Il serait contraint alors de « rassurer les marchés ». Il faut s’y préparer, ne pas être naïf et retrouver un fonctionnement tel qu’il était jusqu’aux années 70 avec le circuit du trésor. Ceci qui nous protégeait du pouvoir exorbitant donné à la finance depuis. Nous devons pouvoir néanmoins veiller à éviter une inflation trop forte tout en faisant une indexation des salaires sur l’inflation.

    Le protectionnisme solidaire doit se faire à l’échelle nationale puisqu’il y a au sein même de l’UE une concurrence déloyale. L’UE détruit notre économie, il faut sortir au plus vite de cette machine à broyer.

    Jusqu’à présent j’ai toujours voté pour JLM mais je n’apprécie pas qu’il n’assume pas clairement une sortie de l’euro et de l’UE. C’est incompréhensible de dire que l’on sort des traités sans dire que l’on sortira de l’EU ! Personne n’y comprend rien. Si déjà, alors même qu’il n’est pas élu, il est terrorisé d’assumer une sortie de l’euro, on peut imaginer qu’une fois au pouvoir il n’aura pas le courage de sortir de l’EU. Sans plan B clair et bien préparé c’est l’échec assuré et un destin à la Tsipras. Selon moi, la tentative de plan A doit être considérée plus comme un dialogue préalable avec nos partenaires pour leur expliquer que ce n’est plus possible de continuer. Le plan A en soi ne peut être considéré comme une solution crédible mais davantage comme une étape préalable pour le déclenchement du plan B inévitable selon moi. Car tout est mauvais dans l’EU et pas seulement les traités mais aussi le fait d’avoir une monnaie commune ainsi que le principe même de vouloir fusionner 27 pays dans un Etat fédéral. Par contre je pense que cette phase de dialogue avec nos partenaires est nécessaire pour préparer la population à une sortie de l’euro concertée et montrer que l’on a tout essayé avant la tenue référendum sur l’indépendance. Actuellement se joue une guerre de l’information qui empêche la compréhension des choses de la majorité de la population. La propagande médiatique fait croire que ce serait l’apocalypse alors qu’aucune étude sérieuse ne le démontre. Le référendum sur l’indépendance ne serait rendu possible qu’après l’organisation d’un grand débat national à l’image de ce qui avait été fait en 2005.

    Je pense qu’en l’état actuel les sondages (à considérer comme la météo) traduisent surtout l’inquiétude des Français sur une éventuelle sortie de l’euro car il n’y a pas de débat contradictoire. Il est donc important d’avoir un plan B qui explique comment on fait concrètement pour en sortir afin de pouvoir convaincre l’opinion de la nécessité d’en sortir. Le référendum de 2005 prouve que les Français sont majoritairement défavorables à l’UE. D’ailleurs Macron lui-même en est conscient puisqu’il a déclaré en GB que s’il y avait un référendum en France, les Français feraient comme les Anglais ! Je vous invite à regarder la conférence de François Asselineau intitulée « qui gouverne la France et l’Europe» ainsi que toutes ses conférences. Vous comprendrez pourquoi François Mitterrand avait déclaré quelques mois avant son décès « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. » Les analyses de l’UPR me semblent très crédibles. Les conférences de l’économiste Vincent Brousseau sur la sortie de l’euro sont très éclairantes également.

    Je pense qu’il se libérer de ce carcan qu’est l’UE et proposer à la place d’autres coopérations à l’échelle internationale avec la création d’une autre OMC favorisant le co développement, la réduction de gaz à effets de serre, la démocratie, la mise au pas de la finance, le protectionnisme solidaire favorisant la relocalisation des activités pour réduire les flux qui détruisent la planète et appauvrissent les populations provoquant des migrations. Il faut rendre obligatoire la tenue de référendums avant la mise en application d’accords commerciaux dans tous les pays concernés afin d’éviter que ce soit l’oligarchie qui favorise ses intérêts dans l’opacité au détriment des peuples.
    Pour conclure, la seule « autre Europe » possible est selon moi celle de pays indépendants et souverains, dont chaque peuple décide démocratiquement de sa politique. Cette « autre Europe » des Etats nations n’empêche pas les échanges commerciaux et la coopération libre avec le reste du monde à condition qu’ils préservent l’intérêt de chaque nation et ne mettent pas en péril l’écosystème.

  155. Tout d’abord, bravo pour le travail autour de ce texte, très bien construit, avec des propositions qui sont, dans l’ensemble, très claires, tout en faisant directement face à la réalité des institutions européennes. J’apprécie tout particulièrement les principes de faveur proposés qui sont de très bonnes idées, afin d’arriver efficacement à une harmonie communautaire.

    Concernant les petits bémols, sur le fond, j’aimerais bien que soit précisé, dans le paragraphe 1.4, le mécanisme de « carton rouge », ainsi que la signification de « bloquer un texte européen ». Il s’agit du point que je trouve le plus flou.

    Sur la forme, j’ai noté quelques éléments à corriger :
    -Paragraphe 2 : « et aggravant » ; 2.4 « refuser la » au lieu de « refuser de la » ; 3.4 « ayant recours aux » pas « au » ; 3.5 « les baisser » pas « le » ; 4 « s’acoquine ».

  156. J’entends dans ce texte : 1-on envoie des parlementaires européens « de combat » qui font du bruit (vidéos et quelques victoires) -1bis est-on sûr de pouvoir compter sur les camarades Maintenant le peuple sur tous les points listés, 2-on bataille sur le budget 2021 pour amorcer des changements -2-bis le cadre aura t’il suffisamment changé d’ici là pour pouvoir peser sur le budget, 3- on table sur une victoire française en 2022, c’est présomptueux et nos alliés Maintenant le peuple n’ont pas les même échéances…
    Tout ceci est très méthode coué ! Et présente deux inconvénients majeurs : 1-c’est un travail interne de qualité, mais incompréhensible hors milieu militant, donc en porte à porte, on vend quoi aux victimes de 30ans de délocalisations ? rien : les fachés de la hausse des carburants ne se déplaceront que pour des désirs positifs, du concret à échéance palpable, 2-si on part en campagne (tracts, discours, itw…) sur cette base, cela signifie qu’on ne souhaite croiser le fer qu’avec les bobos EELV, reste de PS, et qu’on abandonne les fachés, comme si ils n’étaient pas déjà assez abandonnés.

    En conclusion : : cela voudrait dire qu’on part d’avance pour un très faible score, et « macron renforce sa légitimité, bla bla », donc on ne gagne pas une étape dans une marche à la victoire supposée en 2022. Si tels sont la stratégie, les docs de campagne, comment motiver les militants FI pour mener la campagne ?
    Alors qu’on a une opportunité pour faire de cette campagne un effet cliquet : faire voter des abstentionnistes et des quartiers populaires qui se remettent dans une dynamique « la politique ça peut servir à quelque chose / non je ne suis pas rien car seul mon travail produit de la richesse… » à renforcer aux municipales puis aux présidentielles. Vu le taux d’abstention, on a de la marge, mais IL NOUS FAUT des textes, des slogans concrets, porteurs et travaillés TRES loin du texte ci-dessus. J’espère que le travail dans ce sens est déjà amorcé…

    La seule vérité étant que tant qu’on n’a pas renversé la table européenne, on aura tellement de boulets aux pieds qu’on ne pourra rien faire. Écoutons les grecs, ils nous préviennent que nous pouvons pas faire les fanfarons, quand on avons donné à nos oligarchies tant de victoires ces dernières années qu’elles sont très en forme !

    On compte sur les électeurs pour exprimer un grand NON ! avec quels arguments va t’on les chercher ? NON à Macron et NON à …. Pour pouvoir dire OUI à des espoirs palpables (un travail près de chez moi, une alimentation bio-normale, une formation technique de qualité pour mes enfants) il faut s’en donner les moyens.

  157. Ce programme est top mais il manque un point majeur : la lutte contre les réseau pédophiles… Elle ne peut se faire correctement qu à l échelle européenne avec une coopération totale des services de lutte… De même une vraie unité de cyberlutte ne peut fonctionner qu à l échelle euro… Bref ce point devrait être inscrit en rouge vif dans le programme !

  158. Je suis à fond derrière Emmanuel Maurel et Jean Luc Mélenchon. Il faut combattre cette europe libérale qui mène à la perte du peuple et à notre liberté de choix.

  159. Des remarques purement sur la forme : dans l’introduction (juste avant l’encadré) dans « premier•e•s proposant•e•s d’un autre futur » il faudrait remplacer futur par avenir, et le pluriel du mot lobby est tantôt écrit « lobbys » (par ex dans le paragraphe « Hélas, l’Union européenne et ses traités actuels ne permettent rien de tout cela. ») tantôt écrit « lobbies » (par ex dans le paragraphe « L’Europe court au désastre. »), il faudrait utiliser la même orthographe partout dans le texte. Aussi, le titre 4.5 n’est pas en italiques (contrairement aux autres titres), et il manque des accents dans les titres (par ex dans le premier titre « 1. FAIRE RESPECTER LA SOUVERAINETE DES PEUPLES EN DÉGAGEANT LA CASTE QUI NOUS GOUVERNE EN EUROPE » il y a un accent sur le premier e de DÉGAGEANT mais pas sur le troisième e de SOUVERAINETE).

  160. Texte ambitieux avec de nombreuses propositions très précises et judicieuses. Très bien !
    J’ai relevé et apprécié «  Nous proposons une Europe de coopération des Nations européennes comme du reste du monde », et le « mécanisme de carton rouge permettant aux parlements nationaux de bloquer un texte européen », deux éléments qui s’inscrivent en opposition avec le concept d’Europe des Régions ( EELV), ainsi qu’avec l’idée d’un Etat européen fédéral supprimant les souverainetés nationales ( fantasme et piège dans l’état actuel des choses). J’approuve donc.

    Il reste à mon sens encore un peu de flou sur le plan B, je m’explique :
    – dans l’AEC, le plan B est décrit sur une demi-page (p 85) à travers 4 mesures et pas plus, dont l’une énonce la transformation de l’euro en monnaie commune ( on ne voit pas bien comment, si l’on fait exploser l’UE, on pourrait conserver l’Euro, fût-ce sous une forme nouvelle). En tous cas dans cette demi-page la rupture avec l’UE n’est pas clairement énoncée, l’ambiguïté est palpable.

    – dans le programme ici présenté, c’est mieux : « le plan B, c’est la sortie des traités européens unilatérale par la France pour proposer d’autres coopérations. L’UE, on la change ou on la quitte » .
    C’est donc la rupture avec l’UE ( « prison des peuples » d’après le titre d’un atelier aux AMFI), et tant mieux, mais pourquoi ne pas oser le dire en clair ?

    Tourne-t-on un peu autour du pot pour ne pas froisser une partie de l’électorat ?
    On ne gagne rien à ne pas être limpide. C’est de toutes façons le débat que l’on aura à affronter dans les contacts avec la population lors de cette campagne électorale.

    Amicalement
    Franck Bernon

  161. dans le chapitre .4.4
    Une monnaie commune mondiale de réserve avec les BRICS ? Le Brésil étant aux mains des fachos , allié de Trump pour le FMI !!!

  162. Accord général.
    Une question: Pourquoi sortir seulement la France de l’Otan (4.4 2ème alinéa) et non toute l’Union Européenne?

  163. Bonjour,

    Bon travail dans l’ensemble. Cela dit, je rejoins complètement ce qu’a dit olivier joselyne à propos des droits des animaux, et de la maltraitance animale qui n’est pas assez punie par la loi.
    Qu’en est-il de la suite de la Consultation du Plan Biodiversité 2020? Est-ce que les doléances des citoyen.n.e.s ayant participé ont été prises en compte? Il ne me semble pas jusqu’à présent.
    Et le nucléaire? L’interdiction définitive de tous les pesticides au niveau Européen?
    Concernant le chômage, dans le cadre des métiers dits « verts », il n’y a pas que les énergies renouvelables, ni les transports où il faudrait embaucher. Contrairement à d’autres pays d’Europe, la France est bien en retard sur le sujet. Il ne faut pas oublier la protection de la nature et des animaux, et pas seulement d’un point de vue éducation à l’environnement, cela va bien au-delà (santé animale, éthologie…). Pour citer ces exemples, il faut savoir que ni le pôle emploi, ni les régions, ne financent les formations qui sont en rapport avec la biodiversité et la protection des animaux, sous prétexte que ce ne sont pas des métiers « en tension ». Alors, comment les personnes (tous âges concernés) qui sont au chômage de longue durée notamment (RSA/ASS) souhaitant se reconvertir dans ces métiers, pourraient arriver à financer leur formation, alors qu’ils ou elles n’en ont pas les moyens? Surtout vu les tarifs énoncés par les divers centres de formations. Il serait bien que le pôle emploi, les régions, travaillent en partenariat avec tous les centres de formations (au niveau national et international) afin de remédier à cela.
    Pouvoir se loger, se chauffer décemment, et retrouver un travail en CDI dans un métier qui plaît : prenez l’exemple sur la Finlande où il n’existe plus de personnes vivant dans la rue. Y avez-vous songé?

  164. Je viens de lire votre vision pour les Européennes ; je note deux changements majeurs en ce qui concerne le sujet de la sortie ou non des traités européens: plan A, utilisation de l’art 48 du TUE, plan B, sortie des traités européens…
    Donc le FREXIT en somme. Même si vous semblez frileux à employer le mot, cependant vous n’êtes pas sans savoir qu’il faut L’UNANIMITÉ des états membres pour revoir les traités européens, Jean-Luc Mélenchon l’a rappelé lui-même à Lille dernièrement le 30 Octobre 2018 !

    Je suis surpris que vous ayez à l’esprit soudainement de citer les articles des traités, c’est une bonne chose d’ailleurs de faire de l’éducation populaire, cependant depuis plus de onze ans et demi à présent, l’UPR ( l’Union Populaire Républicaine) créée par François Asselineau dit dans sa Charte fondatrice qu’il faut un Frexit pour avoir enfin les clés de notre Politique intérieure et extérieure.

    Je suis donc surpris mais ravi que vous ayez dès maintenant la présence d’esprit de parler de ces articles, cependant je suis déçu par le manque de courtoisie de JLM qu’on n’a même pas eu l’amabilité de répondre aux multiples invitations de François Asselineau à débattre sur la Politique et en particulier sur le FREXIT, car il ne faut pas avoir peur de ce mot.

    Je terminerai en notant un fait étrange, JLM à L’Assemblée Nationale a dit le mois denier toujours en Octobre 2018, que la France Insoumise n’était pas un parti de « Frexiteurs » et termine son discours d’une dizaine de minutes par « il faut sortir des traités européens » …
    Méditez sur la cohérence de ces mots…

    À bon entendeur ! 🇫🇷

  165. quelques remarques parmi cent autres

    si le BONHEUR reste l’horizon de tout progrès social écologique et humain pourquoi le limiter au seul bleu horizon européen ? Et donc nous devons vouloir un monde porteur de paix et de coopération, etc…

    l’Europe court au DÉSASTRE… (en toute connaissance historique de cause) Et donc ses directives économiques qui ont force de loi, par le biais de traités signés par les états, ne sont pas pas simplement libérales et injustes, elles sont, en défense des intérêts des grandes entreprises capitalistes donnés pour prioritaires en toutes circonstances, formellement viles par leur caractère anti-démocratique et criminelles et serviles sur le fond.

    Et à ce propos, comprendre que POLITIQUE D’AUSTÉRITÉ ou austérité, c’est daté ! Il convient donc de rompre avec le discours convenu des gauches européennes, socialistes, social-démocrates, bref capitalistes, et revenir aux fondements de cette politique en la nommant par son nom : politique de paupérisation de masse, voulue et poursuivie sous les auspices de l’OCDE depuis près de quatre décennies.

    De façon plus générale, nul ne peut douter, comme cela apparaît dans l’avenir en commun en EUROPE aussi, que l’Europe est pour les ouvriers et salariés d’Europe un problème et que, ceci entraînant cela, il y ait une question européenne ! qui doit obtenir une réponse à la hauteur des enjeux politiques du rapport entre politique ouvrière et salariale de salut public et désordres économique, monétairement réglementés Le rôle des états n’étant que de police contre de supposées menaces tant intérieures qu’extérieures, à savoir prolétaires en lutte ici et migrants, sous couvert d’anti-terrorisme.

    Bref il faut arrêter de parler pédagogiquement de plan A plan B ! Et poser en principe la non-légitimité démocratique s’entend et donc l’irrecevabilité juridique et légale des directives de la commission européenne qui soit dit en passant rendent de facto le parlement européen factice. La logique politique voudrait au contraire que les directives en question passent au tamis parlementaire pour y être amendées et votées ou mises au tapis. D’ailleurs n’est-ce pas ainsi que le parlement français procède : discussions en commissions, élaboration de lois ad hoc, sur tel ou tel sujet, puis votes ? Politiquement le prolétariat insoumis n’a rien à dire aux petits commissaires de l’union progressiste qui, à ses yeux, comptent pour du beurre ! Pour résumer disons que tout ce que la petite et mesquine union économique et monétaire des états européens, leur chose privée en somme, fait passer systématiquement en force, tout en se racontant hypocritement et entre les dents et dans sa barbe, qu’elle le préconise, eh bien le prolétariat d’Europe doit vouloir en disposer à sa guise Car en un monde donné il ne peut y avoir deux souverains Un qui danse au buffet et tire le diable par la queue, en chantant comme je suis heureux d’être bouffon, et l’autre qui vole pille s’en met plein la lampe et mène grand train, en disant à tous : regardez comme je brille !

  166. Programme très cohérent et intéressant mais qui souffre d’un manque majeur : la protection des enfants. A l’échelle européenne , la coopération entre les pays est indispensable pour lutter contre les réseaux de pédocriminalité . Il manque de moyens humains pour identifier les enfants victimes de viols pédophiles filmés ou photographiés (cf fichier Zandvoort), enquêter, les retrouver, les protéger. Toute la population quelle que soit son étiquette politique, est sensible à cet enjeu majeur. Et c’est bien à la FI qui replace la défense des plus vulnérables au coeur de son éthique, de porter cette lutte.

  167. Voici mes quelques critiques, remarques et propositions :

    Remplacer « La France insoumise et ses alliés étrangers sont l’opposition populaire à cette Europe de l’argent-roi » par « La France insoumise et ses alliés européens sont l’opposition populaire à cette Europe de l’argent-roi »

    Pourquoi mentionner l’appel du 12 avril 2018 à Lisbonne et pas l’élargissement du mouvement « Maintenant le peuple » le 27 juin 2018 à Bruxelles ?

    Au §1.4. Augmenter les pouvoirs des parlements nationaux et du parlement européen : Il manque une proposition pour renforcer le pouvoir du parlement européen (notamment par rapport à la commission). Il faut en finir avec les instances non élues démocratiquement Commission européenne et Conseil européen et dont les attributions et pouvoirs ne sont pas connus de la plupart des citoyens de l’UE.

    Pourquoi écrire « Nous refuserons de voter pour l’investiture de tout candidat issu de la Bundesbank allemande. » sans expliquer le sens de ce refus ?

    Transformer le statut des outre-mer de « régions ultra-périphériques » en « régions universelles de progrès » : cela ne me parait pas très concret, il faudrait mieux préciser ce qu’on « entend » par le terme asses prétentieux de régions universelles de progrès.

    « Instaurer un salaire maximum européen : plafonner les écarts de rémunérations à l’intérieur des groupes européens de 1 à 20 entre les salariés les moins et les mieux payés » Et pas pour une filiale européenne d’un groupe américain (FORD, AMAZON, etc. …) par exemple ?

    Néonicotinoïdes non évoqués !

    « désobéir aux règles européennes » est-ce vraiment crédible en restant dans l’UE compte tenu des risques de sanctions et de procès (y compris par des sociétés privées qui peuvent attaquer des états) ?

    Bon courage à ceux qui travaillent sur la réalisation des différentes synthèses.
    Nota : à mon avis, la référence à Nicolas HULOT dans ce texte est totalement inutile et dérisoire (beaucoup de gens totalement inconnus ont sûrement fait beaucoup plus pour l’écologie que lui).

  168. BONJOUR J AI APPRECIE LE MEETING AVEC DES IDEES QI REJOIGNENT LES MIENNES MONSIEUR MAUREL A ETE GENIALE J AI EU PLAISIR A L ECOUTER COMME J AI PLAISIR A VOUS ENTENDRE JE N AI PAS VOTRE CULTURE MAIS A MA FACON JE TESTE LES GENS PRUDEMMENT MAIS AVEC TACT LOURDES CHARGES QUE CELUI D ETRE DES ELUS DU PEUPLE J AI UNE GRANDE ADMIRATION POUR CEUX QUI DEFENDENT LE PEUPLE ELUS OU PAS JE SUIS INQUIETE POUR LE DEVENIR DE LA PLANETE POUR LES ENFANTS LES BEBES LES GENS AUSSI J OBSERVE CERTAINES EVENEMENTS EX BALEINES QUI VIENNENT MOURIR SUR LES PLAGES IL Y A TELLEMENT DE CHOSES QUI INDIQUENT UN CHANGEMENT CLIMATIQUE IMPORTANTS RECEVEZ MES SINCERES SALUTATIONS

  169. Bonjour ,
    J’aimerais que vous rajoutiez toutes les propositions quant à la condition animale ( entre autre abolition des chasses présidentielles , dimanche sans chasse au moins ,stop véneries ,chasse à la glue etc ….) Les amendements proposés par la FI à l’ AN (interdiction broyage des poussins , interdiction castration à vif des porcelets ……… ) C’est important de le redire
    La proposition des repas végétariens dans les cantines afin de diminuer les protéines carnés qui sont dévastatrices non seulement pour la planète mais aussi pour notre santé et les millions d’animaux tués chaque jour dans des conditions abominables…. Beaucoup comptent sur la FI , sur Maintenant le Peuple pour que cesse la barbarie envers les animaux aussi …. Car « on reconnaît la grandeur d’une nation à la manière dont elle traite ses animaux « … ( Gandhi ) Merci pour tout votre travail !

  170. Serait-il possible d’avoir ce texte programmatique en PDF ? Plutôt que lire sur ordi, je préfère le télécharger sur mon Kindle. En 4.2, l’idée de coopération plutôt que la concurrence prônée aujourd’hui par l’idéologie dominante me paraît être l’idée forte. Cette coopération ( certains diront l’entraide ) peut être à la base d’un bouleversement global à tous les niveaux ( écologique, économique, géopolitique, culturel, éducatif…).

  171. le plan A ne pourra s’appliquer puisqu’il faudra l’unanimité des membres ( on négocie dans le cadre actuel des institutions européennes); donc on passe au plan B : désobéissance unilatérale et coopération avec les états qui partagent notre vision ( à laquelle j’adhère); mais alors impossible de rester plus longtemps dans l’Euro car ils ( commission, BCE, gouvernements néolibéraux) feront tout pour nous rendre la vie impossible. Question : comment s’y prépare t’on?(hypothèse implicite de la FI au pouvoir) le programme est séduisant mais sans stratégie claire comment le « vendre » aux électeurs?
    je comprends que plus modestement l’objectif de ces élections est de faire avancer nos idées à l’échelle européenne et de changer les institutions européennes de l’intérieur. c’est du long terme, probablement incompatible de nos RV nationaux. Donc la question ci dessus se posera et il faudra être plus clair.

  172. « Reconnaître le droit à la désobéissance aux règles européennes lorsqu’un Etat estime que ses intérêts fondamentaux sont mis en cause selon les principes du compromis de Luxembourg et les exemptions accordées à certains États (opt-out) »
    Ça pose problème car un traité est un contrat or dans ce texte tout Etat peu ne pas obéir au traité s’il « estime » que ses intérêts sont remis en cause, dans ce cadre le traité n’a plus aucune valeur il faut donc inventer autre chose, ou mettre en place une procédure qui cadre la « désobéissance ». Par exemple si des traités cadrent les excédents commerciaux on est quasiment sûr que l’Allemagne « désobéira » très rapidement.

  173. Rien sur le rôle de l’Europe pour lutter contre le système prostitutionnel et la traite des êtres humains à l’échelle internationale.Pourquoi?
    Les femmes représentent peut être plus que deux paragraphes et le féminisme ne semble pas etre une des préoccupations de ce texte il évacue la prégnance de la domination masculine et le patriarcat sur nos sociétés alors que notre programme de 2017 prenait ce combat comme un de ses axes

  174. J’aurais souhaité qu’il y ait un chapitre sur la lutte contre la pauvreté près de 9 millions de personnes sous le seuil de pauvreté comprenant des salariEs pauvres
    Lutter contre les causes permet de se projeter mais il faut aussi s’occuper du court terme ainsi faciliter l’accès aux associations des financements européens

  175. Corrections texte : Introduction, paragraphe 2. PROTEGER L’ECOSYSTEME au lieu de PROTEGER ECOSYSTEME.Et 3-3 « la relocalisation des productions » au lieu de relocation
    Suggestions
    2.2. 100% d’énergies renouvelables, en Europe aussi !
    • Engager un plan d’investissement MASSIF dans les économies d’énergies et les énergies renouvelables, financé par la Banque centrale européenne
    2.4. Mettre en place une planification écologique européenne
    3.5.Faire des outre-mer la pointe avancée du progrès humain
    « …développer les énergies marines renouvelables ». Je n’y crois pas du tout, de plus ce serait mettre la charrue avant les bœufs et ce n’est pas écologique du tout. Nous n’avons pas besoin de cette énergie marine si nous appliquons efficacement nos modèles de décroissance énergétique basés sur la sobriété et l’efficacité énergétique puis sur la relocalisation de la production énergétique à l’échelon communal ou intercommunal. De plus décentraliser la production énergétique à l’échelle des réseaux de distribution réduit les risques de coupures massives liées à des évènements climatiques prévisibles (tempêtes, foudre etc…), à des incidents terroristes possibles, à des incidents nucléaires prévisibles etc… Décroissance énergétique active sans contraintes et autonomie énergétique via la relocalisation de la production sont aujourd’hui à portée de main, nous le démontrons chaque jour dans les Landes et les Pyrénées Atlantiques. J’ai pu lire en 3.5.  » Faire des outre-mer des territoires pilotes de la transition écologique en allant vers l’autonomie énergétique, l’autosuffisance alimentaire, la préservation de la biodiversité » et pourquoi ne pas l’étendre à la métropole et à l’U.E. ?
    Avec la CNL des Landes nous sommes prêts à en débattre avec vous.

  176. Il y a une surenchère aux catégorismes, la même règle pour tout le monde, femmes y compris. Toute violence est à bannir contre qui que ce soit généralement. Si on commençait par l’armée, la police etc, la violence institutionnelle etc… Une bonne mesure l’égalité des couples… Par contre, un oublie de taille de ce programme, en effet, j’ai relu deux fois le livret sur la justice de LAEC. Il est à côté de la plaque. Ce programme ne s’intéresse pas à un nœud de toute société, le système judiciaire. Le citoyen est considéré comme un enfant dans ce truc, c’est une affaire entre « les initiés, juges, avocats ». Le système n’est pas fait pour le citoyen, mais c’est leur business à eux, ils en font leur affaire, méprisant, suffisant, sauf exception qui n’est pas la règle. Urgent de mettre en place une autre conception de la justice, irriguée par le citoyen responsable, qui se représente lui-même à tous les stades de juridiction, se faisant aider par un proche, une association, un syndicat à l’exemple du défenseur syndical etc..une procédure simplifiée et un langage non alambiqué, une non obligation de représentation par avocat.. Autrement tout cela c’est du vent….

  177. Je pense que le droit des femmes n’apparaît pas suffisamment prioritaire dans ce texte. Je suggère un article spécifique sur le droit des femmes non seulement à l’égalité au travail, mais aussi à la santé et à la protection contre toutes violences qu’elles soient sexuelles physiques ou verbales.
    La FI doit promouvoir la représentation égalitaire pour les femmes dans tous les domaines notamment en politique.

  178. Il serait intéressant d’ajouter à ce programme la liste des différents mouvements / partis / associations, Européen.nes ou Français.es qui se joignent à la liste de la France Insoumise.
    Les gens ont besoin de pouvoir s’identifier et de voir qu’il s’agit bien d’une volonté Européenne, qui dépasse les frontières.
    Et personnellement, j’aimerais voir émerger une discussion avec les personnes qui ont mis en place une démocratie directe dans la région de Rojava en Syrie, qui propose une gestion égalitaire, laïque, démocratique et internationaliste : Le confédéralisme démocratique.
    C’est en discutant avec eux que certains problèmes « géo stratégiques », entraînant des guerres, peuvent aboutir à une réelle avancée pour tous.
    Il faut mettre en valeur critères de gestion internationale.

  179. proramme precis moi je voudrais dire que chaque animal a des droits des droits d etre vivant est que les maltraitances tortures qu on leurs inflige ne sont pas punit par la loi pas assez puis voir aussi pour les retraites car actuellement on subit on subit tellement qu on va ce retrouver a la rue on ne peux plus rien payer

  180. Remarque: dans ce programme on ne voit pas ce qui est de la compétence exclusive de l’UE et ce qui est de la compétence des Etats.
    Donc clairement que peut faire un élu Insoumis au parlement Européen.?
    J’ai bien lu l’intro : être des portes paroles etc … et deux exemples pratiques … cela me semble insuffisant pour convaincre au-delà du référendum anti Macron
    Surtout que le fonctionnement institutionnel verrouille tout.

    Est-ce que ce programme sera annexé à « Maintenant le peuple « ?

  181. Dès l’introduction, on pourrait dire que la politique de l’UE est dictée par des oligarques étatsuniens, dont l’autorité se manifeste par les traités de libre échange, le dollar, l’OTAN, de nombreux lobbys, internet…
    (Crainte d’être traités de complotistes? ou anti-américains : ce qui ferait fuir des électeurs adeptes du « camp occidental » et nourris de cette culture? )

    2 Pour l’écosystème, insister sur la limite de l’usage des ressources, pour aller vers une consommation en décroissance. On devra y passer si on veut sauvegarder les écosystèmes et l’humanité.

    Pour la santé, un changement de paradigme est nécessaire : éducation à l’auto-prévention, par des moyens naturels (plantes, pleine conscience…) Dans une nouvelle civilisation, ce domaine ne doit plus être censuré, ni méprisé, par manque de connaissance et conditionnement à l’Ordre des médecins et de l’oligarchie.
    Programmes des médias pour le bien-être et l’harmonie en soi.
    Un repas végétarien sur deux dans la restauration collective.

    3-3 « la relocalisation des productions » au lieu de relocation

    5-3 Encourager la création artistique par des revenus décents et la diffusion publique des œuvres et spectacles vivants.
    Education artistique, concerts, spectacles, dès le plus jeune âge, pour laisser d’autres opportunités aux jeunes esprits que le conditionnement par le numérique à outrance. La vie à la place des écrans, du virtuel à plein temps .
    Développer l’éducation musicale dès l’école primaire, comme matière essentielle, pour un changement de civilisation, moins axée sur la consommation formatée, et pourvoyeuse de créativité er d’harmonie intérieure.

    Pour reprendre le post de XCN : 9 novembre 2018 à 17 h 58 min
    J’ai compris qu’il s’agit de la sortie des traités et non de l’UE, donc de désobéissance à ces traités.
    Plan A : négocier pour « sortir des traités » en en changeant les règles (mais ne serait-ce qu’avec l’unanimité des membres? ou avec une simple majorité?)
    Plan B : en cas de refus, « sortie unilatérale des traités » donc désobéissance, et coopération avec d’autres Etats sur la même ligne insoumise.(peut-être Espagne, Portugal, Suède, Finlande, Danemark…)
    C’est dire que la formulation manque de clarté, prête à équivoque et mériterait d’être précisée. Car en effet c’est un point important qui donne lieu déjà à de nombreuses polémiques.
    (Le terme « désobéissance n’est peut-être pas porteur électoralement? pour les médias du système, certes!)

  182. Rien vu sur les problématiques communes au près de 150M dhabitants en quartiers populaires. Déserts medicaux. Exclusion scolaire. Chômage de masse. Enclavement urbanistique. Transports publics défaillants. Détérioration et insuffisance de logements sociaux, Recul des droits démocratiques… J en passe et des pires. Pourtant, des propositions du livret Quartiers Populaires ont été transmis. Je suis surpris :'(

  183. Juste une question ;
    Au chapitre 4.5. Lutter contre le terrorisme, refaire de la sûreté un droit fondamental
    Je lis :
    • Promouvoir une analyse républicaine et laïque du phénomène terroriste
    C’est quoi ce truc ? Si c’est républicain , ce n’est pas laïc ?

  184. Il faut rajouter une proposition de lutte contre les violences specifiques faites aux femmes avec une agence europeenne dotée de pouvoirs juridiques determinants.

  185. Le groupe « Après «  à paraît il beaucoup de convergences avec FI , mais quelles sont les divergences, pour qu’ils ne rejoignent pas complètement le mouvement ?
    HIH.

  186. Très bon travail, cohérence avec l’avenir en commun. Nous aurons des arguments pour discuter avec nos adversaires et pour convaincre les gens. Je suis particulièrement attentif à l’agriculture paysanne et la règle verte (forme de décroissance); au refus de la concurrence dès lors qu’un service public est un acteur sur notre territoire (SNCF, sécurité sociale, hôpitaux publics…); à la sauvegarde des biens publics: eau, énergie; à la gestion et à la préservation des ressources marines; au refus d’une défense commune européenne et à la sortie de l’OTAN; enfin au contrôle de la BCE qui doit être au service des états et nos des banques et de la finance.
    Et maintenant le peuple

  187. Pour couper court à toutes les tentatives
    – de diversion (pétition pour l' »union/rassemblement » des forces de la « gauche »),
    – diversion (création des nouvelles entités comme « place publique », quitte à tenter de les rassembler ensuite !)
    -rassemblements partiels entre 2,3 ou 4 (constatant le faible poids de chacun)
    qui ont déjà commencé et, en s’appuyant sur l’ignorance, vont se développer de plus en plus dans les mois à venir,
    il est probablement utile d’ajouter un chapitre (séparé ou dans l’introduction) sur l’ossature (les conditions sine qua non) de notre programme.
    Cela pour souligner la fermeture définitive des portes à toute tambouille électorale.
    On peut se contenter d’y énumérer les principes de base.
    La liste ci-dessous est un ébauche (avec entre parenthèses les forces qui ne les demandent pas, à ma connaissance) :

    – il faut sortir des traités européens actuels (exit EELV, Génération.s, PS, PCF ?)
    – Défendre la sortie de la France de l’OTAN ((exit EELV, Génération.s, PS)

    Il est aussi utile de reproduire les articles de traité actuel qui nous interdisent d’appliquer notre programme dans un annexe (liste commencée par JLM dans le meeting de Lille)

  188. Texte très précis et complet, j’adhère pleinement.
    Je propose dans l’introduction de remplacer alliés étrangers par alliés européens.

    Heureusement, une alternative existe ! Nous ne sommes pas condamnés à subir sans riposter. La France insoumise et ses alliés étrangers sont l’opposition populaire à cette Europe de l’argent-roi et l’espoir d’autres gouvernements en Europe

  189. J’adhère globalement à l’ensemble des propositions, cependant un coup il s’agit de faire respecter la souveraineté du peuple et de l’État membre, un coup il s’agit d’imposer quelque chose à tous les membres, ce qui fait que l’ensemble n’est pas un projet cohérent.

    De plus, le plan A a changé (sortie puis ré-entrée dans l’UE avec de nouveaux traités) et le plan B aussi (sortie de l’UE puis coopération avec les autres États), il n’est plus question de désobéir, c’est une bonne chose mais pourquoi l’écrire en petit dans le programmes seulement dans l’encadré Plan A / Plan B? C’est quelque chose de capital, tous les insoumis devraient en avoir une limpide connaissance pour ne pas brouiller le message et le rendre inaudible à l’approche des élections.

  190. Joli travail !
    D’abord 2 remarques sur la forme :
    1- corriger « asutéritaires » par « austéritaires »
    2- pour que le refus du 2ème, 3ème énoncés soit clair, remplacer :
    « Faire appliquer le principe de laïcité aux institutions de l’Union européenne, refuser l’expression de chefs religieux … »
    par :
    « Faire appliquer le principe de laïcité aux institutions de l’Union européenne. Refuser l’expression de chefs religieux …

  191. Vraiment je suis étonné, ce programme est vraiment très précis et apporte un contenu très intéressant, cependant dans la partie 4.3 il serait bien de rajouter après « la préparation du retour des réfugiés »  » si il le souhaitent  » , même si cela est dit plus loin il faudrait lever toute ambiguïté pouvant être utilisée par nos détracteur. Ensuite au point 4.5 « prisons secrètes de la CIA en Europe » il serait bien de rajouter « révélées par Amnesty International et le Washington Post » pour éviter toute assignation complotiste ! Je voudrais saluer aussi le programme très très complet au niveau écologique, ça fait plaisir 🙂

  192. Même question que Michel Rambeaux:
    Maurel, Lienemann et APRES sont-ils prêts à défendre cela ? ou sont-ils porteurs d’autres ‘convergences’ ?

Commentaires fermés.