CARAVANES DE L’UNION POPULAIRE - Jour 5 - Étapes de Bordeaux et de Vénissieux

Lundi 15 août, les caravanes populaires se sont arrêtées à la Cité des Aubiers à Bordeaux et dans le quartier des Minguettes à Vénissieux.

À Bordeaux, beaucoup de monde est venu participer à l’étape de la caravane populaire, et ce bien que nous soyons en plein mois d’août ! Nadège Abomangoli, députée de la 10e circonscription de Seine-Saint-Denis, en vacances dans la région, est même venue spécialement prêter main forte aux militant·es. Dans les immenses tours de ce quartier, nous rencontrons Abdel. Il est le seul de son foyer à ne pas être au chômage. Avec son salaire au SMIC, les fins de mois sont serrées. « Mon patron m’a augmenté de 40 € brut par mois. C’est déjà ça, mais ça rattrape à peine l’inflation. » Comme de nombreuses électrices et électeurs de la cité, Abdel aurait souhaité que l’Union Populaire gagne la présidentielle. « Pendant la présidentielle, les militants de La France insoumise étaient déjà passés nous voir plusieurs fois. Tout le quartier était avec vous. On en parlait entre voisins sur le palier et on est tous allés voter. » Dans un autre immeuble, les habitant·es nous parlent du mal logement. Au 17e étage de l’édifice, il n’y a plus d’eau courante. « Les services doivent intervenir, nous dit-on, mais on ne sait quand » souligne désabusée une voisine. Au stand, Nadège Abomangoli discute avec les militant·es et les habitant·es du quartier après être allée en porte-à-porte. La journée se termine par un bel apéritif citoyen où nombre d’habitant·es se sont retrouvé·es pour partager un verre de l’amitié.

À Vénissieux, les caravanier·es sont accueilli·es par les insoumis·es à côté du terrain de pétanque du quartier des Minguettes. Idir Boumertit, le député de la circonscription, est également présent. Ici, tout le monde connaît cet élu et militant de terrain qui habite à Vénissieux depuis toujours. Dans le quartier, nous rencontrons beaucoup d’habitant·es qui se plaignent de l’insalubrité des bâtiments. « On a l’impression qu’on se fiche de nous » confie Malika. Avec ses voisines, elles ont voté pour Jean-Luc Mélenchon. « La France insoumise est porteuse d’espoir, nous dit-elle. Vous êtes des politiques en qui on a confiance. Durant la présidentielle, j’ai été particulièrement intéressée par votre programme sur la sécurité que les médias déforment ! ». Malika nous parle des contrôles au faciès que beaucoup de jeunes subissent. « C’est scandaleux, commente-t-elle, et ça ne règle pas les vrais problèmes d’insécurité. » Dans les tours, on nous parle aussi de l’état des services publics et notamment des hôpitaux. Dans le département, de nombreux services ont fermé, rendant l’accès au soin plus compliqué. « On est quand même dans une région urbaine ! Lyon est la deuxième ville de France », s’indigne Catherine, une retraitée. « C’est pas la France que j’ai connue. Les gouvernements ont tout détruit et Macron il continue ».

Un grand merci à Nadège Abomangoli, députée de la Seine-Saint-Denis, pour sa présence à Bordeaux, ainsi qu’à Idir Boumertit, député du Rhône, pour sa présence à Vénissieux.

On se retrouve demain pour le compte rendu des étapes de Tarascon-sur-Ariège et de Saint-Étienne.

➡️ Rendez-vous sur la page des caravanes de l’Union populaire pour retrouver les étapes près de chez vous
➡️ Suivez la caravane sur la page Facebook et sur le compte Twitter