RÉFORME DU BAC PRO : l’enseignement vu à travers le prisme comptable !

Lors des questions au gouvernement, Michel LARIVE interpelle le Ministre de l’Education Nationale :

La réforme du baccalauréat professionnel, que vous avez baptisée « lycée des métiers », entend « revaloriser la voie professionnelle pour y faire rentrer l’excellence », selon vous. 

La filière professionnelle concerne 700.000 élèves, soit 38% des lycéens en France. Lorsque vous réduisez de 13% le volume des enseignements généraux, vous dévalorisez la filière. Et lorsque vous réduisez de 4,5% l’enseignement pratique, vous la déprofessionnaliser. Entre 1987 et votre réforme de 2019, la durée d’enseignement du bac pro aura été divisée par 2. 

Dans ce climat déjà très défavorable, le diplôme professionnel est lourdement impacté par ParcourSup. Les chances de succès des élèves de la voie professionnelle, dans l’enseignement supérieur, sont très fortement compromises. 

Mais, je dois reconnaitre une certaine cohérence dans votre réforme. Elle correspond à la vision qu’a votre Gouvernement de notre service public :

  • Pour vous l’éducation nationale n’est pas émancipatrice mais synonyme exclusivement d’employabilité.

  • Vous regardez l’enseignement de nos enfants qu’à travers le prisme comptable. 

  • Votre plan entraînera la suppression de 900 postes dans cette filière dès la rentrée prochaine, sur les 2600 prévus dans le secteur du secondaire.

  • Vous aurez acté, ainsi, votre participation au grand plan social de la fonction publique que le Gouvernement met en œuvre !

La mise en concurrence du bac pro et de l’apprentissage, aura pour résultat, la marginalisation du premier, parce que les employeurs préféreront toujours le second, qu’ils financent et dont ils déterminent une partie des contenus pédagogiques. 

Pouvez-vous nous confirmer, Monsieur le Ministre, votre intention de désengager progressivement l’État de l’enseignement professionnel ?