CLIMAT : quand les actes ne suivent pas les belles paroles

 

Le 6 décembre à l’Assemblée nationale, la députée Clémentine Autain s’est exprimée en Commission des affaires étrangères pour interroger Monsieur Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD).

Alors que le sommet Climat se tiendra le 12 décembre à Paris et après les discours du Président de la République sur l’urgence climatique, comment expliquer que l’AFD investisse dans un projet de déforestation au Congo, en totale opposition avec le moratoire décrété il y a plus de 15 ans par le Congo et visant à la protection de 120 millions d’hectares de forêt tropicale ? Le bilan carbone de ce projet de concession devrait s’élever à 610 millions de tonnes de CO2, soit presque autant que le secteur international de l’aviation en 2015, ou l’équivalent de 20 ans de gaz à effet de serre produits par les Etats-Unis.