TOULOUSE – Vers un nouvel humanisme ? La condition animale s’invite dans le débat

dans Actualités, Actualités du mouvement

Vendredi 1er juin 2018 à Toulouse, le groupe thématique Condition Animale de La France insoumise, a reçu le député Bastien Lachaud et le lanceur d’alerte Mauricio Garcia Pereira, ex-employé de l’abattoir de Limoges, pour une réunion publique intitulée Condition Animale & Justice sociale. Vers un nouvel humanisme ?

Près de 200 personnes étaient présentes, insoumis·es convaincu·e·s ou non, citoyen·ne·s engagé·e·s ou simples curieux·ses. La soirée a débuté avec la présentation du groupe et de ses objectifs dont le principal est énoncé clairement au chapitre 45 de l’Avenir en commun : « Éradiquer la maltraitance envers les animaux. »

La parole a ensuite été laissée à Mauricio Garcia Pereira, témoin intérieur de la principale source de maltraitance animale : l’industrie de la viande. Immigré espagnol, Mauricio Garcia Pereira a travaillé pendant 7 ans à l’abattoir municipal de Limoges, le plus gros abattoir de France, avant d’être licencié suite à son courageux témoignage concernant l’abattage des vaches gestantes parfois sur le point de mettre bas, leurs fœtus prêts à naître jetés avec tripes et boyaux dans les poubelles de l’abattoir. C’est cette pratique banale et légale qui a déclenché l’indignation de l’ouvrier. 1er lanceur d’alerte à visage découvert sur ce sujet, Mauricio Garcia Pereira a pu décrire cette machine infernale qu’est l’abattoir, broyant les Hommes comme les bêtes, inévitable logique productiviste d’une cadence infernale, celle d’une violence extrême faite aux animaux, filmée et racontée dans plusieurs ouvrages (le film Saigneurs de Vincent Gaullier et Raphael Girardot ou le livre Steak machine de Goeffrey Le Guilcher par exemple). Le livre-témoignage de Mauricio Garcia Pereira Ma vie toute crue a été proposé à la vente en fin de soirée accompagné d’une caisse de soutien pour ce lanceur d’alerte aujourd’hui en situation très précaire. Désormais engagé corps et âme pour cette cause, c’est à la demande de ses enfants que Mauricio Garcia Pereira a passé le cap de cette mise au grand jour des pratiques quotidiennes de l’abattage des animaux (3 millions chaque jour en France). Très applaudi, ce bouleversant témoignage a été remercié et complété par une intervention de Bastien Lachaud qui a permis de placer le mouvement animaliste dans son contexte historique, cette interrogation sociétale majeure traversant en effet les siècles et les espaces.

Replaçant également ce débat dans le contexte brûlant des récents échanges et votes parlementaires des lois sur l’Agriculture et l’alimentation, Bastien Lachaud a évoqué cette épique soirée de vote des amendements sur le « bien-être animal » qui s’est tenue le dimanche soir à 21h après une semaine entière de débats de 9h à 1h du matin sur cette loi ! La suspension de séance du ministre de l’agriculture Stéphane Travert pour faire appel aux responsables des filières viande-lait-oeufs en plein débat sur la souffrance animale fut une information accablante sur notre démocratie et l’indépendance du politique. Les avis favorables et défavorables étant ainsi dictés sans fard par les représentant·e·s des filières les plus dévastatrices pour notre santé et notre environnement, au détriment de notre humanité face à la souffrance d’individus sensibles et conscients comme nous. Cette course acharnée au profit dans des filières déjà à pertes et perfusées sans cesse par des sommes colossales d’argent public (subventions) est désormais érigée sans honte au rang de loi universelle par nos gouvernant·e·s actuel·le·s dans un soutien sans faille aux « intérêts des filières ».

Ces deux interventions complémentaires et passionnantes ont été suivies de nombreuses questions du public pendant plus d’une heure. Dans la continuité des prises de position historiques de Jean-Luc Mélenchon pendant la dernière campagne présidentielle, la venue d’un député sur ce thème fut un événement à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’avancée de la Condition Animale et dans sa nécessaire et urgente politisation.

Cet événement s’inscrivait également dans l’actualité militante du mouvement animaliste français et mondial avec la Marche pour la fermeture des abattoirs, qui a eu lieu le lendemain 2 juin à Toulouse, et qui se poursuivra tout le mois de juin dans 40 villes mondiales pour la 7ème année consécutive. Marche à laquelle le groupe thématique a participé en compagnie de Bastien Lachaud et de Mauricio Garcia Pereira pour le rassemblement aux anciens abattoirs de Toulouse.

Cette soirée a contribué à réaffirmer l’avance de La France insoumise dans ce combat majeur pour la considération de l’ensemble du vivant sensible, dans la continuité progressiste et humaniste de l’indispensable préoccupation du sort des plus fragiles et des plus vulnérables d’entre nous, gage d’une humanité consciente et évolutive, promesse d’un avenir réellement en commun.