#Désintox – Edouard Philippe, le vieux monde est de retour !

dans #JLMDesintox, Actus

Au revoir le « renouvellement », revoilà le vieux monde politique :

Député depuis 2012, Edouard Philippe s’est opposé à la moindre atteinte contre ses privilèges. Il vote ainsi, en 2013, contre la loi sur la transparence de la vie politique, qui impose aux député·e·s de déclarer leur patrimoine au début et à la fin de leur mandat. Une fois la loi votée, il refuse de transmettre les informations exigées, n’indiquant pas la valeur de ses trois biens immobiliers et le montant de ses revenus des cinq années précédant son élection [1].

Edouard Philippe a également voté contre les lois interdisant le cumul d’un mandat de député·e ou de député·e européen·ne avec une fonction exécutive locale. Lui-même député et maire du Havre, il faisait partie des 150 derniers député·e·s pour la présence en commission, les interventions en commission, les interventions en séance, les amendements proposés et les propositions de loi écrites [2].

Un signal inquiétant pour la transition écologique :

En 2007, mettant à profit une courte expérience au ministère de l’écologie, il rejoint le géant du nucléaire Areva où il devient directeur des affaires publiques. Selon Charlie Hebdo, il a été, pendant ces années notamment chargé de faire la promotion auprès des député·e·s des mines d’uranium au Niger [3].

Défenseur du nucléaire, Edouard Philippe le sera encore lorsqu’il vote contre la loi de transition énergétique. Il s’est aussi associé à une proposition de résolution qui défend l’exploitation en France des gaz de schistes [4].

Service public, droit du travail : au service de la finance

Edouard Philippe connaît de près le monde de la finance puisqu’il a été membre du conseil d’administration de la banque Dexia entre 2010 et 2012, dont le sauvetage en 2011 a coûté plus de 6 milliards d’euros à l’État français.

Élu, il défend la politique des marchés et de la commission européenne. Ainsi, il a déclaré qu’il aurait voté la version la plus dure de la loi travail lorsqu’il y avait encore la suppression du congé obligatoire en cas de décès d’un proche, par exemple.

Côté services publics, le projet de M. Juppé, qu’il soutenait, proposait la suppression de 300 000 fonctionnaires. Edouard Philippe a par ailleurs été signataire d’une proposition de loi voulant revenir sur le tiers payant chez le médecin et favoriser les cliniques privés au détriment de l’hôpital public [5].

Droits des femmes, des LGBTI : où est le progressisme ?

Il refuse de voter en 2013 la loi instaurant le mariage pour tou·te·s et profite de l’occasion pour, dans une tribune, dire son opposition à l’adoption plénière pour les couples de même sexe et à l’ouverture de la PMA pour les couples homosexuel féminins [6]. Il votera également contre la loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel et refusera de voter la loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

[1] https://www.mediapart.fr/journal/france/150517/un-mauvais-eleve-de-la-transparence

[2] https://www.nosdeputes.fr/edouard-philippe

[3] http://www.sortirdunucleaire.org/Edouard-Philippe-nomme-a-Matignon-en-marche-vers

[4] http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion0304.asp

[5] http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion3710.asp

[6] http://www.huffingtonpost.fr/nathalie-kosciuskomorizet/vote-mariage-gay_b_2656513.html