Communiqué de l’intergroupe de la NUPES #FemmeVieLiberté : Stop aux exécutions arbitraires !

Depuis le 16 septembre dernier, le peuple iranien est engagé dans une Révolution politique et sociale en faveur de sa liberté, de l’égalité et des droits humains, en particulier des droits irréductibles des femmes et des droits culturels des minorités. Le régime iranien a répondu à ces aspirations par une répression sanglante et meurtrière, assortie d’une propagande mensongère contre les manifestant·es. Des centaines d’entre eux ·es ont été tués en pleine rue, et des milliers ont été arrêté·es, torturé·es ou violé·es.

Mais depuis quelques jours, la répression brutale des mollahs — jusqu’ici niée ou minimisée — est désormais assumée avec des procès expéditifs et à huis clos. 55 manifestant·es ont déjà été condamné·es à mort, et des centaines d’autres pourraient subir le même sort. Le régime poursuit ainsi sa fuite en avant, avec l’exécution publique de deux manifestants. Mohsen SHEKARI et Majidreza RAHNAVARD 23 ans, condamnés pour « inimitié à l’égard de Dieu », autrement dit « blasphème ». Ils sont les victimes visibles de ce qui est en train de devenir une campagne délibérée d’exécutions politiques.

Face à la violence criminelle d’un pouvoir aux abois, chaque minute compte. Les groupes de la NUPES partagent la position du ministère des Affaires étrangères, selon lequel l’exécution de manifestant·es « ne peut tenir lieu de réponse aux manifestations ». Nous nous joignons également à l’appel du collectif Stop Executions in Iran et de Madame Nasrin SOTOUDEH, avocate engagée pour les droits humains et lauréate du Prix Sakharov et du Prix Badinter.

Ainsi, les député·es des quatre groupes de la NUPES apporteront des parrainages politiques à des manifestant·es condamné·es à la peine capitale, pour porter la voix des cinquante-cinq condamné·es à mort, à l’instar des députés allemands Norbert Röttgen (CDU), Ye-One Rhie (SPD), Carlos Kasper (SPD) et Martin Diedenhofen (SPD).

Ce qui se joue en Iran n’est pas seulement iranien : il est à espérer que la réussite du mouvement populaire iranien, porteur d’espérance démocratique, soit une bouffée d’air pour tous les peuples voisins qui aspirent, eux aussi, à leur émancipation. Voilà pourquoi il est de l’honneur de la représentation nationale de porter la voix de celles et ceux dont le cri est étouffé, à des milliers de kilomètres, et de marteler son combat pour l’abolition des châtiments contraires au droit à la vie, et contre la peine de mort.

Les groupes de la NUPES soutiennent tous les démocrates iraniens, en lutte en Iran ou en solidarité dans leur exil.

Femme, vie, liberté.

pARTAGEZ

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram
LinkedIn