ISSOIRE - Les insoumis·es organisent leur premier marché local de gratuité

A Issoire, dans le Puy-de-Dôme, le 13 mai dernier était synonyme de « Gratiféria de Printemps ». Ce concept de marché totalement gratuit était organisé par les insoumis·es de la ville et a remporté un franc succès.

Le concept est simple, les personnes souhaitant participer amènent avec eux des objets dont ils n’ont plus l’utilité pour les mettre à disposition. Des habits dont on ne veut plus, de l’électroménager inutilisé ou des objets décoratifs viennent donc garnir les étales de ce marché un peu particulier. Car contrairement à une brocante et à son traditionnel marchandage, ici, les passant·e·s peuvent se servir gratuitement. L’idée a séduit un bon nombre de personnes prévenues notamment par les réseaux sociaux et qui se sont parfois déplacées depuis d’autres villes du département.

Derrière cette initiative, les organisateur·rice·s souhaitaient faire acte de solidarité pour les personnes n’ayant pas forcément les moyens d’acheter des objets dont ils ou elles ont besoin, mais aussi dénoncer le consumérisme exacerbé bien présent dans notre société. A partir de cette réflexion, donner une seconde vie à nos accessoires, nos vêtements ou divers autres appareils inutilisés sans les jeter directement après leur usage prend tout son sens. Les marchés de gratuité permettent en somme d’éviter le gaspillage et la surconsommation tout en permettant à l’objet de devenir à nouveau utile pour quelqu’un d’autre. Les gens ont pour la plupart trouvé leur bonheur ce jour-là et les objets restants ont été remis à la « Ressourcerie ».

Le concept de « Gratiféria » (néologisme pour évoquer une foire gratuite) est directement importé de l’Amérique latine où il a vu le jour dans les années 2010. C’est dans ce même esprit de « foire » que les insoumis·es d’Issoire proposaient également des crêpes et quelques boissons, toujours gratuitement, accompagnées d’un concert avec des musiciens locaux. A la fin de la journée la satisfaction des passant·e·s, mais aussi des organisateur·rice·s laisse penser que cette initiative sera bien reproduite prochainement ici mais pourquoi pas ailleurs également…